| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 2 juin 2005


À même les fonds pour la lutte contre le sida
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







L’Agence de santé publique du Canada a accordé une subvention de 270 000$ à Stella pour une rencontre internationale de quatre jours qui se tiendra à Montréal, du 18 au 22 mai, dans le cadre des célébrations du 10ième anniversaire de ce groupe. « Célébrer une décennie d’action. Façonner notre avenir. Un rendez-vous des travailleuses et travailleurs du sexe », peut-on lire sur le site Web du Forum XXX. Stella, un groupe montréalais de défense des droits de femmes prostituées qui fait la promotion de la prostitution comme travail, s’est vu attribuer, selon une source bien informée, une somme supérieure à sa demande initiale, les évaluateurs du dossier estimant que la subvention réclamée ne suffirait pas à défrayer l’ensemble des coûts rattachés à l’organisation et à la tenue du Forum XXX.

La majeure partie de cette subvention, soit 230 000$, provient du bureau national de l’Agence de santé publique à Ottawa, et le reste, 40 000$, de son bureau régional à Montréal. Grâce à ce généreux coup de pouce du gouvernement canadien, l’inscription au forum est gratuite pour les quelque 250 participant-es attendu-es. On pourra aussi leur offrir les petits déjeuners et les déjeuners gratuits sur le site même du forum, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et prendre en charge leur hébergement ainsi qu’une partie de leurs frais de transport. La subvention a en outre permis la création d’un site Web pour promouvoir l’événement et informer les participant-es.

Le programme du Forum XXX comprend aussi un « super party du 10ième anniversaire de Stella et un spectacle excentrique », le 21 mai : « Celles et ceux qui n’ont jamais assisté à une soirée stellienne seront choyés ! Nous organisons une soirée mémorable pour les 250 participantes et participants du Forum ainsi que pour nos ami-es et membres de notre famille. Cette soirée nous permettra de célébrer une décennie d’action mais également de vous introduire aux belles nuits de Montréal ! »

Un groupe méritant

Au cours d’entretiens téléphoniques, M. Jean-Mathieu Dion, agent de relations avec les médias pour l’Agence de santé publique du Canada, a confirmé que cette subvention provenait du programme Initiative fédérale de lutte contre le sida et a déclaré qu’elle n’était attribuée que pour cet événement. Elle est donc distincte, a-t-il précisé, des autres subventions que le même groupe aurait pu recevoir de ce programme pour d’autres projets (1). « Ce groupe fait un travail formidable pour éradiquer le VIH/sida, a affirmé M. Dion, un important travail de terrain qui nous aide beaucoup et nous permet de consacrer plus d’énergie à d’autres tâches ». Le rôle du groupe Stella dans la prévention du VIH/sida n’est pas en cause ici. Il semble toutefois légitime de s’interroger sur l’importance de la somme - 270 000$ - allouée par un organisme gouvernemental de lutte contre le sida pour une rencontre d’à peine quatre jours dont, au dire de M. Dion, (seulement) trois des dix objectifs déclarés dans la demande de subvention du groupe ont trait à cette lutte. Est-il excessif de penser qu’une partie de cet argent puisse servir à d’autres fins qu’à la « lutte contre le sida » ?

Manifestement, la cause du « travail du sexe » mobilise davantage les institutions canadiennes et québécoises que ne le font l’exploitation sexuelle des enfants, la violence faite aux femmes ou la traite des femmes à des fins de prostitution. Outre le soutien majeur de l’Agence de santé publique du Canada, les organisatrices du Forum XXX bénéficient de l’aide, sous différentes formes, d’une panoplie d’intervenant-es. Le groupe Stella semble entretenir des liens étroits avec l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Le Forum XXX a bénéficié du support « logistique », notamment pour ce qui a trait au processus de demande de subventions, du Service aux collectivités de cette université, un organisme de soutien aux groupes communautaires qui répondent à certains critères de promotion sociale. De plus, l’UQAM prête des locaux pour la durée de l’événement. Des chercheuses de l’UQAM font partie du conseil d’administration de Stella. Une chercheuse de l’École de travail social, également membre de l’Institut de recherche en études féministes (IREF) et co-répondante pour le projet Forum XXX, fait également partie de l’Institut Santé et société de l’UQAM, qui parraine la conférence d’ouverture du forum.

Cette conférence est la seule activité ouverte au public : « Par des présentations et des performances, des militantes issues de groupes de travailleuses du sexe feront le portrait de leur situation dans leur pays respectif. Le public est convié à partager les triomphes et les tribulations de ces travailleuses du sexe courageuses venues des quatre coins du monde ». Parmi les autres organismes qui ont apporté leur soutien, financier ou autre, à cette rencontre internationale des « travailleuses et travailleurs du sexe », on compte la clinique l’Actuelle, de Montréal, qui se consacre aux personnes atteintes du VIH/sida.

Un événement social et politique

Le groupe français Cabiria et le Durbar Mahila Samanwaya Committee (DMSC ou le Comité social des femmes irrésistibles), un groupe de défense des droits des travailleuses et travailleurs du sexe basé à Kolkata, en Inde, qui célèbrent comme Stella une décennie d’activités, collaborent à l’organisation et à l’animation du Forum XXX.

Environ « 250 femmes, hommes, travesties, transsexuelles oeuvrant ou ayant déjà oeuvré dans l’industrie du sexe, des personnes travaillant dans des organismes offrant des services aux travailleuses du sexe, ainsi que leurs allié-es », sont attendus à cette rencontre pour discuter « des préoccupations et des grandes priorités du mouvement ». Pour participer, il faut toutefois rencontrer certains critères : connaître les diverses réalités du travail du sexe ; reconnaître le travail du sexe comme une forme de travail ; être engagé-e ou vouloir s’engager dans la lutte pour la reconnaissance des droits des travailleuses et travailleurs du sexe ; être engagé-e ou vouloir s’engager dans la lutte pour la décriminalisation du travail du sexe.

Le programme du Forum XXX présente cette rencontre davantage comme une activité militante, politique et sociale qu’un événement s’inscrivant dans la lutte contre le sida. Une brève mention dans les buts du forum concerne le développement de « nos capacités à faire face à l’épidémie du VIH/sida au Canada mais aussi ailleurs dans le monde ». Il est volontiers question de stratégies pour contrer « le discours dominant », pour faire progresser les attitudes sociales en faveur de la décriminalisation de la prostitution et pour combattre les « lois répressives ». Ces préoccupations politiques justifient-elles une subvention substantielle du programme Initiative fédérale de lutte contre le sida ?

À l’argument selon lequel le programme du Forum XXX n’a pas tellement à voir avec une activité de sensibilisation ou de prévention du VIH/sida, M. Jean-Mathieu Dion a d’abord répondu qu’il n’avait pas à prendre en considération cette « opinion ». Il a ensuite réitéré que la subvention a été accordée à Stella pour le Forum XXX parce que la demande « du groupe répondait à tous les critères du programme ». M. Dion, qui est agent des relations avec les médias et non responsable de programme, n’a pu préciser quels sont ces critères. Il y aurait des critères « fixes » et d’autres critères dépendraient « de l’analyse du dossier ». Des critères selon le groupe demandeur ? « Des critères selon l’analyse du dossier », a répété M. Dion.

Les opinions et les idéologies du groupe subventionné, en l’occurrence le fait qu’il s’emploie, depuis dix ans, à promouvoir l’industrie du sexe et la décriminalisation totale de la prostitution, ne sont pas prises en compte par l’organisme subventionnaire. « L’Agence n’est pas responsable du fait que le groupe travaille à promouvoir la légalisation ou la décriminalisation de la prostitution, dit M. Dion. Ce qui lui importe, c’est que ce groupe fait un bon travail dans le domaine de la prévention du sida ». Un groupe travaillant contre la décriminalisation de la prostitution, et assez astucieux pour inclure un volet sur la prévention du VIH/sida dans son projet, pourrait-il obtenir des subventions de l’Agence de santé publique du Canada ? « Nous n’avons pas de programme sur la prostitution », a dit M. Dion, avant d’ajouter qu’il faudrait vérifier si ce groupe répond aux critères.

Cause du sida, cheval de Troie ?

L’emploi, en tout ou en partie, des subventions destinées à la lutte contre le sida pour promouvoir la légalisation ou la décriminalisation de la prostitution n’est pas une chose nouvelle, ni propre au Canada. Les organismes subventionnaires sont généralement au courant de cette pratique. Dans son « Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne » (15 avril 2004), Marianne Ériksson, alors députée du Parlement européen, affirmait que des ONG et d’autres secteurs utilisent fréquemment cette stratégie de financement : « Dans des entretiens avec des fonctionnaires de la Commission, écrit-elle, il est apparu que lors de la constitution de groupes d’experts, par exemple, la nature et la politique des organisations ne sont pas contrôlées. On ne procède pas non plus à un contrôle des organisations représentées, ce qui est très étonnant. Lorsque l’on pense à la manière dont la criminalité organisée se manifeste, il est de ce fait possible que la Commission, qui prend l’initiative de la législation commune, soit conseillée par des représentants d’organisations criminelles ».

Jenny Wennberg, en collaboration avec Marianne Eriksson, a déposé au Parlement européen un rapport sur le « Soutien financier de l’Union européenne à des projets et organisations promouvant la légalisation et la réglementation de la prostitution » (2002). Ce rapport indique que l’Union européenne, invoquant l’argument, nulle part démontré, que la décriminalisation totale ou la réglementation sont de meilleurs moyens que la lutte contre la prostitution elle-même pour aider les personnes prostituées, a accordé des dizaines de millions d’euros à des organismes qui soutiennent ouvertement l’industrie du sexe, ou qui se consacrent à d’autres causes, comme la lutte contre le sida, tout en faisant la promotion de la prostitution comme un droit des femmes. Des études rapportent, par ailleurs, qu’au plan international, des complicités se tissent à tous les échelons pour faciliter l’attribution de subventions à des groupes liés à l’industrie du sexe.

Des choix sociaux et politiques

Pour un organisme gouvernemental qui se consacre à l’épidémie du sida, est-ce adopter une position « neutre » que de subventionner une activité de nature manifestement politique et sociale, bien que le groupe responsable de l’activité puisse accomplir ou avoir accompli, à d’autres moments de l’année, un réel et excellent travail de prévention du VIH/sida auprès de ses membres et des clients prostitueurs ? Est-ce une position « neutre » de fermer les yeux sur certains des objectifs, assez éloignés de la lutte au sida, qu’affiche ouvertement ce groupe qui, d’une part, sollicite une subvention du programme Initiative fédérale de lutte contre le sida, et, par ailleurs, exige comme condition d’inscription à l’événement l’engagement des participant-es à soutenir la décriminalisation de la prostitution et sa reconnaissance comme travail légitime ? Les groupes militant pour la reconnaissance de la légalisation ou pour la décriminalisation totale de la prostitution seraient-ils en position de négocier leur contribution à la prévention du sida en retour de la « neutralité » de l’organisme subventionnaire devant leurs autres activités ?

Si l’Agence de santé publique du Canada trouve facilement 270 000$ pour un événement de quatre jours, dont l’objectif principal a peu à voir avec le sida, quelles sommes peut-il donc consentir aux activités du groupe Stella qui touchent réellement la prévention du sida ? Stella n’est pas un groupe de lutte contre le VIH/sida, c’est un groupe de défense des droits d’une minorité de femmes prostituées, qui prétend parler au nom de la majorité et qui banalise l’exploitation sexuelle des femmes en propageant le mensonge que la prostitution est, pour la majorité, un travail « librement choisi ». Cette idéologie occulte les rapports sexuels de domination au coeur de l’institution prostitutionnelle et laisse dans la dèche toutes ces femmes, de plus en plus jeunes, qui voudraient en sortir (2).

En plus de légitimer l’orientation idéologique et politique de ce groupe, grâce à cette subvention considérable attribuée à un événement de promotion du « travail du sexe », l’Agence de santé publique du Canada ne se trouve-t-elle pas à soutenir indirectement l’industrie du sexe (à petite ou à grande échelle, on peut parler de l’industrie du sexe quand on a affaire à des groupes qui considèrent la prostitution comme un travail) ? Jusqu’à preuve du contraire, le gouvernement du Canada ne peut se réclamer d’un consensus favorable à la décriminalisation totale de la prostitution, et les contribuables canadien-nes ne devraient pas avoir à soutenir les activités qui poursuivent un tel objectif.

Des groupes travaillent depuis longtemps, tout aussi efficacement, avec et pour les personnes prostituées, et contribuent à la prévention du VIH/sida sans pour autant faire la promotion de la prostitution. Ces groupes ont-ils accès à des subventions aussi généreuses ? Si elle n’était pas « neutre », combien l’Agence de santé publique du Canada pourrait-elle consacrer, par exemple, à des activités de prévention de la prostitution, ce « travail » qui menace la santé de nombreuses personnes, jeunes ou vieilles ?

Combien de projets de recherche, à moyen ou à long terme, dans le domaine de la santé ou dans d’autres domaines, bénéficient d’un tel soutien financier ? À titre de comparaison, Condition féminine Canada a attribué à des chercheuses de l’UQAM, pour une recherche-action sur le trafic sexuel des femmes au Québec d’une durée de 18 mois et qui comprend un colloque public, moins de la moitié de la somme que l’Agence de santé publique du Canada a consentie au groupe Stella pour un forum de quatre jours sur le « travail du sexe ».

Il semble donc que ce ne soit pas l’argent qui manque au gouvernement du Canada et que la lutte contre le sida constitue une voie royale pour s’en procurer. Peut-être les groupes militants accroîtraient-ils leurs chances de profiter de la manne s’ils ajoutaient un volet « sensibilisation et prévention du VIH/sida » à leurs projets… Peu importe leur orientation politique et idéologique. L’organisme subventionnaire n’est-il pas « neutre » ?

- Radio-Canada et Maisonneuve très à l’écoute du Forum XXX.

Notes


1. Sans compter l’aide que le groupe a pu recevoir d’organismes gouvernementaux et para-gouvernementaux du Québec.
2. Selon des études citées dans un rapport du Conseil du statut de la femme du Québec (« La prostitution : profession ou exploitation ? Une réflexion à poursuivre », juin 2002), 92% des femmes prostituées voudraient quitter la prostitution si on les y aidait. Ce qui n’a pas empêché cet organisme de rester « neutre » sur cette forme d’exploitation. La cohérence ne court pas les rues.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 mai 2005.

Lire également

« L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution », par Élaine Audet et Micheline Carrier
Élaine Audet et Micheline Carrier, « Une trentaine de personnalités demandent la décriminalisation des personnes prostituées, mais non de la prostitution ». On peut signer cet appel au gouvernement canadien.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Le courage
    (1/7) 13 mai 2005 , par

  • Prostituées et prostitution
    (2/7) 13 mai 2005 , par

  • > 270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le « travail du sexe »
    (3/7) 12 mai 2005 , par

  • Industrialisation du "sexe"
    (4/7) 11 mai 2005 , par

  • En Afrique
    (5/7) 10 mai 2005 , par

  • Aide aux prostituées
    (6/7) 9 mai 2005 , par

  • Honte et fierté
    (7/7) 7 mai 2005 , par





  • Le courage
    13 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    "Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho..." Jean Jaurès

    • Besoin financier contre le VIH Sida
      22 mai 2005 , par
        [retour au début des forums]

      En Colombie-Britannique, des militantes de la lutte contre le sida dénoncent un manque cruel de subventions gouvernementales

      (Réseau anglais radio de Radio-Canada - jeudi le 12 mai 2005, 16 h 26)

      Les groupes qui luttent contre le sida en Colombie-Britannique ont réclamé jeudi du gouvernement provincial qu’il double les crédits attribués à cette
      lutte, au moment où le sida multiplie ses ravages dans les collectivités autochtones isolées.

      Les organismes de terrain se retrouvent aux prises avec deux ou trois fois plus de personnes atteintes du sida qu’il y a dix ans. Mais leur financement n’a connu aucune augmentation, aux dires du Pacific AIDS Network (PAN), qui représente plus de 50 organismes de soutien communautaire et de prévention du vih/sida dans l’ensemble de la Colombie-Britannique. Marcie Summers, directrice de PAN, affirme que le gouvernement n’a aucunement l’intention d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés en 2003 de réduire la pandémie et d’accroître le soutien aux personnes vivant avec le vih/sida. « Notre financement est bloqué au même niveau depuis 10 ans et c’est inacceptable, a dit Madame Summers. Il est très frustrant de ne pas avoir d’argent pour travailler à ces objectifs. »

      Selon Carlene Dingwall, directrice générale du groupe de soins Positive Living North, le manque de crédits entraîne également des lacunes dans la formation des jeunes et des adultes à l’évitement du sida. Le Nord connaît une crise de la santé en matière de sida, non seulement chez les jeunes mais chez le adultes dont les cas de nouvelles infections ont presque triplé depuis un an.

      Une étude publiée jeudi à Vancouver, le Cedar Project, a mis en lumière des taux d’infection à l’hépatite C très alarmants de 57,1 % et 62,4 % chez les Autochtones utilisant des drogues injectables, dans les quartiers les plus pauvres de Vancouver et de Prince George.

      « Quand on observe des taux vraiment élevés d’hépatite C, c’est que le sida est tout proche », a ajouté Dingwall.

      Voir Pacific AIDS Network

      [Répondre à ce message]

    Prostituées et prostitution
    13 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Se peut-il que certains s’imaginent que vouloir une société sans prostitution ce soit en vouloir aux prostituées ? Y a pas moyen de donner des services aux travailleuses du sexe sans légaliser la prostitution et en faire une profession ?

    > 270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le « travail du sexe »
    12 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Cette semaine, je vais à Winnipeg participer à une conférence pan-canadienne préparatoire au Sommet mondial sur la société de l’information. Mon billet d’avion coûte dans les 600$. L’hôtel, plus de 200$. La bouffe est aussi fournie par l’organisme qui organise l’événement. Multipliez ça par 200 personnes et ajoutez les frais de location des salles et les salaires des personnes qui travaillent à l’organisation de l’événement... Tout ça aux frais des contribuables qui s’intéressent fort peu à ce sommet de même qu’aux enjeux autour des médias et des TIC même s’ils sont cruciaux. Il va sans dire que tout cet argent aurait pu plutôt servir par exemple à donner accès au téléphone quelque part en Afrique. Faudrait-il attendre que la population prenne conscience de l’importance de ce qui se passe actuellement dans ce domaine avant de soutenir une conférence qui permettra aux organismes et aux chercheur-es qui en ont pris conscience de discuter ensemble ?

    Oui le Forum XXX coûte cher comme tous les événements de ce genre. Les féministes continuent de lutter pour qu’on intervienne au niveau de la santé des femmes dans une perspective globale parce que beaucoup de facteurs influent sur la santé. C’est la même chose pour la lutte contre le VIH-sida. Ce n’est pas qu’une affaire de distribution de condoms. C’est aussi une affaire de prise de pouvoir sur sa vie, son travail et son milieu. Le Forum XXX est le premier événement de ce genre organisé au Canada par et pour les travailleuses et travailleurs du sexe, qui ont besoin de discuter ensemble des enjeux qui les préoccupent et d’élaborer des stratégies pour y faire face.

    Ce que préconisent les féministes abolitionnistes s’inscrit dans une inquiétante et lourde tendance à couper le financement des regroupements de travailleuses et travailleurs du sexe. Ceux-ci se sont souvent formés il y a 10 ans grâce au financement obtenu dans le cadre de la lutte contre le VIH-sida. Aujourd’hui, USAID exige que ce financement soit conditionnel à l’engagement de lutter contre la prostitution tout en promouvant l’abstinence et la fidélité. Selon beaucoup d’ONG qui luttent contre la propagation du VIH/sida - dont le Centre for Health and Gender Equity, l’International Women’s Health Coalition, l’International Gay and Lesbian Human Rights Commission, l’International Working Group on Sexuality and Social Policy et le Network of Sex Work Projects - ceci est un obstacle sérieux à une lutte efficace contre le VIH-sida. Dans ce contexte, il est d’autant plus primordial que les travailleuses et travailleurs du sexe consolident leur mouvement. Le Forum XXX y contribuera.

    À noter qu’au Forum XXX, il y aura des participantes qui travaillent quotidiennement avec des "survivantes" de la lutte anti-trafic préconisée par les abolitionnistes tant féministes que conservateurs et de l’extrême-droite. Elles disent qu’il n’y a rien de pire que d’être "sauvée" grâce à la lutte contre la prostitution et sans même qu’on leur demande si elles souhaitent être "sauvées". Venez les entendre le 18 mai à l’UQÀM. J’espère que, pour une fois, viendront de nombreuses femmes impliquées dans le mouvement féministe. Entre autres, vous pourriez constater par vous-mêmes que Stella et tous les autres organismes qui participeront au forum font autant la promotion de la prostitution que le Réseau des lesbiennes du Québec fait la promotion du lesbianisme ou encore que le Centre de santé des femmes de Montréal fait celle de l’avortement.

    • Détournement de sujet ou d’objet
      12 mai 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Il n’est pas question de s’opposer à la lutte contre le sida, qui manque toujours cruellement de fonds, au Canada comme ailleurs dans le monde. Raison de plus de ne pas l’utiliser à d’autres fins.

      Le sujet central de l’article, Mme Nepton, c’est l’utilisation de l’argent destiné à la lutte contre le sida au profit d’un événement qui n’est pas consacré à la lutte contre le sida. Le Forum XXX n’est pas un colloque sur la santé non plus. Ce n’est pas ce qui est écrit en tout cas dans le programme, ni dans les critères d’inscription.

      Quant aux "survivantes", elles ne sont apparemment pas unanimes. D’autres diraient qu’elles s’en sont sorties grâce à des groupes qui militent contre la prostitution et ne veulent pas en faire un métier. C’est le cas de Jade dont le témoignage figure sur ce site. Ce serait peut-être aussi le cas des 92% qui souhaiteraient quitter la prostitution si on les y aidait.

      Quand l’un des premiers objectifs d’un groupe est de faire reconnaître la prostitution comme un métier comme un autre - et qu’un engagement en ce sens est l’un des critères d’inscription au Forum XXX - n’est-ce pas une forme de promotion de la prostitution ?

      Une conférence préparatoire au Sommet mondial sur la société de l’information, qui touche l’ensemble des femmes et de la société canadienne, peut-elle se comparer à une rencontre de " travailleurs et travailleuses du sexe" qui, par surcroît, ne représentent qu’une infime minorité d’entre elles et eux.

      [Répondre à ce message]

    • > Lutter contre la prostitution, c’est lutter contre la propagation du sida
      12 mai 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Je ne vais pas reprendre ici ce que Micheline Carrier a très bien expliqué dans son article qui s’interrogeait, à juste titre, sur la subvention de 270 000$ reçue par le Forum XXX, au nom de la lutte contre le sida, alors qu’il s’agit d’une rencontre internationale de 4 jours pour célébrer le 10ème anniversaire du groupe montréalais, Stella. Les 250 personnes qui ont pu s’inscrire au Forum devaient répondre à des critères qui ne faisaient aucune mention d’activités pour lutter contre le sida. L’important pour être inscrit-e était de " connaître les diverses réalités du travail du sexe ; reconnaître le travail du sexe comme une forme de travail ; être engagé-e ou vouloir s’engager dans la lutte pour la reconnaissance des droits des travailleuses et travailleurs du sexe ; être engagé-e ou vouloir s’engager dans la lutte pour la décriminalisation du travail du sexe."

      Il me semble tout à fait légitime que les groupes qui luttent contre la violence envers les femmes ou contre le sida se posent des questions sur l’octroi gouvernemental d’une telle somme à une activité de 4 jours qui n’est consacrée ni à la lutte contre le sida ni à contrer la violence inhérente au système prostitutionnel et au crime organisé auquel il est intrinsèquement lié. Comment ne pas se poser des questions quand, sous le couvert d’une subvention dans le cadre de la lutte contre le sida, on voit le gouvernement canadien subventionner la défense et la promotion de l’industrie du sexe ?

      Vous cherchez par tous les moyens à occulter la contradiction flagrante qui existe entre la promotion du "travail du sexe" et la lutte contre le sida, dont la prostitution constitue une des causes principales de propagation, comme le montrent toutes les études à l’échelle internationale.

      Vous mettez de l’avant une vision économiste et instrumentaliste de la sexualité dont tout sentiment est éliminé ainsi que toute analyse féministe des rapports sexuels et sociaux de domination.

      Le recours à la lutte contre le sida pour financer des activités en faveur de la reconnaissance de l’industrie du sexe n’est pas propre au Canada, mais a été dénoncé en Europe où des dizaines de millions d’euros ont été attribués à des organismes qui soutiennent ouvertement l’industrie du sexe sous prétexte d’œuvrer à la prévention du sida.

      De la même façon, certains organismes subventionnaires aux États-Unis ont voulu s’assurer que leurs subventions servaient bien pour la lutte contre le sida et non pour le développement de l’industrie du sexe. Bien avant le scandale des danseuses roumaines, des organismes étatsuniens de lutte contre la prostitution avaient dénoncé le Canada comme plaque tournante du tourisme sexuel et de la traite des femmes et des enfants à des fins de prostitutions. Amalgamer ces prises de position des États-Unis avec leur position anti-avortement et pour l’abstinence, et pourquoi pas leur position face à l’Irak, est pure démagogie.

      Vous cherchez aussi à mettre dans le même sac la lutte pour la décriminalisation de la prostitution avec celle des lesbiennes pour la reconnaissance de leur identité et la lutte pour le droit à l’avortement. La reconnaissance du droit à l’avortement ou de l’identité lesbienne ne repose pas sur un système d’oppression sexuelle des femmes, que ce soit sur le plan individuel ou collectif. Il n’y a aucune commune mesure entre le droit d’exercer "le travail du sexe", les droits des lesbiennes ou le droit au divorce et à l’avortement. Ces derniers droits visent la réappropriation de leur corps par les femmes alors que le système prostitutionnel les en dépossède et en fait une marchandise disponible à tous les hommes. Comme dans l’ensemble du mouvement féministe, je ne crois pas qu’il y ait unanimité sur la question de la prostitution parmi les lesbiennes.

      Il me semble essentiel que les féministes qui défendent les valeurs de la Charte mondiale des femmes, s’interrogent sur l’octroi gouvernemental d’une telle subvention à un groupe qui milite pour la reconnaissance du travail du sexe et se demandent si c’est le rôle d’une institution universitaire, comme l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), de cautionner un tel choix gouvernemental en soutenant le Forum XXX comme elle le fait ?

      [Répondre à ce message]

    Industrialisation du "sexe"
    11 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Un symposium de l’"industrie du sexe" organisé avec l’argent de la médicalisation du sexe . Quoi de plus cohérent ?

    Il est en train de se créer ce qu’Ivan Illich appelait un "monopole industriel" sur la sexualité, ce qui entraîne une difficulté croissante d’établir des relations amoureuses par la voie conviviale :privatisation de l’espace public, repli sur la sphère conjugale ( en crise ) ou individuelle ( de plus en plus fréquente : voir la progression du nombre de célibataires ), internetisation des échanges, etc...)

    Cette évolution deviendra irréversible si personne ne se décide à remettre en cause la base du système : l’utilisation par le système industriel de la frustration généralisée pour changer l’être humain en client.

    En Afrique
    10 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Vous ne manquez pas d’audace, on ne va pas vous aimer d’avoir écrit cet article. Quant à moi, je suis tout de même contente de savoir, même si je suis déçue que les fonds publics destinés au sida ne soient mieux employés. Il y a tant à faire dans ce domaine et l’épidémie s’étend de plus en plus. Si le Canada a de l’argent de trop pour le sida, il pourrait en offrir à cette pauvre Afrique affligée par l’épidémie. Ses femmes et ses enfants surtout sont de plus en plus atteints. J’y ai travaillé pendant quelques années, c’est pure désolation, si on pouvait faire quelque chose pour eux.

    • Sida en Afrique ?
      11 mai 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Il faut rappeler qu’en Afrique le test de "séropositivité" N’est PAS obligatoire. Il suffit de présenter deux petits et un gros symptôme d’une liste qui en contient un sacré paquet.
      En outre il y a peu de médecins sur place.
      On peut donc se retrouver séropositif sur dénonciation.
      A noter que les symptômes évidents de malnutrition sont exclus de la dite liste, mais fait-on vraiment la différence quand il s’agit de produire des statistiques ?

      [Répondre à ce message]

    Aide aux prostituées
    9 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Le travail auprès des femmes prostituées n’est pas facile, j’en sais quelque chose pour l’avoir fait pendant plusieurs années, il y a 10 ans.

    J’aimerais savoir combien de femmes prostituées sont représentées par le groupe Stella. Avez-vous des données ? Il me semble que la majorité des prostituées souhaitent qu’on les aide à se libérer de cette situation, en leur proposant par exemple de la formation et un autre milieu de travail. Par qui celles-là sont-elles représentées si vous dites que Stella défend l’idée que la prostitution est un métier comme un autre ? Ce groupe ne doit pas les inciter ou les aider à quitter la prostitution s’il considère que c’est un métier à reconnaître et à défendre.

    Honte et fierté
    7 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Voici ce que Nicole Nepton a écrit sur son site, Cybersolidaires et avec quelques variantes (c’est-à-dire moins personnalisé) sur la liste de discussion de Netfemmes et sur la liste PAR-L (qui a publié sa réponse sans avoir publié l’annonce de l’article. Belle pratique) . Voir plus bas ce que je lui réponds.

    Honte et fierté

    Dans 270.000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le travail du sexe, Micheline Carrier s’indigne que Stella ait pu obtenir du financement pour organiser un forum pan-canadien par et pour les travailleuses du sexe. C’est quand, la dernière fois qu’un forum de ce genre a été organisé au Canada ? Personnellement, je suis fière de faire partie de l’équipe qui contribue à la promotion du Forum XXX. Je suis fière d’avoir réalisé le nouveau site de Stella qui ne semble pas faire partie des dépenses légitimes pour un groupe de travailleuses du sexe selon Mme Carrier. Je suis heureuse de la décevoir encore plus : une version améliorée du site actuel s’en vient bientôt. Un blogue sera également alimenté en direct du Forum XXX, une première parmi les groupes de femmes du Québec voire du Canada.

    Et j’ai honte de partager l’étiquette de féministe avec Micheline Carrier. Mon féminisme n’emploie pas les mêmes stratégies que les masculinistes comme elle le fait dans son article. Rappellons que ceux-ci s’élèvent tout comme elle contre le financement que les groupes de femmes ont obtenu à l’arraché, à force. De plus, si nos gouvernements avaient autant de respect pour la liberté d’expression et d’organisation autonome que Mme Carrier, Sisyphe n’existerait pas ou serait à tout le moins victime de répression. Stella fait partie d’un stimulant et authentique mouvement de libération auquel j’ai beaucoup de plaisir à contribuer. À Montréal, c’est LE groupe de femmes qui me stimule parce que... La démocratie implique de reconnaître leur légitimité de s’organiser, de se développer, de s’exprimer. La façon qu’a Micheline Carrier d’aborder la question de la prostitution n’est ni indépassable ni unique. Je la laisse à ses stratégies staliniennes, je la laisse se faire accroire que celles-ci peuvent contribuer à changer le monde. Je retourne plutôt développer allègrement le site de Stella, tout en ayant hâte de participer au Forum XXX qui me permettra d’échanger avec des femmes particulièrement marginalisées du Québec, du Canada et du monde entier.

    Nicole Nepton

    • À chacune sa fierté
      7 mai 2005 , par
        [retour au début des forums]

      À Nicole Nepton,

      Tout d’abord, vous serez sans doute intéressée de savoir que la plupart des masculinistes qui réagissent aux articles sur la prostitution, tant sur Sisyphe ou que dans différents forums que je fréquente, partagent votre point de vue et non le mien. Plusieurs ne se sont pas gênés, non plus, pour me qualifier de "stalinienne" lors de débats antiféministes, dont vous êtes au courant, sur un site alternatif, le CMAQ. Les mêmes hommes invoquaient alors la liberté d’expression pour me refuser le droit d’exprimer des opinions contraires aux leurs et de me défendre contre leurs copieuses injures.

      De la même façon que je ne me dirai jamais en faveur de la peine de mort sous prétexte que le pape s’y oppose, - et qu’entre le pape et moi ça ne va pas très fort -, je ne me priverai pas non plus de m’exprimer sur la subvention extraordinaire (270 000$) qu’a reçue Stella, du seul fait que des masculinistes dénoncent par ailleurs les subventions accordées aux groupes de femmes.

      Je dénonce la réduction constante de ressources financières que les gouvernements du Canada et du Québec ont imposé aux groupes de femmes, notamment aux groupes qui aident les femmes victimes de violence. Justement, dans ce contexte, n’est-il est encore plus étonnant 1. que tant d’argent soit disponible pour le Forum XXX qui est une rencontre internationale des "travailleuses du sexe" de quatre jours coïncidant avec la célébration des 10 ans du groupe Stella ; 2. et que cet argent provienne du programme "Itiniative fédérale de lutte contre le sida", alors que l’événement subventionné n’est pas relié à cette lutte ?

      C’est le propos central de mon article : une somme importante provenant des fonds publics généralement attribués à la lutte contre le VIH/sida est investie dans un événement à caractère social et politique. Deux des critères d’inscription au Forum XXX exigent des éventuel-les participant-es un engagement « à reconnaître le travail du sexe comme une forme de travail » et « être engagé-e ou vouloir s’engager dans la lutte pour la décriminalisation du travail du sexe » (et on sait que, pour Stella, cela signifie non seulement la décriminalisation des personnes prostituées, ce avec quoi je suis d’accord, mais aussi la décriminalisation des clients prostitueurs et des proxénètes, ce à quoi je et plusieurs s’opposent). Celles et ceux qui travaillent avec les personnes prostituées, sans toutefois reconnaître la prostitution comme métier, ni demander la décriminatlisation des clients et des proxénètes, seraient donc exclus de ce Forum XXX. Je connais quelqu’un qui travaille depuis plusieurs années pour un organisme d’aide aux personnes prostituées, surtout les jeunes, et qui n’a pu s’inscrire au Forum XXX. Cet organisme défend les droits des personnes prostituées, leur procure des services, MAIS il demande la criminalisation des clients et des proxénètes, ne voit pas dans la prostitution un travail comme un autre et aide activement les personnes qui le veulent à quitter le milieu prostitutionnel.

      Dans ces conditions, j’estime que le gouvernement canadien soutient une position favorable à la prostitution (qui est loin de faire l’unanimité au sein de la population) en subventionnant un événement politique d’un groupe qui fait la promotion de la prostitution comme un travail, et il le fait par surcroît en puisant dans les fonds réservés à lutte contre le sida. Je considère que le gouvernement n’a pas à utiliser ainsi l’argent des contribuables. Je suis toutefois d’accord pour qu’il subventionne les activités réelles de prévention du VIH/sida que réalise Stella en d’autres moments. Tout comme il doit subventionner les activités de prévention des autres groupes qui mettent l’accent également sur les services aidant les personnes prostituées à quitter la prostitution. Si l’on en croit des études citées dans un rapport du Conseil du statut de la femme du Québec, plus de 90% disaient vouloir quitter la prostitution si on les y aidait. En supposant que ce "métier" soit à risque pour la propagation du VIH/sida (ce qu’on semble reconnaître), lutter contre la prostitution et aider les personnes à en sortir pourraient représenter une avenue prioritaire pour enrayer l’épidémie du sida.

      Peut-être ai-je tort de m’étonner tout haut de tout cela. La liberté d’expression à laquelle vous faites allusion comprend aussi un regard critique sur le monde, y compris sur les activités et les différentes positions des féministes. Je sais qu’il existe au sein du mouvement féministe une tendance qui veut que tout le monde garde publiquement un front uni, la "bonne entente", se taise en dépit des désaccords, de crainte que nos adversaires ne profitent de nos différends ou de nos divisions. Je n’adhère pas à cette forme d’omerta. Je ne peux réprimer mes convictions profondes pour faire semblant qu’il existe une unanimité sur la question de la prostitution. Pourquoi le ferais-je ? Pourquoi faudrait-il laisser tout l’espace à celles et à ceux qui ont des positions différentes des miennes ? À quoi et à qui sert cette fausse unanimité ? Elle a servi pendant longtemps la promotion du "travail du sexe". N’est-il pas temps que l’on sache que toutes et tous ne sont pas d’accord sur ce sujet ?

      Vous utilisez depuis sa création votre site Cybersolidaires pour promouvoir la décriminalisation de la prostitution et les intérêts du groupe Stella, et comme vous le dites, vous êtes fière d’avoir créé le site du Forum XXX (à même la subvention du programme "Initiative fédrale de lutte contre le sida"). J’utilise mon site Sisyphe (dont je tiens à assumer moi-même tous les frais et qui ne sera jamais soutenu par l’argent des contribuables canadiens) pour défendre une position différente de la vôtre : décriminalisation des personnes prostituées, mais criminalisation des proxénètes et des clients prostitueurs. Je ne vois pas en quoi je manque « de respect » à la liberté d’expression des groupes autonomes, à celle du groupe Stella, en l’occurrence, à sa liberté de s’organiser.

      Moi, je n’ai pas honte, Mme Nepton, de partager avec vous l’appellation de féministe. Sur la prostitution, nous ne sommes pas du même bord de la clôture, c’est tout, mais nous le serions sur bien d’autres questions. S’il fallait renoncer à l’indépendance de pensée et d’action pour être accréditée "bonne féministe", je pense que je préférerais renoncer à l’accréditation tant cette indépendance m’est chère. Heureusement, on peut être féministe et exprimer librement sa dissidence et son opposition. C’est l’essence de la démocratie.

      Je vous accorde tout à fait raison sur un point : ma façon "d’aborder les choses n’est pas indépassable ni unique". Vous l’avez démontré au cours des dernières années, en vous exprimant abondamment sur la prostitution ou le "travail du sexe", avant que je ne dise un mot sur le sujet. On ne peut pas dire que la position que je défends sur ces questions ait occupé, dans les médias québécois et canadiens, une place équivalente à la position que votre groupe a défendue au cours des 10 dernières années. Je ne sais pas si ce que vous appelez mes "stratégies" peuvent changer le monde et si les vôtres y contribuent davantage. Mais là n’est pas la question. J’essaie de m’exprimer et d’agir selon mes convictions et je pense que vous faites de même.

      Micheline Carrier

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin