| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 1er avril 2015

Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique

par Janice G. Raymond






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Au cours des dernières années, un ramassis d’articles a lancé des allégations destinées à déboulonner « les mythes » sur la prostitution et le trafic sexuel. Ces articles se concentraient sur plusieurs thèmes, s’employant à tourner en ridicule les témoignages de femmes exploitées pour en faire quelque chose de sensationnel qui crée des mouvements de « panique morale » ; à discréditer les propos, la vie et les efforts des personnes survivante-es de la prostitution et de la traite ; à blâmer le sauvetage par des ONG trop zélées de ces femmes prostituées et des femmes et enfants objets dee trafic, et enfin à contester le nombre de femmes et d’enfants exploités sexuellement lors d’événements marquants comme la Coupe du Monde, les Jeux Olympiques ou le Super Bowl.

Une coterie d’auteur-es s’est mobilisée expressément pour critiquer les lois qui pénalisent la demande de prostitution et rendent illégal l’achat d’activités sexuelles. Une publication récente illustre que l’« évidence » dépend toujours du choix et de l’interprétation que l’on fait de certains exemples au détriment d’autres.

Dans sa chronique du New York Times (20/1/15), la rédactrice Julie Kaye s’attaque à la nouvelle loi canadienne sur la prostitution, reprochant au Canada de suivre le modèle « défaillant » adopté en Suède, en Norvège, en Islande et d’une façon modifiée en Finlande. Kaye se base sur un seul pays, la Nouvelle-Zélande, pour vanter les avantages de la dépénalisation et de réglementation de la prostitution. Si elle avait pris la peine de présenter l’ensemble des pays qui ont fait ce choix, le résultat aurait été bien différent.

Dans les années 2000, les Pays-Bas ont soustrait les souteneurs et les bordels de la sphère criminelle et mis en place, dans les grandes villes, des “zones de tolérance sûres » où les hommes pouvaient légalement acheter les services des femmes prostituées.

De 2003 à 2009, Amsterdam, Rotterdam et d’autres municipalités ont fermé ces zones parce qu’elles étaient rapidement devenues des endroits dangereux et sordides pour les femmes prostituées, que le crime organisé exploitait en toute impunité. En 2007-2008, Amsterdam a fermé également un tiers des bordels qui exposaient des femmes en vitrine parce que les enquêtes de police concluaient que le système néerlandais de prostitution était devenu incontrôlable.

L’Allemagne a décriminalisé certains aspects de son système de prostitution en 2002. Deux ans après l’adoption de la loi, le nombre de personnes prostituées était passé de 200 000 à 400 000 - principalement des femmes provenant de pays étrangers. Un rapport officiel du ministère reconnaît que le German Prostitution Act de 2002 n’a pas eu d’effets « réels et mesurables sur la protection sociale des prostituées ».

Dans l’État de Victoria, en Australie, la légalisation a encouragé une croissance accélérée du secteur illégal. Dès les années 1998 et 1999, quatre ans après la complète légalisation de la prostitution dans cet État, le nombre de maisons de passe sans licence, donc illégales, avait triplé. Les proxénètes d’hier sont devenus les entrepreneurs du sexe légitimes d’aujourd’hui, et ils profitent d’une industrie du sexe en pleine croissance qui alimente de façon importante l’économie du pays.

Kaye propose la Nouvelle-Zélande comme modèle de décriminalisation de l’industrie du sexe. Cependant, en 2013, d’anciennes prostituées néo-zélandaises ont témoigné devant un comité parlementaire à l’effet que le Prostitution Reform Act de 2003 (PRA) était un échec pour elles et pour d’autres femmes qui étaient restées dans l’industrie du sexe. Elles ont affirmé que la décriminalisation de l’industrie du sexe « avait tout simplement joué en faveur des souteneurs et des propriétaires de maisons closes, leur permettant d’acquérir une façade de respectabilité en faisant des femmes sous leur contrôle leurs proies légales. » Le président de l’Association des policiers, Greg O’Connor, a rapporté que la décriminalisation en Nouvelle-Zélande avait permis aux gangs de rue et au crime organisé de s’épanouir, et avait favorisé le blanchiment l’argent dans des entreprises légitimes.

La tribune du New York Times ravive des arguments éculés et qui ont été contredits, à propos de la législation suédoise dont s’inspire la nouvelle loi sur la prostitution au Canada. Une lecture attentive du rapport du Swedish National Board of Health and Welfare (SNBH), qu’utilise Kaye pour essayer de montrer que le taux de prostitution a rebondi après des réductions dramatiques, montre qu’elle ne dit pas toute la vérité. Le rapport du SNBH fait état que la prostitution de rue a ressurgi dans trois villes suédoises importantes, mais il mentionne aussi que le nombre de personnes prostituées est inférieur à ce qu’il était avant l’adoption de la loi.

Kaye ne dit pas toute la vérité non plus au sujet d’une évaluation plus complète de la loi suédoise effectuée par le Swedish Institute (SOU), qui a conclu que pénaliser la demande fonctionne. Au contraire, elle prétend que les femmes actuellement dans la prostitution soutiennent que la loi pénalisant les acheteurs a accru le harcèlement contre les femmes prostituées qui se sentaient « chassées » par la police et traitées comme des « incapables. » En réalité, le rapport SOU constate que les anciennes prostituées interrogées ont signalé que la situation avait changé. Elles ont affirmé que la loi les rendait plus fortes parce qu’« elles ont cessé de se blâmer » et qu’elles reconnaissent la responsabilité des acheteurs dans leur exploitation.

Ce qui est plus flagrant, c’est que Kaye ignore les principales conclusions du rapport SOU : que la prostitution urbaine a diminué de cinquante pour cent, un résultat direct de la loi criminalisant les acheteurs ; que moins d’hommes affirment rechercher des services sexuels, et qu’il n’existe aucune preuve que la baisse de la prostitution de rue ait entraîné l’augmentation de la prostitution à l’intérieur ou sur internet. De plus, la Suède est un des deux pays d’Europe où la prostitution et la traite à des fins sexuelles n’augmentent pas. L’autre pays, la Norvège, a adopté une législation semblable à celle de la Suède qui sanctionne l’achat d’activités sexuelles.

La loi canadienne s’inspire d’un fond législatif confirmé par l’expérience, qui reconnaît la prostitution et le trafic sexuel comme de l’exploitation, non comme « un travail ». Elle reconnaît également qu’à moins de s’attaquer à la demande, l’exploitation sexuelle continuera de prospérer. Ce n’est pas seulement dans les pays nordiques mais aussi en Corée du Sud qu’une loi interdisant l’achat d’activités sexuelles a mené à renforcer la protection des victimes et a réduit le nombre d’acheteurs et de « quartiers chauds ».

Le Canada est en bonne compagnie. En 2014, l’Irlande du Nord a adopté une loi identique rendant illégal l’achat d’activités sexuelles. Comme Trisha Baptie, journaliste canadienne et survivante de la prostitution, l’affirme : « Pour la première fois, nous nous attaquons aux racines de ce qui cause la prostitution, la loi ira à la source de l’exploitation et permettra à des femmes et des filles de sortir de la prostitution en criminalisant l’achat de leur corps. Cibler la demande va accélérer la fin d’une injustice systémique ».

Traduction : Élisabeth Guerrier

- Version originale ici.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 mars 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Janice G. Raymond

Janice G. Raymond est professeure émérite en Études féministes et Éthique médicale à l’Université du Massachusetts à Amherst. Elle a été professeure invitée à l’Université de Linkoping en Suède et chercheuse invitée à l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT).

Militante féministe de longue date contre l’exploitation sexuelle, les abus médicaux et la violence envers les femmes, Janice Raymond est aussi co-directrice générale de la Coalition contre le trafic des femmes (CATW), organisation non gouvernementale (ONG) internationale qui a le statut consultatif de catégorie II auprès de l’ECOSOC, et qui a des branches dans chaque région du monde.

Janice G. Raymond a été récipiendaire de bourses de l’Institut national de la Justice, de la Fondation Ford, de l’Agence d’information des États-Unis, de la Fondation scientifique nationale, de l’Organisation norvégienne pour la recherche et le développement (NORAD), et de l’UNESCO. En l’an 2000, elle a complété l’une des premières études sur le trafic sexuel aux États-Unis intitulée Sex Trafficking in the United States : Links Between International and Domestic Sex Industries,
subventionnée par l’Institut National de la Justice. En 2002, elle a dirigé et été co-auteure d’un projet impliquant plusieurs pays : Philippines, Indonésie, Thaïlande, Vénézuéla et États-Unis, intitulé Women in the International Migration Process : Patterns, Profiles and Health Consequences of Sexual Exploitation, subventionné par la Fondation Ford.

Janice G. Raymond est l’auteure de cinq livres et de nombreux articles traduits dans plusieurs langues, sur des sujets comme la violence contre les femmes, la santé des femmes, la pensée féministe et la bio-médecine. Son dernier livre est Women as Wombs : Reproductive Freedom and the Battle Over Women’s Bodies (Harper San Francisco, 1994). Elle donne des conférences partout dans le monde sur tous ces sujets.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2015
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin