| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 7 juin 2014

Le langage "colon" et celui des pro-prostitution

par Michèle St-Amand, membre de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Je marchais tranquillement, en ce lundi matin ensoleillé, en compagnie de ma chienne heureuse, Simone. Peu d’action dans les rues, contexte parfait pour une marche de ressourcement afin de bien partir la journée.

En traversant le boul. St-Joseph, à Montréal, je vois un homme et une femme traversant en sens inverse. Permettez-moi de laisser libre cours à mes jugements : un douchebag de 45-50 ans, Bluetooth à l’oreille, t-shirt à la Ed Hardy moulant sa bedaine de gros épais. Ce gros épais en question laisse sortir de sa bouche un commentaire prévisible que j’ai entendu maintes fois : « Eille, gros chien de garde haha !! » (j’ai un petit lévrier italien), évidemment avec un ton d’extraverti cherchant ardemment à flasher aux yeux de la femme qui l’accompagnait (qui semblait le trouver plutôt gênant).

En une fraction de seconde, je me suis dit : « Quel commentaire de ’colon’ ! » (pas tant au niveau des mots choisis, plutôt au niveau de l’attitude). Je ne trouve pas ça drôle, et pourtant ma bouche a un penchant naturel pour prendre soin de l’autre, donc par habitude, je souris alors que ce n’est absolument pas cohérent avec ce que je sens. Non, je vais tenter d’appliquer ce que je prône en autodéfense féministe : je ne sourirai pas, car à l’intérieur de moi, ce n’est franchement pas drôle, ni sympathique.

Bravo, j’ai réussi ! Et il l’a remarqué aussi, car j’ai eu droit à un autre commentaire de « colon » : « Beau sourire hein ? Sont souriants les maîtres icitte !! », sans doute en faisant référence aux « snobs » du Plateau. Le pauvre, il a été blessé dans son ego de macho, devant les yeux de sa « pitoune ».

D’abord, je suis fière d’avoir été cohérente avec moi-même, mais ensuite, une colère est en montée en moi. Clairement, cette situation ravive d’autres enjeux. Ce « colon » en question n’a été que le symbole de ce qui vient me chercher dans certains comportements masculins. Cette pression sur les femmes pour qu’elles soient souriantes, sauvegardent l’harmonie, pensent au bien-être des autres, ne dérangent pas, soient gentilles… J’en ai marre. Cela martèle les messages de la socialisation et maintient les femmes dans leurs rôles de personnes passives et vulnérables.

***

En marchant vers chez moi, plus du tout dans un esprit de tranquillité, je faisais cette équation : ce genre d’homme-là est probablement contre l’idée de l’abolition de la prostitution et de la criminalisation des clients de la prostitution. Ok, je vais possiblement loin dans ma conclusion, mais il y a sans doute un brin de vérité dans ma réflexion.

Depuis l’adolescence, une partie de moi voit autre chose que des commentaires « twits » dans la bouche de certains hommes. Face à des commentaires machistes, ou des sifflements (et autres bruits servant à appeler les animaux), on m’a souvent dit :
« c’est parce qu’il te trouve belle… », « t’exagères, il te fait un compliment, prends-le… », « il est maladroit… ». Pourtant, je ne me sentais pas « belle » à leurs yeux. Je me sentais plutôt comme un objet, un être passif qui doit subir au lieu d’agir.

Comment se fait-il que le seul homme qui ne m’a pas prise au sérieux, lorsque je faisais de la sensibilisation pour l’abolition de la prostitution, est celui qui m’a approchée en me disant : « Je dois vous dire que vous êtes très jolie », avec un air de pervers ? Ce n’était franchement pas le contexte pour séduire et, clairement, s’il avait été sensible au langage non verbal, il se serait abstenu d’un tel commentaire. Lorsqu’il a été assez « gentil » pour me laisser parler de la cause que je défendais, il s’est braqué dès qu’il a été question d’abolir la prostitution. Vous voulez savoir quels étaient ses arguments ?

. Les hommes handicapés ont des besoins sexuels et le seul moyen de les rendre heureux est par la voie de la prostitution.
. Les hommes ont des besoins sexuels et sans la prostitution, il y aurait encore plus de viols.
. Il y a des femmes qui aiment faire ce « métier » et qui sont aguichantes.

Il ne voulait rien entendre lorsque j’exprimais que nous voulons avoir une législation qui protège 98% des personnes prostituées, et non pour les « pauvres hommes handicapés, trop laids, trop gros, trop gênés, etc. » qui ne sont soi-disant pas en mesure de répondre à leurs besoins sexuels. Comme l’a déjà mentionné avec cynisme le sociologue Richard Poulin, l’homme laid a énormément de pouvoir dans le monde, considérant le nombre faramineux de femmes et d’enfants exploités dans le système prostitutionnel.

Si l’on s’attarde aux cas individuels, bien sûr que la sexualité des personnes handicapées est souvent mise de côté, tout comme celle des personnes âgées, entre autres. Bien sûr, tous les êtres humains devraient avoir droit à une sexualité épanouie. Par contre, l’urgence est de mettre en place un système législatif, politique et social qui met fin à l’exploitation sexuelle, comme on l’a fait pour l’abolition de l’esclavage. La question actuellement est : comment faire pour vivre dans un monde sans prostitution ?

Adopter le modèle abolitionniste en terme de prostitution, comme l’a fait la Suède et d’autres pays, c’est lancer le message que ni les femmes, ni les enfants sont à vendre. Selon ce modèle, les femmes prostituées sont décriminalisées et des services sociaux sont mis en place pour les aider à quitter le monde de la prostitution, et leur donner des ressources afin qu’elles puissent être autonomes. Selon ce modèle, ce sont les proxénètes et les clients qui sont criminalisés. Ainsi, on véhicule que c’est le fait d’acheter des services sexuels qui est criminel.

Un tel modèle ne représente pas une entrave à l’épanouissement sexuel de tous et toutes, au contraire, il nous indique que la voie de la libération sexuelle ne passe pas par l’exploitation de l’un (ou plutôt« l’une ») : il vise une réelle sexualité égalitaire empreinte de respect pour tous et toutes. Les hommes ont des besoins sexuels, tout comme les femmes. Lorsque l’on parle de prostitution, on parle plutôt d’un abus de pouvoir par lequel le corps de la personne prostituée est utilisé comme de la marchandise.

Vivement un monde sans prostitution où il existe une égalité officielle, une égalité de fait entre les femmes et les hommes, et où les femmes sont libérées de leur carcan, au déplaisir des « colons » qui veulent des sourires à tout prix (ou en payant la femme, selon le contexte…).

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 juin 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle St-Amand, membre de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin