| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 22 mars 2012

Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Propos recueillis par Olampe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Ana Pak, exilée politique iranienne et militante féministe, fait partie du collectif Lesbiennes-Féministes-ba-ham (CLFBH), créé en février 2012. Dans cet entretien, elle nous présente le collectif, ses origines, ses objectifs.

Pourquoi avez-vous créé ce collectif ?

En 2008, lors d’un débat à l’Université de Columbia aux États-Unis, Ahmadinejad déclara qu’ "en Iran, il n’y a pas d’homosexuels !"(sic).
C’est "vrai" puisque l’État islamiste d’Iran les exécute, torture, viole, emprisonne, persécute et mutile.

Bien évidemment en Iran, comme partout dans le monde, il y a des lesbiennes et des homosexuels.

En 2010, des lesbiennes, des homosexuels et des transexuels ont voulu créer un mouvement d’exilé-e-s LGBT d’Iran.

JPEG - 73.4 ko
Ana Pak, féministe iranienne et exilée politique

Très rapidement, les lesbiennes féministes, qui d’ailleurs étaient à l’origine de ce mouvement, se sont rendu compte que ce n’était pas possible de lutter contre le patriarcat dans un mouvement mixte. C’est pourquoi, en novembre 2010 à Frankfort, nous avons tenu notre première rencontre internationale des lesbiennes d’Iran.

En France, depuis quelques années, nous avons constaté qu’il y avait une vague d’exilées en raison de leur lesbianisme. Afin de rompre l’isolement dû à la brutalité de l’exil, nous avons voulu créer un espace d’accueil. Car si une personne qui est dans les mouvements politiques sait et est consciente du danger et des risques qu’elle prend, deux femmes qui s’aiment et vivent leur amour dans la clandestinité totale ne se doutent parfois pas des risques et des menaces. Il y en a pourtant beaucoup.

Par exemple, le régime islamiste de Téhéran, à cause des dénonciations, tend des guets-apens aux lesbiennes qui se rendent à de micro-rencontres chez les unes et les autres.

Celles qui ont réussi à s’échapper ont cru au début qu’il leur suffirait de partir quelque temps de chez elles, de leur quartier et de leur ville, ou d’aller dans un pays voisin pour être en sécurité. Mais en réalité, elles n’ont pas pu rentrer et ont été forcées, sans y être préparées, de tout quitter du jour au lendemain. C’est pourquoi, l’exil est très douloureux et brutal.

Tout en se battant pour régulariser leur situation administrative ici, elles sont dans l’espoir d’un retour prochain chez elles.

Nous voulons être là, les accueillir, les écouter, lorsqu’elles arrivent en France.

Pourquoi avoir nommé ce collectif Lesbiennes-Féministes-ba-ham ?

Lesbiennes-Féministes se prononcent de la même manière en persan et Ba-ham signifie ensemble en persan. Nous sommes pour la plupart nées et avons grandi en Iran (avec toutes ses montagnes, neiges, ressources, couleurs, ses déserts, roses, grenades... qui continuent de nous rappeler le pays de l’enfance et à nous faire rêver).

Nous voulions montrer le mensonge et le ridicule des propos d’Ahmadinejad et du régime islamiste qui dit qu’"en Iran il n’y a pas d’homosexuel-les", tout en refusant de se revendiquer d’une quelconque nationalité.

Ce dilemme nous a retardées plus d’un an pour lancer le mouvement. Mais cette réflexion était utile, car en tant que féministes nous refusons d’adhérer à n’importe quelle fiction inventée par des mâles : race, religion, nation, culture, couleur politique....

Nous ne voulons nous revendiquer d’aucune de ces institutions du patriarcat. Car celles-ci n’existent que pour enfermer et diviser les femmes.

Comment se dire iranienne, française ou d’un quelconque pays, lorsque sur la planète entière seulement 1% des terres appartient aux femmes, et que les femmes n’ont aucun pouvoir politique ?

Nous pensons que les femmes n’ont pas de matrie (comme disent les persophones), ou bien de patrie (comme disent les francophones).

Le persan étant une langue commune parlée en Iran et dans une bonne partie d’Afghanistan et du Tadjikistan, nous avons décidé de nous organiser autour d’une communauté langagière persophone.

La langue a été forgée par nos oppresseurs. Nous devons créer notre propre langage afin de nous réapproprier la langue.

Tout comme nous devons nous réapproprier notre corps qui a été marqué au fer rouge du patriarcat.

En Iran, nous étions condamnées à porter le voile qui nous a déformé le corps et l’esprit.

Pour ma part, il m’a fallu beaucoup de temps pour me réapproprier mon corps. Peut-être aussi est-ce pour cela que je suis restée aussi longtemps étrangère à moi-même.

Comment sont reçues les lesbiennes exilées d’Iran en France ?

Depuis l’élection de Sarkozy, l’accueil des demandeuses et demandeurs d’asile en France est inhumain. Cela touche aussi les lesbiennes exilées. Le manque de moyens par lequel l’État français contraint les travailleuses-eurs sociaux d’accueillir les demandeuse-eurs d’asile est lamentable.

L’attente pour l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) est très longue. Et parfois les demandes sont rejetées.

En ce qui concerne des associations françaises, il n’y a pas grand-chose, à part le RAJFIRE (Réseau pour l’Autonomie Juridique des Femmes Immigrées et Réfugiées) et surtout l’ARDHIS (Association pour la Reconnaissance des Droits des Personnes Homosexuelles, Transexuelles à l’Immigration et au Séjour), qui aide à la régularisation des situations administratives des femmes lesbiennes.

L’Association des Femmes Iraniennes pour la Démocratie (LFID) accompagne les femmes dans leurs démarches administratives, santé....

Sur le plan politique, il y a un manque d’intérêt, d’échange, de curiosité et de solidarité de la part de la communauté lesbienne française envers les problématiques des femmes d’ailleurs et des nouvelles arrivantes.

Quelle est la situation des femmes en Iran et en Afghanistan ?

Comme partout dans le monde, les femmes subissent la violence des hommes, la contrainte au mariage, à l’enfantement et à la maternité, à l’hétérosexualité, le viol, la prostitution...

Il y a en plus la violence de la religion, institutionnalisée par l’État islamiste.

L’apartheid sexiste imposé aux femmes. La loi soumet les femmes à un statut de mineures à vie. Une fille peut être légalement contrainte au mariage dès 9 ou 13 ans, sous le contrôle du père. Une fois mariée, la femme perd toute liberté en passant sous le tutorat de son mari : légalement elle ne peut ni voyager seule, ni étudier, ni travailler sans l’accord du mari.

Une femme seule (=sans homme) ne peut pas dormir à l’hôtel. La part d’héritage d’une fille est moitié de celle de son frère. Le témoignage en justice de deux femmes égale celui d’un homme. Un homme peut tuer son épouse en prétextant qu’elle est adultère. Alors qu’une femme qui tue pour se défendre d’un violeur sera condamnée à mort par la justice. Dans ces pays, les femmes accusées d’adultère sont lapidées.

Puis il y a des violences qui sont plus spécifiques : en Afghanistan, les Talibans menacent, attaquent et torturent les petites filles qui vont à l’école. Ils les brûlent par l’acide, leur coupent le nez, l’oreille...

En Iran, une femme mariée à un étranger, même vivant dans le pays, ne peut transmettre sa nationalité et ses droits à ces enfants. Or en Iran il y a 4 millions de personnes afghanes exilées et immigrées, et beaucoup de mariages mixtes. Les enfants des femmes iraniennes sont privés d’école !

En Iran, la première violence est le voilement obligatoire de toutes les femmes. Nous le condamnons et luttons contre le voile de toutes nos forces. Le voile est le drapeau de l’appropriation par les hommes, du corps des femmes. Le voile est comme l’étoile jaune que les nazis obligeaient les juifs à porter. En même temps que le voile cache les femmes, il les désigne comme le "Sexe", et par là même les sexualise.

Dès neuf ans, une petite fille a un corps sexué, sexualisé et est obligée de disparaître sous le voile. Par conséquent, elle peut être obligée au mariage.

Ainsi, dans ces deux pays, la pédocriminalité est légalisée : les petites filles sont mariables, à partir de 9 ou 13 ans.

Les corps des femmes sont les champs de batailles des hommes : ils les voilent, violent, rendent invisibles, achètent, vendent, torturent, lapident...

Et la situation des lesbiennes ?

Les lesbiennes et les homosexuels sont l’objet de violences spécifiques. Si quatre hommes témoignent de l’homosexualité d’une femme ou d’un homme (relation intime entre deux personnes de même sexe), la personne est condamnée à mort.
En Afghanistan, aussi bien le gouvernement que les Talibans enterrent les personnes homosexuelles et font s’écrouler un mur sur elles. En Iran, le régime islamiste les tue par pendaison.

Exécutions, tortures, viols, emprisonnements, persécutions, mutilations psychologiques et corporelles (électrochocs, injections d’hormones et de psychotropes, culpabilisation fondée sur les croyances religieuses...) menacent la vie des hommes et femmes homosexuelles depuis plus de 30 ans en Iran.

En Iran, le « changement » de sexe est largement imposé et pratiqué par tout l’appareil d’État islamiste (Ayatollahs, médecins, administrations...). Car le régime islamiste dit que si une femme en aime une autre, c’est qu’elle aurait dû naître homme (c’est donc une erreur de la nature qu’il faut corriger ! Mais, d’un clin d’œil, le dieu disparaît et la nature prend sa place et devient fautive). Donc il oblige la lesbienne à prendre l’apparence d’un homme : par des injections hormonales, ablation des seins...

Si un homme en aime un autre, il aurait dû naître femme, donc, par les hormones, ils lui font gonfler les seins, on lui enlève le pénis... À la fin, ils créent des individu-es sans aucune identité. Ces personnes ne peuvent plus avoir de quelconques relations sexuelles, car leur corps est marqué par les bistouris chirurgicaux. À la place du sexe, on leur a laissé des trous. Des personnes qui ne savent qui elles sont. Elles n’ont aucun accès au marché de travail, rejetées par leur famille et la société, elles se retrouvent sur le "marché" de la prostitution. Et malheureusement dans beaucoup de cas, elles finissent par le suicide.

Tout cela parce que, dans la société islamiste, ils ne veulent pas sortir du schéma homme-femme, ils ne veulent pas remettre en question la construction sociale des sexes. Pour eux, la société est faite des femmes et hommes marquées et chargées sexuellement dans une relation hétéro-androcentrique.

Quels sont vos objectifs ?

Nos buts sont :

. Rendre visibles les lesbiennes nées dans les pays persophones.

. Accueillir de nouvelles arrivantes contraintes à l’exil. Leur offrir un espace d’écoute, d’entraide et d’échanges afin de rompre l’isolement dû à la brutalité de l’exil.

. Les accompagner, informer et soutenir : traduction de documents, information sur les droits, accompagnement dans les démarches administratives (régularisation, santé, logement, recherches de formation et de travail).

. Dénoncer l’apartheid sexiste dans ces pays : en premier lieu, la lutte des femmes de là-bas pour se libérer du voile et de ses conséquences.

. Faire prendre conscience aux femmes et aux féministes d’ici du danger de l’islamisme rampant en Europe. Et leur demander de soutenir la lutte des femmes contre l’apartheid sexiste : le voile, le mariage forcé, la mutilation sexuelle, crimes dits d’"honneurs", le viol, le trafic des enfants et des femmes à des fins de prostitution vers les pays riches (Europe de l’Ouest, pays arabes du Golfe Persique, Amérique du Nord).

• Relayer ici les luttes féministes de là-bas.

• Faire connaître les éventuels soutiens des féministes d’ici aux luttes des femmes de là-bas.

Quelles sont vos revendications politiques ?

• Lutter contre la misogynie et la haine des lesbiennes ici et là-bas.

. Dénoncer et lutter contre les violences des hommes contre les femmes. Violences basées sur la religion. Violences légalisées par l’État islamiste.

. Dénoncer les violences spécifiques contre les lesbiennes et les homosexuels.

. Créer un espace d’échanges, de réflexions et de revendications politiques pour lutter contre toutes les institutions du patriarcat ainsi que ses outils.

Quel message souhaites-tu adresser aux lesbiennes en France ?

Tant que les femmes ne se constitueront pas en classe des femmes, on ne pourra pas se débarrasser du patriarcat et de ses institutions qui organisent les violences des hommes contre les femmes.

Tant que nous adhérerons à toutes les fables et fictions (pays, nation, culture, tradition, religion, institutions, mariage, État, patrie, race, partis politiques etc…) inventées par les hommes, pour visser, diviser et subdiviser les femmes, rien ne changera pour elles. En adhérant à leurs fictions, elles se soumettent à la politique des hommes contre l’intérêt de notre propre classe.

Nous n’enlèverons nos chaînes que lorsque nous ne nous retrancherons plus derrière les fictions des hommes, fictions qu’ils ont inventées pour nous aliéner.

Comment peut-on se dire contre le patriarcat et en même croire à ses fictions ? Si des lesbiennes, comme des homosexuels continuent à revendiquer le mariage, la GPA, si elles rejettent les unes et les autres femmes et féministes au nom de "blanches" "racialisées" ? Qu’est-ce qu’elles ont compris du fonctionnement du patriarcat, et par conséquent, de la lutte contre lui ?

C’est le patriarcat qui a inventé la notion de "race" pour justifier la traite, l’extermination et la colonisation d’autres humains. Sinon comment la couleur de peau ou la religion peut-elle constituer la "race" ??!

Femmes ! Laissons ces fictions de côté ! Unissons-nous dans la classe des femmes. Pour changer le monde !

Comment vous contacter ?

Vous pouvez nous écrire cette à adresse pour vous tenir informées.

Nous vous communiquerons plus tard l’adresse de notre blogue. Nos moyens sont très limités, c’est pourquoi il faut être patiente.

Propos recueillis par Olampe.

Février 2012

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 mars 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin