| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 21 octobre 2011

Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues

par Lee Lakeman, Vancouver Rape Relief Center






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







La Commission Oppal d’enquête sur les femmes disparues a commencé ses travaux le 11 octobre 2011. Elle a pour mandat de comprendre pourquoi Robert Pickton a pu échapper à la justice pendant si longtemps.

Nous venons de subir deux jours de témoignages nauséabonds à la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues, dont Radio-Canada a retransmis en direct les audiences : celles qui en auront la patience peuvent aussi les écouter sur le site Web de la Commission. Jusqu’à présent, cela se résume à une démonstration sommaire en matière de contrôle idéologique : prêter du crédit à quelqu’un, John Lowman, à titre de témoin expert, le laisser inventer de la « science » ou un « avis d’expert », puis le laisser consulter le gouvernement afin d’établir des « critères de référence » ; il pourra ensuite comparer des faits à ces critères pour le reste de sa carrière afin de se donner raison et – oh oui, très important, le laisser caractériser ses opinions comme étant de « gauche », de sorte que tous les gars puissent se sentir progressistes et que personne ne pointe du doigt le sexisme meurtrier de cette mascarade.

Choix discutable des spécialistes

Le géographe Lowman, qui s’auto-promeut spécialiste du contrôle social et de l’occultation de la criminalité au moyen du droit, s’est vu couronné aujourd’hui par Art Vertlieb, avocat de la Commission d’enquête. « Personne au Canada n’a travaillé plus longtemps sur la question », a lancé Vertlieb pour sceller leur accord, et pas un des hommes réunis dans la salle n’a contesté cette prétention. L’avocate du gouvernement fédéral dans le dossier n’a pas non plus contesté cette affirmation. Comme ces gens ont facilement rejeté les quarante ans de travail féministe sur cet enjeu, dont la revendication d’une dépénalisation des femmes et d’une criminalisation des proxénètes, des clients et des propriétaires de maisons de débauche et, ce, depuis la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada, en 1970 ! Comme ils ont rapidement escamoté des groupes de femmes, tel le Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter, qui avait obtenu le statut d’intervenante par l’entremise de la Coalition pour l’égalité et la sécurité des femmes. Pas d’avocatE, pas d’influence. Comme ils ont facilement défini l’univers comme la somme des forteresses institutionnelles que contrôlent les hommes : cela ne leur donne pas raison, mais cela leur assure une telle sécurité qu’ils vont pouvoir se donner le change mutuellement.

On ferme les yeux sur le fait que Lowman chante le même refrain pro-légalisation depuis qu’il a convaincu un avocat du ministère de la Justice d’accepter son expertise en géographie comme cadre de référence criminologique pour évaluer toute nouvelle donnée statistique. On ferme les yeux sur le fait que les recherches qu’il cite ces jours-ci sont habituellement le fait de ses étudiants et viennent, bien sûr, confirmer ses dires.

Lowman passe pour un progressiste en se référant aux notions de race, de classe et de genre, mais a peu d’appuis parmi les antiracistes, les pauvres et, surtout, les féministes. Les solutions « sécuritaires » qu’il préconise aujourd’hui vont de rapports plus amicaux entre les flics et les dépossédées à un meilleur éclairage des zones industrielles en passant par des drive-in réservés à la prostitution. Ce ne sont pas les formes de sécurité ou de libération que cherchent la plupart d’entre nous.

Lowman, le grand spécialiste, a affirmé aujourd’hui que Pickton n’était « pas un prostitueur », sous prétexte que sa violence était préméditée. « Un prostitueur, a-t-il prétendu, est quelqu’un qui passe un contrat pour du sexe et paie comme il s’y est engagé. » Donc, comme Pickton avait l’intention de s’en prendre à ses victimes – et même de les tuer – cela le disqualifie comme prostitueur !

Tueur, donc pas prostitueur !

Pickton a commis des meurtres en ramassant des femmes à Vancouver avec cette intention ; donc, à en croire Lowman, nous pouvons toutes arrêter de parler de prostitution et du fait que la police de Vancouver l’a laissé commettre de la prostitution. À moins que le message soit simplement que nous n’avons rien à craindre d’un prostitueur ordinaire…

Cette entourloupette, cette tournure de phrase, ce plaidoyer idéologique de la part du grand Lowman a très bien servi les intérêts des autres hommes présents dans la salle d’audience. Ils pourraient s’en servir pour dire que le crime (d’assassinat) s’était sans doute produit sur le territoire de Vancouver et mettait donc en cause le Service de police de Vancouver, et non seulement le Détachement de la GRC de Coquitlam (où ont eu lieu les meurtres). Mais, ils ont volontairement ignoré que l’aspect d’impunité, sinon d’institutionnalisation, des crimes commis par Pickton à Vancouver (prostitution, exploitation sexuelle et voies de fait) avait permis, voire facilité, le crime d’assassinat à Coquitlam.

On a vu avec stupéfaction des hommes s’empresser de se renvoyer la responsabilité les uns aux autres, de chercher quelle bille avait poussé quelle bille dans quel cercle, sans tenir compte du tour de passe-passe ou de la propagande pro-prostitution sur laquelle elle s’appuyait, ou de la probabilité de voir d’autres femmes violentées et assassinées. Il y avait de quoi être reconnaissante aux ONG d’avoir décidé de se retirer des procédures de cette enquête. Leur absence dévoilait clairement le patriarcat au travail.

L’affirmation de Lowman selon laquelle Pickton faisait juste « semblant d’être un prostitueur », afin de faire ce qu’il voulait des prostituées jusqu’à et y compris les tuer, équivaut à dire que l’assassin d’une femme mariée fait simplement semblant d’être un mari, afin de pouvoir violenter impunément « sa » femme, ou qu’un pillard de Wall Street fait semblant d’être un capitaliste afin de voler. C’est exactement ce que promet l’institution.

Plus tôt, alors que Gordon Campbell était encore premier ministre, les femmes du Vancouver Rape Relief ont organisé un petit moment médiatique en face de son bureau ; quatre femmes de notre collectif ont apporté des boîtes fermées étiquetées des noms de différentes autorités : la province et la ville qui en dépend, les différents corps policiers, le gouvernement fédéral et l’industrie du sexe. Ces boîtes contenaient des récits dont dépassaient et pendouillaient des bouts de papier, des bouts d’éléments de preuves dont nous disposions déjà, des bouts de documents, ainsi que des poupées de papier représentant des vies de femmes que nous connaissions, au sujet desquelles personne ne nous avait rendu de comptes.

Occulter les véritables preuves

Nous avons appelé cela la version « boîtes fermées » d’un récit véridique : des boîtes grossièrement fermées. Indépendamment de leur taille et de leur nombre, on les a conçues pour nourrir un besoin de récit bien différent du projet de mettre fin à la violence contre ces femmes. Cette image a fait valoir que de telles boîtes ne contenaient pas et ne pouvaient pas contenir tous les faits qui importent au sujet des femmes disparues et assassinées de Vancouver.

La liste s’allonge encore et encore : les 170 femmes prostituées qui avaient fait appel à Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter au cours de ces cinq années, les femmes qui n’étaient pas prostituées, les femmes vivant avec une déficience mentale et/ou de l’aide sociale, les femmes qui ont essayé de signaler Pickton, le tiers des femmes racisées en tant que femmes autochtones, les deux tiers qui ne l’étaient pas, les menottes qu’utilisait Pickton, la régularité de ses sites de prostitution, les centres de réduction des méfaits où il cherchait et trouvait de nouvelles proies, ses éventuels complices en conspiration, le repaire des Hell’s Angels en face de chez lui, le lien des Hells avec le club de danseuses situé en face du poste de police, le bar clandestin Piggy’s Palace, la famille de Pickton et l’absence d’arrestation, d’accusations, d’avertissements et même de soupçons, la stupidité de la police et, bien sûr, la possibilité d’une collusion de la police...

Cette action n’était qu’une petite partie des pressions que nous avons multipliées pour obtenir une forme ou une autre de procédure publique, dont éventuellement une enquête judiciaire. Nous nous préparions à un rapport interne qu’aurait soigneusement laissé « filtrer » le Service de police de Vancouver, où Doug Lepard aurait abondé en excuses, tout en refusant de prendre la responsabilité de cet échec ou de lever le voile sur toute l’histoire. Mais voilà que la GRC nie toute responsabilité et riposte par une querelle de compétences, renvoyant à la nécessité d’une coordination régionale des corps de police. Comme si le fait de coordonner l’idiotie et le sexisme était une amélioration !

Nous nous préparions pour le rapport du Conseil de Ville de Vancouver, déposé la semaine dernière, qui nous dit sans détour que la prostitution est toujours « sexospécifique » et toujours « dangereuse », hautement « raciste », que oui, elle implique souvent « de la traite », qu’elle implique souvent des « enfants », qu’elle implique des femmes qui « veulent en sortir », qu’elle implique généralement des « femmes désespérées ». Et puis, après mûre réflexion, les conseillers conviennent que ce que nous devons faire, c’est décerner des permis aux salons de massage pour que nous puissions faire la différence entre la prostitution légale et illégale, ce qui, on ne sait pas encore comment, créera de la sécurité. Mais pas de nouveaux inspecteurs ou d’argent pour les stratégies tant vantées de réduction des méfaits, et pas de directives aux forces de l’ordre d’arrêter les prostitueurs, les souteneurs et les propriétaires de bordels.

Déni de la violence envers les femmes prostituées

Nous nous préparions à l’intervention du gouvernement fédéral dans la cause Bedford, où leurs avocats ont plaidé pour le statu quo fondé sur l’idéologie conservatrice. Ils auraient pu admettre que la prostitution est un crime sexospécifique et que les forces de police pourraient et devraient protéger les victimes. Ils auraient pu dépénaliser les femmes et les enfants et les quelques hommes prostitués et appliquer réellement les lois contre leurs agresseurs. Mais ils se sont plutôt accrochés au refus néolibéral, et dépourvu de toute sexospécificité, de reconnaître la violence systémique du sexisme et du racisme, et donc de reconnaître au Canada les migrations forcées de femmes et d’enfants et la nécessité internationale de mesures de protection. Ils auraient pu admettre que la pauvreté, ancrée dans la vie des femmes par les politiques économiques fédérales – de la fiscalité à l’immigration – rend les femmes vulnérables et susceptibles d’être prostituées. Ils auraient pu reconnaître que le refus d’appliquer les lois contre les clients, les proxénètes et les propriétaires de bordels encourage la croissance de la demande.

À la fin du procès de Pickton, nous nous préparions au déni de ce qu’on pourrait éventuellement apprendre sur la prostitution comme violence envers les femmes. Et aujourd’hui, on en a la confirmation : les groupes de femmes ont quitté la salle. On a refusé aux femmes des honoraires juridiques ou toute autre ressource sur laquelle compter dans ce forum biaisé. Aucun groupe de femmes revendiquant l’égalité ne reste sur le terrain.

Seule une pratique androcentrique du droit prévaudra ici. Les hommes s’afficheront en spécialistes du récit et de l’analyse de la violence sexiste : deux services de police ratés et un spécialiste raté en profilage policier, un genre de « criminologue » raté, une pièce pleine d’hommes se représentant les uns les autres, un juge ex-politicien raté, et un avocat-chef masculin. Oh, vous pouvez parier qu’ils auront entre eux des désaccords virils sur le lieu du crime, sur le nom du crime, sur l’argent dû, sur les gens à poursuivre, sur le nombre de mortes, mais tout restera joliment dans les limites du cadre patriarcal existant. Ce seront leur nombre, leur expertise, leur enquête et leur vérité. Et vous pouvez parier qu’il y aura quelques données, quelques faits et beaucoup de récits de femmes qui ne trouveront pas place dans leur cadre, comme dans notre petite saynète de rue, mais avec des conséquences beaucoup plus graves. Tout cela restera à l’extérieur de ces boîtes hermétiques d’idéologie au service des hommes.

"Caractéristiques individuelles des victimes"

Le premier jour de l’enquête sur les femmes disparues, Oppal, ou son conseil Vertlieb, a énuméré ce qu’il a appelé les « caractéristiques individuelles » des victimes de Willy Pickton. Il a pris une voix compatissante destinée à attirer l’attention sur les réalités de la pauvreté, de la toxicomanie, de la prostitution de survie, du racisme, de la maternité, de la maladie et de l’invalidité. Bien sûr, ce n’était qu’une compilation très partielle. Nous ne savons pas encore combien de femmes ont été prostituées, torturées. Nous ne savons toujours pas combien sont mortes.

Cameron Ward a lu, en sa qualité d’avocat, les noms et de courtes notices biographiques des femmes dont il représente les familles et a ainsi essayé de leur donner une certaine présence à l’audience. Il a réussi à nous donner une idée de leurs relations en tant que mères et filles et sœurs, et un certain sens de leurs réalisations à l’école et au travail, de leurs luttes.

Ann Livingston, représentant le groupe des utilisatrices de drogue Vandu, a invité le commissaire Oppal à retrouver les enfants de chacune de ces femmes « vulnérables », ou sa famille, et de « leur présenter des excuses » en précisant qu’on n’avait pas discrédité leur mère comme prostituée et toxicomane, mais qu’on la considérait digne de respect « en tant que citoyenne ». Elle a demandé qu’il s’engage à « résoudre l’histoire de chaque femme ».

Je n’ai vu que la séance du matin et une partie de celle de l’après-midi, mais, pour moi, ce qui manquait, c’était la parole, une représentante de la voix collective des femmes. Je n’ai pas entendu l’avocate Robyn Gervais. Il se peut qu’elle l’ait fait. La Commission l’a embauchée lorsque le gouvernement provincial a refusé tout financement aux groupes de femmes, au groupe de femmes autochtones et aux groupes autochtones ; il ne reste sur place aucun groupe de femmes revendiquant l’égalité. On a embauché Gervais pour remplacer la voix des femmes et en particulier celle des femmes autochtones, alors peut-être qu’elle l’a fait. Mais, si elle l’a fait, personne ne l’a remarqué. Pas d’extrait sonore, pas de titre, pas de reportage au télé-journal du soir. Et comment, dans un tel environnement, pourrait-elle exposer tout ce qu’on doit dire sur ces enjeux, au nom des femmes et des Autochtones, particulièrement au nom des femmes autochtones ? Les transcriptions seront disponibles dans cinq jours et nous pourrons vérifier.

Conditionnement des peuples autochtones

Mais, selon mon expérience, tout ce discours sur des « femmes vulnérables » et des femmes aux « caractéristiques individuelles » illustre l’incapacité de comprendre le peu de chances données aux femmes de devenir autonomes et d’être considérées comme des individues ayant leur propre personnalité. On façonne les femmes autochtones et leur image par le conditionnement des peuples autochtones et, dès leur naissance, on dépeint, définit, détermine et limite les femmes à leur sexe.

« Vulnérables », dans ce contexte, signifie que beaucoup ont souffert toute leur vie de politiques sexistes et racistes, ont souffert dans leur famille de violences disproportionnées (en regard de l’expérience des hommes). Beaucoup sont nées dans une pauvreté sexospécifique avec peu d’espoir d’y échapper, ont enduré l’indignité d’une aide sociale insuffisante et contrôlante à l’égard des femmes. Elles ont vu leur vie abimée par des partenaires violemment sexistes, ont materné des enfants avec des ressources et un soutien insuffisants. Un État, qui leur refuse des services de santé et qui les arrête pour des crimes inévitables dans un contexte de pauvreté, les a ciblées de manière disproportionnée.

Ces conditions ne sont en aucune façon des « caractéristiques personnelles » autrement que par le fait que les femmes les vivent, une par une, comme un fardeau qui écrase leur âme et leurs chances de vie. Il ne s’agit pas d’une projection de leur individualité, de leurs désirs, de leurs besoins individuels, ou du potentiel de leur personnalité, mais plutôt des douleurs caractéristiques d’une vie soumise aux statuts d’Autochtone, de femme, ou des deux au Canada.

L’aide sociale, la prostitution, la parentalité, la violence anti-femme, la toxicomanie, le racisme et le colonialisme donnent tous une connotation de genre et de race aux mesures de contrôle, aux dommages et aux dangers qui affligent ces femmes. Il n’y a rien d’individuel à ces vulnérabilités : être autochtone ou être femme, c’est être vulnérable. Ce que nous revendiquons, ce sont des changements systémiques capables de réduire et d’éliminer ces vulnérabilités et de permettre à des caractéristiques personnelles ou individuelles d’apparaître.

1. Site de la Commission.

Ces notes sur l’audience ont été affichées sur sa page Facebook

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 octobre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lee Lakeman, Vancouver Rape Relief Center

Représentante régionale pour la Colombie-Britannique et le Yukon de l’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel. Elle travaille auprès des victimes de viol et d’agressions sexuelles depuis 1973. Elle fait partie de l’organe national de décision de la CASAC, qui comprend les CALACS du Québec et d’autres centres. Le Comité canadien de la Marche des femmes l’a élue au Comité international chargé de discuter la question de la prostitution.



Plan-Liens Forum

  • Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
    (1/1) 20 octobre 2011 , par Ninon





  • Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
    20 octobre 2011 , par Ninon   [retour au début des forums]

    À vous toutes qui vous battez pour que changent les choses, je dis Bravo ! Bravo pour votre courage et pour votre capacité de dénoncer ces odieux comportements dont les femmes mais aussi combien d’enfants et d’êtres démunis sont victimes.

    Je suis de tout coeur avec vous et à ma façon j’essaie aussi de faire en sorte que la violence faite aux femmes et la violence en général, même celle que l’on appelle "ordinaire" disparaissent.

    Avec vous,

    Ninon Thomas


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin