| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 12 décembre 2004

Sexe, morale et interprétation

par Alain-Robert Nadeau, avocat






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Sisyphe avait donné à cet article le titre de "Lap-dance" : l’incompréhensible jugement de la Cour suprême du Canada, qui exprime davantage, selon nous, ce dont il est question dans cet excellent article, très apprécié des internautes L’auteur a demandé de remettre le titre original Sexe, morale et interprétation. C’est fait.

Quand Amanda, une jeune fille de vingt ans qui s’était toujours refusée à pratiquer la danse contact* (lap-dance), est arrivée à son cabaret habituel de la région d’Ottawa pour y effectuer son travail, le portier de l’établissement l’a avisée qu’elle n’était plus à sa place. - Pourquoi, a-t-elle demandé ? - Parce qu’il y a dorénavant de la danse-contact, lui répondit-il ? - Mais pourquoi ce changement de politique ? - C’est à cause de la Cour suprême !

C’était au début du mois de janvier dernier (1999). Comprenant mal cette décision, dont elle entendait sans doute parler pour la première fois, elle décida d’exprimer son mécontentement en écrivant au Ottawa Citizen. Dans un texte publié à la fin du mois de janvier, elle affirmait que certaines filles qui dansaient le faisaient pour gagner leur vie et n’avaient aucune intention de se prostituer. Ces filles, poursuivait-elle, « ont des valeurs, une morale et de l’ambition. Or les danses à 10 $, c’est de la prostitution. Un point c’est tout ».

Deux semaines plus tard, on la trouvait morte dans son appartement, sans trop savoir comment ou pourquoi. À ce jour, les raisons de sa mort demeurent toujours obscures.

L’incompréhensible jugement de la Cour suprême

Amanda, comme sans doute beaucoup d’autres personnes, n’a pas réellement compris cette décision que la Cour suprême a rendue le 13 décembre 1999. Dans l’arrêt Pelletier (1999), trois des cinq juges (dont les deux seules femmes du banc) de la Cour ont statué que la danse-contact à l’intérieur d’isoloirs, où les danseuses nues permettent aux clients de leur toucher les seins et les fesses, ne pouvait pas être assimilée à un acte indécent. La nature et le caractère des attouchements, selon les juges Arbour, McLaughlin et Major, sont conformes au « standard de tolérance de la société ». Pour les juges Bastarache et Iacobucci cependant, qui s’exprimaient en dissidence, la danse-contact constitue un acte indécent parce qu’elle se déroule dans un lieu public.

Trois mois plus tard, le 29 mars dernier, la Cour suprême des États-Unis, dans l’arrêt Erie (ville) c. Pap’s (2000) statuait qu’une ordonnance municipale qui prohibait la nudité publique, et plus particulièrement les représentations de spectacles de danseuses nues, ne portait pas atteinte à la liberté d’expression garantie par le Premier amendement à la Constitution américaine. S’exprimant pour la majorité, le juge O’Connor insistait sur le fait que les conséquences sociales, qualifiées d’effets secondaires, de ces spectacles de nudité justifiaient les limitations à la liberté d’expression. Pour le juge Scalia, « il n’est pas nécessaire de considérer les effets secondaires de ces spectacles. L’obligation traditionnelle du gouvernement de préserver la morale et la reconnaissance que les spectacles de danseuses nues sont, en soi, immoraux n’ont pas été abrogées par l’existence du Premier amendement ».

Comment expliquer ces différences ? Serait-ce que la société canadienne est plus tolérante par rapport à l’effeuillage ou à la prostitution que la société américaine ? Comment les juges distinguent-ils ce qui est moral de ce qui ne l’est pas ?

"La norme de tolérance de la société"

Au Canada, la Cour suprême appuie son raisonnement sur « la norme de tolérance de la société ». D’abord évoquée dans l’arrêt Towne Cinema (1985), cette norme postule que l’acceptation sociale d’une action dépend de ce qu’un juge estime que la société, dans son ensemble, est prête à accepter et non de ce qu’un individu en particulier serait prêt à accepter pour lui-même.

Dans le Renvoi relatif à l’art. 193 et à l’al. 195(1)c) du Code criminel (Man.) (1990), le juge en chef Lamer rappelait que ce qui est déterminant pour jauger de l’acceptabilité sociale d’une norme de conduite, c’est le critère de « la norme de tolérance de la société ». Celui-ci requiert l’analyse et la pondération de différents éléments dont les normes de tolérance admises dans la société « contemporaine », lesquelles s’apprécient en fonction de critères objectifs dont l’énonciation fait cependant défaut.

Dans Butler (1992), le juge Sopinka a examiné la signification de cette norme de tolérance sociale afin de déterminer si le matériel pornographique en cause constituait une exploitation indue des choses sexuelles au point d’être qualifié d’obscène. Adoptant un critère plus objectif que celui qu’avait adopté le juge Stewart de la Cour suprême des États-Unis qui définissait l’obscénité de la façon suivante dans l’arrêt Jacobellis (1964) : « Je la reconnais lorsque je la vois », le juge Sopinka parlait de l’effet préjudiciable du comportement pour la société. Plus forte sera la conclusion à l’existence d’un risque préjudiciable, moins grandes seront les chances de tolérance.

Déshumanisation des femmes

Dans l’arrêt Tremblay (1993), le juge Cory expliquait, au nom de la majorité, que la détermination d’un acte préjudiciable (pour reprendre le concept du juge Sopinka) procède du contexte dans lequel il s’inscrit. Cette norme peut donc varier en fonction de l’auditoire, du lieu, du contexte, des circonstances particulières examinées (consentement des participants, absence de plainte, etc.).

Ce que je m’explique difficilement, c’est la chose suivante. En 1993, dans l’arrêt Tremblay, la Cour suprême a indiqué que le fait qu’un individu se masturbe dans un endroit public en regardant une femme simuler le même plaisir constituait un acte tolérable pour la société. L’absence de contact direct et le fait que les activités se déroulent dans une résidence privée (tout de même qualifiée de publique au sens du Code criminel) justifiaient cette conclusion. En 1997, dans l’affaire Mara, la Cour suprême exprimait l’opinion unanime selon laquelle les attouchements sexuels (caresses des seins et des fesses des danseuses nues par les clients) constituaient un comportement préjudiciable pour la société en ce qu’il dégradait et déshumanisait les femmes.

La question que je me pose est la suivante : comment se fait-il que la danse-contact est apparue, deux ans plus tard, conforme à ce critère de tolérance ? Qu’est-ce qui a changé dans la société canadienne pour qu’un comportement déshumanisant ne le soit plus deux ans plus tard ? Deux ans suffisent-ils à justifier la contemporanéité d’une décision par rapport à une autre ? Au fait, quels sont donc ces critères objectifs dont parlait le juge en chef Lamer ? Amanda n’a pas compris. Et moi, non plus !

Note de Sisyphe* " La danse contact dont il est question dans cet article n’est pas la même chose que ce qu’on appelle danse contact en France, c’est-à-dire une discipline mélangeant danse et improvisation où le public et danseur se mélange pour ne faire qu’un. La danse contact est une pratique également utilisé en art thérapie". (Commentaire d’un internaute français).

Journal du Barreau, volume 32, numéro 11, le 15 juin 2000.

Sisyphe remercie l’auteur et le Journal du Barreau du Québec de l’autorisation de reproduire cet article.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1er décembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Alain-Robert Nadeau, avocat



Plan-Liens Forum

  • > Sexe, morale et interprétation
    (1/1) 7 juillet 2006 , par





  • > Sexe, morale et interprétation
    7 juillet 2006 , par   [retour au début des forums]

    Je viens de lire votre article, étant d’accord avec toute votre indignation et votre prise de décision. Je voudrais juste avoir des précisions qu’en au fait que vous parlez de l’utilisation de la danse contact en art thérapie... Et là je prends peur !! En effet, je suis art thérapeute et qui plus est, danse thérapeute et je n’ai jamais entendu parlé de ça. Je voudrais des précisions afin qu’il n’y est pas de confusions possibles.A l’heure où certains art-thérapeutes tentent de démystifier leurs pratiques et réfutent celles d’apprentis sorciers de la thérapie, cela me parait important.
    Merci d’avance et chapeau pour votre combat.

    • > Sexe, morale et interprétation
      7 juillet 2006 , par
        [retour au début des forums]

      En relisant la note de Sisyphe, vous verrez qu’il ne s’agit pas du tout de la même chose.

      Note de Sisyphe* " La danse contact dont il est question dans cet article n’est pas la même chose que ce qu’on appelle danse contact en France, c’est-à-dire une discipline mélangeant danse et improvisation où le public et danseur se mélange pour ne faire qu’un. La danse contact est une pratique également utilisé en art thérapie". (Commentaire d’un internaute français).

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin