| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 6 février 2013

Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes

par Nadia Fahmy-Eid, historienne et professeure de l’UQAM à la retraite






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







En Tunisie hier, comme en Égypte aujourd’hui, au lendemain des « printemps arabes », ceux et celles qui ont fait advenir ces « printemps » se sentent véritablement trahi-e-s. Pourtant, ces hommes et ces femmes, qui ne partageaient pas au départ les mêmes appartenances sociales et religieuses, ont accepté de prendre tous les risques en descendant dans la rue pour faire ensemble la révolution. Ils ont mis en commun leurs efforts, leurs sacrifices et surtout la volonté de changement qui les habitait, pour remplacer les dictatures qui les avaient opprimés jusque-là par la société libre et démocratique dont ils rêvaient.

Mais voilà qu’au lendemain de processus électoraux qui devaient concrétiser leur projet révolutionnaire, ces militantes et ces militants se rendent compte aujourd’hui qu’ils font face à un danger réel de voir confisquer leur révolution et, du coup, de voir s’envoler leur rêve d’un avenir meilleur.

C’est qu’en Tunisie, comme en Égypte, les partis et les groupes qui dominent désormais la scène politique cherchent à convaincre les citoyennes et citoyens de leur pays, qu’ils et elles ont tout intérêt à voter des Constitutions qui confirmeront le caractère confessionnel de l’État. Ils le font, en s’empressant du même souffle d’affirmer sur toutes les tribunes leur adhésion solennelle aux principes fondamentaux de la démocratie.

Mais afin de conjuguer sans problème, affirment-ils, démocratie et État confessionnel, il leur suffira d’exercer le pouvoir dans la perspective et le cadre d’un État religieux « modéré ». Une modulation destinée, bien sûr, à apaiser les appréhensions des groupes progressistes pour qui les printemps arabes, leurs printemps, devaient déboucher avant tout sur l’avènement d’un État démocratique, laïc et ouvert à la modernité.

La coexistence pacifique des religions sans État laïque est-elle possible ?

À cette étape, il apparaît impératif de nous poser collectivement une question cruciale qui pourrait être formulée en ces termes : est-il possible, en toute logique, d’affirmer qu’on peut arriver, en l’absence d’un État laïque, non confessionnel, à mettre en place une société démocratique ? Il s’agit bien, rappelons-le, d’une société basée fondamentalement sur l’affirmation de droits égaux entre tous les citoyens, y compris entre les hommes et les femmes, et aussi d’une société fondée également sur l’affirmation du droit de tous et de toutes à la liberté d’expression et à la liberté de conscience. Il est évident que, posée ainsi, cette question appelle nécessairement une réponse négative.

Pourtant une réponse positive aurait l’avantage de paraître politiquement plus conciliante et socialement plus rassembleuse, mais cela ne l’empêcherait pas, pour autant, d’aller à l’encontre de toute logique. Comment, en effet, peut-on concilier le principe fondamental de l’égalité des droits et des libertés garanti à tous les citoyens et toutes les citoyennes dans une société démocratique, avec la légitimation au niveau constitutionnel d’une seule religion qui, de ce fait, sera privilégiée par rapport à toutes celles auxquelles adhère l’ensemble des autres citoyennes et citoyens, et qui risque également d’exercer une contrainte indue sur les incroyant-e-s ? Cette religion sera désormais la seule à voir conférer une reconnaissance légale à l’ensemble de ses codes, de ses lois et de ses pratiques ; et elle pourrait même être en mesure de les imposer éventuellement à l’ensemble de la société.

On pourrait toujours invoquer le fait qu’il s’agit le plus souvent de la religion majoritaire, ce qui d’ailleurs n’est pas toujours le cas, mais surtout cela ne change rien au principe selon lequel, dans une société démocratique, la majorité ne détient pas plus de droits – et on parle ici de droits fondamentaux – que la ou les minorités qui se partagent l’espace social. En plus, dans le cadre d’un État confessionnel, le droit à la liberté d’expression risque d’être compromis dans la mesure où la religion d’État jouit d’une légitimité telle qu’il pourrait être difficile, sinon dangereux, de formuler des critiques à son endroit, ou encore à l’endroit des pouvoirs religieux qui la représentent ; que ces critiques soient justifiées ou non. Les citoyens, et encore plus les citoyennes qui s’y risqueraient, pourraient faire face à l’exclusion sociale et, pire encore, comme dans le cas des sociétés iranienne ou saoudienne, s’exposer à des sanctions bien plus sévères liées à des accusations formelles de discours sacrilèges, de blasphèmes ou même d’apostasie. Bref, on est encore une fois bien loin d’une forme quelconque de société démocratique.

En somme, le modèle de société issu d’une Constitution qui comporte une adhésion formelle à une religion particulière, même si cette adhésion déclare se situer dans une perspective « modérée », reste un modèle qui correspond bien plus à une société théocratique qu’à une société démocratique. Et le qualificatif de « modéré » qui lui est accolé n’y change malheureusement pas grand-chose.

Spiritualité, cohésion sociale et …rapports de pouvoir

Il ne s’agit nullement de faire ici le procès d’une religion particulière, pas plus que des religions dans leur ensemble. Les religions sont des éléments constitutifs importants de notre univers mental et affectif. Elles répondent, pour la plupart, à des besoins d’ordre spirituel ou moral et fournissent souvent des réponses, le plus souvent rassurantes, à des questionnements relatifs aux raisons d’être ou aux fondements même de notre existence ici-bas, ainsi que sur son prolongement possible dans l’au-delà. On sait également à quel point les religions représentent pour beaucoup d’individus et de groupes sociaux une référence identitaire importante et comment elles agissent, à ce titre, comme des agents puissants de cohésion sociale.

Toutefois, et l’histoire des guerres de religions qui ont marqué l’Occident est là pour nous le rappeler, les religions ne cohabitent pas facilement et spontanément ensemble, mais ont plutôt tendance à entrer en concurrence les unes avec les autres. Ceci est vrai aussi bien lorsqu’elles prennent racines dans des espaces territoriaux et nationaux différents que lorsqu’elles partagent le même espace territorial et la même appartenance nationale. Surtout si le rapport de force qui les concerne se situe, comme on a pu le constater à travers l’actualité récente, dans le cadre d’un rapport de pouvoir inégal entre le groupe religieux majoritaire et le groupe religieux minoritaire, comme c’est le cas actuellement pour les Coptes chrétiens d’Égypte vis-à-vis de la majorité musulmane. C’est d’ailleurs le même type de rapport de force qu’on voit également à l’œuvre, mais qui joue cette fois en faveur du groupe religieux minoritaire au pouvoir, dans le cas des musulmans alaouites en Syrie ou des musulmans sunnites dans l’émirat du Bahreïn.

Aussi, pour l’ensemble des citoyennes et des citoyens d’un pays, la protection de leurs droits, aussi bien comme individus que comme groupes, passe nécessairement par la mise en place d’États démocratiques et laïques, où le caractère non confessionnel de l’État lui permet d’assumer avec plus de crédibilité son rôle d’arbitre neutre et impartial entre les individus et les groupes religieux en présence.

État religieux et droits des femmes

Les femmes, en particulier, ont tout à gagner de l’intervention d’un État laïque lorsque des conflits les opposent aux pouvoirs religieux en place. Il faut se rappeler qu’il s’agit le plus souvent de pouvoirs exclusivement masculins qui, tout au long de l’histoire, ont non seulement exclu les femmes de leurs rangs, mais ont eu tendance, le plus souvent, à interpréter les textes fondateurs en leur défaveur. Ceci leur a permis, entre autres, de tirer de ces textes toute une série de prescriptions et de dogmes religieux qui ont eu pour effet de creuser et de maintenir longtemps un écart important entre les droits des femmes et ceux des hommes. En ce qui nous concerne comme société, il faut lire, à cet égard, l’Avis, admirablement argumenté et documenté, publié en mars 2011 par le Conseil du statut de la femme et intitulé : Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les hommes et les femmes.

Refus d’une démocratie vidée de son sens

On est en droit de conclure qu’une véritable démocratie ne peut se concevoir en dehors du cadre de la laïcité de l’État et que, de ce fait, démocratie et État laïque constituent un tandem indissociable. On ne pourra donc parler d’un État religieux de type modéré – qu’il soit musulman, juif, chrétien ou autre - sans que cette affirmation ne renvoie du même coup à un projet de démocratie également modérée, ce qui signifierait une égalité de droits modérée entre tous les citoyens et toutes les citoyennes dont, en particulier, le droit à une liberté d’expression modérée.

On comprend qu’il s’agirait, dès lors, d’un simulacre de démocratie qui, vidée de sa substance, aboutirait à la négation même de l’idée de démocratie.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 janvier 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nadia Fahmy-Eid, historienne et professeure de l’UQAM à la retraite



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin