| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 20 mars 2007

Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?

par Diane Guilbault






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







Il est devenu courant de nos jours de voir le modèle québécois critiqué. Il y a eu notamment des chroniques d’Alain Dubuc qui critiquait les services de garde à 7 $ en affirmant qu’il s’agissait là de "social démocratie d’opérette" (La Presse, 25 octobre 2006). Au même moment sortait le film de Johanne Marcotte L’illusion tranquille (que je n’ai pas vu) qui a été présenté comme « Issu d’une réflexion citoyenne", une remise en question de la "rectitude" du modèle québécois social-démocrate. ( ... ) avec des arguments lucides, mais dérangeants contre l’ordre actuel, le programme des garderies à 5$ et 7$... »

Mais qu’est-ce qui choque tant dans ces services de garde à 7$ ?

Les services de garde et la lutte à la pauvreté

Tant Alain Dubuc que la réalisatrice de L’illusion tranquille font la même erreur : ils partent du principe que les services de garde sont d’abord des mesures de lutte à la pauvreté. Ou bien la réalisatrice du film et son coscénariste sont bien jeunes, ou bien comme M. Dubuc, ils ont la mémoire courte.

Le premier objectif des services de garde n’est pas de lutter contre la pauvreté, mais bien de faciliter l’accès des mères au marché du travail. Bien sûr, ce faisant, ils contribuent à diminuer leur fragilité économique, mais c’est là un bénéfice "collatéral" et non pas l’objectif de base. Pour toutes celles et ceux qui se rappellent les débuts des garderies que les femmes réclamaient pour avoir enfin accès au marché du travail, cette réinterprétation des objectifs des services de garde ressemble curieusement à du révisionnisme !

Les services de garde sont essentiels à la conciliation travail-famille. En ce sens, les pères et les mères peuvent en profiter. Mais quand les services de garde font défaut, ou qu’ils coûtent trop cher, c’est l’emploi des mères qui sera sacrifié. Car malgré les progrès spectaculaires des femmes, au cegep ou à l’université, la moyenne de leurs revenus reste inférieure à celle des hommes.

Avant les services de garde à 5 $ - avant 1997, c’était 25 $ par jour ! - quand un couple sortait la calculette pour additionner revenus et dépenses, et que les dépenses occasionnées par le travail de la mère étaient trop élevées par rapport aux gains, il semblait tout naturel de voir certaines de ces mères se retirer momentanément du marché du travail pour s’occuper des enfants. La mise en place d’un tarif universel de 5 $ et (même celui de 7 $) est venue diminuer cette pression sur les mères. Bien sûr, d’autres difficultés existent toujours, comme l’absence de souplesse dans l’utilisation des places des services de garde que l’État voudrait gérer comme des places de stationnement, mais il n’en demeure pas moins que le tarif de 7 $ permet aux mères de rester sur le marché du travail et donc, de sauvegarder leur autonomie financière. Un grand atout quand des moments difficiles surviennent, comme la rupture du couple, le chômage ou le décès du conjoint. Parlez-en à celles qui, après une dizaine d’années passées au foyer à s’occuper des enfants, essaient de rejoindre le marché du travail ! Inutile de dire que ces années ne valent pas grand-chose aux yeux d’un employeur...

Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?

Quand le gouvernement du Parti québécois a pris la décision de mettre en place ces services de garde, il a choisi, pour les financer, de couper dans l’aide financière accordée à toutes les familles pour soutenir les enfants de familles défavorisées et les familles avec des enfants en bas âge via les services de garde. La disparition des allocations familiales universelles est passée quasiment inaperçue même si elle a été applaudie par une certaine gauche sous prétexte qu’il n’y avait rien de triste à voir une mère de Westmount perdre ses allocations familiales !

C’est le même argument que reprend aujourd’hui la droite pour contester le tarif universel des services de garde, ou même, le système de santé public : pourquoi ne pas laisser payer les riches ?

Si les pays scandinaves de même que la France font meilleure figure que le Québec et le Canada dans les statistiques sur la pauvreté, c’est qu’ils ont compris que les programmes universels, qui s’adressent à toute la population, rejoignent mieux les citoyennes et les citoyens et, surtout, que cette universalité est garante de la qualité des services. L’expérience a en effet montré que des services offerts seulement aux pauvres finissaient souvent par devenir de pauvres services. Quand les plus riches ne se sentent plus concernés par des services publics parce qu’ils en sont exclus, ils s’en désintéressent, s’en désolidarisent et chercheront à minimiser les dépenses de l’État dans le domaine. Par contre, si les mêmes services sont offerts à toutes les familles, quel que soit leur revenu, tout le monde s’en sentira solidaire et participera à leurs améliorations. L’exemple de la crise dans le système scolaire public qui a été, particulièrement dans la région montréalaise, abandonné par les classes sociales un peu plus à l’aise, est une triste illustration de cet état de chose.

Même si on doit reconnaître que trop de familles défavorisées n’en profitent pas encore suffisamment, il faut cependant rappeler que le nouveau système de services de garde a permis à de nombreuses mères monoparentales à l’aide sociale de se trouver une place sur le marché du travail.

Soulignons enfin que, au-delà des 7 $ payés par les parents, les services de garde sont défrayés par les impôts progressifs. Tous ceux et celles qui paient des impôts contribuent donc au financement de ces services qui aident à la socialisation des enfants en bas âge, et les contribuables à haut revenu le font plus que les autres, même ceux qui n’ont pas d’enfants.

L’objectif des services de garde, malgré leurs imperfections, a donc été atteint puisqu’il a permis aux femmes d’augmenter leur participation au marché du travail. Ce faisant, elles sont de plus en plus nombreuses à contribuer à la richesse collective du Québec. De cela, même la droite devrait s’en réjouir !

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 mars 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Diane Guilbault



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin