| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 17 juin 2012

Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Un avis du Conseil du statut de la femme

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







La députée bloquiste Maria Mourani (Ahuntsic) a exprimé récemment une vérité que presque tout le monde connaît, mais que presque personne n’ose dire. « Le Grand prix de Formule 1 est l’Eldorado des proxénètes, des touristes sexuels et de toute l’industrie de l’exploitation sexuelle, a-t-elle écrit sur sa page Facebook. Cela nous rapporte moins que cela nous en coûte socialement, économiquement et humainement. » La députée aurait dû se taire à cause de son "devoir de réserve", selon le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé.

Trop de gens, qui détiennent pourtant le pouvoir de parler et d’agir, se prétendent contraints au silence par un "devoir de réserve" imaginaire et bien commode. Une attitude complaisante à l’égard du pouvoir de l’argent rend difficile la lutte au crime organisé qui contrôle une grande partie de la prostitution et de la traite des femmes et des mineur-es. Dénoncer la marchandisation du sexe et le système prostitueur, c’est nuire aux intérêts financiers d’événements populaires autour desquels gravitent les prostitueurs, qui sont aussi des électeurs. C’est nuire au dieu profit en protégeant les proxénètes qu’on a tendance de plus en plus à considérer comme faisant partie de l’économie. Donc comme des intouchables.

***

Le Conseil du statut de la femme (CSF) vient de publier un avis sur la prostitution qui, fort heureusement, ne s’incline pas devant la banalisation et le relativisme ambiants. Il assume ainsi pleinement son rôle d’aviseur du gouvernement du Québec sur les questions relatives à la condition des femmes.

Si, dans l’avis qu’il publiait en 2002, le CSF proposait une réflexion inachevée au point de ne pouvoir répondre à la question qu’elle posait (La prostitution : profession ou exploitation ?) (1), l’organisme se montre plus affirmatif dans le récent avis, La prostitution : il est temps d’agir. « La prostitution prend racine dans des traditions patriarcales... », écrit le CSF, elle « n’est pas une fatalité ni une réponse adéquate aux pulsions sexuelles des hommes », et « vouloir baisser les bras devant la prostitution, sous prétexte de réalisme, n’est pas une position défendable sur le plan humain. »

Le CSF adopte une position abolitionniste non ambiguë, qui s’appuie sur un contexte historique, sur les aspects juridiques, sociaux et économiques de la prostitution et de la traite dans plusieurs pays du monde ainsi que sur nombre de recherches et de témoignages. Il préconise, comme plusieurs féministes le font depuis quelques années, que le gouvernement du Canada imite le gouvernement de la Suède, en décriminalisant les personnes prostituées et en pénalisant l’achat de "services sexuels".

Je salue la cohérence et la détermination du CSF qui expose, en plus de 150 pages, des vérités sur le système prostitueur et ses victimes, que certains milieux préfèrent taire. Cet avis, dont la recherche et la rédaction ont été confiées à une chercheuse d’expérience, Yolande Geadah (2), a bénéficié d’études abondantes, diversifiées et rigoureuses publiées au cours de la dernière décennie, et de la prise de parole de "survivantes". L’analyse confirme ce que nombre de féministes soutiennent depuis 30 ans : la prostitution, et sa soeur jumelle, la pornographie, sont en soi de la violence ainsi que des obstacles majeurs à l’égalité et à la liberté des femmes. L’égalité hommes-femmes dont le Québec se targue d’être un modèle.

Faits, mythes et analyse

Le CSF n’esquive pas le fait que l’opinion publique et les féministes soient divisées, et que les débats soient passionnés et polarisés à l’extrême sur le sujet. Mais l’esclavage existerait encore aujourd’hui si l’on avait attendu pour agir que tout le monde soit en faveur de son abolition. Le plus urgent est d’abord de décriminaliser les personnes prostituées, ce sur quoi à peu près tout le monde s’entend, car ces personnes sont davantage victimes qu’artisanes de leur situation.

Dans la pure tradition féministe, le CSF oppose les aspects sociaux collectifs (les conséquences de la banalisation de la prostitution sur la vie des femmes et des jeunes, sur les rapports hommes-femmes, sur la société entière), soutenus par les féministes abolitionnistes, à l’argument individualiste et libéraliste des réformistes (féministes ou non). Pour les réformistes, des changements majeurs dans les lois, voire l’élimination des lois sur la prostitution, réduirait "les méfaits" et améliorerait la sécurité des femmes prostituées. La prostitution est un méfait en soi, il ne suffit donc pas seulement de réduire ce méfait, une société doit se donner les moyens de l’éliminer. Même si cela doit prendre des siècles tout en espérant que ce ne soit pas le cas. Le CSF fait un sort au mythe du « plus vieux métier du monde » qui traîne encore dans la majorité des articles des journaux. Plusieurs journalistes auraient besoin de mettre à jour leur connaissance du dossier...

L’avis du CSF accorde une place importante à la situation concrète des femmes prostituées, et il donne la parole à plusieurs de celles qui s’en sont sorties. Je souhaiterais - mais je m’illusionne - que les prostitueurs et ceux/celles qui voient dans la prostitution un "divertissement" comme un autre lisent ces témoignages, notamment « le cas de Marie » (p.40). Si les propos de ces femmes ne les touchaient pas, c’est qu’ils/elles auraient une pierre à la place du cœur.

Quant à l’argument du "libre choix" de la prostitution, il y a longtemps qu’il ne tient plus la route. Non seulement grâce à ce que nous ont appris les femmes qui ont fait l’expérience de la prostitution, mais aussi à cause des recherches nombreuses qui indiquent que l’âge moyen d’entrée dans la prostitution se situe à environ 14 ans. Les demandeurs (prostitueurs) à l’origine de la prostitution – on l’oublie trop souvent - exigent des corps de plus en plus jeunes, conformes aux critères définis par la pornographie, ce qui tend à réduire l’âge moyen auquel le système proxénète met le grappin sur les jeunes filles. Certain-es parlent aujourd’hui de 12 ans.

Ces faits sont largement connus - tout comme les agressions physiques, les problèmes de santé et les dangers multiples que rencontrent les femmes prostituées. Pourtant, des gens de mauvaise foi continuent d’affirmer qu’elles sont libres de choisir (des enfants de 12 ou 14 ans, parfois fugueuses, victimes de violence dans la famille, sous l’emprise de garçons plus âgés ou d’adultes, libres de se prostituer, vraiment ?) et que les lois contre le proxénétisme et la prostitution entravent la liberté individuelle. Si on éliminait ces lois, le sort de ces « travailleuses » en serait amélioré, prétend-on. Comme si l’abolition des lois sur le viol ou la violence conjugale pouvait améliorer le sort des victimes.

Le CSF aborde les liens entre la prostitution et la traite locale et internationale à des fins sexuelles. Il mentionne des cas de traite au Québec et au Canada, et note que l’accès à des "services sexuels" est d’une facilité déconcertante dans un contexte de banalisation de l’exploitation sexuelle.
« On peut aujourd’hui commander une prostituée à Montréal, comme on commande une pizza ! Il suffit de préciser la couleur, la taille, les mensurations, l’âge, et une fille vous est livrée dans la demi-heure qui suit à votre résidence ou à votre chambre d’hôtel », déclare en entrevue le sergent détective Dominique Monchamp du SPVM.

En exposant l’état du droit canadien en matière de prostitution et de traite, le CSF fait une analyse critique du récent jugement Bedford (Cour supérieure de l’Ontario) qui invalide les lois sur la prostitution, ainsi que d’autres contestations des lois, dont le jugement sur la danse contact qui a eu des effets désastreux sur la vie des danseuses de bars. Il explique également les modèles de réforme d’autres pays, dont l’Australie et la Suède, les causes de leurs échecs et de leurs réussites.

Le document fait état d’initiatives intéressantes et, semble-t-il, efficaces pour aider les personnes prostituées et sensibiliser différents milieux, dont les intervenants sociaux et policiers, aux méfaits de la prostitution. On connaît, par exemple, le travail de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) à Montréal et celui de la Maison de Marthe dirigée par Rose Dufour à Québec. Le Service de police de la Ville de Montréal, section ouest, a mis aussi sur pied en 2009 le projet Les Survivantes qui rassemble une équipe de six enquêteurs dont l’objectif est d’épingler les proxénètes au lieu de s’en prendre aux femmes et aux filles prostituées. En Montérégie, depuis septembre 2008, le projet Mobilis a réuni dans un même objectif les intervenant-es de tous les secteurs pour « contrer l’exploitation sexuelle des jeunes filles et des jeunes femmes par les gangs de rue. »

« Rendre la prostitution socialement inacceptable »

Enfin, le CSF recommande de criminaliser l’achat des « services sexuels », comme la Suède l’a fait après des années de sensibilisation de la population. Une telle décision devrait s’accompagner d’un ensemble de mesures sociales, économiques et de services de santé appropriés pour aider les personnes prostituées à ré-orienter leur vie.

Au Canada, les lois criminelles sont adoptées et modifiées par le gouvernement fédéral, mais rien n’empêche le ministre de la Justice du Québec de faire des représentations auprès d’Ottawa dans le sens des recommandations du CSF.

Le CSF adresse une demande spécifique à la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine :

« Que la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine mette en oeuvre la mesure 86 de son plan d’action pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2011-2015 : "Sensibiliser la population pour prévenir l’exploitation sexuelle et venir en aide aux femmes qui veulent quitter le milieu de la prostitution". Pour ce faire, qu’une enveloppe financière suffisante soit dégagée. »

Le CSF voudrait que l’État soutienne des services d’hébergement destinés spécifiquement aux femmes prostituées ainsi que des initiatives comme Les Survivantes et le projet Mobilis, afin d’aider les femmes à quitter la prostitution et les adolescentes à échapper aux gangs de rue.

Il faudrait un changement de paradigme - « affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution » - et rendre, par des campagnes d’information, la prostitution « socialement inacceptable », dit le CSF. Pour que cela advienne, je pense qu’il faudra d’abord de fortes pressions de la population en général et des féministes en particulier, comme ce fut le cas en Suède avant que le gouvernement n’adopte un ensemble de lois sous le vocable de la « Paix des femmes ».

Celles et ceux qui voudraient que l’on donne carte blanche au proxénètes et aux prostitueurs ne liront probablement pas l’avis du CSF (ni cet article) : leur idée est déjà faite. Mais les autres, les gens qui doutent, qui s’interrogent, qui se sentent interpellés par ce problème social, qui sont sensibles à la prostitutionnalisation galopante de la société, trouveront dans cet avis un état de faits éclairant, des réponses à de nombreuses questions et, peut-être, une incitation à participer au débat public.

Je souhaite ardemment voir les féministes québécoises imiter les féministes françaises dans leur lutte contre le système prostitutionnel. Le 8 mars dernier, 44 associations féministes et groupes communautaires mixtes (3) sont descendus ensemble dans les rues de Paris pour dénoncer ce système d’exploitation comme une violence extrême faite aux femmes. 44 groupes, des centaines de femmes et d’hommes ont réclamé que l’État français adopte des lois pour abolir la prostitution.

Il est permis de rêver. Il y a toutes sortes de "printemps", à notre époque… Pourquoi n’y aurait-il pas un "printemps féministe abolitionniste" ?

La prostitution : il est temps d’agir, Conseil du statut de la femme, Gouvernement du Québec, 31 mai 2012.


Notes

1. La prostitution : Profession ou exploitation ? Une réflexion à poursuivre, 2002, à télécharger en format PDF.
2. Yolande Geadah est l’auteure de La Prostitution : un métier comme un autre ? chez VLB, 2003. On peut lire un extrait de ce livre sur Sisyphe, ainsi qu’une analyse du livre par Élaine Audet. Y. Geadah a écrit aussi plusieurs articles sur la prostitution et la traite à des fins sexuelles dans différents médias.
3. "8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !"

Je vous recommande :

- De lire et de faire lire l’avis La prostitution : il est temps d’agir. À télécharger ici en format PDF.

- De visionner et de faire voir l’excellente vidéo de l’entrevue de La Gazette des femmes avec la présidente du Conseil du statut de la femme, Julie Miville-Dechêne, sur l’avis La prostitution : il est temps d’agir. Lien.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 juin 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin