| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






dimanche 11 décembre 2011

Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation

par Meghan E. Murphy, The F Word



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Autres articles sur Sisyphe.info - Cliquez
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme




C’est devenu tellement prévisible que, maintenant, je me contente d’attendre. J’ai écrit plusieurs articles sur la prostitution et le mouvement abolitionniste, ainsi que plusieurs autres qui ne traitent pas directement de ces enjeux, mais où apparaît peut-être le mot « prostitution ». Et vraiment, cela suffit de nos jours pour déclencher le déluge.

Ce que j’en suis venue à comprendre, c’est que, peu importe ce que j’écris, peu importe l’argumentation que j’expose, peu importe les points que je soulève, le lobby du « travail du sexe » s’en fout complètement. Parce que si vous n’êtes pas en accord complet avec lui, sa priorité est de vous mettre en échec.

Il lui suffit que quelqu’un se serve en public du mot « prostitution » pour qu’il refuse à prime abord de tenir compte du contenu de tout article et pour qu’il recoure à la stratégie du bâillon. Parce qu’imposer le silence est, après tout, ce qu’il y a de plus important. C’est l’objectif. « Si nous arrivons à les intimider suffisamment pour qu’elles se taisent, peut-être allons-nous gagner ». Voilà ce que semble être leur motivation.

En octobre, j’ai écrit un article (1) pour explorer ce que je percevais comme une appropriation néolibérale du mouvement féministe. J’ai soutenu que nous devions concentrer nos efforts sur le renforcement d’un mouvement féministe progressiste, qui analyserait la liberté et l’autonomisation des femmes comme un effort collectif, plutôt que de mettre l’accent sur des sentiments individuels (et temporaires) d’autonomisation ou de catharsis. Un véritable changement signifie la libération de toutes et de tous, et non seulement celle de quelques privilégié-es.
J’ai mentionné en exemple et manifestation de cette influence néolibérale américaine sur le mouvement féministe, les efforts actuels pour faire décriminaliser la prostitution. (En fait, j’ai pris conscience, après avoir écrit cet article, qu’il est probablement plus exact de parler des efforts pour la légaliser puisque, en réalité, ce sont les abolitionnistes qui luttent pour la décriminalisation des femmes prostituées, alors que les soi-disant adeptes de la décriminalisation plaident pour faire légaliser la pratique des proxénètes et des clients, en plus de celle des femmes prostituées). Eh bien, à entendre le lobby du « travail du sexe », je n’ai écrit rien d’autre.

Presque tous les commentaires critiques formulés se sont révélés identiques (et, bien sûr, ces observations n’ont rien de nouveau, c’est comme si elles provenaient d’un scénario écrit à l’avance) :

« Je ne peux pas croire que [ce site] continue de permettre à des non-travailleurs du sexe, qui n’ont absolument aucune expérience de travail du commerce du sexe, et encore moins de la rue, de parler en leur nom. »

« Je réclame, qu’à titre d’organisation féministe, vous retiriez cet article et vous commandiez à un ou une travailleuse du sexe ayant une expérience de la rue un texte expliquant pourquoi les travailleuses et travailleurs du sexe réclament leurs droits et comment de véritables féministes peuvent appuyer leur démarche d’autodétermination. »

« Je trouve également stupéfiant que [ce site] laisse quelque non-travailleuse du sexe écrire un tas de choses sans aucune preuve ou recherche quand il y a des centaines d’organisatrices du travail du sexe qui sont incroyablement qualifiées et douées, et qui possèdent des décennies d’expérience au Canada. »

« Je suis choqué et consterné que l’auteure de cet article ait été publiée sur ce site, et suis découragé qu’elle contrôle un site qui se qualifie de féministe. Voilà bien l’incarnation la plus cynique du féminisme, et elle ne mérite aucune promotion. »

Et ainsi de suite… Non seulement voit-on tous ces commentateurs et commentatrices refuser de répondre au moindre des arguments avancés (je suis presque certaine qu’aucun d’entre eux n’a réellement lu l’article ; si c’avait été le cas, je doute qu’ils aient fait porter tous leurs efforts sur la tentative de censurer un article entier à cause de l’existence d’un seul paragraphe suscitant leur désaccord), mais leur seule réaction a été d’essayer de forcer le site qui a publié cet article à l’en retirer. Parce que, vous savez, si vous disconvenez d’un argument, la meilleure façon de vous y prendre est de vous assurer de le faire disparaître.

Et cette pratique est loin d’être exceptionnelle. Je doute qu’il existe une féministe au pays qui ait évité ce genre de tentatives de bâillon si elle ose contester l’idée que la prostitution va à l’encontre de l’égalité.

Ce qui est évident, c’est que le lobby du « travail du sexe » se rend compte de la faiblesse de sa position et que, par conséquent, sa seule chance de succès est d’intimider et d’attaquer les personnes qui contestent ses arguments. Ce qui est moins évident, c’est pourquoi des personnes qui se présentent comme féministes (comme le font plusieurs lobbyistes pro-« travail du sexe ») tiennent aussi fortement à cette idée que seules certaines femmes ont le droit de parler de l’exploitation des femmes. Depuis quand le féminisme passe-t-il par l’étouffement de la voix de féministes ?

Toutes les femmes ont le droit de s’exprimer sur la prostitution.

Toutes les femmes ont le droit de s’élever contre l’exploitation et l’objectification des femmes. Toutes et chacune des femmes. Certes, la voix des marginalisées doit être privilégiée, et il est certain que beaucoup, beaucoup de voix sont réduites au silence. Mais ce n’est pas ce dont parle le lobby du « travail du sexe ». Son argumentation n’a rien à voir avec l’écoute des femmes qui sont dans les rues, se cachant dans l’ombre, se glissant dans des voitures du quartier Downtown Eastside. Non : ce dont il s’agit, pour ces commentateurs, c’est de limiter l’écoute à seulement quelques voix, triées sur le volet. Ils ont choisi leurs porte-parole (et croyez-moi, ces voix sont plus fortes que celles de n’importe qui et ce ne sont en aucune façon les voix des marginalisées) et ils ont décidé que seules ces personnes peuvent prendre la parole. Parce qu’ils sont d’accord avec elles.

Non seulement refusent-ils de reconnaître les nombreuses femmes qui ont quitté le commerce du sexe et qui continuent à s’élever contre la prostitution, ainsi que les organisations de femmes autochtones qui qualifient la prostitution de pratique coloniale et estiment que les femmes autochtones sont les premières femmes prostituées au Canada (2). Mais ils ferment les yeux (peut-être involontairement, mais ils le font tout de même) devant la façon que les systèmes patriarcaux affectent TOUTES les femmes.

Comme l’a écrit ma fantastique alliée "Easily Riled" (3) dans un message intitulé "6 décembre 1989" (4) :

« Ces femmes, les femmes dans la prostitution, les femmes dans les rues, ont été et sont les "femmes publiques" que nous ne voyons pas. Nous ne les voyons pas comme les femmes que nous sommes, les femmes que nous pourrions être. Nous ne les voyons pas du tout. Elles ont été et sont en vente dans la rue parce que nous sommes toutes réduites à l’état de marchandises. Parce qu’elles sont en vente dans la rue, les hommes qui les placent là considèrent que nous sommes toutes en vente. Les hommes qui les placent et les maintiennent là circulent en voiture et les surveillent. Ils posent à chaque femme la question "combien ?" Ils agissent surtout ainsi envers les femmes dans les rues sombres, près des entrepôts déserts. »

Nous sommes, comme elle dit, toutes réduites à l’état de marchandise. Aussi longtemps que les hommes pensent que des femmes sont à vendre, nous sommes toutes considérées comme « à vendre ». Aussi longtemps que les hommes nous voient comme des orifices qui existent pour être pénétrés, qu’ils nous voient comme des choses qui leur sont offertes à regarder, comme de jolis objets (que nous soyons des objets dans la rue, ou sur film, derrière une vitrine (5) ou sur scène), ou comme des choses auxquelles ils ont un droit d’accès (6) – aucune d’entre nous n’est libre. Aucune catégorie de femmes ne mérite de supporter le poids du privilège masculin. Il n’y a pas de « nous » et d’« elles » (même si, bien sûr, on tente de nous convaincre que si). Les femmes qui sont assez privilégiées pour ne pas avoir à se prostituer, comme dit Trisha Baptie (7), ont une responsabilité elles aussi à cet égard :

« Nous abandonnons une classe de femmes qui, en raison des circonstances, en raison de l’oppression systémique, n’ont pas le choix. C’est aussi pourquoi les femmes qui disposent de la liberté et qui font partie d’une classe privilégiée ont besoin de reconnaître ce privilège et de dire : "Voici pourquoi je ne suis pas prostituée" et ensuite de regarder les femmes qui le sont et de leur dire : "Pourquoi l’êtes-vous ?" »

Ainsi, d’une part, on assiste à des efforts incroyablement âpres pour faire taire les femmes et les féministes qui se prononcent contre l’exploitation et l’inégalité. Ces efforts et leur incapacité à engager le dialogue témoignent peut-être de la crainte que nous ne sommes peut-être pas les ennemies qu’ils ont tenté de faire de nous, et de la crainte qu’un dialogue pourrait mettre en évidence des trous dans leur argumentation ; et, d’autre part, l’intimidation est totalement hors de contrôle.

Le mensonge répété, instrument d’intimidation et de censure

C’est une chose que d’être en désaccord et de contester un argumentaire. mais c’en est une tout autre, que de perpétuer des mensonges et exagérations afin de discréditer un argument (8), comme nous avons vu récemment John Lowman le faire dans sa réponse à un texte de Lee Lakeman (9). Il a affirmé à propos d’un événement organisé à l’Université de Colombie-Britannique en mars dernier :
« ... les étudiants organisateurs ont dû appeler le service de sécurité du campus et mettre fin à un débat sur le droit de la prostitution quand un groupe de prohibitionnistes de la demande, dont plusieurs anciennes « femmes prostituées », ont presque agressé physiquement la travailleuse du sexe Susan Davis pour avoir suggéré la décriminalisation de la prostitution entre adultes consentants. »

Plusieurs femmes présentes à cet événement ont fait valoir qu’il ne s’était produit rien d’approchant une agression physique. Aucune violence. Simplement une femme en colère qui a parlé un peu plus fort que Lowman aurait aimé qu’elle le fasse. Cela peut sembler un cliché, à ce stade, mais il est clair que beaucoup de gens pensent encore que lorsque des femmes deviennent irritées, le moyen le plus facile de rejeter leurs arguments est de les accuser d’être incontrôlables ou folles. Alors pourquoi ne pas aller une étape plus loin et les accuser d’être « violentes » ? Des accusations (10) semblables ont été lancées contre des abolitionnistes présentes au congrès Mondes des femmes 2011, cet été, et femmes présentes les ont également réfutées (11).

Les gens n’aiment pas que les femmes se mettent en colère. Les femmes sont censées garder une attitude plaisante. Soumise. Passive. Les féministes "ne respectent pas les règles".

La CLES, une organisation féministe basée au Québec, a rédigé en juin dernier une lettre ouverte (12) au sujet de ce genre d’attaques, en demandant aux féministes québécoises de réagir à la « série d’attaques ciblées, parfois subtiles, parfois lourdes, qui visent les féministes abolitionnistes ». Elles ont souligné à raison ce qui suit :

« Des féministes qui prennent le risque de nommer et de dénoncer la violence des hommes, des féministes ayant subi la violence des milliers d’hommes dans la prostitution, pendant 10, 20 ou plus de 30 ans, parfois dès l’âge de 2 ans, sont traitées de violentes envers d’autres femmes. Peu importe notre vécu ou notre expérience, nous croyons que de tout temps, il a été et est inacceptable de tolérer que des féministes utilisent des tactiques visant à museler d’autres féministes, même lorsque nous avons des désaccords. C’est pourtant ce qui se passe présentement. »

En septembre, Stella, un groupe de pression pro-« travail du sexe », a présenté les protestations féministes comme de la violence (13). Ce déplacement bizarre (et courant) des responsabilités en cause – arrêtons- nous juste un moment pour regarder QUI sont les véritables auteurs de la violence contre les femmes – est non seulement factice, mais il est dangereux. Quand on présente des protestations et des interventions féministes contre la violence et contre l’exploitation des femmes comme étant de la « violence », on perpétue un million de stéréotypes sur les femmes qui se mettent « trop en colère », qui deviennent « trop émotives » et « trop bruyantes », autrement dit, des femmes qui « vont trop loin ». Cela a pour effet de bâillonner des femmes. Ou de tenter de le faire. Quant aux véritables agresseurs, ils demeurent cachés, protégés et justifiés. « Ce n’est pas moi qui suis dans le tort, ce sont les féministes, en tentant de m’enlever le sexe qui me revient de droit divin ». Voilà le message qui est renforcé chez les hommes.

Que des femmes se mettent en colère contre la violence faite aux femmes n’est pas de la violence. En fait, si vous n’êtes pas en colère à propos de la condition des femmes dans ce monde, c’est probablement parce que, d’une façon ou d’une autre, vous vous fermez les yeux à cette violence, et gardez le silence lorsque vous êtes témoin d’un abus ; ou peut-être trouvez-vous cette violence acceptable. Peut-être est-elle devenue tellement normale, à vos yeux, que vous considérez que des femmes méritent qu’on les traite de cette façon. Quelle que soit la justification utilisée, il est débile de pointer du doigt celles qui se battent contre cet état de choses. Mais cette débilité est celle d’une société patriarcale. C’est cette maladie contagieuse que nous propageons parce que nous ne pouvons lui imaginer un remède. Nous ne pouvons imaginer de guérir de cette violence de masse. Alors nous nous disons qu’elle est normale. Et quand des personnes disent : « Hé, attendez une minute – ce n’est pas normal, nous ne sommes pas obligées de vivre comme ça », ces personnes doivent être réduites au silence. Parce que vivre d’une autre façon est inimaginable.

Sheila Jeffreys, une célèbre universitaire et féministe radicale, a été soumise à des calomnies de cette nature durant des années, accusée de violences qui n’ont jamais eu lieu. Ces accusations proviennent à la fois de militants masculinistes (14) et de lobbyistes du « travail du sexe ». Il n’y a rien là de nouveau. Et c’est une stratégie qui fonctionne, dans une certaine mesure. Les gens qui détestent les féministes sont plus que disposés à croire ce genre de racontars.

Ces tentatives de bâillonner les critiques féministes de l’industrie du sexe ont battu leur plein lors de la conférence Feminist Futures (15) de Melbourne (Australie), en mai 2011. Lorsque les lobbyistes du « travail du sexe » ont constaté la présence de féministes critiques de l’industrie du sexe à des panels de cette conférence, ils et elles se sont donné pour objectif de s’assurer que ces femmes ne seraient pas autorisées à parler (16). Ils et elles ont intimidé les organisatrices de la conférence au point de forcer une redéfinition des panels. Suite à cette campagne de pressions, Sheila Jeffreys a été forcée de se retirer de la conférence, tandis que Melinda Tankard Reist a vu son invitation annulée (17). La conférence n’a fourni aucun espace sécuritaire aux féministes radicales et, à l’exception de Kathleen Maltzahn, à qui on a complètement manqué de respect durant la conférence, les critiques féministes de l’industrie du sexe ont été réduites au silence.

C’est triste, oui, mais c’est aussi effrayant de voir jusqu’où iront certaines gens pour s’assurer que leurs voix seront les seules entendues.
Il y a quelques jours, j’ai couvert (18) un événement incroyablement puissant (19) organisé par la Vancouver Rape Relief & Shelter (20), qui s’est penchée sur la question de la violence contre les femmes. Un panel sur les quatre a porté sur la prostitution comme violence envers les femmes. Comme je le prévoyais, le tout premier commentaire affiché au sujet de cet article a porté sur les mots utilisés, arguant que j’étais irrespectueuse en n’utilisant pas les mots « travailleuse du sexe » au lieu de « prostituée ». Donc, non seulement tous les arguments de l’article sont-ils ignorés, mais on voit maintenant le lobby du « travail du sexe » aller jusqu’à exiger que nous altérions les faits et les citations afin de les apaiser. Il nous faudrait mentir pour ne pas être censurées. L’intimidation existe pour cacher la vérité.

Le droit et le devoir de parole contre l’oppression

Le féminisme concerne toutes les femmes. Il s’agit de mettre fin au patriarcat. Il s’agit de mettre fin aux violences contre les femmes. Il s’agit de libération et d’égalité. Je sais que cela est une idée effrayante pour beaucoup de gens. Nous avons seulement connu le patriarcat. L’inconnu est effrayant. Et l’intimidation devient vraiment agressive quand on commence à menacer le statu quo. Mais le mouvement féministe n’a jamais eu pour but d’apaiser les masses, et nous ne nous laisserons pas intimider ou repousser dans le silence par des menaces. Les féministes qui ont travaillé sans relâche dans ce mouvement pendant des décennies sont maintenant habituées à cette intimidation, et j’en ai vite appris la routine. Nous comprenons le message. Mais nous sommes des femmes et nous avons le droit de nous élever contre notre propre oppression et la responsabilité de dénoncer l’oppression de nos sœurs. Le privilège, c’est d’assister à de la violence sans rien dire. Parce que c’est plus facile de garder le silence. Mais personne n’a dit que cette lutte serait facile.

Il y a une chose dont nous pouvons être certaines : on peut reconnaître qu’un mouvement vraiment puissant s’est mis en branle quand son opposition devient incapable de lui tenir tête en dialoguant et qu’il recourt à des tactiques d’intimidation et de bâillon. En désespoir de cause, c’est tout ce qu’elle peut trouver.

- Version originale : blog The F Word, Vancouver, le 8 décembre 2011, http://www.feminisms.org/

Traduction : Martin Dufresne

Notes :

1. Lire l’article.
2. Lire l’article.
3. Lire l’article.
4. Lire l’article.
5. Lire l’article.
6. Lire l’article.
7. Lire l’article.
8. Lire l’article.
9. Lire l’article.
10. Lire l’article.
11. Lire l’article.
12. Lire l’article.
13. Lire l’article.
14. Lire l’article.
15. Lire l’article.
16. Lire l’article.
17. Lire l’article.
18. Lire l’article.
19. Lire l’article.
20. Lire l’article.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Meghan E. Murphy, The F Word



Plan-Liens Forum

  • Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
    (1/1) 9 décembre 2011 , par martin dufresne

    rép: Sylviane DAHAN




  • Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
    9 décembre 2011 , par martin dufresne   [retour au début des forums]

    Je trouve encourageant le fait que de telles tentatives de censure rencontrent de plus en plus d’opposition de la part de féministes et d’autres gens qui refusent de se laisser intimider et veulent entendre toutes les positions dans ce débat, et en particulier les voix de toutes les femmes, qu’elles aient ou non l’aval de l’industrie du sexe.

    Il y a quelques semaines, un atelier de réseautage-stratégie a réuni à Ottawa des militantes actives contre la violence faite aux femmes. Des étudiantes de l’Université d’Ottawa ont voulu tirer parti de leur présence dans la capitale pour organiser une discussion en panel sur les développements actuels dans le dossier de l’exploitation sexuelle commerciale, par exemple la décision rendue le 27 septembre 2010 par la juge Susan Himel de la Cour supérieure de l’Ontario dans la cause Bedford c. Canada (commentée ici par une étudiante Laura Johnston, qui a travaillé à ce dossier : http://sisyphe.org/spip.php/editions/spip.php?article3953)

    Les organisatrices ont adressé des invitations à des représentantes du lobby décriminalisons-le-travail-du-sexe et du mouvement féministe abolitionniste. Les deux groupes acceptèrent. Mais quand les premières apprirent qu’elles partageraient un panel avec des critiques de l’industrie du sexe, elles changèrent d’idée et tentèrent d’amener les organisatrices à « désinviter » les représentantes de la perspective abolitionniste. Faute d’y arriver, elles se retirèrent à la dernière minute.

    Les organisatrices se retrouvèrent donc avec une salle pleine d’étudiant-es et de militant-es intéressé-es, aux positions diverses, mais avec quelques chaises vides au devant de la pièce. Dans un esprit d’objectivité, elles proposèrent à l’auditoire d’annuler l’événement. Il s’en suivit un débat sur l’opportunité d’avoir ou non la discussion annoncée. Aux dires d’une collègue qui y était, ce débat sur les conditions du débat dura une heure et demie et s’avéra très éclairant et démocratique. Les faits et arguments pertinents en matière de prostitution/travail du sexe étaient connus depuis suffisamment longtemps pour être bien représentés par les personnes présentes. Mais surtout, on a mis à l’avant-plan et évalué au mérite la question posée par Meghan Murphy (« Who Gets A Say ? – Qui peut parler ? ») et celle de savoir s’il est correct de tenter de bâillonner les voix critiques de l’industrie – comme cela s’est fait aussi souvent depuis le début de ces tentatives de répression des critiques féministes par le libéralisme il y a quelque 30 ans, documenté dans le fascinant ouvrage assemblé par Dorchen Leidholdt et Janice Raymond, "The Sexual Liberals and the Attack on Feminism" : http://amzn.to/sAQgVg

    Ce nouveau développement me semble très positif et j’espère que ce texte d’opinion de la blogueuse Meghan Murphy ajoutera à cette dynamique.

    • Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
      10 décembre 2011 , par
      Sylviane DAHAN   [retour au début des forums]

      Universalité du problème : cet article aurait pû être écrit à Barcelone.

      La estrategia de la mordaza

      Todas las mujeres tienen derecho a hablar sobre la prostitución

      Todas las mujeres tienen derecho a hablar en contra de la explotación y la cosificación de la mujer. Cualquiera de ellas y todas las mujeres. Por supuesto, la voz de las marginadas debe tener prioridad, y lo cierto es que muchas, muchas voces son silenciadas. Pero no se refiere a eso el lobby del "trabajo sexual". Su argumento no tiene nada que ver con la necesidad de escuchar a esas mujeres que están en las calles, ocultándose en las sombras, deslizándose en los coches en el Downtown Eastside. No. Para estos comentaristas se trata de escuchar sólo unas pocas voces, escogidas de antemano. Ellos ya eligieron a sus representantes (y créanme, sus voces suenan con mayor fuerza que ninguna y no tienen nada que ver con las voces de las mujeres marginadas) y decidieron que sólo estas personas pueden hablar. Porque están de acuerdo con ellas.

      No sólo se niegan a reconocer a las muchas mujeres que han abandonado el comercio sexual y que siguen hablando en contra de la prostitución, así como a las organizaciones de mujeres autóctonas que denuncian la prostitución como una práctica colonial, señalando que ese colectivo constituye el contingente más importante de mujeres prostituidas en Canadá (2), sino que cierran los ojos (tal vez sin querer, pero de todos modos los cierran) ante la forma en que los sistemas patriarcales afectan a todas las mujeres.

      Como dice mi fantástica aliada “Easily Riled” (3) en un mensaje titulado "6 de diciembre de 1989" (4) : “Estas mujeres, las mujeres inmersas en la prostitución, las mujeres de las calles, eran y son las “mujeres públicas” que no vemos. No las vemos como las mujeres que somos, ni como las mujeres que podemos ser. No las vemos en absoluto. Ellas estuvieron y están a la venta en la calle porque todas nosotras fuimos reducidas a la condición de simples mercancías. Debido a que están a la venta en la calle, los hombres que las pusieron ahí consideran que todas estamos en venta. Los hombres que las pusieron y las mantienen ahí circulan en coche y las vigilan. Preguntan a cada mujer : “¿Por cuánto lo haces ?”. Actúan así sobre todo con las mujeres en los callejones oscuros, junto a los almacenes abandonados.”

      Como dice mi amiga, todas hemos sido reducidas a la condición de mercancía. Mientras los hombres piensen que hay mujeres en venta, todas nosotras seremos consideradas susceptibles de ser compradas. Mientras los hombres nos vean como orificios que sólo existen para ser penetrados, mientras nos consideren como objetos que se ofrecen a su mirada, como bellos objetos (expuestos en la calle, en una película, detrás de un escaparate (5) o sobre un escenario), o como cosas a las que tienen derecho a acceder (6) - ninguna de nosotras será libre. Ninguna categoría de mujeres merece soportar el peso de los privilegios masculinos. No hay "nosotras" y "ellas" (aunque, por supuesto, traten de convencernos de ello). Las mujeres que gozan del privilegio de no tener que dedicarse a la prostitución, dice Trisha Baptie (7), tienen una responsabilidad en este sentido : “Abandonamos a una clase de mujeres que, debido a las circunstancias, a causa de la opresión sistémica, no tienen otra opción. Por esa razón, las mujeres que disponen de libertad y pertenecen por así decirlo a una clase privilegiada, deberían ser capaces de reconocer ese privilegio y decir : "He aquí por qué yo no soy también una prostituta", y luego deberían volverse hacia las mujeres prostituidas y decirles : "¿Por qué vosotras lo sois ?".

      Así, por un lado, asistimos a denodados esfuerzos por silenciar a las mujeres y a las feministas que se manifiestan contra la explotación y la desigualdad. Tales esfuerzos - y la incapacidad de diálogo que demuestran - tal vez reflejen el hecho de que no somos las enemigas que de nosotras han pretendido hacer, y revelen ante todo el temor a que una franca discusión ponga en evidencia la inconsistencia de su argumentación. Y, por otra parte, la intimidación está totalmente fuera de control.

      Traducción "Dones d’Enllaç" - Barcelona -
      www.donesdenllac.org
      http://acciofeminista26n.wordpress.com/

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin