| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 7 novembre 2010

Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients

par Melissa Farley, chercheuse et psychologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Je vous remercie de m’avoir invitée à comparaître devant vous. Je vous suis reconnaissante de l’occasion qui m’est donnée de vous parler de ce que j’ai appris sur la prostitution après avoir étudié le sujet pendant 10 ans.

Je dédie mes observations aujourd’hui à une jeune femme autochtone qui nous a dit ceci, à Jacqueline Lynn et à moi-même, dans un parc de Vancouver : « Nous ne parlons pas beaucoup. »

Si je ne m’abuse, l’objectif du sous-comité est de prévenir la violence à l’endroit des femmes. Malheureusement, une fois que l’on comprend ce qu’est la prostitution, il devient bien évident que ce ne peut pas être une occupation sûre pour les femmes.

La prostitution est une stratégie de survie qui suppose l’acceptation de risques déraisonnables. Le harcèlement sexuel est une caractéristique même de l’emploi. Il est tout simplement impossible de protéger une personne que son travail expose à la possibilité d’être violée en moyenne une fois par semaine.

J’aimerais citer une survivante :

    Je ne peux qu’exprimer mon grand regret de voir que des organismes en faveur de la prostitution cherchent à décriminaliser l’achat d’une personne à des fins sexuelles. Je ne peux tout simplement pas exprimer par des mots l’intense souffrance et douleur que m’a causée le fait de m’être adonnée à la prostitution.

    J’ai choisi de travailler comme prostituée parce que je croyais n’avoir aucun autre choix. Je me suis adonnée à la prostitution parce que je connaissais de grandes difficultés affectives et financières et parce que je ne pouvais pas compter sur le soutien de ma famille.

    J’ai pu travailler dans des salons de massage « de luxe » ... On se trompe totalement en pensant que la violence n’existe pas dans les bordels. J’ai connu des bordels où l’on a essayé d’étrangler et de maintenir par la force des filles. Les clients de ces bordels enlevaient volontairement leur condom malgré le fait que la prostituée souhaitait qu’ils le conservent...

    Je défends maintenant le droit des prostituées à se libérer des forces qui les empêchent d’abandonner la prostitution. Je presse toutes les bonnes âmes à consulter les données et la recherche portant sur les désirs des femmes, des hommes, des enfants et des transgenres qui s’adonnent à la prostitution.

Ce témoignage montre que ceux qui sont favorables à la prostitution comme occupation constituent une très, très petite minorité.

Je crois que les gens ne savent vraiment pas comment faire face à ce qu’ils comprennent instinctivement comme les méfaits de la prostitution. Les gens m’ont demandé si la situation ne serait pas un peu meilleure si la prostitution était décriminalisée ? Cela permettrait-il de réduire la stigmatisation et d’accroître la protection des prostituées ? La réponse est non.

Décriminaliser la prostitution ne réduit pas la stigmatisation des prostituées et ne les protège pas mieux.

Lorsque les gens parlent des méfaits de la prostitution, ils ne pensent habituellement qu’aux méfaits physiques comme le risque de contracter le VIH, le risque de viol, le risque d’agression physique et le risque de meurtre, qui sont exceptionnellement élevés dans le monde des prostituées.

J’ai étudié le cas de personnes qui acceptent volontairement de se prostituer pour se rendre compte plus tard que ce métier est beaucoup plus dangereux et nocif qu’elles ne le pensaient au départ. La prostitution est une institution dans laquelle une personne a le pouvoir social et économique de transformer une autre personne en l’incarnation vivante d’un fantasme masturbatoire. Lorsqu’il y a prostitution, les conditions qui rendent le consentement véritable possible sont absentes : sécurité physique, pouvoir égal des clients et véritable choix. La prostitution n’est pas le choix tel que nous concevons le terme. Il ne s’agit pas d’une option parmi d’autres.

Une femme à Amsterdam a décrit la prostitution comme « esclavage volontaire », expression qui, à mon avis, décrit bien cette apparence de choix qui revient à un choix forcé.

Un acte de déshumanisation

Les chercheurs et les spécialistes de la santé publique ne parlent pas normalement des méfaits psychologiques de la prostitution. La prostitution cause des méfaits psychologiques parce que, comme Michelle Anderson l’a dit, la prostitution est un acte de déshumanisation sexuellement invasif comme le viol et l’inceste.

Le public est beaucoup moins sensibilisé au traumatisme que causent la prostitution et le trafic du sexe qu’il ne l’est au sujet du traumatisme que causent l’inceste, le viol et la violence conjugale. À la différence du viol, de l’inceste et de la violence conjugale, la prostitution présente un avantage financier pour les personnes qui y sont liées. Comme nous le savons tous, les sommes en jeu sont énormes. Le fait que la prostituée reçoive de l’argent rend son exploitation sexuelle invisible et le fait qu’on prenne des photos d’elle lorsqu’elle se prostitue transforme son humiliation en divertissement sexuel pour quelqu’un d’autre.

Je fais des recherches sur la prostitution depuis longtemps, mais j’ai mis des années à comprendre que le plus grand tort que cause la prostitution n’est pas physique, mais psychologique. Parmi toutes les personnes chez qui on a étudié ce problème, c’est parmi les prostituées que le taux de prévalence du syndrome de stress post-traumatique, SSPT, est la plus élevé. Nous avons interviewé plus de 850 personnes s’adonnant à la prostitution dans neuf pays, dont le Canada, et nous avons constaté que le SSPT chez les prostituées était comparable à ce qu’il est chez les femmes battues, les survivantes de viol et les anciens combattants. Les prostituées connaissent des taux extrêmement élevés de dépression, de toxicomanie, de dissociation mentale, de traumatisme crânien et de tentative de suicide.

Mauvais traitements familiaux et fugues

Nous avons interviewé des homosexuels et des transgenres au Canada et dans d’autres pays et nous avons constaté que les raisons qui poussent les femmes vers la prostitution sont les mêmes que celles qui poussent les jeunes homosexuels et transgenres à se prostituer également, à savoir la négligence familiale, les mauvais traitements familiaux et les fugues. Une fois qu’ils se prostituent, les jeunes homosexuels et transgenres sont traités de la même façon que les filles et les femmes qui se prostituent.

Est-il mieux que la prostitution ait lieu en établissements plutôt qu’à l’extérieur ? Certaines données semblent indiquer que la violence est moins élevée en établissements, mais cela est relatif. Le fait que les méfaits de certains types de prostitution semblent être plus marqués que d’autres ne signifie pas qu’il y a certains types de prostitution inoffensifs. C’est un raisonnement faux que tiennent certaines personnes.

Le mythe de la prostitution "à l’intérieur"

Une étude qui a été récemment effectuée à San Francisco a révélé que 62% des femmes d’origine asiatique travaillant dans les salons de massage de cette ville avaient été agressées par leurs clients. Or, cette étude n’a porté que sur la moitié des salons de massage de la ville. Les proxénètes et les trafiquants qui contrôlent le reste des salons de massage de San Francisco ont refusé l’accès aux chercheurs. Je suppose que les femmes qui travaillent dans ces salons subissent une violence encore plus grande. Le taux d’agression physique s’élevait à 62% dans les salons de massage où la prostitution se pratique à l’intérieur.

Des chercheurs Néerlandais - comme vous le savez, la prostitution est légale aux Pays-Bas - ont découvert qu’il y a deux facteurs auxquels on peut attribuer une violence accrue dans le monde de la prostitution. Plus la pauvreté est grande, plus la violence est grande, et le risque de violence est aussi proportionnel au nombre d’années pendant lesquelles on a pratiqué la prostitution.

Les femmes ne se prostituent pas seulement dans un seul endroit. Elles ont des téléphones cellulaires. Grâce au téléphone cellulaire, une prostituée peut travailler dans la rue et peut aussi travailler pour une agence d’escortes... Le téléphone cellulaire permet différents types de prostitution. La prostitution se pratique dans différents endroits, tant en établissements qu’à l’extérieur. Il n’existe pas de distinction absolue entre la prostitution qui a lieu en établissements et celle qui a lieu à l’extérieur.

D’après de nombreuses études, les taux de violence psychologique sont comparables que la prostitution ait lieu en établissements ou à l’extérieur.
La prostitution en établissements accroît la sécurité et le confort du client, mais cela ne fait rien pour diminuer le traumatisme psychologique des prostituées elles-mêmes. En fait, l’invisibilité sociale de la prostitution en établissements peut en accroître le danger.

Connaissant les dommages terribles qu’entraîne la prostitution en établissements, un proxénète hollandais a déclaré : « On ne peut pas avoir d’oreiller dans un bordel ; c’est un instrument de meurtre. » Avant que les femmes dans ces établissements puissent atteindre le bouton d’alarme et que l’on enfonce la porte, elles sont déjà gravement blessées, à en croire les gorilles en Australie, où la prostitution est décriminalisée. On ne peut jamais répondre suffisamment vite à un appel au secours pour empêcher la violence. Les boutons d’alarme dans les bordels ne sont pas plus utiles que les boutons d’alarme chez les femmes battues.

Des recommandations édifiantes

Écoutez bien cela ; ce n’est pas une plaisanterie. Les lignes directrices australiennes concernant la sécurité en milieu de travail des femmes dans le secteur de la prostitution recommandent que celles qui se lancent dans ce secteur prennent des cours sur les négociations en cas de prises d’otage. Voilà ce qu’il faut apprendre si l’on se lance dans la prostitution dans un contexte décriminalisé.

Une organisation sud-africaine a recommandé que lorsqu’elle se déshabille, la prostituée fasse comme si elle ne faisait pas exprès d’envoyer une chaussure sous le lit et, en allant la récupérer, regarde s’il n’y a pas de couteau, de menottes et de corde. Ceci fait partie de la vie quotidienne d’une prostituée.

À San Francisco, la prostitution en établissements et les bordels de massage sont décriminalisés de facto. Récemment, un groupe de défense des droits des prostituées a recommandé que les femmes sachent toujours où se trouvent les issues, qu’elles portent des chaussures qui leur permettent de courir et qu’elles ne portent jamais de colliers, d’écharpes ni quoi que ce soit avec lequel on puisse les étrangler.

La prostitution est une institution qui systématiquement fait de la discrimination contre les femmes, les jeunes, les pauvres et les groupes subalternes du fait de leur ethnie. Au Canada, la recherche que j’ai menée avec Jackie Lynn et Ann Cotton incluait un grand nombre de jeunes filles et de femmes des Premières nations qui n’avaient pas beaucoup d’autres possibilités de survie économique que la prostitution. Ceux qui défendent la décriminalisation de la prostitution ne se penchent que très rarement sur la pauvreté, la race et l’ethnie, qui rendent les femmes encore plus vulnérables et qui font qu’elles sont encore plus en danger quand elles se prostituent.

Pourquoi les femmes des Premières nations sont-elles surreprésentées parmi les prostituées au Canada ? C’est une question brûlante à laquelle il faut répondre, me semble-t-il.

Je voulais vous donner quelques conclusions préliminaires sur les recherches que j’ai faites auprès de clients, mais je n’aurai pas le temps de le faire, à moins que quelqu’un m’interroge là-dessus.

Tout d’abord, permettez-moi de dire que nous avons certains exemples de ce qui se passe...

Conclusion

Je conclurais donc en vous parlant de ce que nous savons qu’il se passe lorsque la prostitution est décriminalisée parce qu’il existe des tas d’exemples dans différentes régions du monde.

Décriminalisée, la prostitution devient un aimant pour les proxénètes et les clients. La prostitution décriminalisée leur offre un passeport légal qu’ils sont tous prêts à accepter. Le résultat, c’est que la prostitution, légale autant qu’illégale, augmente sensiblement lorsqu’on la décriminalise. Cela devient simplement un autre achat de produit, comme le dentifrice ou le maïs soufflé.

Le trafic de femmes à destination du Canada augmenterait. Une bonne stratégie commerciale pour les proxénètes consiste à envoyer les femmes et les enfants dans des pays où il n’y a pas d’obstacles juridiques au commerce du sexe.

Le crime organisé prend de l’ampleur. La Nouvelle-Zélande a été mentionnée par quelques personnes ce matin. La prostitution a été décriminalisée dans ce pays depuis à peine plus d’un an et demi, et nous constatons une augmentation considérable du crime organisé. C’est un phénomène qu’il faut examiner de très près.

Enfin, la prostitution des enfants augmente partout où la prostitution est décriminalisée.

Un café, une conversation ou un condom ne suffisent pas pour aider ces femmes, pas plus qu’un syndicat d’ailleurs. Quatre-vingt-quinze pour cent des prostituées que nous avons interviewées au Canada nous ont déclaré qu’elles voulaient échapper à la prostitution et nous ont même dit ce dont elles avaient besoin. Elles ont besoin d’un logement stable. Elles veulent s’affranchir de la prostitution. Elles n’ont pas dit qu’elles voulaient échapper à la prostitution illégale ou à l’extérieur d’établissements ; elles ont dit qu’elles voulaient s’affranchir de toute forme de prostitution. Elles ont indiqué aussi qu’elles voulaient suivre des traitements de désintoxication, une formation professionnelle et une thérapie.

Source : Témoignage devant le sous-comité de l’examen des lois sur le racolage, le 30 mars 2005.

On peut consulter les articles de Melissa Farley sur le site Prostitution Research Education.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 septembre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Melissa Farley, chercheuse et psychologue
Prostitution Research

Chercheure féministe engagée de San Francisco et psychologue depuis 35 ans, Melissa Farley a publié 25 ouvrages et a mené depuis une décennie des recherches de terrain sur la prostitution dans 10 pays, y compris le Canada. Son travail et celui de 30 autres chercheur-es figurent dans un ouvrage récent, Prostitution, Trafficking and Traumatic Stress, Haworth Press, 2004. Son analyse - résolument féministe - est fondée sur l’écoute du vécu et des revendications de plus de 850 femmes, hommes, transgenres et enfants piégés dans le réseau prostitutionnel ou ayant réussi à y échapper. On peut consulter ses articles sur le site Prostitution Research.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin