| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 31 août 2006

Prostitution juvénile - Blessées pour la vie

par Louis Cornellier, "Le Devoir"






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Le sociologue Michel Dorais et le criminologue Patrice Corriveau tracent le portrait de jeunes filles sous influence de gangs de rue.

Elles ont souvent entre 13 et 16 ans. Elles sont vulnérables. Elles veulent être aimées, avoir de l’argent, vivre de risque et d’aventure. Baignant dans une culture du « tout, tout de suite » qui exalte la célébrité, la beauté juvénile et la richesse instantanée, elles ne peuvent qu’être sensibles aux jeunes et beaux parleurs friqués qui leur offrent une vie de fête, digne des petites princesses qu’elles sont. Quelques mois plus tard seulement, les voilà devenues esclaves sexuelles sans le sou, soumises à répétition aux caprices pervers de clients sans scrupules. Même celles qui s’en sortiront resteront marquées à vie.

Ce bref portrait des victimes de la prostitution juvénile au sein des gangs de rue ne relève malheureusement pas de la fiction. Dans Jeunes filles sous influence. Prostitution juvénile et gangs de rue, un essai qui paraissait hier chez VLB éditeur, Michel Dorais, sociologue spécialiste de la sexualité à l’Université Laval, et son collaborateur Patrice Corriveau, professeur au département de criminologie de l’Université d’Ottawa, livrent le résultat de leur enquête sur le phénomène. En utilisant les outils de l’analyse stratégique, qui cherche « à comprendre les finalités poursuivies par les personnes ou les groupes en présence dans une situation donnée », et ceux de l’analyse de genre, qui « prend en compte le fait que les protagonistes d’une interaction sociale [...] appartiennent à un sexe et à un genre déterminés, tout en se demandant comment, pourquoi et dans quelle mesure des différences de statuts ou de rôles découlent de cette appartenance », ils brossent un tableau très instructif de cet univers, attrayant pour certains jeunes esprits, mais destructeur pour tous.

Qui sont ces garçons ?

Qui sont, demandent-ils d’abord, ces garçons qui composent les gangs de rue ? Provenant surtout de quartiers pauvres et « de communautés ayant vécu, ayant l’impression de vivre ou vivant de la discrimination », ils se réunissent souvent par « peur de la violence » afin de créer « une véritable sous-culture d’identification masculine » qui leur permet de se valoriser en confirmant leur identité de genre (« Je suis un homme, pas une tapette »), érotique (« Je les ai toutes »), de groupe, sociale et ethnique, de même, en leur procurant de l’argent, que leur identité de consommateur.

Leur place, cela dit, se mérite à la dure. Avant de jouer les petits caïds, ils devront en effet passer par un rituel initiatique qui consiste à commettre un acte viril de violence contre un ennemi, une institution civile, ou encore à se laisser tabasser stoïquement par le groupe. Parfois, ce rituel prend aussi la forme d’un « gang bang », dans lequel le postulant « partage » sa petite amie avec les gars du gang. Il s’agit, bien sûr, de désirer les filles... en apprenant à les mépriser.

L’heure vient, ensuite, de les « gérer » pour s’enrichir, mais il faut, pour cela, d’abord les recruter, ce qu’on fera par « la fausse représentation, le chantage, les pressions amoureuses ou matérielles et la coercition ». Les jeunes proxénètes investiront donc les écoles, les centres d’accueil, les centres commerciaux, les salles de jeux électroniques, les parcs et les bars pour entrer en contact avec d’éventuelles recrues. Pour les appâter, ils feront étalage de leur richesse et de leur prodigalité, avant de passer à l’étape du « bombardement amoureux destiné à démolir toute résistance chez les jeunes filles ciblées » qu’on surgratifie.

Attirée par cette illusion d’une « vie belle et autonome », la jeune fille accrochée rompt souvent avec sa famille, accepte de subir des rituels sexuels visant à la désinhiber (dont le fameux « gang bang ») et finit par se faire dire qu’elle doit se prostituer pour rembourser les « cadeaux » reçus. Les victimes sont parfois tellement sous l’emprise de leur « amoureux-proxénète » qu’elles « en viennent à percevoir leurs activités de prostitution comme des preuves d’amour » à leur endroit.

Une typologie des victimes

Dans une typologie des adolescentes prostituées par les gangs, Dorais et Corriveau retiennent quatre profils : les soumises, les plus vulnérables de toutes parce qu’elles recherchent l’amour ; les esclaves sexuelles, c’est-à-dire les soumises qu’on finit par contraindre ; les aventureuses, des victimes actives attirées par l’argent et la vie de « femme » ; les indépendantes, enfin, un groupe composé, souvent, des plus belles et des plus attirantes, qui conservent une certaine autonomie. Les jeunes filles des deux premiers profils risquent d’être les plus amochées, mais toutes subissent les importants dommages engendrés par leurs tristes aventures, surtout concentrées dans les bars de danse nue « à gaffe » et dans les agences d’escortes, des secteurs moins à risque pour les proxénètes.

S’ils ne disent que quelques mots, faute d’études sérieuses et détaillées disponibles, des clients de la prostitution juvénile, Dorais et Corriveau soulignent néanmoins leur malsaine passion de la jeunesse, entretenue par une certaine culture de consommation, leur quête animée par une « érotisation de l’interdit » et leur volonté de domination. Ils constatent, aussi, la difficulté de s’attaquer aux réseaux de prostitution juvénile, compte tenu de l’organisation souple des gangs de rue, qui sous-traitent les jobs sales pour le crime organisé.

Les jeunes victimes de la prostitution juvénile se retrouvent presque toujours en état de stress post-traumatique, souvent même affligées du syndrome de Stockholm, qui « se caractérise par le fait qu’une victime en vient à prendre parti pour son agresseur », par réflexe de survie. « La reconnaissance de cet état de fait devrait normalement, écrivent les auteurs, amener la justice à faire davantage montre d’empathie envers ces jeunes filles victimisées », ce qui n’aurait pas vraiment été le cas dans les procès qui ont suivi le scandale de la prostitution juvénile à Québec.

Désensibilisées émotivement et sexuellement, incapables de faire confiance à autrui, ces petites princesses blessées ont besoin d’être aidées, écoutées, par tous les intervenants - parents, proches, travailleurs sociaux et communautaires, policiers - qui les entourent. Leurs parents aussi doivent bénéficier d’un soutien accru. La prévention, plus que jamais, doit être à l’ordre du jour, de même que la répression des clients, à qui on doit imposer des peines plus sévères, selon les auteurs.

Les jeunes victimes de la prostitution juvénile, parfois, dans une attitude de compensation orgueilleuse, plastronnent pour dénier leurs profondes blessures. Nous serions inhumains d’en tirer la conclusion qu’il n’y a rien là, nous avertissent Dorais et Corriveau.

Le Devoir, édition du 24 août 2006.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 août 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louis Cornellier, "Le Devoir"



Plan-Liens Forum

  • Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
    (1/2) 23 mai 2009 , par

  • > victime de la prostitution et violée
    (2/2) 12 mars 2008 , par





  • Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
    23 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour, donc a la suite de la lecture de cet article je suis imprésionner par la justesse des propos tenu par l auteur. J ai ete victime de prostitution juvénile quand j avais 13 ans , je ne l est jamais avouer au intervenant du centre d acceuil ou j etait je me suis inventer une belle histoire qui valorisait ceux qui m avais fais cela.. donc un article tres juste sur les consequances

    > victime de la prostitution et violée
    12 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    je viens de lire cet article ho combien réel, moi même prostituée a 13 ans j’en ai 45 mon mal de vivre viens de la de tententive de suicide en tentative de suicide , cela ajouté a ma transsexualité , je voie un psy mais cela ne m’aide pas baucoup j’en et marre de la vie , celle qui ma tuée il y a bien longtemps.
    se reconstruire n’et pas chose facile je ne veu plus que l’on me touche ,je me sant sale tres sale,victime d’un viol colectif impuni,avec acte de barbaris et j’en passe des verte et des pas mures,séquestrée dans un ha,gard plus de 15 jours aujourd’hui je suis mal tres mal je ne sais plus qui je suis et ce que je suis si ce n’et qu’un gros tat de merde !!! merci pour votre article patricia

    • > victime de la prostitution et violée
      13 septembre 2008 , par
        [retour au début des forums]
      un coup de pouce dans ta vie pour trouver le vrai bonheur !

      salut patricia ! il est vrai que subir de tels traitements dénigre complètement l’honneur voire l’identité d’un individuS.Et on est impuissant face aux effets secondaires (tant physiques, moraux, psycholgiques)de ces actes barbares. Toutefois il est possible de ressortir de ce gouffre, notamment avec la personne bénie de Jésus-Christ. Je t’en prie n’ignore pas ce que j’écris à propos du Christ. Tu ne sais plus comment faire ? Tu ne sais plus vers qui te tourner ? Tu te sens misérable ? je t’en supplie, tourne toi vers Christ,adresse toi à lui en faisant une prière sincère et en ayant foi.Ne serait-ce que quelques minutes, je t’assure qu’il t’entendra, il te fera un bien immense. fait cette expérience, cherche le et prie le de tout ton coeur ; tu verra, il se manifesteras à toi. Dieu te bénisse abondamment.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin