| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 13 mai 2004

Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec

par Louise-Maude Rioux Soucy, Le Devoir






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







En dépit des croyances populaires, le trafic sexuel des femmes — et surtout de toutes jeunes filles - est florissant au Canada et aurait des assises solides ici même, à Montréal, où la mafia russe a exporté avec succès les techniques qui lui ont si bien réussi à Toronto. Et ce n’est là que la pointe de l’iceberg, croient Marie-Andrée Roy et Lyne Kurtzman qui, devant l’ampleur du phénomène, ont mis sur pied un comité de recherche-action sur le trafic sexuel des femmes au Québec, autour duquel s’articulait hier le colloque « Trafic des femmes et marché sexuel » organisé à l’occasion du 72e congrès de l’ACFAS.

Le trafic sexuel n’épargne pratiquement aucun pays, que ce soit comme lieu de recrutement, de destination ou de transit. L’ONU évalue le nombre de femmes et d’enfants qui font l’objet d’une telle pratique à 700 000 par année, mais convient que ses estimations sont très parcellaires. La GRC croit plutôt que ce chiffre pourrait atteindre les quatre millions en incluant les hommes. Au Canada, le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants qui entrent au pays par le biais d’un passeur est évalué grossièrement entre 8000 et 16 000. Ils proviendraient principalement de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe de l’Est, une région particulièrement en vogue en ce moment.

Ces femmes et ces enfants sont toutefois bien difficiles à rejoindre. « Le caractère illicite du trafic mais aussi celui des activités auxquelles ces femmes s’adonnent - prostitution, danse exotique, massage - complexifie la tâche des chercheurs », convient la sociologue Hélène Van Nieuwenhuyse, qui a pris une part active au comité de recherche-action.

Ce qui n’empêche pas cette dernière de donner quelques détails qui ont de quoi décoiffer. Que les portes d’entrée les plus populaires des illégaux soient Vancouver et Toronto, cela ne surprend guère. Que le trafic soit l’apanage du crime organisé russe et sud-asiatique passe encore. Mais que chaque mois, la mafia russe procure aux établissements de la Ville-Reine de 20 à 30 Thaïlandaises surprend, une célérité et une efficacité qui peu à peu gagnent Montréal. « Il ne faut que trois semaines à la mafia russe pour faire venir des jeunes filles russes pour alimenter nos salons de massage », explique Mme Van Nieuwenhuyse.

Un réseau bien rodé

Au Canada, la demande de jeunes femmes serait grandissante. En 1998, le pays aurait même connu une pénurie de danseuses exotiques. Près de 500 filles auraient alors été dépêchées pour faire ce travail et demandé le statut d’immigrantes. Ces mouvements migratoires forcés se font généralement des régions pauvres vers les régions riches, du sud vers le nord, de l’est vers l’ouest.

Les trafiqueurs - à ne pas confondre avec les passeurs qui se font payer par des immigrants illégaux pour les aider à gagner le pays de leur choix - disposent d’un réseau bien rodé. « Ils utilisent bien souvent les mêmes routes que celles empruntées par les contrebandiers », explique Josée Therrien, officier à la direction des renseignements criminels de la Gendarmerie royale du Canada et spécialiste des question de trafic de personnes. Des routes qui la plupart du temps croisent celles des cartels de drogues et de produits exotiques.

Au Canada, les lieux de transit les plus fréquentés sont Vancouver, mais aussi les Grands Lacs et la réserve d’Akwesasne pour leur proximité avec les États-Unis. Ce qui ne veut pas dire que le Canada soit une passoire par laquelle transitent tous les illégaux comme le laissent souvent entendre les États-Unis. « Le mouvement entre le Canada et les États-Unis se fait dans les deux sens, précise Mme Therrien. À preuve, en un an, 12 000 sont passés du Canada aux États-Unis alors que 14 000 ont fait le chemin inverse. »

En plus de ne pas être sans risques, l’opération coûte cher. « Les trafiqueurs offrent bien souvent à leur victime un permis de séjour et les placent dans des salons de massage ou des bars de danseuses », poursuit Hélène Van Nieuwenhuyse. La facture est toutefois salée. À leur arrivée, les femmes doivent en effet rembourser une dette allant de 35 000 $ à 40 000 $. En moyenne, elles mettent de six mois à deux ans pour ce faire, vivant alors très pauvrement.

Pour la plupart de ces femmes, cette situation est tout à fait normale. « Ce qui est paradoxal, c’est que ces femmes bien souvent nient avoir fait l’objet d’un trafic. Elles disent ne pas avoir été menacées ou forcées mais admettent avoir été trompées, à propos de la nature illégale de la prostitution au Canada, par exemple », dit Mme Van Nieuwenhuyse.

Un milieu à percer

Bien que méconnues, les retombées financières d’un tel cartel n’en demeurent pas moins fort alléchantes pour ses acteurs. « À Toronto seulement, on évalue que le trafic des femmes génère chaque année des profits de cinq millions », note Josée Therrien. Alors que pour la jeune femme, même si sa situation reste généralement supérieure à celle qu’elle aurait connue dans son pays d’origine, l’industrie du sexe ne lui procure pas assez d’argent pour qu’elle puisse en sortir.

Celle-ci est d’ailleurs encore trop mal protégée au Canada, croit Josée Therrien, cela même si la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR) a ajouté depuis 2002 un volet portant spécifiquement sur le trafic des êtres humains. En effet, depuis son application, aucun tribunal n’a encore eu à trancher en vertu de cette loi, notamment parce qu’elle n’autorise pas les enquêteurs à utiliser les tables d’écoute qui leur sont pourtant essentielles pour étayer leur preuve dans ces cas-là.

C’est non seulement cette vulnérabilité-là qu’ont voulu montrer hier Marie-Andrée Roy et Lyne Kurtzman, mais l’existence de tout un réseau qui s’alimente chez les plus pauvres et les plus démunis. « S’il n’y avait qu’un seul point commun à mettre en évidence entre toutes ces femmes, ce serait qu’elles ont toutes eu besoin de protection et qu’on les a trompées », croit Mme Van Nieuwenhuyse.

Le Devoir, 12 mai 2004 .

Complément d’information

" Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits ", publié en mai 2004, par Hélène Van Nieuwenhuyse, sous la direction de Lyne Kurtzman et Marie-Andrée Roy, à l’url suivant : http://www.unites.uqam.ca/arir/Bilandesécritsavril.04.doc.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louise-Maude Rioux Soucy, Le Devoir



Plan-Liens Forum

  • > L’amour : la solution à la consommation de la baise !
    (1/1) 13 mai 2004 , par





  • > L’amour : la solution à la consommation de la baise !
    13 mai 2004 , par   [retour au début des forums]
    Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec

    Vous relatez l’article du Devoir du 12 mai 2004 : "Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec". Un entrefilet tout près de cet article et intitulé : "Les motivations des clients de l’industrie du sexe : des mythes déboulonnés" m’a toutefois laissée perplexe. La journaliste invoque l’étude d’une anthropologue, anciennement spécialiste des Inuits et récemment "arrivée" dans le domaine de la prostitution. Cette anthropologue a percé le mystère de 64 hommes canadiens qui s’offrent les services de prostituées. Et elle conclut : "La solution à la consommation de la baise, je crois que c’est l’amour". Cette étude était relatée dans le cadre du 72e Congrès de l’ACFAS et Madame Dufour nous promet des explications plus exhaustives dans son livre qui sortira à l’automne. SA SOLUTION fait référence à quoi : que les hommes devraient s’aimer plus, que les femmes devraient aimer "mieux" les hommes, que les hommes et les femmes devraient s’aimer mieux ? Je suis d’autant plus perplexe que je crois sincèrement que Madame Dufour amenuise, émiette et affaiblit le problème de la prostitution. C’est oublier le pouvoir de domination dans la relation prostitutionnel, c’est oublier la difficulté qu’ont certains hommes de vivre une relation authentique avec une autre personne, c’est oublier que d’une part certains hommes souhaite le maintien de la prostitution à leur profit. Enfin, attendons de voir ce que Madame Dufour aura à dire. À première vue ça semblait une façon de dire aux femmes : "Aimez-les, ils ne feront pas appel aux prostituées !" Autrement dit vous les aimez mal !

    • > L’amour : la solution à la consommation de la baise !
      13 mai 2004 , par
        [retour au début des forums]

      Je m’interroge également. Tous ces clients auraient des motivations "glamour" alors que la domination est au coeur du rapport prostitutionnel... Sorte de justification de la prostitution en réhabilitant les clients ? Trop tôt pour conclure ainsi. Attendons le rapport de recherche.

      Entre-temps, voici le texte complet de cet article publié dans Le Devoir. Ça ne casse rien...

      Les motivations des clients de l’industrie du sexe : des mythes déboulonnés
      Louise-Maude Rioux Soucy
      Édition du mercredi 12 mai 2004

      S’il est un élément de l’industrie du sexe qui reste méconnu dans le plus vieux métier du monde, c’est bien le client. Ce qui n’a pas empêché l’anthropologue québécoise Rose Dufour de percer le silence de 64 d’entre eux, soit du jamais vu au Canada. Hier, à l’occasion du 72e congrès de l’ACFAS, elle a dévoilé les résultats préliminaires de son étude qui déboulonne de vieux mythes, notamment celui selon lequel le recours aux prostituées s’explique purement et simplement par l’insatisfaction des hommes à la maison.
      Ses données, qui sont encore à compléter, permettent de tracer un portrait plus juste du client québécois. Majoritairement âgés de 40 à 50 ans, 39 % des 64 hommes interrogés ont dit être mariés, 31 % se sont qualifiés de célibataires et 23 % ont précisé être divorcés. Sur 44 hommes, 40 se sont dits satisfaits de leur apparence physique, et 19 sur 38 ont jugé avoir une libido supérieure à la moyenne. "Ces hommes-là, ce sont nos maris, nos pères, nos frères, nos fils", a rappelé Mme Dufour en guise de présentation.

      Au-delà des chiffres, l’étude qualitative de Rose Dufour met en lumière une typologie du client qui propose cinq catégories. Le timide qui n’ose aborder les femmes (24 %). L’insatisfait qui veut épicer sa libido (16 %). Le vieux garçon qui cultive son indépendance (34 %), qui lui-même se scinde en deux : le galant pour un tiers et le consommateur pour le reste. L’insatiable qui en veut toujours plus (18 %). Et le cachottier qui a des besoins plus particuliers, comme les désormais célèbres golden showers ou autres jeux sexuels (8 %).

      Ce tableau révèle que si, sur le plan des pratiques comme des désirs, ces hommes se ressemblent, ceux-ci n’abordent pas la femme pour les mêmes raisons ni, par conséquent, de la même manière. Deux tendances se dessinent, croit Mme Dufour : le timide, l’insatisfait et le galant cesseront de consulter si leur situation sexuelle s’améliore à la maison, tandis que cela n’aura probablement aucun effet sur les autres. À cet égard, cependant, "tous les hommes ont dit croire que les hommes préfèrent le sexe aux femmes", précise l’anthropologue.

      Celle qui a passé 20 ans à travailler avec les Inuits a découvert tardivement le monde de la prostitution. Cette incursion du côté des hommes, après plus de trois ans à partager le quotidien de prostituées de Québec, par le biais du Projet intervention prostitution Québec, lui fait espérer qu’un jour l’abîme qui sépare les hommes des femmes se comblera. "La solution à la consommation de la baise, je crois que c’est l’amour", a-t-elle lancé en guise de conclusion, avec un sourire. La suite à l’automne, alors que sera déposée son étude et publié le livre qu’elle entend en tirer.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin