| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 9 juin 2014

La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage

par Michèle Sirois, Andrée Yanacopoulo, Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







À la suite du jugement de la Cour suprême en décembre 2013 qui a invalidé plusieurs dispositions du code criminel encadrant la prostitution, le gouvernement Harper présente un projet de loi qui vise à décriminaliser les victimes, soit les prostituées, et à criminaliser ceux qui en profitent et tiennent en main les rouages de ce qu’il faut bien appeler l’industrie du sexe, une industrie en pleine expansion au plan mondial. La prostitution touchant majoritairement des femmes, nous, femmes de PDF Québec, sommes particulièrement interpellées par cette question. Nous nous réjouissons que le gouvernement ait choisi de ne pas reconnaître la prostitution comme un travail et nous appuyons les principaux objectifs du projet de loi, tout en demandant d’amender certains articles qui pourraient nuire à la sécurité des femmes engagées dans la prostitution.

Une industrie du sexe prospère, lucrative et sans grands risques

Parler de la prostitution, ce n’est jamais qu’évoquer la pointe de l’iceberg – un iceberg fait de traite d’êtres humains, de trafic de drogues, de violence, de pornographie, de connexion avec le crime organisé, tout cela à l’échelle planétaire. C’est parler d’exploiteurs et de profiteurs, de proxénètes et de clients. C’est aussi et avant tout parler de victimes, de femmes socialement démunies, fragiles, sans défenses, souvent immigrantes et, au Québec et au Canada, des femmes autochtones ou dans certains cas introduites illégalement dans le pays et donc sans recours aucun – des femmes exposées à la brutalité, livrées à la servitude au nom de dettes pour la plupart grossies ou inventées. Bref, prostitution veut dire marchandisation d’êtres humains et une atteinte à leur intégrité physique et psychologique.

Grâce aux remarquables recherches de la CLES (Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle), nous savons qu’à Montréal, plaque tournante de cette industrie, on estime que le nombre de femmes prostituées se situe entre 5 000 à 10 000 ; elles sont, pour l’ensemble du Québec, concentrées pour l’essentiel dans les salons de massage (56,3%), les bars de danseuses (20,7%), les bars et hôtels, et les agences d’escortes (1).

L’exploitation sexuelle est une activité des plus lucratives, selon le rapport de l’Organisation internationale du travail (2) présenté en mai 2014. Cette agence de l’ONU évalue à 99 milliards par année, dont 26 milliards dans les pays riches, les bénéfices du travail forcé lié à l’exploitation sexuelle. Cela rapporte un gain annuel de 80 000 dollars par victime dans les pays riches. La prostitution, le proxénétisme et la traite se situent au second rang des sources de profit du crime organisé (3). On comprend qu’il y a d’importants intérêts financiers en jeu, que satisferait bien évidemment une légalisation de la prostitution.

La traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle est également une activité qui bénéficie d’une large impunité. Selon le rapport du Centre national de coordination contre la traite de personnes de la Gendarmerie royale du Canada, faute de moyens pour mener des enquêtes coûteuses, les trafiquants associés à des gangs de rue ou au crime organisé sont très peu arrêtés (4). Le Service de police de la Ville de Montréal a enregistré une baisse de 63% du nombre d’infractions à l’encontre des proxénètes entre 2006 et 2012 (5).

Le mythe du plus vieux métier du monde

La prostituée n’est pas, comme on se plaît à le dire ou à l’entendre, une « travailleuse du sexe ». Elle n’est nullement une « travailleuse », car si pratiquer la prostitution, c’est faire un métier comme un autre, comme on se plaît aussi à le répéter, pourquoi ne pas l’enseigner, ce métier, dans les Cégeps ? Et pourquoi les bureaux de placement ne l’inscrivent-ils pas dans leur liste des débouchés offerts aux chercheuses d’emploi ? En fait, la réalité est bien éloignée de ces mythes. Les activités de la prostitution exposent celles qui l’exercent à toutes les brutalités et formes possibles d’outrance, de rabaissement, d’exposition à l’alcool et à la drogue. Sans compter que le commerce de la prostitution a sans cesse besoin de chair fraîche, et donc besoin de développer la traite des jeunes femmes et cela, au niveau mondial. Les statistiques indiquent que les plus jeunes des prostituées sont tout juste pubères. Il est par conséquent clair que lorsque nous parlons de femmes, il faut aussi entendre enfants, mineures.

Il y a bien des mythes à déconstruire en ce qui concerne la prostitution. Tout d’abord, l’idée que la sexualité des hommes serait irrépressible, bref, que c’est un besoin. La faim, la soif sont, elles, véritablement des besoins, on ne peut faire autrement que de les combler sauf à périr ; mais on n’a jamais vu un homme mourir de ne pouvoir satisfaire sa libido. Ensuite, le mythe de la prostituée heureuse, entrée volontairement et librement dans un « métier » : la plupart du temps, le piège finit tôt ou tard par se refermer sur elle. On présente aussi la prostitution comme un « mal nécessaire » (nécessaire pour qui, si ce n’est pour ceux qui en sont les véritables bénéficiaires, soit les clients et les proxénètes ?). Un mal qui par ailleurs permettrait de mettre un frein aux viols, alors qu’on sait qu’en Thaïlande entre autres, depuis que les maisons de prostitution se sont mises à foisonner, les crimes sexuels, eux, loin de diminuer, se sont mis à augmenter.

Favoriser l’abolition de la prostitution

Les solutions sont, en gros, de deux types. Soit la décriminalisation globale, la légalisation du phénomène. PDF Québec s’oppose à une légalisation de la prostitution qui ouvrirait toute grande la porte à plus de commerce, à ce qui ne ferait qu’amplifier l’exploitation sexuelle des êtres les plus vulnérables. Soit ce qu’on appelle couramment le modèle nordique, à savoir la décriminalisation des femmes prostituées et la criminalisation des intermédiaires, des proxénètes et des clients, autrement dit la pénalisation de la demande. PDF Québec préconise ce modèle parce qu’il vise l’abolition de la prostitution et non pas sa simple réglementation, parce que l’achat de « services sexuels » est contraire aux principes de la dignité et de l’égalité entre les femmes et les hommes. Un tel modèle est également conforme aux accords internationaux que le Canada a entérinés, notamment la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (article 6 de la CEDEF) et le Protocole de Palerme. C’est ce modèle que semble avoir choisi le gouvernement Harper.

Si la solution ne peut être, dans l’immédiat, que juridique, il est évident qu’elle ne saurait être la seule. Il faut aussi remettre à l’ordre du jour les cours d’éducation sexuelle dans les écoles, désamorcer les stéréotypes sexuels qui légitiment l’achat de sexe tarifé et mettre en place les mesures sociales aptes à aider les femmes qui sont engagées dans la prostitution ou qui veulent en sortir. L’octroi de 20 millions annoncé par le gouvernement est un pas dans la bonne direction.

C’est finalement la question de la dignité humaine, celle des femmes, qui est en jeu. Ce qui se passe dans le domaine de la prostitution est tout à fait comparable à ce qui se passe dans celui de l’esclavage : la chosification d’êtres humains, leur ravalement au rang d’objets jetables et consommables à loisir, juste bons à satisfaire les « maîtres ». C’est à la lumière des droits et de la dignité des femmes que doit être analysé le projet de loi du gouvernement Harper.

Notes

1. G. Szczepanik, C. Ismé et É. Grisé, « Rapport de recherche. Portrait de l’industrie du sexe au Québec », CLES, 2014, p. 25
2. OIT, http://www.ilo.org/global/topics/forced-labour/publications/WCMS_243391/lang--en/index.htm
3. Mélanie Marquis, « Les proxénètes coercitifs dans la mire du SPVM », Le Devoir, 13 mai 2014, p. A-2
4. Isabelle Hachey, Rapport de la GRC. « Les trafiquants impunis faute de moyens », La Presse, 9 avril 2014, p. A-15
5. Caroline Montpetit, « Baisse marquée du nombre d’infractions contre les proxénètes », Le Devoir, 17 janvier 2014, p. A-5

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 juin 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Sirois, Andrée Yanacopoulo, Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec)



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin