| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mercredi 31 août 2011


"J’ai le sentiment d’avoir sauvé une vie”
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation

par Rachel Stevenson, The Guardian



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé




JPEG - 7.8 ko
The Guardian, 2011

Une vidéo publiée par The Guardian* montre une équipe entièrement féminine exécutant le travail hasardeux et minutieux de retirer le matériel israélien non explosé de la guerre de 2006.

Ce n’est qu’en regardant attentivement qu’il devient évident que certaines des personnes corpulentes, dans des vestes blindées, qui fouillent les champs du Liban-Sud pour détecter des bombes à fragmentation, portent un hijab sous leurs casques protecteurs.

Autrefois enseignantes, infirmières, femmes au foyer, ce groupe de femmes est à présent entièrement formé pour chercher des mines et constitue la seule équipe de déblaiement uniquement composée de femmes au Liban, ratissant le sous-sol pouce par pouce pour retrpuver les restes d’une des armes les plus incidieuses de la guerre moderne.

C’est Lamis Zein, 33 ans, une mère de deux enfants, divorcée, qui dirige les femmes dans le champ et qui supervise l’équipe. Elle a été une des premières recrues de l’équipe, mise sur pied par l’ONG de déminage norvégienne Norwegian People’s Aid (NPA).

« Quand j’ai appris qu’ils recrutaient, j’ai présenté immédiatement ma candidature », a dit Zein. « Au début, les hommes ont été surpris de nous voir dans les champs, portant le même équipement de protection qu’eux, détruisant des bombes comme eux. Mais nous travaillons ensemble en tant qu’équipe de femmes. Nous partageons des choses que nous ne partagerions pas avec des collègues masculins. Nous faisons bien ce que nous faisons et nous montrons que les femmes peuvent effectuer n’importe quelle sorte de travail ».

Leur travail minutieux est devenu une nécessité, il y a cinq ans, après qu’Israël ait arrosé de bombes à fragmentation le Sud-Liban avec une telle envergure que l’ONU a condamné cet acte comme une « violation flagrante du droit international. »

Le combat a commencé en juillet 2006 quand le Hezbollah, le groupe armé islamique qui avait terrorisé Israël avec des attaques de missiles, a franchi un pas de plus et dressé une embûche contre une patrouille israélienne, tuant deux soldats et en kidnappant deux autres. A la mi-août, des discussions de cessez-le-feu étaient en cours. Mais l’assaut final d’Israël, 72 heures avant la paix le 14 août, a consisté à lancer pas moins quatre millions de petites bombes à fragmentation sur le Sud-Liban. Les bombes à fragmentation éclate à mi-air et dégagent des petites bombes qu’un impact est censé faire exploser. Mais beaucoup de celles qui ont été lancées sur le Liban n’ont pas explosé, restant au sol comme des mines terrestres pouvant exploser à tout moment. L’équipe des femmes travaille en tandem avec d’autres équipes de chercheurs, le tout coordonné par l’armée libanaise, pour nettoyer le matériel non explosé qui jonche encore la campagne. 

« Les femmes sont plus patientes que les hommes », a dit Zein. « C’est pourquoi nous faisons bien ce travail. Nous travaillons plus lentement – et nous sommes peut-être un peu plus effrayées que les hommes ».

Quel que soit le sexe de ceux qui cherchent dans les broussailles, le risque est toujours le même – un mouvement inconsidéré et ils peuvent perdre une jambe. Le jour précédent, un chercheur d’une autre équipe de déminage a été blessé, ce qui a rappelé à tous et à toutes le danger de ce boulot. C’est pour de bonnes raisons que chacun-e a son groupe sanguin brodé sur sa veste.

« Mes gosses s’inquiètent toujours pour moi, surtout hier quand ils ont entendu parler de l’accident », dit Abeer Asaad, une membre de l’équipe, mère de cinq filles. Elles m’ont demandé hier de quitter le boulot. Elles ont eu si peur. »

« J’étais sans emploi quand j’ai appris que le NPA recrutait des femmes pour une équipe de déminage et j’ai posé ma candidature sans le dire à personne, pas même à mon mari. Quand il l’a découvert, il ne voulait pas que je le fasse. J’avais peur aussi. Rien que d’entendre le mot « bombe », on a déjà peur. Mais quand j’ai commencé à travailler, cela a été différent, surtout si on est prudent tout le temps et qu’on suit les règles. On doit être attentives et se concentrer quand on est dans un champ, et on doit examiner le sol lentement. »

Zein aussi a dit que sa famille n’a commencé à accepter son boulot qu’après qu’elle ait été quatre ans dans les champs. « J’ai été professeure d’anglais pendant huit ans. J’avais envie d’un changement, et ceci ne pouvait pas être plus différent que d’enseigner. » « Ma famille, bien sûr, était inquiète, mais maintenant elle me demande chaque jour combien de bombes à fragmentation j’ai trouvées et combien j’en ai détruites. »

Elle est la seule femme à avoir reçu une formation pour détruire des explosifs et, à la fin de la journée, elle fait exploser les petites bombes qu’elles ont trouvées. « Je suis si heureuse quand on les trouve et que je peux exécuter ce pourquoi j’ai été formée. »

Elles ont trouvé 38 petites bombes dans le champ dans lequel elles travaillent depuis mai, et deux sur la route allant au site, que des véhicules utilisent tous les jours. D’autres personnes, qui se sont trouvées aussi près de petites bombes, n’ont pas eu autant de chance. Il y a eu environ 400 victimes, dont 50 morts, depuis 2006.

C’est un an après la guerre que Rasha Zayyoun s’est retrouvée sur la liste des victimes. La vie était redevenue normale pour la jeune fille alors âgée de 17 ans et sa famille, après la dévastation de l’été précédent. Son père avait ramené à la maison, pour qu’elle le nettoie, un boisseau de thym qu’il avait récolté mais aucun des deux n’avaient remarqué une petite bombe cachée dans les feuilles. En commençant à travailler, ses doigts ont touché l’engin, et pensant que c’était une saleté, elle l’a jeté de côté. En atteignant le sol, il a explosé. Rasha a perdu la jambe gauche en dessous du genou. « C’était si douloureux, c’était de la torture, a-t-elle dit dans la maison familiale du village de Maarakeh où elle essaie de se faire une vie comme couturière. Maintenant, j’ai une prothèse mais je ne peux marcher avec que quelques minutes. »

Des histoires comme celle de Rasha sont ce qui fait chanter et danser Asaad quand elle trouve une petite bombe. « J’ai le sentiment d’avoir sauvé une vie », dit-elle, rayonnante. « Quand je trouve une bombe à fragmentation et que je l’enlève, elle ne fera plus de victimes. Ce sentiment est indescriptible. »

« Nous sentons que nous faisons quelque chose pour le Liban », dit Zein. Nous permettons aux enfants de jouer en sécurité dans les champs et aux paysans de retourner dans leurs champs afin de gagner de l’argent pour leurs familles ».

Le Liban essaie de convaincre plus de pays de signer un traité international pour interdire les bombes à fragmentation et, le mois prochain, il accueille une convention internationale pour promouvoir la cause.

Mais pendant que le débat sur l’usage de bombes à fragmentation se poursuit, pour les femmes de l’équipe 4 du NPA, une autre journée se termine. À 15h, avec une température supérieure à 40°, les femmes emballent leur matériel, le placent dans une camionnette et retournent dans leur famille.

Zein compte leurs réalisations de la journée : 330 mètres carrés nettoyés, une petite bombe à fragmentation trouvée et détruite, toute l’équipe rentrée indemne. Cela a été une bonne journée, mais il reste 18 mètres carrés encore à nettoyer, il y en a encore beaucoup plus à trouver avant que leur boulot ne soit terminé.

* Voir la vidéo.

- Version originale : « ’I feel like I’ve saved a life’ : the women clearing Lebanon of cluster bombs », The Guardian, 12 août 2011.

- Traduction : Édith Rubinstein, liste des Femmes en noir, le 17 août 2011. Pour s’abonner à cette liste, voir ici. Révision : Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 août 2011

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Rachel Stevenson, The Guardian



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin