| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 17 mars 2007

La prostitution des enfants au Canada
Extraits

par Richard Poulin, sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Ces extraits proviennent du chapitre IV du plus récent livre de Richard Poulin, Enfances dévastées. L’enfer de la prostitution, tome 1, Éditions L’Interligne, Ottawa, 2007. Disponible en librairie. On retrouvera dans l’ouvrage les citations que nous avons retirées pour cette publication ici.

La reconnaissance publique du fait qu’il existe au Canada un problème de prostitution des enfants est récente, mais souvent on préfère y voir des cas isolés et marginaux qu’un système organisé et ramifié. Légalement et moralement, la prostitution des enfants revêt pour beaucoup une tout autre signification que la prostitution des adultes. Elle est inacceptable, du moins lorsque cela concerne des personnes âgées de 14 ans et moins. Certains hésitent à trouver inacceptable la prostitution de jeunes de 15 à 17 ans. Puisque l’âge de consentement légal pour les rapports sexuels est de 14 ans au Canada et que la précocité sexuelle est « un fait établi », pour certains, ces jeunes ont « choisi » d’exercer la prostitution en connaissance de cause, « librement », sans contrainte. Et puisqu’ils ont choisi de pratiquer un « travail du sexe », il faut respecter ce choix sans poser de questions sur ce qui les a poussés dans cette activité. Comme si la question de la prostitution n’avait aucune importance ou signification autre que celle d’un « choix » fait par une personne qui, étant un sujet conscient, opte tout à fait librement et rationnellement pour une « solution » de ce type. Ce réductionnisme a pour effet de ne pas chercher à comprendre les causes structurelles tant sociales, économiques que psychologiques expliquant l’entrée dans la prostitution [...]

Beaucoup aussi refusent de voir la continuité qui existe entre la prostitution des enfants et celle des adultes, comme si l’industrie du sexe respectait l’âge légal de la majorité et refusait l’exploitation de la prostitution des enfants, ce que contredit l’âge moyen de l’entrée dans la prostitution au Canada, qui est très jeune. L’idée qu’il existe dans ce pays un système de la prostitution des enfants largement contrôlé par les proxénètes - ce qui implique, entre autres, leur transport vers d’autres villes, d’autres provinces et même d’autres pays, notamment les États-Unis - est en général réservée aux enfants du tiers-monde ou autres lieux exotiques dont on entend parler à l’occasion de reportages dans les médias. Comme si le Canada pouvait échapper miraculeusement à la traite interne et internationale à des fins de prostitution. Comme si, dans ce pays, il n’y avait pas d’importants profits à réaliser avec l’exploitation de la prostitution des mineurs.

Or, le Canada est à la fois un pays de destination et de transit de la traite des êtres humains à des fins de prostitution et de pornographie. C’est également un pays « émetteur », ce que peu d’analystes mettent en évidence. En 1999, le gouvernement de la Colombie-Britannique a révélé l’existence d’un circuit de la traite à des fins de prostitution d’enfants de cette province vers des villes de l’Alberta, de la Saskatchewan et de l’ouest des États-Unis. En 2001, le rapport du Département d’État des États-Unis sur la traite des êtres humains affirmait qu’un « certain nombre » de personnes d’âge mineur d’origine canadienne étaient victimes de la traite à des fins d’« exploitation sexuelle » vers les États-Unis. Un groupe criminel de Vancouver, le West Coast Players, est connu pour ses activités de traite à des fins de prostitution d’adolescentes vers Los Angeles.

Méconnaissance d’un phénomène en expansion

On sait à la fois beaucoup et relativement peu de choses sur la prostitution au Canada, y compris sur la prostitution des enfants. Dans les années 80, le gouvernement fédéral a mis sur pied deux commissions d’enquête qui devaient, entre autres, faire le tour de la question tant dans le domaine de la prostitution des adultes que dans celui de la prostitution des mineurs. Il s’agit du Comité sur les infractions sexuelles à l’égard des enfants et des jeunes - mieux connu en tant que Comité Badgley - et du Comité spécial d’étude de la pornographie et de la prostitution - le Comité Fraser. Malgré cela, il n’existe étrangement aucune évaluation du nombre de personnes adultes et mineures au pays dont la prostitution est exploitée par les industries du sexe [...]

Au Canada, le nombre de personnes prostituées se situe dans une fourchette de 73 000 à 113 000. Malgré leur importance, ces nombres ne semblent pas invraisemblables, surtout si on inclut l’ensemble des personnes oeuvrant dans les industries du sexe [...] Certaines villes du Canada sont des lieux importants de tourisme sexuel. C’est le cas notamment de Montréal où de nombreux Américains, pour échapper aux lois plus sévères dans leur pays, profitent de la proximité de la ville, dont la réputation est établie, pour abuser de la prostitution d’autrui. Les sites Web de discussion entre prostitueurs sur les escortes de Montréal et de sa banlieue sud pullulent à cet égard. Enfin, de nombreuses jeunes prostituées du Canada sont transportées de ville en ville dans le pays, puis de Seattle à San Francisco, d’Oakland à Phœnix, à Honolulu ou à Portland. Après trois ou quatre semaines d’activité, les proxénètes les changent de ville. À l’inverse, des jeunes Américaines sont victimes de la traite à des fins de prostitution au Canada [...]

En 1999, on estimait à 5 000 le nombre de femmes prostituées à Montréal. Aujourd’hui, certains estiment jusqu’à 10 000 le nombre de personnes prostituées dans la métropole québécoise. En 1997, la police estimait à plus de 10 000 le nombre de personnes prostituées à Toronto et à 4 000 le nombre des escortes. Au cours de la décennie 90, les « services » d’escorte ont connu dans la métropole canadienne une expansion importante [...] En 1997, il y avait au moins 125 agences d’escortes dans la seule région du Grand Toronto. Les plus importantes proposaient 100 femmes, les plus petites de deux à six femmes. À Ottawa, il existe au moins 25 agences d’escortes, sans compter les salons de massage proposant des massages « romantiques » ou « érotiques », les clubs de danse nue où se pratique la prostitution, etc. L’industrie de la prostitution est également importante à Calgary, à Edmonton, à Regina, à Halifax et dans les autres villes canadiennes.

Les personnes prostituées d’âge mineur

[...] On peut estimer de 11 300 à 34 000 le nombre de personnes mineures prostituées au Canada. Une source citée par Barri Flowers évalue le nombre de prostitué-es juvéniles au Canada à 200 000. Je n’ai pu retrouver cette source, et ce chiffre me semble nettement exagéré. Une autre source estimait, dans les années 90, le nombre d’enfants prostitués à 10 000. Ce même chiffre a été avancé au début des années 80. Soulignons que le gouvernement canadien décrit, depuis, « l’exploitation sexuelle commerciale des enfants » comme un phénomène en croissance au Canada, ce qui met à mal une telle constance dans les estimations entre les années 80 et aujourd’hui [...]

Intolérable famille

Nombreuses sont les personnes prostituées qui ont fait une fugue ou ont été obligées de partir ou, encore, ont été « chassées » à un jeune âge de leur milieu familial décrit comme intolérable ; elles étaient souvent victimes de violence physique, sexuelle ou psychologique. Les résultats d’une enquête dans un refuge pour jeunes à Toronto ont révélé que les jeunes femmes étaient plus susceptibles que les jeunes hommes d’avoir quitté le foyer pour la première fois avant l’âge de 14 ans. L’agression sexuelle des jeunes femmes était plus souvent le fait des pères ou des beaux-pères. De plus, les femmes étaient plus susceptibles que les hommes d’être victimes d’agressions sexuelles violentes (16% contre 9%) et de viol (38% contre 13%).

Une recherche menée à Vancouver a constaté que 71% des 110 adolescentes sans abri interviewées déclarent des antécédents d’agressions physiques et sexuelles comparativement à 13% dans un vaste échantillon d’élèves à l’échelle de la province. Près des deux tiers (63%) des filles interviewées dans le cadre d’une étude auprès de 479 jeunes sans-abri à Montréal ont été agressées sexuellement. Chez les 360 jeunes sans-abri ayant participé à une étude à Toronto, deux fois plus de filles que de garçons ont mentionné l’agression sexuelle comme facteur les ayant menées à la rue (40 contre 19%).

À la fin des années 90, 998 jeunes sans-abri âgé-es de 14 à 25 ans ont été interviewé-es à Montréal. Les femmes constituaient environ le tiers du nombre total. Plus de jeunes femmes que de jeunes hommes sans abri ont connu la prostitution (25% contre 9%).

Selon un rapport de recherche récent sur les jeunes femmes sans-abri au Canada, « le visage de la prostitution de rue est à prédominance blanche, mais les jeunes des minorités raciales sont aussi impliquées dans le commerce du sexe, surtout les femmes autochtones. Les jeunes femmes ont en commun le sentiment d’être exploitées et il arrive souvent qu’elles éprouvent du dégoût pour elles-mêmes. La consommation de drogues est très répandue. Souvent, les jeunes femmes travaillent pour soutenir leur toxicomanie et celle de leur proxénète. Les jeunes femmes sont plus susceptibles que les jeunes hommes d’avoir un proxénète, surtout les plus jeunes, qu’on garde cachées dans des “salles de jeu d’enfants”. En conséquence, elles n’ont que très peu accès à des adultes non exploiteurs et il se peut qu’on les empêche de faire appel aux services d’aide. Les jeunes femmes sont également plus susceptibles que les hommes de travailler dans des services d’escorte ou des services d’appel, dans la danse érotique et dans la pornographie. » [...]

Les jeunes qui fuient leur famille ou qui en sont chassés quittent en même temps l’école et bon nombre n’obtient pas de diplôme d’études secondaires. Le Comité Badgley a mis en évidence le fait que les jeunes personnes prostituées sont relativement peu instruites comparativement aux autres Canadien-nes du même âge. En raison de leur faible niveau d’études, de leur employabilité limitée et de leur pauvreté, en raison des services sociaux inadéquats ainsi que de la demande masculine de jeunes personnes prostituées, la prostitution semble constituer une voie d’accès pour subvenir à leurs besoins de base.

Âge de l’entrée dans la prostitution au Canada et agressions sexuelles dans l’enfance

Les recherches montrent que plus de 80% des adultes évoluant dans la prostitution ont été prostitués à un âge mineur.

Selon le Service canadien de renseignements criminels, l’âge moyen de l’entrée dans la prostitution au Canada est 14 ans. L’enquête de Nadon, Kovela et Schludermann a révélé que 89% des femmes prostituées interviewées au Manitoba ont commencé à vivre une situation de prostitution avant l’âge de 16 ans ; ces chercheurs établissent à 14,1 ans l’âge moyen de l’entrée dans la prostitution dans cette province. À Victoria, l’âge de l’entrée est établi à 14,8 ans. Selon Cunningham et Christensen, 52% des 183 femmes prostituées de Vancouver interviewées ont commencé avant l’âge de 16 ans et 70% avant l’âge de 18 ans. Une recherche, qui a été menée dans trois provinces de l’Ouest, donne des résultats similaires : les trois-quarts des personnes prostituées interviewées ont commencé à vivre des situations de prostitution lorsqu’elles avaient moins de 15 ans. Une autre recherche menée à Calgary indique que l’âge moyen des jeunes au moment où ils ont connu une première situation de prostitution est 14 ans - 75% avaient moins de 16 ans et 86% moins de 18 ans [...]

***

Il y a, au minimum, 11 300 sinon, vraisemblablement, de deux à trois dizaines de milliers de personnes prostituées d’âge mineur au Canada [...] Lieu des pédoprostitueurs, qu’ils soient nationaux ou internationaux, le Canada a connu, au cours des dernières décennies, un développement important des industries du sexe, y compris de la prostitution des mineur-es.

On le sait, l’agression sexuelle dans la jeunesse est un facteur propice à l’entrée dans la prostitution. Non seulement l’agression sexuelle dans et autour de la famille, mais aussi celle qui est liée à l’exploitation de la pornographie d’autrui. Un sondage national mené pour le Comité Badgley au début des années 80 permettait au Comité sur les infractions sexuelles à l’égard des enfants et des jeunes d’évaluer le nombre de Canadien-nes photographié-es dans leur enfance dans des poses pornographiques à 60 000 personnes. Selon le Comité, cette estimation sous-évaluait la réalité. Depuis, avec le développement des nouvelles technologies, l’industrie de la pornographie a connu un essor sans précédent. L’envahissement pornographique, qui se traduit non seulement par l’essor de l’exploitation de la pornographie d’autrui, mais également par une banalisation du sexe tarifé, est un des facteurs importants à prendre en considération dans la croissance de la prostitution, y compris de la prostitution des enfants [...]

(Fin des extraits)

- « Enfances dévastées, l’enfer de la prostitution, Éditions L’Interligne, Ottawa, 2007.

- Lire plusieurs autres articles de Richard Poulin sur Sisyphe.org.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 mars 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Richard Poulin, sociologue

L’auteur est professeur titulaire de sociologie à l’Université d’Ottawa, auteur d’Enfances dévastées, l’enfer de la prostitution (Ottawa, L’Interligne, 2007), Abolir la prostitution. Manifeste (éditions Sisyphe, Montréal 2006), La mondialisation des industries du sexe (Ottawa, L’Interligne 2004 et Paris, Imago, 2005), et il a coordonné le numéro d’Alternatives Sud, Prostitution, la mondialisation incarnée (Paris, Cetri et Syllepse, vol. XII, n° 3, 2005). Il milite au sein de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin