| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 21 février 2013

Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?

par Pierre Mouterde, sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







Ce fameux sommet sur l’enseignement supérieur, qui se tiendra les 25 et 26 février à Montréal 2013, faut-il le prendre au sérieux et y aller en grand nombre ? Telle est la question que beaucoup au sein des mouvements sociaux, des syndicats et des organisations étudiantes, se posent dans l’urgence ? S’agit-il d’un espace qui permettra de faire avancer la cause des étudiant-es telle qu’elle s’est exprimée lors du Printemps érable et même de régler certains problèmes clef de l’enseignement supérieur ? Ou au contraire s’agit-il d’une opération politique de récupération soigneusement planifiée dont on a tout à perdre en s’y investissant ? Devant les innombrables ambiguïtés ou signaux contradictoires envoyés par le gouvernement du Parti québécois, les points de vue sont loin d’être univoques. Pourrait-on y voir plus clair ?

C’est, parmi les personnage publics, Jacques Parizeau qui nous a offert – dans ses déclarations du 12 février — sans doute le meilleur point de départ : tout commence en effet dans cette histoire par la question “obsessionnelle (dixit Parizeau) du déficit zéro. C’était déjà une des marottes des péquistes en 1995/96 : rappelez-vous comment cette idée d’un déficit zéro a permis, à la manière d’un véritable cheval de Troie, l’entrée définitive des politiques néolibérales au Québec, avec en particulier des coupures récurrentes de 20% dans la santé et l’éducation. Et voilà qu’elle refait surface quelques années plus tard ! Mais cette fois-ci, elle a été soigneusement préparée et planifiée par l’ex-ministre des finances libéral, Raymond Bachand, après que soient passées les frayeurs de la crise financière de 2008.

À travers un budget serré prévoyant l’équilibre budgétaire en 3 ans, ce dernier a repris, loin de toute perspective keynésienne, les mêmes logiques néolibérales de l’utilisateur/payeur, en instituant une taxe santé, en haussant les frais de scolarité, en laissant monter les prix de l’électricité ainsi qu’en promouvant la réduction systématique des dépenses publiques dans tous les ministères, etc. Et que ce soit en 1995/1996 ou en 2012/2013, jamais on a pris en compte l’idée – pourtant assez évidente — qu’il serait possible pour équilibrer ce budget de non seulement prendre plus de temps pour y arriver (de manière à en adoucir les effets les plus durs), mais encore d’augmenter les rentrées d’argent, en taxant plus par exemple les gains de capitaux des grandes entreprises financières ou en promouvant une fiscalité plus progressive.

Le Budget Bachand repris presqu’in extenso

Or c’est le cadre budgétaire du ministre Bachand ainsi que sa logique comptable néolibérale que les péquistes ont repris presqu’in extenso. Les obligeant d’entrée de jeu à revenir sur certaines de leurs promesses de campagne (par exemple la suppression de la taxe santé), et en contre-partie à se lancer dans une série de restrictions appréhendées, toutes plus ou moins arbitraires les unes que les autres. Qu’on pense, à titre d’exemples, à ces coupures récentes dans les budgets de recherche de la santé, ou alors au refus de payer les profs de Cegep pour leur sur-travail dû à la grève, etc. En fait, il n’existait qu’une différence, apparemment de taille, entre les deux budgets, celle concernant les droits de scolarité : les libéraux voulaient les hausser progressivement, mais substantiellement, les péquistes eux semblent pour l’instant – suite au formidable tonnerre provoqué par le Printemps érable — s’être ralliés autour d’une solution mitoyenne : l’indexation.

Mais on le voit bien, cette position n’est qu’apparemment mitoyenne. Elle reste inscrite dans le cadre comptable néolibéral et ne correspond qu’à la seule logique d’un calcul politique pensé sur le court terme pour désamorcer le combat étudiant. Car l’indexation, contrairement à ce qu’affirme Pauline Marois, n’est nullement une autre manière de parler du gel des droits. C’est une augmentation des droits, certes moins grande que celle prévue par les libéraux, puisqu’elle se contente de suivre le coût de la vie, mais une augmentation tout de même et qui ne remet en cause rien de la logique néolibérale de la marchandisation de l’éducation, et encore moins pourrait représenter un pas quelconque vers la gratuité scolaire ou une plus grande accessibilité.

Que faire alors ?

Il y a parfois des nuances qui, d’un point de vue stratégique – c’est-à-dire d’un point de vue qui fait avancer la lutte sociale dans son ensemble — font toute la différence. En ce sens se battre pour que le gel soit effectif (et non pas accepter de guerre lasse l’indexation) ouvre aujourd’hui encore la possibilité de rassembler des forces et surtout d’instaurer une dynamique concrète de changement qui ne nous ferme pas à la gratuité, mais au contraire nous y ouvre. Car à y regarder de près, cela a été la grande force du mot d’ordre de gel des droits promu par les associations étudiantes lors du Printemps érable : cette revendication a permis d’unir le gros des forces étudiantes (qu’elles soient radicales ou au contraire modérées) autour d’une même démarche d’affirmation collective, faisant vite ressortir qu’il y avait deux façons opposées de voir l’éducation (l’éducation comme marchandise, l’éducation comme service public), et qu’il y en avait une (la seconde) , même si elle n’était pas soutenue par les grands lobbies économiques et financiers, était légitime rationnellement parlant et conduisait à faire de la gratuité scolaire une réalité possible pour le Québec, à condition d’oser entériner les choix économiques et politiques nécessaires.

C’est cette victoire appréhendée — pas complète, mais en chantier — qu’il serait souhaitable de parachever aujourd’hui. Pour justement pouvoir, dans les faits, arriver un jour à la gratuité scolaire, et y arriver en dépit de tous les diktats néolibéraux, par ailleurs si hégémoniques. Et Michel Seymour, ce philosophe militant (adepte de Rawls) a raison de le rappeler : gagner le gel, en en scellant la portée dans la durée, serait déjà un pas non négligeable, et, pourrait-on rajouter, serait une indéniable victoire ouvrant la porte à d’autres mobilisations possibles (et partant à d’autres victoires) pour les mouvements sociaux du Québec.

L’unité autour du gel

D’où la conclusion qui s’impose vaille que vaille : le seul moyen de faire que le sommet scelle la victoire étudiante, c’est d’y aller, mais d’y aller ensemble, avec à ses côtés tous les alliés possibles et avec un objectif commun, une sorte de préalable à toute autre discussion : l’engagement solennel du gouvernement péquiste à reconduire le gel. En faisant suffisamment de pressions pour qu’il revienne sur sa décision d’indexation et qu’il n’utilise pas ce sommet comme une simple opération de marketing politique, lui permettant d’entériner par la bande ses politiques néolibérales, et au passage de négocier de manière séparée avec chacun de ses interlocuteurs, des bribes de compromis en semant de loin en loin la division.

Après tout, la lutte étudiante du Printemps érable était une lutte politique. C’est ce qui a forgé sa vigueur, lui a donné sa dimension créatrice : elle a su constituer une force collective unie et alternative –composée des différents syndicats étudiants, mais aussi d’un large réseau de soutien populaire — capable de se faire entendre et de rendre légitime, par-delà le brouhaba des pseudo-évidences néolibérales, l’idée d’une éducation publique au service de tous et toutes. C’est maintenant ce qu’il faut arriver à faire entendre à ce sommet ? Haut et fort ! À la manière d’un même et convaincant message politique !

- "Somme sur l’enseignement supérieur : faut-il y aller ? ne pas y aller ?", sur le site de Presse-toi à gauche. Merci à l’auteur de nous avoir proposé cet article.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 février 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Pierre Mouterde, sociologue



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin