| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 23 mars 2011

Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010

par Kerline Joseph et Paulette Flore Dongmo Kahou






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Elles sont meurtries. Elles se heurtent aux constructions sociales, à l’absence de lois et de droits humains. Cela se passe en Haïti, avant, pendant et après le 12 janvier 2010. Pourtant, les femmes haïtiennes ont la force de se reprendre en main car ce sont des battantes, à l’instar des Rwandaises, aujourd’hui des modèles. Au lendemain du génocide de 1994, ces dernières se sont relevées et ont participé à la reconstruction de leur pays. Le soutien réel du gouvernement haïtien, de l’ONU Femmes et de la communauté Internationale est plus que jamais nécessaire.

Les auteures proposent ci-dessous la première partie d’une étude qui fait le point sur la situation des femmes en Haïti. On peut télécharger le document intégral en format PDF à la fin de cette page.

Introduction

Le 12 janvier 2010, Haïti a été aux prises avec un séisme meurtrier qui a causé des pertes matérielles et humaines substantielles. Dès le lendemain de la catastrophe, plusieurs organisations avaient attiré l’attention sur la double victimisation potentielle des filles et des femmes du pays dans un pays désorganisé. D’autant plus que préalablement au tremblement de terre de 2010, Haïti connaissait déjà une pauvreté profonde, une instabilité politique et diverses formes de violence, ce qui avait un impact dévastateur sur le développement social, politique et économique du pays. L’État haïtien se classe au 145e rang (sur 169 pays) de l’indice de développement humain dressé par le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). En fait, 80% de la population vit sous le seuil de la pauvreté (1). Nonobstant le fait que les caractéristiques ci-avant mentionnées affectent la majorité de la population, les femmes ont toujours été davantage confrontées à des barrières structurelles, limitant ainsi la pleine jouissance de leurs droits fondamentaux. Cette situation s’est aggravée après le tremblement de terre.

À cet égard, nous nous proposons d’analyser la condition des femmes haïtiennes avant et après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, pour contribuer à une compréhension globale de leur réalité. Nous aimerions également évaluer la pertinence des actions du gouvernement et de la communauté internationale face à la situation réelle des femmes haïtiennes, et principalement à la suite de cette catastrophe naturelle.

I. Condition des femmes avant le tremblement de terre du 12 janvier 2010

Les femmes ont toujours occupé une position seconde aux hommes en Haïti dans tous les secteurs dont l’économie, la santé, le travail, la justice, l’éducation et les processus décisionnels. Pourtant, elles sont majoritairement au centre des décisions au sein du foyer. Cet aspect paradoxal nous force à démystifier la place des femmes au foyer et principalement la problématique de monoparentalité élevée qui sévit dans le pays.

    A - La monoparentalité chez les femmes haïtiennes et les répercussions inhérentes
    1. Les rapports homme/femme en Haïti

Ab initio, la définition de certains mots s’impose ici, en vue d’en assurer une compréhension uniforme.

Monoparentalité : Structure familiale où il n’y a qu’un seul parent (2).

Monogamie : Régime juridique en vertu duquel un homme ou une femme ne peut avoir plusieurs conjoints en même temps (3).

Mariage : Union légale d’un homme et d’une femme (4). Union légitime d’un homme et d’une femme en vue de vivre en commun et de fonder une famille, un foyer (5). D’après le code civil haïtien, le mariage est un contrat civil, strictement réglementé par la loi, relatif à la personne des époux, visant leur vie en commun avec obligation mutuelle de fidélité, secours et assistance (6).

Bigamie : Situation d’une personne qui, étant mariée, contracte un second mariage sans que le premier ait été préalablement dissous (7).

Polygamie : Situation d’une personne qui est mariée ou qui vit maritalement avec plusieurs autres. Fait d’être marié à plusieurs conjoints, soit pour un homme (polygynie), soit pour une femme (polyandrie) ; organisation sociale légitimant de telles unions (8).

Il s’avère important de mentionner qu’en Haïti, l’option matrimoniale est la monogamie à l’exclusion de toute autre. En ce qui concerne le régime matrimonial, la loi n’impose pas aux futurs époux un cadre uniforme et rigide. Les époux optent alors pour un régime via un contrat de mariage, non-modifiable subséquemment, et rédigé chez un notaire avant la cérémonie nuptiale (9). En Haïti, les époux peuvent opter pour le régime de la communauté légale (articles 1185-1324 du Code Civil), de la séparation de biens où chacun administre ses biens et assume ses dettes, ou le régime dotal (articles 1325-1366 du Code Civil). A défaut pour le couple d’établir un contrat de mariage en bonne et due forme, le législateur le soumet au régime légal qui est la communauté (10).

Cependant, ce genre de structure n’est pas généralisé dans le pays, puisque dans la société haïtienne, seulement 12% de la population évoluent dans le cadre d’une relation maritale. Ce taux n’est atteint qu’en raison de la mosaïque des religions qui existent dont l’omniprésence des protestants qui exhortent au mariage depuis une vingtaine d’années. Préalablement à l’établissement de ces derniers dans le pays, le taux des mariages se situait entre 6 et 8% (11).

En fait, la forme d’union la plus courante en Haïti est le concubinage, connu sous le vocable de ‘plaçage’ en créole. « En Haïti, 47% des familles sont monoparentales, l’écrasante majorité de ces familles étant dirigées, évidemment, par des femmes. Ces femmes ont en moyenne six enfants, le plus souvent de deux ou trois pères différents [...] les femmes sont en état de dépendance économique permanente », explique Yolette Mengual, ex-chef de cabinet de la ministre de la Condition féminine. « Elles ont besoin d’un homme pour avoir de l’argent. Elles couchent avec cet homme, elles ont un ou deux enfants, puis il s’en va et elles doivent trouver un autre homme... » (12). Elle renchérit que « c’est encore pire depuis le tremblement de terre puisque bien des femmes ont perdu leur petit commerce de revente ou leur petit boulot [...] les hommes qui sèment à tout vent et qui prennent la poudre d’escampette, c’est véritablement une catastrophe en Haïti, parce que cela condamne trop souvent les enfants à la pauvreté, à l’exclusion, bref, à la rue » (13).

En effet, en ce qui a trait aux enfants issus de ces unions, ils demeurent généralement avec leur mère, en attente des visites occasionnelles du père. Cette pratique, avantageuse pour l’homme, offre à ce dernier une plus grande latitude pour s’engager dans une multitude de relations conjugales. C’est ce que nous dénommons la « polygamie déguisée », eu égard à l’option matrimoniale légale dans le pays.

Une autre caractéristique intéressante, plus marquée en Haïti que dans les autres pays des Caraïbes, est le phénomène de la matrifocalité (14). Dans ce cadre, plusieurs générations de femmes ou également des femmes de la même génération cohabitent, et ce, avec leurs enfants également. Cette monoparentalité des femmes entraine de nombreuses conséquences du point de vue de la condition de celles-ci et de leurs enfants (15).

    2. Les causes et les conséquences du taux élevé de monoparentalité

Les conséquences du taux élevé de la monoparentalité féminine en Haïti sont nombreuses. Les hommes multiplient des foyers et deviennent inaptes à prendre efficacement leurs responsabilités en tant que conjoint et père, ce qui entraîne une absence marquante de la figure paternelle pour la plupart des enfants haïtiens. Une telle absence risque d’avoir des impacts négatifs sur l’avenir des enfants, voire du pays. Car ne dit-on pas qu’en général « père manquant, fils manqué ».

Qui plus est, les femmes ont en charge leur foyer et leurs enfants, dans un pays dépourvu de structure adéquate pour le développement et le bien-être des familles et où la pauvreté sévit. Elles doivent ainsi faire preuve d’ingéniosité pour arriver à subvenir aux besoins leurs enfants. Cette charge financière peut donner lieu à une fragilité des femmes, pouvant expliquer partiellement leur résignation à accepter des relations conjugales malsaines, en vue d’assurer un minimum de bien-être à leur progéniture.
Il est vrai qu’au niveau occupationnel, les femmes haïtiennes ont une place importante dans l’économie du pays, mais l’évaluation réelle de leur contribution s’avère difficile, au regard de la nature quasi invisible de leur travail (16) ; elles évoluent principalement dans des secteurs informels (17).

Or, la constitution haïtienne reprend dans son préambule les mécanismes internationaux de protection des droits de l’Homme et s’engage à les respecter. Dans son article 260, il affirme que l’État doit assurer une égale protection à toutes les familles, qu’elles soient constituées ou non dans les liens du mariage. Il doit procurer aide et assistance à la maternité, à l’enfance et à la vieillesse. L’article 261 porte sur la protection de tous les enfants par la loi. Tout enfant a droit à l’amour, à l’affection, à la compréhension et aux soins moraux et matériels de son père et de sa mère. Finalement à l’article 262, il y est stipulé « qu’un Code de la Famille doit être élaboré en vue d’assurer la protection et le respect des droits de la Famille et de définir les formes de la recherche de la paternité. Pour faciliter toutes les démarches, les tribunaux et autres organismes de l’État, chargés de la protection de ces droits, doivent être accessibles gratuitement au niveau de la plus petite Collectivité Territoriale ».

Dans la pratique, force est de constater que l’État haïtien n’assure pas toujours une protection adéquate aux familles en général. L’exemple de la multiplication des mères monoparentales démunies est éloquent.

La tâche pour remédier à cette problématique s’avère ardue pour les organisations de femmes et alliés. Il convient de noter qu’un projet de loi sur la paternité a vu le jour pour protéger les enfants nés hors mariage et par ricochet les femmes concernées. L’objectif est de responsabiliser les pères. Plusieurs se demandent si cette loi, même louable, est applicable en Haïti ? La femme qui désire engager des démarches juridiques à l’encontre de son concubin devrait d’abord faire fi des menaces de ce dernier, le cas échéant. De plus, la justice devrait retrouver le père en question et faire la preuve, au moyen d’un test génétique fort coûteux et pas nécessairement accessible en Haïti, que ce dernier est réellement le géniteur (18). Or, la justice demeure inaccessible à la majorité, d’autant plus que les tribunaux sont parfois très éloignés des zones rurales.

Malgré les nombreuses limites de cette loi sur la paternité dans le contexte haïtien, elle a son utilité. Elle permet de responsabiliser les hommes sur leur comportement et leur rôle en tant que conjoint et père. Un travail de sensibilisation supplémentaire contribuera à limiter, diminuer, voire éradiquer ce genre d’attitude chez des hommes haïtiens, afin de les amener à comprendre l’importance d’être un père, plutôt qu’un géniteur.
En attendant un revirement positif de la situation, les femmes qui subissent les contrecoups de la situation qui prévaut actuellement se contentent d’un statut de seconde classe, souvent en lien direct avec diverses discriminations qui accompagnent ce statut, c’est-à-dire principalement la violence sous toutes ses formes. (...)

Document intégral à télécharger pour usage personnel.
PDF - 1.2 Mo
Femmes haïtiennes. Avant et après séisme
© Voix Sans Frontières (VSF), Mars 2011, ISBN 978-2-923546-03-2

Notes

1. « Les défis à relever : un pays à développer », Radio-Canada Nouvelles (consulté le 22 janvier 2011).
2. Hubert Reid, Dictionnaire de droit québécois et canadien, Wilson et Lafleur, Montréal, 2004, p. 383.
3. Gérard Cornu, Vocabulaire juridique, Presse universitaire de France, Paris, 1987, p. 587.
4. Hubert Reid, préc., note 2, p. 370.
5. Gérard Cornu, préc., note 3, p. 567.
6. Me François Latortue, Cours de droit civil, Faculté de droit de Port-au-prince, 1987, p.136. Au terme de l’article 128 du Code civil haïtien.
7. Hubert Reid, préc., note 2, p. 69.
8. Le petit Larousse illustré, Larousse, Paris, 2008, p.798.
9. Au terme de l’article 1180 du code civil haïtien, toutes conventions matrimoniales seront rédigées avant le mariage, par acte devant notaire.
10. « Mappemonde des régimes matrimoniaux légaux », en ligne, (consulté le 05 janvier 2011). Au terme de l’article 1179 du code civil haïtien, À défaut de stipulations spéciales qui dérogent au régime de la communauté ou le modifient, les règles établies dans la première partie du chapitre formeront le droit commun d’Haïti.
11. Danièle Magloire, « Rôle de la femme haïtienne », en ligne, (consulté le 05 janvier 2011).
12. « Haïti-social : Loi sur la paternité, louable, mais inapplicable », en ligne , (consulté le 13 février 2011).
13. Ibid.
14. Ce thème fait référence à un ensemble de familles constituées et organisées uniquement autour d’éléments féminins. Il représente un système d’organisation familiale centrée sur la mère et la famille maternelle.
15. Danièle Magloire, préc., note 11.
16. Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes en Haïti, Plan d’action ministériel, août 2006.
17. En ce qui concerne les filles, en avril 2004, UNICEF considérait que 120 000 oeuvraient comme employées de maison. Ce chiffre a été évalué à 225 000 en mars 2006. Consulter le Centre de nouvelles de l’ONU, « Enfants de la rue, filles domestiques gravement affectées par la violence en Haïti ». En fait, les filles constituaient 75% des 300 000 travailleurs de maison surnommés "restavek".
18. « Haïti-social : Loi sur la paternité, louable, mais inapplicable », en ligne, (consulté le 13 février 2011).

© Voix Sans Frontières (VSF), Mars 2011, ISBN 978-2-923546-03-2

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 mars 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Kerline Joseph et Paulette Flore Dongmo Kahou



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin