| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 16 août 2007

Le pouvoir politique de l’amitié

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Sisyphe publie ci-dessous les premières pages d’un article d’Élaine Audet paru dans le numéro 11 de la revue multilingue, multidisciplinaire et internationale Labrys. On pourra lire la suite sur ce site féministe dont le comité de rédaction se situe à Brasilia, Montréal et Paris.

Il y a sept ans paraissait Le Cœur pensant/Courtepointe de l’amitié entre femmes (1). Une spéléologie de l’amitié dont j’ai vécu la fin comme un véritable deuil après avoir côtoyé et aimé, durant toutes ces années de recherche, tant de femmes inspirantes. Aujourd’hui, la conquête du pouvoir politique par les femmes semble vouloir se concrétiser dans plusieurs pays leur permettant enfin de mettre en œuvre leur propre vision du monde comme l’ont fait les hommes depuis toujours. Faut-il conclure à la disparition des préjugés et des vieux réflexes d’exclusion envers les femmes et leurs relations d’amitié et de solidarité ?

En France, lors de la récente élection présidentielle, 26% de femmes ont voté pour Ségolène Royal contre 32% pour Nicolas Sarkozy. Une majorité d’électrices ne faisaient pas confiance à Royal qui serait dévorée par l’ambition, trop féminine, trop rigide ou trop souriante, pas assez féministe. Elle n’a eu droit ni à l’erreur ni au lapsus, elle devait être parfaite. En bout de ligne, beaucoup de femmes ont préféré encore confier leur destin à un homme de droite, néolibéral et pour le moins autoritaire, même si la candidate socialiste se réclamait du féminisme et possédait à l’évidence toutes les compétences pour exercer le pouvoir.

On peut aussi se demander si, de son côté, Ségolène Royal a suffisamment recherché l’appui des femmes. Peut-être aurait-elle pu mettre davantage de l’avant les articles de son programme qui concernaient ses engagements en faveur de meilleures conditions de vie pour les femmes et les jeunes, contre le viol, la violence conjugale, la prostitution, l’exclusion et la pauvreté. « Le projet de représenter et d’être représentées en tant que femmes » est loin de faire consensus, selon la chercheuse Manon Tremblay qui a dirigé une vaste recherche sur la représentation politique des femmes couvrant 37 pays répartis sur les cinq continents. Face à celles qui croient nécessaires d’être présentes là où se prennent les décisions, d’autres pensent que les femmes ne forment pas un groupe monolithique et que la logique d’intérêt et de confrontation qui anime la sphère politique est étrangère à leur socialisation orientée vers la sollicitude et l’harmonie. Pour ces dernières, « la politique changerait les femmes bien avant que celles-ci ne parviennent à changer celle-ci » (2).

Y a-t-il toujours, en 2007, un déficit d’amitié entre les femmes, une déperdition d’amour de soi, de confiance, qui nous empêche de nous reconnaître comme essentielles les unes aux autres et de faire de cette co-naissance une force politique subversive ? On évalue rarement la puissance de l’amitié en terme de valeur politique. L’amitié permet pourtant aux femmes de reconnaître leur fondamentale communauté d’intérêts, d’être solidaires les unes des autres et de diminuer l’emprise des valeurs patriarcales sur leur vie.

L’expérience montre qu’il ne suffit pas aux femmes d’entrer massivement sur le marché du travail ou en politique pour mettre fin à la discrimination sexuelle. Il leur faut plutôt la dénoncer et la combattre au sein de toutes les institutions. Face à ce défi, l’amitié entre elles aide à créer un espace identitaire fondamental qui peut devenir le tremplin de leur liberté à toutes. Leur libération passe par la transformation quotidienne des liens qu’elles entretiennent entre elles avant qu’elles puissent réussir collectivement à vaincre leur oppression sociopolitique.

Les recherches ne font que commencer sur l’amitié entre femmes et sur le rôle qu’elle joue dans la transformation de leurs conditions de vie. Quelles sont les conséquences des récentes mutations sociales sur les relations qu’elles entretiennent entre elles ? Certaines chercheuses, notamment Pat O’Connor (3), arrivent à la conclusion que l’amitié entre femmes est d’abord une réalité sociale qu’on doit analyser dans le contexte des structures de classe responsables de la dépendance économique, politique, juridique et personnelle des femmes envers les hommes. Dans une telle optique, les confidences et les conversations entre femmes refléteraient leur position dans la société et mériteraient de faire l’objet d’analyses plus poussées.

Les relations avec les hommes constituant toujours le principal centre d’intérêt de la plupart des femmes, il faudrait se demander jusqu’à quel point leurs amitiés peuvent être libératrices tant qu’elles ne consistent qu’à ventiler, par l’humour et par la tendresse, les effets débilitants des rapports sexuels de domination.
L’entrée des femmes sur le marché du travail a affecté profondément la façon dont elles vivent l’amitié. Cette mutation sociale rend petit à petit leur vie semblable à celle des hommes, sans pour autant qu’elles abandonnent les rôles dévolus aux membres de leur sexe. Ainsi, aujourd’hui, la poursuite d’une carrière rend plus complexe l’amitié entre femmes. Elles ont moins de temps à y consacrer et leurs conditions de travail différentes créent souvent un fossé entre elles. Beaucoup de femmes éprouvent envie, ressentiment et colère envers leurs amies à la suite des inégalités que cette mutation de leur rôle social crée soudain entre elles (4). Dans le monde du chacune pour soi, les vieux systèmes d’entraide disparaissent parfois tragiquement, et le seul fait d’avoir du succès peut couper une femme de ses amies, celles-ci se sentant abandonnées ou même trahies.

Des études récentes montrent que la principale cause de rupture entre amies n’est plus la rivalité au sujet d’un homme, mais l’évolution divergente de leurs intérêts et de leurs conditions de vie. Les femmes remplacent petit à petit le modèle de fusion mère-fille, dans lequel l’une donne et l’autre reçoit, par la quête réciproque d’indépendance et de relations égalitaires. Aujourd’hui, plusieurs femmes osent exprimer les sentiments agressifs qu’elles éprouvent les unes envers les autres et réussissent ainsi à éliminer les effets destructeurs du non-dit.

De façon générale, les amies ont eu, à ce jour, plus de facilité à supporter leurs faiblesses respectives qu’à s’aider à développer leurs points forts pour transformer en critique sociale leurs peines personnelles et leur manque d’estime de soi. Il s’agit de plus en plus pour les femmes de trouver une nouvelle synthèse, une nouvelle façon d’être authentiques en étant complices et aimantes autant qu’autonomes et structurées. De reconnaître qu’elles n’ont pas à être semblables pour s’aimer, mais libres et aimantes indissociablement.

Fières d’être de la lignée des femmes ou d’avoir pris leur place au sein des bastions masculins, les femmes ont prouvé qu’elles peuvent vivre l’amitié aussi authentiquement et intensément que les hommes. Elles n’éprouvent malheureusement pas toutes le même degré de responsabilité et de solidarité envers l’ensemble de leurs semblables. Celles qui accèdent au pouvoir et à la renommée adoptent souvent les valeurs masculines et perpétuent les divisions entre les femmes et les différents rapports de force dans la société. Elles se contentent de tirer leur épingle du jeu.

Au plan politique, l’aliénation joue pour les femmes le même rôle que pour les membres des classes opprimées ou des pays colonisés, les poussant à se haïr entre elles et à révérer leur oppresseur. Depuis leur plus tendre enfance, on a encouragé les femmes à se méfier les unes des autres. Les traces historiques de leurs amitiés ayant été détruites, chaque génération de femmes est contrainte de toujours recommencer à zéro. La plus grande réussite du patriarcat est, sans contredit, d’avoir convaincu les femmes qu’elles étaient par nature rivales et ennemies, donc, incapables d’être amies, solidaires et de changer collectivement leur destin.

Le pouvoir patriarcal ne pardonne pas à celles qui ont décidé d’être indépendantes, de choisir leur devenir et de réaliser pleinement leur potentiel créateur. Elles ont résisté à la violence, à la dérision, à l’exclusion, à tous ceux qui voulaient les soumettre et elles ont apporté une contribution importante à cette chaîne infrangible d’amitié et de solidarité entre femmes qui traverse les siècles. Plusieurs savent désormais que les femmes ont été exclues de l’histoire simplement parce que les hommes ont jugé insignifiante toute autre expérience que la leur.

Dans un des livres les plus importants consacrés à l’amitié entre femmes, A Passion for Friends, Janice G. Raymond rappelle que, dans la Grèce antique, la tradition masculine de l’amitié était indissociable de la politique, de l’art et de la philosophie dont elle constituait à la fois la base et l’aboutissement (5). De nos jours, plusieurs femmes politiques, en voulant défendre leurs propres priorités, mettent au centre de leurs préoccupations le sort des femmes et recherchent leur appui. Pour Raymond, être féministe ne consiste pas seulement à lutter contre la domination masculine et la violence qu’elle engendre, mais en la capacité de s’aimer soi-même et d’établir des liens profonds et durables avec d’autres femmes.

Lire la suite sur le site de Labrys.

Notes

1. Audet, Élaine. 2000. Le Coeur pensant/Courtepointe de l’amitié entre femmes, Québec, Loup de Gouttière. Distribué par les éditions Sisyphe
2. Tremblay, Manon (dir. Publ.). 2005. Femmes et parlements/Un regard international, Montréal, Remue-ménage.
3. O’Connor, Pat. 1972. Friendships Between Women - A Critical Review, New York, The Guilford Press.
4. Eichenbaum, Luise, et Susie Orbach. 1987. Between Women, New York, Viking.
5. Raymond, Janice G. 1985. A Passion for Friends/Toward a Philosophy of Female Affection, Boston, Beacon Press.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 juillet, 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • votre amitié peut me sauver
    (1/1) 2 avril 2008 , par sneibcao





  • votre amitié peut me sauver
    2 avril 2008 , par sneibcao   [retour au début des forums]

    Bonour à tous !

    Je suis l’auxiliaire de vie d’une dame handicapée, et qui à besoin de l’aide votre chaîne d’amitié. Je vos livre le texte la concernant.

    31 mars
    Une agression intolérable
    Bonjour à toutes et à tous !

    vous trouverez ci-dessous un texte de ma plume ; il est sur le blog ( http://missoxygene.spaces.live.com/ ) d’une amie dont je suis l’auxiliaire de vie. Je vous invite expréssement à le lire. Si vous êtes intéresser, vous retrouver l’adresse de la pétition en ligne dans la liste des blogs qui " Changent le monde / Heal the world ", à la toute fin du mien ( de blog... Pourqoui ça ne fait rire que moi ? ). Merci d’avance.

    Snéibcao

    Agression Intolérable

    Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur le blog de Miss Oxygène !

    Je m’appelle Aurore Stasky, je suis née à Creil (Oise ) le 05 novembre 1967 ; j’ai vécue mon enfance à la DDASS en Eure-et-Loire ( enfant abandonnée ) et je vis actuellement à Bourg-en-Bresse ( Ain ) dans le quartier de la Reyssouze. J’ai cinq enfants ( Emmanuel, 19 ans ; Nicolas, 18 ans ; Cédric, 17 ans ; Christopher, 12 ans et Hugo, 7 ans ).

    Née asthmatique, j’ai toujours été pleine de vie ; seulement, ces dernières années, mon état de santé a empiré, me rendant dépendante de ma maladie.

    Pour les personnes qui ne connaîtraient pas encore l’asthme, il s’agit d’une maladie pulmonaire entraînant une rétraction des alvéoles pulmonaires ( sorte de petits sacs contenues dans nos poumons et permettant le transport de l’oxygène jusqu’au sang ) et de la trachée, ce qui signifie que sans le traitement approprié, vous étouffez au sens propre du terme et pouvez en mourir ; la plupart du temps, les asthmatiques souffrent cependant simplement d’un asthme léger, innofensif s’il est bien surveillé et traité. Certains asthmatiques sont mêmes devenus des sportifs titrés et célèbres ! Mais, dans mon cas, la maladie dont je suis victime n’a eue de cesse d’évoluer, jusqu’à atteindre son niveau actuel, mettant ma vie en danger presque à chaque respiration.

    En effet, l’état de mes poumons m’oblige à vivre sous assistance respiratoire près de 24 / 24 h depuis environ deux ans. Je suis actuellement reconnue handicapée à plus de 80 %, ce qui signifie dans mon cas que le moindre effort physique me déclenche de violentes et dangereuses crises d’asthmes. Par exemple, lorsque je marche une dizaine de mètres, mon essoufflement correspond au vôtre quand vous venez de courir un 400 mètres-haies !!! A une différence près : vous récupérer votre souffle tout au plus au bout de deux minutes ( trois ou quatres si vous êtes fumeur ) ; mais moi, il me faudra, juste pour quelques mètres ou marches d’escalier, plusieurs dizaines de minutes de récupération !! Résultat : le corps médical estime que mes poumons et mon coeur sont aussi fatigués que ceux d’une personne très âgée ( j’ai quarante ans ).

    Vous l’avez compris, les efforts physiques ( sous toutes leurs formes ) me sont prohibés ; les substances allergogènes respiratoires ( acariens, pollens, javel, poussières, tabac... ) sont proscrites de mon environnement ; mon traitement anti-asthmatique ( Ventoline et Atrovent sous inhalations et nébulisations ; corticoïdes divers, tel le Solupred ; ect... ) à hautes doses renforcent mes poumons ( insuffisamment puisque la maladie gagne du terrain ) mais dégradent parrallèlemment le reste de mon corps ( prise de poids d’une cinquantaine de kilos ; squelette fragilisé ; fort affaiblissement musculaire, accompagnés de crampes longues et douloureuses ; ect... ) ; bref, je suis prisonnière de mon corps.

    Une telle situation aurait pu suffire à faire mon malheur ; mais, entourée d’amis, je tenais le coup, cahin-caha, je tenais la barre de mon moral fermement et positivement. Même si ma maladie, mon traitement, ses effets secondaires entraînent régulièrement une forme d’irritabilité, je parvenais aisément à me faire apprécier de chacun.

    En août 2007, le Conseil Général de l’Ain, par l’intermédiaire de la Maison du Handicap ( ex-Cotorep ), ainsi que la Sécurité Sociale et mes propres fonds de financement me permettent d’acquérir un fauteuil roulant électrique ( j’ en utilisait un manuel depuis près d’un an alors ) ; un à un, j’informais mes voisins, lorsque l’occasion de les croiser se présentait, que désormais j’aurais besoin d’accéder aux communs et à ma cave sans entraves. Par exemple, hormis les stationnements " minute "et les cas de force majeure, les voitures devaient libérer la place ( place qui n’est d’ailleurs pas un stationnement autorisé ) devant l’entrée des caves, mon fauteuil ne pouvant être " parké " que dans la cave. Tout ceci fut fait dans le but de pouvoir, comme tout un chacun, circuler librement et accéder à l’extérieur de mon logement, pour aller en ville, dans les commerces, voir mes enfants, me promener... Bref, afin de ne pas être prisonnière de mon logement, en sus de mon handicap.

    Lentement mais sûrement, tout le voisinage accepta de bonne grâce de faire ce petit effort à l’impact immense pour mon bien-être. Tous, sauf un couple de voisins dont le véhicule fut, de manière réitérée, garé à cet emplacement, malgré mes nombreuses suppliques, et celles de mon entourage.

    La situation dégénéra lorque, le 12 janvier ( donc six mois et une bonne cinquantaine de réclamations auprès du dit-voisin plus tard ), mon auxilliaire de vie permanent contacta, en désespoir de cause, les forces de l’ordre. Malgré qu’elles le réprimandèrent sans le verbaliser, celui-ci se fit désormais menaçant ( par la parole et le geste ) à notre égard ; suivirent de nombreuses dégradations à l’encontre de mon fauteuil. Le 06 février à 09h, Sébastien Thévenot ( mon auxilliaire ) pris de nouveau contact avec la Police qui verbalisa cette fois. La femme du couple agressa mon auxilliaire le matin-même. Le soir, de retour avec mon auxiliaire, elle s’en prit verbalement puis physiquement à moi, puis vint le tour de son mari qui nous frappa tous deux du poing au visage. La suite, vous la connaissez ou vous en doutez : hospitalisation ( j’ai eue la machoîre fracturée, 3 dents déchaussées, 1 dent cassée et 21 jours d’ITT ; Sébastien a eut de multiples contusions cervicales et dorsales dont il souffre encore et plus d’1 mois d’arrêt de travail ), dépôts de plaintes,ect... Le proçès est prévue pour le mois de mai. Ces faits ont été rapportés dans divers journaux ( Le Progrès, France- Soir, Aujourd’hui en France, le 13h de France 2 ), à la radio ( NRJ, Nostalgie, Scoop FM, Radio Tropiques ) et dans l’émission de M. Jean-Luc Delarue ( Toute une histoire ).

    Depuis, nous sommes suivis par des psychologues de l’Avema ; néanmoins, ayant subies entre-temps de nouvelles agressions verbales ( menaces, injures, calomnies, tentatives d’intimidation, ect... ) dans le quartier, ayant manqués en outre de nous faire agresser de nombreuses fois, nous avons effectués les démarches nécessaires pour que je sois relogée. Or, mon bailleur ( Bourg Habitat ) refuse actuellement de traiter ma demande, étant dans l’attente de se voir verser un retard d’APL ( 18 mois ) de la part de la CAF me concernant et qui serait perdue si je serais relogée d’ici-là : autrement dit, leurs profits sont bien plus important que la vie d’une personne handicapée dont la vie menacée et devenue un enfer !

    Ma demande est des plus simples : l’obtention urgente ( et non d’ici la fin de l’an prochain comme prétendu par le bailleur ) d’un logement conforme ( c’est à dire non-vétuste et non dangereux, contrairement à celui que j’occupe actuellement ), adapté à mon handicap (pas d’escalier par exemple ) et hors du quartier de la Reyssouze où je ne suis plus désormais la bienvenue.

    C’est pourquoi je mets à votre disposition ici-même un espace au travers duquel vous pouvez apporter votre contribution gratuitement ( par signature contestataire ) pour que nos voix puissent, ensemble, faire le poids face à une situation d’un autre âge. Faites circuler cette pétition, imprimez-la, photocopiez-la, parlez-en : le pari relevé avec le nouveau maire de la commune est de dépasser les 10 000 ( ! ) signatures avant le procès.

    En signant, vous nous aiderez à faire prendre conscience aux pouvoirs publics en place ( à Bourg, dans l’Ain, en Rhône-Alpes, mais aussi peut-être en France et en Europe ) que les situations d’urgences exigent parfois des mesures d’urgences, comme c’est le cas ici.

    Mes proches, ceux de mon auxilliaire de vie, Sébastien et moi-même vous remercions pour avoir pris le temps de lire ces quelques lignes et d’avance, pour celui que vous nous accorderez en nous aidant à disposer du plus grand nombre de signataires.

    Aurore Stasky,

    dite " Miss oygène ".

    PS : l’adresse de la pétition est : http://www.lapetition.be/en-ligne/une-agression-intolrable-2008.html


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin