| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






dimanche 23 avril 2006

Une mère belge proteste contre un soutien ministériel à des masculinistes



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


L’emprise des écrans sur les enfants : la résistance s’organise
Une meilleure protection des conjointes de fait est devenue nécessaire
France - Projet de Loi sur la famille d’inspiration masculiniste encore plus d’asservissement pour les femmes et les enfants
Union de fait et pension alimentaire - La Cour d’appel donne raison à Lola
La télé, complice de la pandémie d’obésité chez les enfants
Pensions alimentaires pour enfants - La Cour suprême donne raison à une étudiante monoparentale
Non à l’imposition d’une résidence alternée pour les enfants de parents séparés par défaut !
Protection juridique des conjointes de fait - Au-delà des 50 millions $, il y a les autres femmes
Ontario - La campagne "Un seul droit de la famille pour toutes les femmes"
Pensions alimentaires des enfants - La campagne continue auprès des député-es
Des idées reçues compromettent la sécurité des enfants lors des litiges de garde (Partie I)
Des idées reçues compromettent la sécurité des enfants lors des litiges de garde (Partie II)
La résidence alternée, une loi pour les adultes ?
Garde partagée ou résidence alternée : l’enfant d’abord
Autres textes de Jacques Brodeur sur Sisyphe
Un toutou, une p’tite poupée ou un bébé ?
Le Livre noir de la garde alternée
Courte-pointe d’un amour infini : Éloïse et Loïse
Punir les enfants pour les iniquités des pères
La DPJ et la chasse aux sorcières contre les mères
Les pères continuent à ne pas faire leur part
Mythes et faits sur la détresse "des" hommes
Du calme, Dr Chicoine
« Lyne la pas fine » a son voyage
Des lunettes féministes au secours des enfants
Réforme des services de garde : Lettre d’une maman à la ministre Carole Théberge
Des mères privées de leurs enfants à cause des préjugés sexistes de la DPJ - suite
Un recul, un affront, un geste politique inacceptable
Garde des enfants - Les pères ont-ils raison de se plaindre ?
La garde alternée : au nom des femmes ?
Quand les pères se vengent
Garde partagée ou résidence alternée : l’enfant d’abord
La machine à broyer les solidarités
L’enfant, prétexte de toutes les dérives des pouvoirs ?
Mythes et réalités sur la garde des enfants et le droit de visite
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Un choix parental féministe et subversif : donner le nom de la mère
La paranoïa paternelle triomphera-t-elle ?
Mémoire au Comité fédéral, provincial et territorial sur le droit de la famille, sur la garde, le droit de visite et les pensions alimentaires pour les enfants
Un programme qui prive les enfants de leur mère
Les enfants du divorce ont besoin de notre protection
La « responsabilité parentale » tiendra-t-elle ses promesses ?
Les partisans des "droits des pères" veulent imposer la garde partagée obligatoire




Bruxelles, le 17 avril 06

Madame la Ministre Françoise Dupuis.

Secrétaire d’Etat à la Région de Bruxelles-Capitale, chargée du Logement et de l’Urbanisme, Ministre, Membre du Collège de la COCOF, chargée de la Formation professionnelle, de l’Enseignement, de la Culture et du Transport scolaire

Madame la Ministre,

Cette lettre pour vous faire part de ma plus vive indignation alors que je viens de découvrir que le siège du groupement d’associations A., L. et les S. situé à A. sert de lieu de réunion à une officine masculiniste proche de l’association « Mouvement pour l’Egalité Parentale », dont le président Kérim Maamer, lors d’une réunion publique sur le thème de la garde alternée en mai 2005, se vantait d’avoir réussi à stopper une subvention pour les familles monoparentales dont on sait qu’elles sont majoritairement composées par des femmes seules avec leur enfant, subissant le plus souvent une chute de leur niveau de vie après la séparation, voire l’abandon de leurs ex.

J’aimerais savoir si vous êtes d’accord avec l’usage des subventions de votre ministère pour ce type de réunions alors que l’objet de ce groupement d’associations - le club de jeu comme fonction socialisante - n’a rien à voir avec des réunions uniquement composées d’hommes qui s’organisent pour demander toujours plus de droits sur leurs enfants au détriment des mères pour lesquelles rien ne continue de s’améliorer dans la société actuelle ; il suffit de consulter les chiffres des violences conjugales, lesquelles sont à 80% responsables des séparations à l’initiative des femmes. Vous n’êtes d’ailleurs pas sans savoir que la loi fixant pour norme la garde alternée vient de passer sous la pression des associations de pères malgré les réticences des experts de la petite enfance, comme le pédopsychiatre et professeur Jean-Yves Hayez de l’UCL ou le docteur Maurice Berger en France, qui sont notamment intervenus dans le Thema d’ARTE du 22 mars 2005 sur les associations masculinistes et leurs revendications : « La Vengeance des pères » (références web plus bas).

Par ailleurs, ayant moi-même participé en tant que membre au club de jeu A, il y a quelques années, j’avais déjà constaté que les femmes y étaient sous-représentées et je me demandais déjà si les remarques et les blagues misogynes qui y fleurissaient en étaient la cause. Les réunions avaient lieu alors à l’athénée du réseau catholique où enseignait M. V., déjà président à l’époque de l’association A et sur le PC duquel une pin-up déshabillée s’affichait en guise d’arrière plan...
Par ailleurs, ce personnage a fait rédiger par sa compagne qui ne me connaît pas, une attestation contre moi dans la procédure qui affrontait le père de ma fille et moi-même pour la garde de la petite qui avait à l’époque 5 ans !

Aujourd’hui encore et à chaque fois que j’ai pu m’y rendre - exclusivement pour faire plaisir à ma fille qui subit une garde alternée imposée depuis que je suis revenue à Bruxelles - pas une seule femme n’était présente.

J’en conclus donc que ce groupement d’associations est plus un lieu pour quelques privilégiés qu’un lieu d’ouverture sur les autres - pas plus du reste que vers la population locale d’origine musulmane qui en est également absente.
Quant à ma situation, la voici : assignée à résidence à Bruxelles où j’ai dû revenir pour élever ma fille depuis septembre 2004, à la suite du jugement d’appel de la Cour de Paris, où j’étais revenue depuis 3 ans et qui ne m’octroyait sinon que les petites vacances en plus d’un droit de visite classique (un week-end sur deux, la moitié des vacances scolaires), poursuivie par l’Office des Etrangers qui m’a déjà envoyé (illégalement puisque la Belgique a été plusieurs fois condamnée par la Cour Européenne de Justice pour cela) un ordre de sortie du territoire en Novembre et s’apprête sûrement à recommencer à l’expiration de ma carte de résidente de 5 mois, je ne retrouve pas de travail à la hauteur de mon expérience (collaboratrice au Parlement Européen puis professeur à Paris) et je suis obligée de vivre de la solidarité de ma famille pour pouvoir élever ma fille à mi-temps tout en continuant à me former, en particulier en néerlandais.

Le père lui, par contre, compte enseigner à la rentrée dans la formation des instituteurs et gagne environ 1600 euros, touche l’entièreté des allocations familiales et refuse de faire reconnaître la convention de garde alternée que nous avons signée entre nous, ce qui signifie qu’il peut à tout moment revenir au jugement initial qui lui attribue la garde complète de l’enfant et qu’il ne se prive pas de nous tenir en permanence sous cette menace de représailles, ma fille et moi.
Lors de la toute première audience à Bruxelles - comme je le devais selon la Convention de La Haye pour éviter toute accusation d’enlèvement international (cf. le cas de la petite Charlotte, très médiatisé) et alors que j’étais revenue en France depuis décembre 2000 -, le père ne s’était pas présenté et le juge belge avait considéré qu’il contestait par là sa compétence !

C’est pourquoi, je vous prie par la présente de réfléchir à tout cela quand viendra le moment de renouveler l’octroi des subventions à ce groupement d’associations et de ne pas divulguer mes coordonnées car ces associations masculinistes sont coutumières de menaces de violence à l’égard des associations de femmes.
En vous remerciant d’avance, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Antigone, mère assignée à résidence, membre des associations L’Enfant D’Abord, icw-collectif des mères et Moeders tegen Incest.

Références web

- Site Arte
- (Sur cette page, l’histoire de la petite M. est celle de ma fille)
- La résidence alternée, une loi pour les adultes ? par Maurice Berger, psychiatre et psychanalyste
- Famille, droit et bien-être des enfants

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 avril 2006.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Plan-Liens Forum

  • Une mère belge proteste contre un soutien ministériel à des masculinistes
    (1/1) 2 février 2009 , par ELIAN





  • Une mère belge proteste contre un soutien ministériel à des masculinistes
    2 février 2009 , par ELIAN   [retour au début des forums]
    Réponse : Souffrance d’une mère connue par de nombreux pères...

    Je me souviens de cette dame qui n’a pas voulu donner son nom. Nous l’avons accueillie avec sa fille à laquelle un repas en priorité fut offert. Elles sont restées jusqu’à une heure tardive, et je ne le lui reproche pas car cette mère devait maximiser son contact avec sa fille. Son courrier entretien de nombreuses confusions/incompréhension, sur les propos rapportés par le "président de l’association", d’un titré "mère belge proteste" alors que le courrier laisse apparaitre qu’il s’agît d’une dame non belge, piégée par la justice familliale belge. Elle prétendait vivre un garde partagée mais son courrier laisse apparaître une situation de parent secondarisé dont les difficultés sont connues par de nombreux papas. C’est donc au sein de nos mouvements, qu’elle aurait obtenue une meilleure écoute, comprehension et soutiens. N’ayant plus revu cette dame, je puis prédire que les asso "féministes" ne lui furent d’aucune aide et que sa situation s’est probablement détériorée. Vous vous tromperiez à ramener le problème à des rapports hommes-Femmes. C’est chez nous, dans les ass de parents (hélas majoritairement masculines) que vous auriez obtenu la meilleure compréhension. Le seul risque que vous auriez couru n’est pas d’être battue, mais d’être draguée par un de nos mâles. cordialement KM. 


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin