| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 3 décembre 2011

Prostitution - Une forme de violence toujours taboue

par Diane Matte et Stéphanie Charron, pour la CLES






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Alors que la « Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence envers les femmes » est en cours depuis le vendredi 25 novembre, une forme de violence très répandue et très médiatisée continue de faire l’objet d’un tabou profond : la prostitution. Après avoir entendu Lara Roxx, lors de l’émission « Tout le monde en parle » dire haut et fort que les consommateurs de pornographie se foutent éperdument de la violence que subissent les femmes dans cette industrie, nous avons néanmoins collectivement choisi de nous taire sur ce qu’on appelle, à tort, l’industrie du divertissement. Après avoir entendu des femmes aux prises avec le stigma de « t’es rien qu’une pute », comme dans le film L’Imposture. La prostitution mise à nu d’Ève Lamont, on continue d’excuser une industrie qui carbure et s’enrichit de l’exploitation et de la domination des femmes. Jouons-nous collectivement à l’autruche ? Cette négation de la violence envers des femmes plus vulnérables n’a-t-elle pas aussi un impact sur l’ensemble des femmes et des filles ?

Une lutte récupérée

Au début des années 80, le mouvement prônant la décriminalisation de la prostitution au Canada et au Québec, dont faisaient partie les groupes membres du Comité canadien d’action des femmes, souhaitait faire disparaître la prostitution. Il voulait permettre aux femmes d’en sortir en mettant fin à la répression policière et populaire. En offrant la possibilité de faire de véritables choix, de moins en moins de femmes se retrouveraient victimes de ce type de violence. Bien que peu réaliste face au véritable intérêt de l’industrie du sexe de se « réinventer », cette approche se situait dans la lignée des luttes contre les violences envers les femmes.

Très rapidement, ce mouvement a été récupéré par une vague légitimant l’industrie du sexe. Ce lobby s’est éloigné des objectifs de lutte contre la violence envers les femmes pour se rapprocher d’une vision très « libérale » affirmant que l’industrie du sexe peut être libératrice, qu’on peut s’y émanciper et qu’après tout « ce n’est qu’un travail comme les autres ». En s’attardant à l’analyse portée par les groupes voulant décriminaliser totalement la prostitution, on remarque, entre autres, le rejet du concept de « victime ». C’est exactement là que le bât blesse.

La loi canadienne n’a jamais considéré la prostitution comme une atteinte aux droits humains des femmes, mais plutôt comme une atteinte aux mœurs de la société. La prostitution serait donc un crime sans victime. C’est commode pour l’industrie, mais cela entrave la possibilité de soutenir les milliers de femmes souhaitant sortir de la prostitution. Cela entretient aussi l’idée que les femmes sont là par choix alors que plusieurs d’entre elles, au Québec comme ailleurs, décrivent leur expérience dans la prostitution comme un continuum de violence et de manque de choix. Oserons-nous les entendre ?

Une troisième voie pour traiter de la prostitution juridiquement

En juin dernier, la Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution, dont la CLES est membre, a fait le choix d’une troisième voie et a plaidé pour une alternative aux lois prostitutionnelles qui criminalisent les femmes, dans le cadre de l’appel du jugement Bedford c. Canada rendu par la Cour supérieure de l’Ontario en septembre 2010. Nous avons rejeté à la fois la position de statu quo, défendue par les procureurs généraux du Canada et de l’Ontario, et celle des requérantes visant à invalider trois articles du code criminel, invalidation qui légitimerait les proxénètes, les clients et les propriétaires de bordels. Nous avons plutôt soutenu que la Charte, interprétée en conformité avec les obligations internationales du Canada, exige l’adoption d’une criminalisation asymétrique de la prostitution.

Il est clair que la criminalisation des personnes prostituées les punit pour leur propre exploitation par les clients et les proxénètes et, en ce sens, il s’agit d’une mesure contrevenant aux droits des femmes à la sécurité et à la liberté. Par contre, il serait illogique et contraire aux principes de justice fondamentale de décriminaliser les hommes qui exploitent la prostitution d’autrui en ayant ainsi la prétention de protéger les femmes prostituées contre ces mêmes hommes. Le danger posé au droit à la sécurité des personnes prostituées n’est pas fonction des lois qui criminalisent la prostitution, comme le prétend l’industrie du sexe. Ce danger est plutôt imputable aux clients, aux proxénètes et aux profiteurs de tout genre de la prostitution. Si l’on reconnaît que la prostitution est violente et propage un message incitant à la violence envers les femmes, il est urgent que la cour réitère que personne n’a le droit constitutionnel d’acheter et de vendre le corps des femmes à des fins d’exploitation sexuelle.

La réalité de la prostitution

Une forte proportion de femmes, dont deux des trois requérantes dans la cause précitée, sont entrées dans la prostitution alors qu’elles étaient encore adolescentes. Les violences vécues, tels que les abus sexuels, sont des évènements qui facilitent l’entrée dans la prostitution. Le fait qu’elles soient encore dans la prostitution une fois adulte ne transforme pas tout à coup leur exploitation en « choix libre et éclairé » simplement parce qu’elles ont atteint 18 ans. Il relève de la mauvaise foi que d’affirmer qu’il n’y a pas de lien entre la prostitution juvénile et la prostitution adulte. Les nombreux témoignages des femmes fréquentant notre groupe nous amène à affirmer qu’au contraire, le fait d’avoir été happée par l’industrie du sexe à un plus jeune âge, amène plusieurs d’entre elles à être convaincues qu’elles ne « méritaient et ne méritent » que ça et devient un obstacle de plus à leur sortie.

La Cour de première instance a aussi omis, comme bien des personnes défendant l’industrie, de prendre en compte la violence inhérente à la prostitution, la sur-représentation des femmes autochtones dans la prostitution et les liens existant entre la prostitution et la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle tant au niveau national qu’international. Il est tout aussi fallacieux de présenter les bordels comme des lieux sains et sécuritaires pour les femmes et d’opposer la prostitution de rue à la prostitution intérieure. Encore une fois, les femmes que nous rencontrons ne font pas la distinction. Très souvent, elles sont obligées de passer de l’une à l’autre pour une foule de raisons, mais sûrement pas pour être davantage en sécurité.

Un choix à faire

Comme société, nous sommes devant un choix. Pour sérieusement travailler à éliminer la violence envers les femmes, il faut en connaître tous les rouages et ne pas fermer les yeux sur la prostitution. Nous savons que des femmes dans l’industrie du sexe ou d’autres parlant en leur nom, affirment que leur sécurité et leur liberté dépendent de leur adhésion au fait que la prostitution est une réalité inchangeable. Qu’il n’y a tout simplement qu’à donner les moyens aux femmes prostituées pour être bien dans cette industrie. Une telle attitude nous empêche de voir et d’entendre celles, de plus en plus nombreuses, qui osent dénoncer cette industrie. Nous devons lutter contre la pauvreté et affronter l’industrie du sexe en l’accusant de participer à la violence envers les femmes. Souhaitons que la cour d’appel de l’Ontario nous en donne les moyens. Son jugement est attendu en décembre.

Diane Matte et Stéphanie Charron
pour la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 décembre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Diane Matte et Stéphanie Charron, pour la CLES



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin