| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 17 juin 2013

Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !

par Diane Matte, la CLES, et Danièle Tessier, le RQCALACS






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Nous réagissons ici aux propos tenus dans le « documentaire » Les criminelles du réalisateur Jean-Claude Lord qui présente les abolitionnistes de façon biaisée et méprisante. Nous souhaitons remettre les pendules à l’heure. Nous donnons également notre analyse de ce film.

Tout d’abord, soyons très claires, les féministes abolitionnistes croient que les femmes dans la prostitution doivent être décriminalisées. Nos organismes y travaillent ardemment depuis plusieurs années. Tel qu’affirmé par les femmes témoignant dans le film, nous croyons qu’il s’agit là d’une pratique nuisible pour les femmes dans l’industrie du sexe ou celles qui se prostituent pour leur survie et celle de leur famille. Ce que nous souhaitons voir disparaître et criminaliser, c’est l’industrie et l’institution de la prostitution. Nous croyons fermement que la prostitution s’inscrit d’abord et avant tout dans les inégalités sociales et économiques de nos sociétés. Elle mérite de s’y arrêter et d’examiner à quoi elle sert.

Évidemment, il y a diverses réalités dans la prostitution. Certaines femmes affirment y trouver leur compte et pouvoir y entrer et en sortir sans problème. Nous ne pouvons nier leur vécu. Cependant, nous ne pouvons non plus nier le vécu des femmes que nous rencontrons au quotidien et qui crient leurs besoins de s’en sortir, ni le mépris ainsi que la violence qu’elles subissent. Ce mépris vient d’abord et avant tout des clients et, malgré ce que le film tente de passer sous silence, de la violence également. Ce sont, en effet, les clients et les proxénètes qui font vivre le plus de mépris et de violence aux femmes prostituées, pas la loi.

Décriminaliser ces individus tout comme cette industrie multimilliardaire, c’est refuser d’examiner comment la prostitution représente un réel moyen d’exploitation et de domination des femmes. Et surtout, c’est refuser d’examiner pourquoi tant d’hommes consomment du sexe tarifé.

Nous croyons que nous vivons dans une société où les hommes sont encouragés à croire que c’est leur droit le plus fondamental d’accéder au corps des femmes. Tous les jours, dans notre domaine de travail, nous constatons que le « droit à la sexualité » s’opère de manière bien inéquitable à l’endroit des femmes victimes de diverses formes de violence sexuelle. Les statistiques sont là pour nous le rappeler. Dès lors, certains hommes se permettent d’être plus violents parce qu’ils ont payé ou parce qu’ils veulent obtenir la même chose gratuitement. Ces hommes exercent tout simplement le pouvoir que leur confèrent l’argent et une société sexiste.

Les abolitionnistes sont les premières à affirmer que les lois canadiennes actuelles sont déphasées et ne servent, à toutes fins utiles, qu’à cibler davantage les femmes, quelquefois des proxénètes, presque jamais les clients. Les organismes comme les nôtres croient que c’est la pratique d’acheter des actes sexuels que nous devrions, comme société, questionner et cesser de normaliser.

Les femmes subissent le mépris et portent la honte d’être ou d’avoir été dans la prostitution parce que nous refusons, comme société, de reconnaître qu’elles s’y retrouvent majoritairement par manque de choix dans la vie des femmes. Comment fermer les yeux sur le fait que les femmes sont amenées dans la prostitution par la pauvreté qui est encore le lot de plus de femmes que d’hommes ; par la violence sexuelle qu’elles ont déjà subie et qui coupe plusieurs d’entre elles de leur désir et de leur corps (la plupart pratiquent la dissociation ou se gèlent la face pour pouvoir pratiquer ce fameux « métier » !!!). Comment fermer les yeux sur l’énorme pression que subissent plusieurs jeunes femmes face à l’industrie du sexe banalisée et présentant la prostitution comme un moyen de se sentir désirées et « en contrôle ». Enfin, comment fermer les yeux devant le mépris vécu par les femmes autochtones et « racisées » dans la prostitution ?

Et on veut nous faire croire qu’en rendant la prostitution « socialement acceptable », on protège les femmes ?

Les femmes croulent sous le poids du supposé choix. Cela empêche même certaines d’entre elles d’aller chercher de l’aide et fait partie du mépris qu’on leur renvoie (c’est toi qui as choisi ça, personne t’a forcée, tu pouvais partir). Dans les faits, ce sont les hommes qui ont le véritable choix, soit le choix de consommer du sexe tarifé ou non.

Le film est une infopublicité de près de deux heures pour l’industrie et pour l’organisme Stella qui en fait la promotion. Son but, convaincre les femmes que le problème, c’est la loi, et que si l’industrie était décriminalisée, elles seraient capables d’aller se plaindre de la violence qu’elles subissent à la police. C’est mal connaître la dynamique des agressions sexuelles et de la culpabilité qu’on renvoie aux victimes.

Nous savons aussi, par notre pratique, que Stella œuvre auprès des femmes dans un flou contradictoire qu’il est difficile de cerner. Cet organisme convainc des femmes de rester dans la prostitution alors qu’elles les approchent pour en sortir. Ce même organisme a aussi appelé au boycott de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle invoquant qu’il représentait un danger pour les femmes.

Il est de plus en plus évident, pour nos organismes, que la parole qui est tue, c’est la parole de celles qui critiquent la prostitution et veulent en sortir, ainsi que des groupes tenant à mettre en place des mécanismes pour prévenir l’entrée dans la prostitution et soutenir celles qui y sont ou subissent les conséquences d’y avoir été. Nous ne nous tairons jamais. La prostitution est l’une des formes de violence sexuelle envers les femmes qui demeure les plus taboues.

Quant au film, il entretient l’illusion que c’est juste une question de morale (il va même jusqu’à ramener le tabou de la nudité publique !!! comme argument pour justifier l’existence de cette forme d’exploitation). Le problème serait que la société refuse encore d’accepter une sexualité « hors norme » parce qu’elle est encore trop prude. Il sert de véhicule pour dénigrer publiquement les féministes abolitionnistes et maintenir l’industrie bien en place en disant « vous voyez !! les femmes aiment ça ». Il sert aussi à propager les mensonges utiles à l’industrie du sexe sur l’approche des abolitionnistes.

Le réalisateur fait relater par celle qui est, en fait, une comédienne, et non une femme dans la prostitution, le mythe de la féministe enragée qui veut sauver les femmes à tout prix en allant dans les bars couvrir les seins qu’on ne saurait voir, vraiment !!! Douze abolitionnistes seraient ainsi entrées dans un bar, auraient interrompu une conférence de Stella et couverte celle qui faisait son spectacle d’un drap. Un tel ragot fait plaisir à celles et à ceux voulant faire taire toute critique de l’industrie du sexe, c’est leur mythologie. Voir un réalisateur se prêter à ce jeu, c’est désolant et questionnant.

Encore plus désolant de voir le cinéma Beaubien se défendre d’avoir montré ce film et d’invoquer sa neutralité. Nous sommes plusieurs à avoir dénoncé le cinéma Beaubien et continuons de le faire. Même si Mario Fortin invoque son droit, tout à fait légitime, de choisir les films qu’il veut, il a fait le choix de ne pas choisir celui d’Ève Lamont sur le même sujet, L’Imposture : la face cachée de la prostitution, lorsqu’il était disponible. Nous sommes en droit de nous attendre à plus d’une entreprise d’économie sociale qui veut promouvoir l’innovation et être au service de la communauté.

Nous sommes également estomaquées de voir que la plupart des médias, écrits ou autres, n’ont pas cru bon de demander aux féministes abolitionnistes si les propos et l’image donnés dans le film sont véridiques. Il était désolant d’entendre des journalistes chevronnés essayer de donner la contrepartie au discours banalisant la prostitution tout en affirmant, concernant l’anecdote où des abolitionnistes seraient allées dans un bar : « Je ne savais pas qu’il y avait des extrémistes comme ça !!! Franchement faut se calmer ». D’autres ont associé le fait de remettre en question le choix du cinéma Beaubien de montrer ce film à une position « d’ayatollahs de la morale ». Peut-on élever le débat s’il vous plaît ?

Il y a une offensive juridique en règle depuis quelques années pour arriver à décriminaliser totalement la prostitution au Canada (et pas seulement les femmes qui y sont exploitées). Cela signifie, pour les tenants et les tenantes de cette position, laisser le « libre marché du sexe » prendre toute l’expansion qu’il souhaite, et ce, au nom de la sécurité des femmes. Quant à nous, nous souhaitons plus pour les femmes que la prostitution et nous souhaitons plus pour les femmes dans la prostitution. Nous tenons au débat généré par ce film, car il est important de savoir quelle société nous voulons construire.

Pour avoir plus d’information ou pour obtenir de l’aide : contacter la CLES au 514 750-4536 ou visiter nos sites web www.lacles.org et www.rqcalacs.org

Diane Matte, Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)

Danièle Tessier, Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS)

28 février 2013

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 juin 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Diane Matte, la CLES, et Danièle Tessier, le RQCALACS



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin