| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






vendredi 20 janvier 2012

Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Une entrevue avec la féministe hollandaise Cisca Dresselhuys

par Ann Peuteman et Han Renard



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les femmes et la mission indienne pour Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé




Pendant des décennies, elle a été l’une des féministes des plus influentes aux Pays-Bas.

« Mais avec des talons hauts et bien du maquillage », dit-elle. Cisca Dresselhuys parle des hommes qui craignent la révolution, des femmes qui n’arrivent pas à choisir, du féminisme qui s’est essouflé, du port du foulard islamique, de l’affaire DSK et de bien d’autres sujets.

Elle est déjà à la retraite depuis quelques années maintenant, mais elle a dirigé pendant 27 ans le mensuel féministe Opzij (De côté) qui est une publication importante en Hollande. Outre d’avoir été rédactrice en chef, Cisca Dresselhuys est évidemment féministe. « C’était presque un travail à temps plein, dit-elle. C’est comme féministe qu’on me demandait toujours mon commentaire dans les médias. Ce qui faisait que les gens s’intéressaient davantage à mon idéologie qu’à mon métier. Et pour Opzij, c’était évidemment une bonne affaire que j’apparaisse si souvent à la TV. Et si c’était possible, je me rendais toujours à cette sorte d’invitation. À moins, évidemment, que ce fût vraiment idiot (…) »

Aujourd’hui, le journal Opzij existe encore mais il est lu beaucoup moins avidemment qu’il l’était pendant la grande époque de la deuxième vague féministe. En outre, le féminisme n’est pas vraiment dans le vent aujourd’hui, surtout pas aux yeux des jeunes femmes qui commencent leur vie professionnelle.

***

Q : D’après vous, comment cela se fait-il ?

Cisca Dresselhuys - Les féministes ont toujours eu une image négative : haïsseuses d’hommes, lesbiennes, moches, habillées dans des sacs de jute, sans maquillage. On a pourtant tout fait pour aider le féminisme à se débarrasser de cette image. Moi-même, je disais toujours : « Je suis une féministe, mais je suis aussi amateure de maquillage, d’escarpins, de rouge à ongles et de beaux vêtements. De quoi êtes-vous donc en train de parler ? » Mais ce n’était apparemment pas suffisant.

Q : Le cliché est trop opiniâtre ?

Cisca Dresselhuys– C’est parce que, pour beaucoup de gens, il était avantageux de maintenir ce cliché. Il y a bien longtemps, par exemple, je me trouvais pour Opzij à un salon du ménage. On y avait un joli stand entre les rabots à concombre et du matériel pour faire des boucles et nous pouvions distribuer gratuitement des journaux. Soudain, un homme est revenu vers notre stand et il a jeté ces journaux dans notre direction. « Ma femme n’a pas besoin de cela », a-t-il dit.

Sur ce plan, les hommes étaient assez futés. Ils voyaient clairement que le féminisme était un mouvement révolutionnaire, encore plus que le socialisme et le communisme. Seulement nous, nous n’avions heureusement pas causé de morts. Le féminisme était quelque chose qui se déroulait dans sa propre maison : à l’intérieur des murs se déroulait une lutte. Nous voulions des chances égales et à qui devions-nous les exiger ? Naturellement aux hommes, et donc aussi à notre propre homme. Les hommes ont ressenti très vite que cela allait ronger leurs racines, et ils ont donc conservé le préjugé que le féminisme était réservé à des femmes laides qui n’arrivaient pas à avoir un homme. Pour l’image du féminisme, cela ne s’est jamais arrangé plus tard.

Q : Entre-temps le féminisme a échoué dans des eaux très tranquilles. On ne peut tout de même plus parler aujourd’hui d’un mouvement révolutionnaire ?

Cisca Dresselhuys- Pour le moment, c’est en effet plutôt calme sur le front de l’émancipation. Le féminisme se trouve même actuellement presque sous terre. Du moins en Hollande. Autour de 1900, on a eu la première vague féministe, avec le droit de vote comme objectif de lutte. Après cela, il n’y a plus rien eu pendant longtemps. En 1967, on a eu la seconde vague féministe, à laquelle j’ai moi-même appartenu. Celle-là s’est évanouie depuis et maintenant nous sommes en train d’attendre une troisième vague. Parfois on pense qu’on y est, parce que deux ou trois femmes veulent s’organiser, et puis cela disparaît de nouveau.

Le féminisme a naturellement déjà acquis beaucoup. Sinon, je ne serais jamais arrivée à être rédactrice en chef et vous ne seriez pas journalistes. Tout ce que font des femmes, étudier à l’université, aller chez les pompiers ou l’armée, c’est grâce au féminisme. Et justement parce que tellement a été réalisé, le féminisme n’est plus un mouvement aussi florissant qu’il y a 40 ans. Mais en venir à dire maintenant que ce n’est plus nécessaire… Surtout en temps de crise comme maintenant, si on réduit beaucoup les dépenses, on doit en tant que femme rester sur le qui-vive pour qu’on nous ne reprenne pas de nouveau des acquis.

Q : Ne voyez-vous pas aujourd’hui de signes précurseurs de cette troisième vague qu’on attend depuis longtemps ?

Cisca Dresselhuys - J’ai cru pendant longtemps qu’elle naîtrait en Hollande autour d’une femme comme Ayaan Hirsi Ali. Parce qu’il y a évidemment parmi nous un grand groupe de femmes allochtones*, dont une grande partie vit encore au Moyen Âge. C’est pourquoi j’ai cru que Ayaan Hirsi pouvait être la pionnière d’une vague dirigée vers les femmes allochtones. Mais cela ne s’est pas produit, elle est partie. Dans le domaine de l’émancipation des femmes allochtones non occidentales, il doit encore se passer beaucoup de choses.

Q : Certaines coutumes que Ayaan Hirsi Ali met au pilori, comme le port du foulard, ne sont-elles pas trop souvent défendues au nom du féminisme ?

Cisca Dresselhuys- Le foulard est sûrement une question qui fait débat chez les féministes. J’ai bien expliqué déjà 600 fois mon propre point de vue (elle soupire). Pour ne pas m’étendre : je ne trouve pas qu’il faut interdire le foulard, mais j’y suis bien opposée. En Hollande, j’ai un jour provoqué une dispute quand j’ai dit que je ne voulais pas à Opzij une rédactrice avec un foulard. Des masses de courriels furieux, les médias me culbutaient. Pourquoi, à mon avis, ne pouvait-il pas y avoir une femme avec foulard à Opzij ? Parce que nous, comme féministes, nous nous sommes affranchies de beaucoup d’années d’oppression religieuse. Et alors je laisserais aller dans la rue, au nom d’Opzij et du féminisme, une rédactrice ornée de ce que je considère comme un signe d’oppression ? Cela, je ne le voulais pas et on m’en a beaucoup voulu, mais je maintiens encore toujours ce point de vue.

Q : Celles qui ne travaillent pas à Opzij peuvent porter un foulard ?

Cisca Dresselhuys- À part cela, je trouve simplement qu’on doit pouvoir en porter. C’est ce foulard qui permet à beaucoup de jeunes femmes de travailler à l’extérieur. Il est vrai qu’en Hollande, on le voit beaucoup plus qu’il y a quelques années. C’est une sorte de rébellion de jeunes femmes allochtones : je suis qui je suis, et cela je le ferai voir. De plus, les jeunes femmes le portent aussi parce qu’alors on les laisse tranquille, et cela, je ne trouve pas que c’est une motivation élégante.

Les musulmanes doivent porter un foulard, les femmes juives orthodoxes mariées se rasent la tête et mettent une perruque, nos femmes SGP (le parti hollandais réformé orthodoxe) ne peuvent pas se couper les cheveux et doivent porter un chapeau quand elles vont à l’église. C’est donc toujours orienté sur les cheveux des femmes. Pour le dire un peu crûment : nous les femmes devons faire en sorte de ne pas émoustiller les hommes. Cela non plus, je ne trouve pas que c’est un objectif féministe. Si les hommes estiment qu’ils doivent réprimer leur sexualité, qu’ils aillent prendre une douche froide.

Q : Au fond, comment êtes-vous venue au féminisme ?

Cisca Dresselhuys- Via le journalisme. Je suis devenue journaliste dans le journal Trouw (Fidèle) à 18 ans. J’étais la première et l’unique femme de la rédaction. Quand est survenue la seconde vague féministe au milieu des années 1960, je rédigeais la page féminine. Et ainsi, j’allais pour le journal à toutes ces nouvelles initiatives. À un moment donné, je me suis dit : je ne suis pas seulement ici comme journaliste, cela me concerne aussi.

En réalité, on peut arriver au féminisme de deux manières. La première, par la raison : la conviction qu’il va de soi que la moitié de la population mondiale ait les mêmes droits que l’autre moitié. À côté de cela, beaucoup de femmes ont rejoint le féminisme parce qu’elles ont été victimes de violence ou d’inceste. Le mouvement des femmes était la première organisation où elles pouvaient raconter leur histoire.

Q : Tant d’années après la seconde vague féministe, les femmes ne reçoivent toujours pas un salaire égal pour un travail égal, et il est assez fou que personne ne s’insurge vraiment contre cela.

Cisca Dresselhuys- Les femmes sont naturellement aussi de temps en temps de bonnes bêtes. Elles pourraient faire beaucoup plus de bruit pour beaucoup de choses, mais d’une manière ou d’une autre, cela ne se trouve pas dans leurs gènes – du moins chez beaucoup. Elles se plaignent bien entre elles en faisant leurs courses, mais passer à l’action, holà. J’appartiens naturellement à la génération qui, elle, est passée en action. Je n’ai jamais marché avec des talons hauts derrière un calicot (banderolle) à La Haye, mais on peut aussi passer à l’action dans le journalisme.

Q : N’est-il pas vrai que les femmes négocient moins bien leur salaire ?

Cisca Dresselhuys- Il est vrai que les femmes sont moins sensibles que les hommes au statut que donnent une auto ou des salaires, mais elles ne s’y prennent pas très bien pour solliciter quelque chose. Comme patronne, j’ai toujours dû engager des femmes. Chez moi elles venaient bien sûr dans un endroit convenu – il n’y a pas d’hommes qui travaille dans un emploi permanent à Opzij. Mais alors ces femmes commençaient leur discours de sollicitation ainsi : « Savez-vous ce que je ne connais pas bien. » Alors j’éclatais de rire et disais : « C’est précisément ce qu’il ne faut jamais faire. » Quand des hommes dans une entrevue d’emploi s’entendent dire qu’ils ont besoin d’un permis de conduire spécial, ils pensent déjà : j’irai le chercher demain. Mais les femmes disent : « Oh non, comme c’est dommage, je n’en ai pas ».

Q : Les femmes ne sauraient pas non plus travailler en équipe.

Cisca Dresselhuys- Les hommes qui dirigent une entreprise se sentent toujours comme un poisson dans l’eau. Ils sont souvent entourés d’hommes qu’ils connaissent déjà de leur club étudiant, du golf ou du Rotary. Comme femme dirigeante, on est souvent assez solitaire dans ce milieu. Alors il vaut mieux faire en sorte qu’un homme plus âgé vous prépare et vous soutienne. Les hommes jeunes ne cèdent rien, mais un homme plus âgé qui a déjà fait carrière, oui.

Q : Êtes-vous partisane de quotas pour le conseil d’administration de grandes entreprises ?

Cisca Dresselhuys- Peu à peu, oui. Ce n’est évidemment pas un système idéal – mais on a déjà tout essayé, de l’action positive à la discrimination positive, et tout cela a rapporté trop peu. Certains disent que les quotas ne peuvent pas marcher parce qu’il n’y a pas assez de ces femmes compétentes, mais je trouve qu’on doit l’essayer.

Q : On entend dire souvent que les femmes ont moins d’ambition.

Cisca Dresselhuys- C’est vrai en partie. Aux États-Unis, par exemple, les femmes sont beaucoup plus ambitieuses. L’ancien directeur de KPN, notre grande entreprise de télécom, m’a dit un jour, pendant une interview, que les dirigeants d’entreprise américains ne savaient même pas si les femmes qui travaillaient chez eux étaient mariées ou si elles avaient des enfants. Ce n’est simplement pas un problème là-bas. Elles sont toujours au travail et elles peuvent aussi participer à des voyages à l’étranger. Mais croyez-moi, je ne trouve pas cela si bien non plus. Mais en Hollande, tout le monde en fait une grande affaire, quand on est cadre et qu’on a des enfants. Cela provient peut-être aussi du fait, qu’en Hollande, les femmes pendant longtemps n’ont pas été obligées d’aller travailler, contrairement, par exemple, aux femmes belges. Maintenant 70% des femmes hollandaise travaillent, mais presque toutes à temps partiel.

Q : Trouvez-vous regrettable que des femmes à haute qualification ratent des possibilités de carrière par le travail partiel ou en ne travaillant pas du tout ?

Cisca Dresselhuys- Oui, je trouve cela dommage. J’ai déjà dit souvent que la vie de l’entreprise et la politique devraient s’adresser davantage à des femmes de plus de 40 ans. Elles ont déjà derrière elle toutes ces responsabilités avec les enfants. Pensez à des femmes comme Hillary Clinton.

C’est toujours délicat, car on ne peut pas s’attaquer à ses semblables, mais les femmes doivent naturellement aussi savoir qu’on doit choisir dans la vie. Et qu’on ne doit pas toujours vouloir tout en même temps. Quand on commence une carrière politique alors qu’on veut devenir enceinte, alors je pense qu’il ne faut pas cela en même temps.

Q : Les médias, ces dernières années, se sont en tout cas féminisés. D’après vous, est-ce aussi visible dans les articles de journaux et à la TV ?

Cisca Dresselhuys- Oui, on peut le voir un peu dans certains journaux. Pendant les 20 ans que j’ai travaillé moi-même à un journal, j’ai été souvent frappée du fait que je mettais en évidence d’autres sujets que mes collègues masculins. Ils s’amenaient alors avec des propositions très embrouillées pour des récits sur la situation de notre économie, mais moi je voulais écrire sur les gens. Ils proposaient une comparaison approfondie entre la pensée actuelle et celle des philosophes du 18e siècle, et alors je disais : « Vais-je cette fois écrire un récit sur l’anorexie ? »

Mais depuis, les temps ont changé et les médias ont de toute façon beaucoup plus d’intérêt pour les soi-disant sujets humanitaires. Aujourd’hui, les gens ont envie de lire sur les gens. Ils ne veulent pas seulement entendre que cela va mal en Grèce, non, ils veulent apprendre de la bouche de Grecs à quel point cela va mal. Ils veulent entendre qu’un tel Grec a dû mettre sa vieille mère à la rue avec un verre de lait et une biscotte parce qu’il ne pouvait plus lui donner autre chose à manger. En soi, je trouve que ce n’est que positif que les choses s’humanisent davantage et je crois que cette approche a été en partie suscitée par les femmes.

Q : Comment trouvez-vous que les médias se comportent avec un macho connu comme Dominique Strauss-Kahn ?

Cisca Dresselhuys- Je trouve que cela peut encore aller. En cette année 2011, on n’entend chez nous que peu de bruits concordants sur ce que cet homme a fait. Pas non plus chez les hommes. Peut-être qu’il faut aller en Europe du Sud pour trouver des gens qui trouvent Strauss-Kahn et Silvio Berlusconi des types terriblement piquants. Ce qui me fascine énormément dans cette affaire, est l’attitude des épouses, de femmes comme Anne Sinclair ou Hillary Clinton qui continuent à soutenir leur homme même quand il est en train de baiser énormément autour de lui. Le font-elles par amour ? Pour le pouvoir ? Pourquoi, que diable ?

D’un autre côté, les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être et il faut parfois attendre la suite de l’histoire.

Q : Vous voulez dire que ces femmes finalement quittent tout de même leur homme ?

Cisca Dresselhuys- Certaines, oui. Prenez ici en Hollande le mariage entre Bram Peper et Neelie Kroes, tous les deux des politiciens connus. Quand Peper, comme ancien bourgmestre de Rotterdam, a été compromis dans ce qu’on a appelé l’affaire des petits bonnets et a même finalement dû démissionner comme ministre, Kroes a continué à le soutenir. Du moins sous le regard de la caméra. Mais quand toute l’affaire a été derrière eux, ils se sont séparés. Je soupçonne que cela s’accompagne d’un certain calcul. Chez l’une plus que chez l’autre. Prenez Hillary Clinton. Son mari pouvait bien la tromper, cette dame avait elle-même de grandes ambitions et elles savait qu’elle n’arriverait pas à les faire valoir comme femme divorcée.

Q : Certains faiseurs d’opinion se sont moqués de la soi-disant attitude bégueule de toutes sortes de féministes dans l’affaire D.S-K.

Cisca Dresselhuys- Allez vous coucher ! Un sale type comme cela qui s’accroche à une femme de chambre. Bah ! Cela on ne peut tout de même que le désapprouver ? Oui, certains viennent alors avec l’argument de l’accord réciproque. Ridicule ! Cette femme est venue là pour nettoyer la chambre et soudain un homme est sorti en courant, nu de la salle de bain. Qu’est-ce que cela a à voir avec un accord réciproque ? Et il faut encore y ajouter que ce Strauss-Kahn se trouvait bien au-dessus de cette dame en ce qui concerne son statut social. Je trouve que cela sent le rance qu’un homme puisse encore croire que le monde fonctionne ainsi.

Q : Opzij, le mensuel féministe dont vous avez été 27 ans la rédactrice en chef est toujours une valeur sûre en Hollande. Avez-vous une idée pourquoi en Belgique il n’y a jamais eu de demande pour ce journal ?

Cisca Dresselhuys- Nous avions pourtant en Belgique quelques centaines d’abonnements. Dans les années 1990, il y avait aussi dans Opzj pendant un certain temps des pages belges rédigées par d’aimables femmes belges qui étudiaient à l’Université de Louvain. Mais après un certain temps on les a supprimées car elles revenaient trop chères.

Q : Avez-vous l’impression que pendant toutes ces années vous avez écrit pour des convaincues ou avez-vous vraiment exécuté un travail missionnaire ?

Cisca Dresselhuys- Nous avons sûrement eu de l’influence. Quand je suis arrivée à Opzij, le journal avait un tirage de 17 000 exemplaires, mais plus tard dans notre période florissante, il a atteint 94 000 exemplaires – beaucoup plus qu’on avait jamais imaginé. On nous lisait donc beaucoup. Nos propres gens bien sûr, mais aussi La Haye politique. Sûrement ma rubrique interview « Avec la vision féministe », où je présentais souvent des ministres, des chefs de fraction ou des députés connus.

Q : Ces messieurs haut placés osaient-ils laisser mesurer leur bienveillance envers les femmes ou deviez-vous insister longtemps ?

Cisca Dresselhuys- La plupart s’intéressait vite à ma question. Sûrement quand j’étais déjà occupée depuis un certain temps. Alors certains, pour ainsi dire, attendait qu’arrive leur tour. Pendant le conseil des ministres hebdomadaire, ils se mettaient parfois à comparer leurs points. Parce que je leur donnais naturellement un score : entre – 10 et 10. Et j’étais très sévère.

Finalement, j’ai fait quelques 150 interviews, avec des politiciens comme Wouter Bos et Bram Peper, mais aussi avec Jos Brink, le directeur des chemins de fer hollandais et le rédacteur en chef de Gay Krant (Le journal gay). A la fin de l’interview, je leur demandais naturellement toujours des choses concernant le ménage. Je me souviens que le ministre Henk Kamp avait raconté qu’il repassait toujours lui-même ses chemises. « Et comment faites-vous cela ? », lui avais-je demandé. « Par quoi commencez-vous ? » Et lui d’expliquer qu’il commençait pas le col et ensuite les manches. « Mais je suis incapable de le faire sans planche à manches », avait-il dit très sérieusement. Je n’ai pas insisté. Quand je le rencontre encore maintenant, je m’informe toujours de sa planche à manches. (Elle rit.)

Q : Ces hommes avaient-ils peur de vous ?

Cisca Dresselhuys- (Elle ricane) Ils disaient parfois que oui. Quand c’était terminé. Certains demandaient alors aussi une explication concernant leur score et voulaient même une revanche. Ils y en avaient aussi qui étaient vraiment saisis par leur résultat.

Q : Etes-vous toujours une féministe aujourd’hui ?

Cisca Dresselhuys : Oui, mais entre-temps, j’ai laissé derrière moi la lutte des femmes. Je suis maintenant à la pension comme rédactrice en chef d’Opzij, je travaille encore comme journaliste pigiste et j’ai récemment écrit un livre sur le travail après 65 ans. Car les vieux peuvent aussi avoir besoin d’un peu d’émancipation. Ou bien on pense qu’ils sont tous sur une plage lointaine avec à la main un pina colada, ou bien ils sont décrits comme de vieux incontinents qui ne se déplacent plus qu’en chaise roulante. C’est pourquoi je veux faire quelque chose d’émancipatoire sur cette manière de voir.

C’est cela, maintenant, mon combat.

* Le terme allochtone est utilisé aux Pays-Bas (allochtoon) et en Belgique (au départ en néerlandais, mais de plus en plus également en français) pour désigner des personnes ou des groupes de personnes d’origine étrangère, il peut recouvrir différentes définitions, y compris légales. (Wikipédia)

- Extrait du supplément entièrement consacré aux femmes publié par l’hebdomadaire flamand Knack, le 7 décembre 2011, sous le titre : « À quelle émancipation les femmes peuvent-elles prétendre au-delà du plafond de verre ? » Entrevue réalisée par Ann Peuteman et Han Renard.

- Traduction : Édith Rubinstein, de la liste de diffusion Femmes en noir, du 13 janvier 2012, que nous remercions. On peut s’abonner à cette excellente source d’information en allant sur ce site ou par courriel.

Révision : Micheline Carrier, Sisyphe

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 janvier 2012

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Ann Peuteman et Han Renard



Plan-Liens Forum

  • Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    (1/5) 23 janvier 2012 , par damien

    rép: Internaute
    rép: dany
  • Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    (2/5) 22 janvier 2012 , par claire alarie

  • Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    (3/5) 20 janvier 2012 , par Mara

  • Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    (4/5) 19 janvier 2012 , par Sisyphe

  • Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    (5/5) 18 janvier 2012 , par dany





  • Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    23 janvier 2012 , par damien   [retour au début des forums]

    c’est claire que de nos jours le féminisme est archaïque, il na pas évolué depuis toute ces année.
    il faut maintenant un partit égalitaire qui défende en alternance le droit des femmes et aussi le droit des hommes.

    le féminisme d’aujourd’hui n’est pas populaire(cf, leur page facebook). parce que il ne reflète pas se que l’on vie au quotidien a la facs ou dans nos rapport amoureux homme femme.

    le féminisme est pour les femmes, et de ce faite contre les hommes. de nos jours c’est dépasser et on rêverait plutôt d’un rassemblement hommes femmes pour combattre ces politiques véreux.

    Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    22 janvier 2012 , par claire alarie   [retour au début des forums]

    Après la révolution légale et juridique qui a fait beaucoup de bruit nous arrivons vraiment au coeur du problème féminin, c’est-à-dire que veulent les femmes ?
    Pour certaines la priorité reste d’élever des enfants, le rôle de mère passe avant tout le reste, le travail n’étant qu’un appui au travail du mari. Des droits ont été gagnés, c’est vrai mais les mentalités changent très lentement. Lorsque les batailles s’appuyaient sur la révolte contre des injustices sociales, il était plus facile de se battre et d’argumenter, par contre aujourd’hui j’ai plutot l’impression d’une incapacité à trouver un terrain d’entente entre les femmes.

    Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    20 janvier 2012 , par Mara   [retour au début des forums]

    En effet, quand on revendique le port du foulard islamique comme un acte d’autonomie et la prostitution comme un mode de subversion qui symbolise la liberté, nous ne sommes pas dans des actes révolutionnaires. Dans les deux cas, il s’agit de deux formes d’oppression, et islamistes et proxénètes se réjouissent que des soi-disant féministes les défendent.

    Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    19 janvier 2012 , par Sisyphe   [retour au début des forums]

    Sophie dont ladresse courriel n’est pas non valide, voici un avertissement.

    Nous avons supprimé votre message qui n’était qu’un prétexte pour faire publier deux liens de sites porno.

    Si vous faites une nouvelle tentative en ce sens, nous avons votre IP et nous nous adresserons à votre fournisseur de messagerie en lui indiquant que vous diffusez des "spams".

    Sophie - sophi77@gmail.com (fausse adresse) — IP 90.19.133.90

    L’avertissement vaut pour tout le monde : si vous ajoutez à votre message des url qui n’ont aucun rapport avec le sujet de l’article, ce message ne sera pas publié.

    Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
    18 janvier 2012 , par dany   [retour au début des forums]

    IL faut donc comprendre que l’homme est toujours le maitre, et que il réussi toujours à faire detester les féministes. ET CELA est honteux et scandaleux. Il faut agir car les jeunes femmes " je le vois " retourne à la maison ( popotte, ménages enfants comme en 50 " Vous le dites les féministes ne sont pas aimées. ILS ont réussi à nous diviser donc !!
    Il nous en faut du courage et nous l’aurons !!
    Merci


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin