| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 8 mai 2008

"Gang" de rue et prostitution
Témoignage

par Lawrence-Thierry Bernard






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Ma démarche est uniquement basée sur des principes humanistes et le simple bon sens. Je tiens à préciser que je n’ai pas d’études dans le domaine. Je suis un ouvrier de Montréal, j’ai plutôt réagi lorsque l’école, que l’une de mes filles fréquentait, m’a appelé pour me dire qu’elle était sous l’influence d’un gang de rue. Plutôt que de paniquer, j’ai décidé de comprendre. Parce que, ce qui m’a le plus étonné, c’est que j’ai toujours élevé mes filles dans le respect de leur personne ainsi que de leur condition de future femme. Alors j’ai parlé, et j’ai été étonné du nombre de personnes qui ont vécu ou connaissent quelqu’un qui a vécu cela. J’ai recherché d’ex-membres de groupes criminalisés, me disant que, de par ma condition d’homme, les hommes seraient beaucoup plus faciles d’approche pour moi. J’ai par la suite commencé à rencontrer des femmes qui ont subi de l’exploitation sexuelle. Alors, j’ai surtout rencontré des personnes qui n’ont pas reçu d’aide et qui se débrouillent comme elles le peuvent. Ce qui existe sur les marché des services sociaux ne m’a pas touché. Ou très peu. De toute façon, les demandes d’aide peuvent prendre de 6 à 8 mois avant d’être traitées... Une éternité pour une personne en situation d’exploitation sexuelle ou simplement de détresse psychologique.

Les proxénètes et les recruteurs

Je dois dire que, maintenant, je ne peux plus considérer les victimes d’exploitation sexuelle sans leurs proxénètes et leurs recruteurs. Il y a une étrange relation d’amour, de mépris et de haine entre eux. Les recruteurs (hommes ou femmes) ont pour rôle d’approcher les victimes potentielles et de les soumettre, alors que les proxénètes les exploitent, les vendent et les déplacent dans les marchés du sexe où elles seront le plus rentables. Les filles les plus rentables sont celles qui croient être volontaires ! Il faut amener une jeune femme à accepter l’idée de le faire volontairement, après elle est plus facilement manipulable. Beaucoup de proxénètes ont déjà été des recruteurs auparavant ou des prostituées elles-mêmes. Il y a des classes sociales entre les filles et celles qui s’en sortent le mieux exploitent avec mépris les autres, les considérant comme naïves, stupides ou simplement des ‘bitchs’.

Beaucoup de jeunes filles sont carrément en amour avec leur recruteur, même si ce dernier a plusieurs filles et qu’il les vend à un proxénète. La jeune femme va souvent se considérer fautive et considère le fait d’avoir été vendue comme une forme de punition. Elle croit qu’elle n’a pas été assez soumise ou être trop problématique (imprévisible). J’ai entendu l’expression "filles en fin de course" pour désigner les femmes qui sont trop brisées pour être rentables. N’oublions pas que les jeunes recruteurs font leur début en vendant leurs propres blondes... Là-dessus, j’en connais énormément.

La société, en banalisant l’exploitation sexuelle, leur rend la tâche beaucoup trop facile. Comment répliquer quand des artistes connus font la promotion de la prostitution, la qualifiant d’ouverture d’esprit ! Que des hommes et des femmes politiques parlent de légalisation de la prostitution, que des féministes parlent d’assumer leur liberté sexuelle dans la prostitution, que des fonctionnaires considèrent que c’est bon pour l’économie... Que cela attire des touristes... Que des institutions comme Loto-Québec font de la publicité hors Québec en valorisant la facilité d’accès sexuel aux Montréalaises... Que des journalistes responsabilisent publiquement les victimes qui ont le courage de se plaindre...

J’ai rencontré des victimes, des recruteurs, des proxénètes, des clients et des personnes travaillant pour et contre la légalisation. Ceci étant dit, je crois que nous assistons à une grave crise sociale, qui est hélas d’envergure mondiale. Ce milieu est incroyablement haineux, raciste et misogyne. Je dis cela à cause des discours, des modes de pensée ainsi que des actes qui tendent à justifier la situation. Les proxénètes se comportent comme des vendeurs de voiture, il leur faut différents modèles pour satisfaire à la demande. J’ai parlé à des jeunes femmes qui ont été vendues par leur amoureux à l’âge de 14, 15, 16 ans. Lorsque l’on affirme que ces femmes aiment cela, il faut souligner que beaucoup en étaient à leur première relation amoureuse. La majorité des prostituées "volontaires" à qui j’ai parlé ont connu l’inceste ou de l’indifférence parentale dans leur enfance. La pauvreté est une raison majeure qu’elles invoquent pour justifier leur choix de vie. L’autre est la drogue. Ces femmes, qui ont été réduites en esclavage sexuelle, sont marquées à vie. J’ai vu beaucoup trop de personnes profondément détruites.

J’ai approché le monde politique, et je me suis fait répondre qu’une fille de 16 ans a le droit de choisir ce métier-là, que je n’irais nulle part avec ma position abolitionniste (je ne connaissais pas l’expression à l’époque) parce que la position du Canada et du Québec est la légalisation. Je sais maintenant que plusieurs groupes de pression font front commun pour que la prostitution soit légalisée pour les Jeux olympiques de Vancouver en 2010.

La situation familiale des victimes

Pour lutter contre le phénomène, je suis convaincu que le premier terrain de bataille est la famille. Aucun parent ne tolèrera facilement la criminalisation de ses enfants ou l’exploitation sexuelle de sa fille. Les parents sont souvent débordés, isolés, abasourdis et paniqués. Ils ne savent que faire et ont besoin d’aide. Ils sonnent la sonnette d’alarme. Les services sociaux devraient mieux les écouter sans les juger. Même si la mère est toxicomane, alcoolique ou simplement pauvre. C’est ce que je veux faire.

Les cellules familiales idéales pour les recruteurs sont les familles monoparentales, et plus particulièrement la mère est responsable. Les comflits entre les parents fragilisent les enfants. La pire chose que peuvent faire les parents, c’est de parler en mal l’un de l’autre devant leurs enfants. Les jeunes subissent déjà une brisure d’identité par l’éclatement de leur cellule familiale, si en plus, ils doivent supporter les problèmes des parents, ils peuvent être amenés à rejeter leur famille ainsi que les valeurs familiales. Ils chercheront leur identité là où ils le peuvent. Les filles deviennent très vulnérables. La pauvreté qui découle souvent de la monoparentalité, le parent complètement débordé, à bout de souffle, qui fait ce qu’il peut, ne peut toujours être un support adéquat pour l’enfant ni le guider. L’enfant devient influençable, révolté et colérique. Au fond, le ou la jeune souffre d’une perte d’identité.

De plus les recruteurs veulent des filles qui ne causeront pas de problème. C’est la raison pour laquelle les filles qui proviennent de milieu plus riche seront mieux traitées. C’est elles qui passent dans les médias (pour faire la promotion du "métier"), qui font les clients riches et qui gardent la majeure partie de leurs gains. Elles ont pour rôle de faire paraître le métier "cool" et le milieu les utilise comme modèles pour les autres. De leur côté, les filles originaires de milieux pauvres sont soumises à des traitements qui dépassent l’imagination. Elles ne gardent presque rien de leurs gains et doivent se soumettre à toutes les formes de traitements, le proxénète ainsi que le recruteur se sachant protégés par l’impuissance de la famille de la jeune fille.

Lorsque la jeune femme revient à sa famille, dans bien des cas, après une séparation douloureuse (fugue, agression, accusation de toute sorte, vol, mensonge...), elle est aux prises avec des problèmes de toxicomanie, d’alcoolisme, de dépendance au jeu, de dépendance psychologique. Elle a subi des viols répétitifs et violents (les proxénètes aiment bien les mettre à leur main). Elles ont assisté à des meurtres, de la torture, lorsqu’elles n’y ont pas personnellement participé. Le prix des filles a baissé à cause de l’offre qui a grandement augmenté. Donc, les proxénètes cherchent à rentabiliser les filles en les faisant participer à divers rackets, meurtres ou trafics de drogues. Elles ont donc régulièrement des dossiers criminels ou des choses à se reprocher. Elles sont doublement victimes et influençables. Comment une famille peut-elle être préparée à recevoir une personne aussi traumatisée ? Surtout que la jeune femme a maintenant des goûts de luxes et en général des milliers de dollars de dette, souvent contractées auprès du crime organisé. De là l’idée d’une maison d’hébergement affiliée à un réseau d’hébergement québécois.

J’ai parlé à des filles tellement traumatisées que j’en suis resté moi-même marqué. Je crois qu’aucun service social ne peut répondre adéquatement à la demande... Même d’anciens proxénètes sont restés marqués à vie. Certains ont même pleuré devant moi en me racontant certaines scènes de leur vie. Que dois-je répondre à une fille qui a été enfermée dans une chambre se tapant de 14 à 20 clients par jour, 7 jours sur 7 ? À une autre qui a dû torturer sexuellement sa meilleure amie pour tourner un film vidéo porno ? À une autre encore qui a été vendue sur le marché international, et qui s’est retrouvée dans les Caraïbes, croyant avoir une vie de rêve, mais obligée de satisfaire des touristes... (Elle a été vendue adolescente et elle parle maintenant convenablement 7 langues ! Et elle n’a même pas de secondaire 5). Je suis sans voix.

En premier lieu

Je dirais qu’il faut cesser de croire qu’une victime ira se plaindre par elle-même. Elle gardera cela pour elle, principalement parce que l’abuseur la fera se sentir coupable ou responsable. Et comme la jeune femme ne veut pas être perçue comme étant une personne perverse ou simplement souillée, elle va se construire une montagne d’apparences. Je dis cela notamment pour les personnes qui ont vécu des abus sexuels, physiques ou de l’indifférence familiale. Il ne faut pas perdre de vue que l’abuseur achètera souvent le silence de l’enfant par des cadeaux ou simplement de l’affection. La victime d’abus comprendra que sa soumission sexuelle lui procurera des gains financiers ou autres et sera une victime parfaite pour les trafiquants du sexe.

En deuxième lieu

Beaucoup de parents auxquels j’ai parlé sont des mères monoparentales, des ouvriers peu salariés et surtout qui sont dans des secteurs ayant des liens avec criminalité. (Quoique je rencontre de plus en plus de parents dont le jeune a été piégé par Internet.) Par conséquent, je suggère que les services de prévention commencent à l’école. Il faut réduire le nombre d’élèves dans les classes, surtout dans les quartiers pauvres, et entraîner les professeurs à repérer les victimes. Toutes les écoles devraient être pourvues de spécialistes pour intervenir efficacement. Ce serait à ces personnes de diriger les victimes vers les services sociaux adéquats. Pas aux victimes elles-mêmes, ni à leurs parents débordés ou qui sont incapables (problèmes de drogue, d’alcool ou autres...) Il faudrait donner des cours de sexologie dans les écoles. C’est urgent ! Et ces cours devraient comporter un chapitre sur la définition entre la liberté sexuelle et l’exploitation sexuelle. Et ce dès le secondaire I ! En ce moment, à Montréal, on a des concours intitulé "Combien de filles j’ai déflorées"... et les jeunes filles sont souvent achetées à des réseaux d’exploitation sexuelle qui recrutent dans nos polyvalentes !!!

En troisième lieu

Le client veut une fille qui lui procure du plaisir. Pour cela, elle doit lui donner l’impression d’aimer ce qu’il lui fait subir. Il est important que la jeune femme joue un rôle, qu’elle travestisse ses sentiments. Si les méthodes de dressage des victimes sont diverses, il me paraît clair que certaines victimes potentielles sont clairement ciblées. Les fugueuses, les abusées et les victimes de violences familiales, ou simplement ceux et celles dont les parents divorcent. La victime parfaite est la jeune femme dépendante affective qui se valorise facilement par la perception que les autres ont d’elle ou qui se cherche une identité sociale. Plus elle est isolée, plus elle est une proie alléchante puisque sa disparition n’inquiètera personne.

De plus, nous devons nous intéresser aux habitudes de vie à éviter (consommation de drogue, de tabac, d’alcool, etc.). Car les jeunes y sont plutôt encouragés surtout au secondaire. Les compagnies de cigarettes, les groupes criminalisés se sont rendu compte qu’il était très rentable d’accoutumer les jeunes à la drogue. Alors, ils vendent dans les écoles et les "dealers" sont des jeunes. De plus, l’image de la jeunesse est souvent utilisée par les médias pour faire vendre des produits alcoolisés, de même qu’utiliser pour promulguer le libertinage sexuel ou plutôt le libéralisme sexuel. Donc, beaucoup de jeunes ont des comportements directement influencés par les médias et se soumettent à des traitements qu’ils croient normaux, alors que ces traitements sont l’effet d’une mode instaurée par l’industrie de la pornographie. Les drogues, l’alcool et le jeu sont des méthodes d’attraction et de maintien de la personne dans la prostitution et la criminalité.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 mai 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lawrence-Thierry Bernard



Plan-Liens Forum

  • "Gang" de rue et prostitution
    (1/3) 26 mai 2009 , par

  • > "Gang" de rue et prostitution
    (2/3) 7 mai 2008 , par

  • > "Gang" de rue et prostitution
    (3/3) 7 mai 2008 , par





  • "Gang" de rue et prostitution
    26 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Je suis impressionnée par cet article qui représente exactement ce que je pense. Malheureusement, chaque fois que je parle de prostitution j’ai l’impression d’être une extra terrestre.... le sujet est tabou...personne ne croit ou ne veut croire que les prostituées sont, en général, des victimes. Un ami a commencé à y réfléchir lorsque je lui ai passé le film : Trafic humain. Je connais juste une personne (ex danseuse nue)je sais que c’est peu pour porter un jugement mais ce qu’elle a endurer ne m’a pas fait rire et personne ne l’a prise au sérieux.
    J’aimerais savoir où il faudrait que je m’adresse pour trouver une association qui aide ces victimes et qui dénonce la violence. J’ai fait beaucoup de recherche et souhaite maintenant m’impliquer.
    En attendant, bravo pour l’article

    > "Gang" de rue et prostitution
    7 mai 2008 , par   [retour au début des forums]

    Très belle article fort intéressant ! Pour avoir fait des recherches sur le sujet et avoir étudier en éducation spécialisé ( et oui moi je suis du bord des dites services sociaux qui font attendre les jeunes filles.. ) je dirais que vous faites un présentation très réalistes des faits tel qu’ils sont vécu dans nos écoles et nos rues. Il serait pertinent de nommer à la fin de votre article des organismes qui peuvent venir en aide au parents et victimes. Par exemple pacte de rue, clsc... qui travail activement à aider nos jeunes !

    • Réponse à madame Karine Lavoie-Paradis
      10 mai 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjours madame Karine Lavoie-Paradis ; loin de moi l’idée de dénigrer ce qui existe déjà. Lorsque j’ai commencé à m’intéressé à la question, je ne savais pas trop comment abordé le problème. Et comme tout le monde, j’avais mon lot de préjuger et d’idée déjà toutes faites. Mais je me suis donnée dès le départ une série de contraintes et une méthode de fonctionnement bien à moi. Qui comprend en autre chose ; Ne jamais porté de jugement morales, raciaux, religieux, ou autres. Ne jamais tenir compte d’une information si elle ne venait pas de plusieurs sources disparates et qui non aucun lien entre elles. Écouter et observer. Etc. Cela ma permit de rencontré plusieurs personnes qui n’iront quand dernier recourt voir les services sociaux, policiers ou autres. De plus, je suis un ancien jeune de la rue, (entre 15 et 17 ans). Moi, dans mon cas, ce fut Pop (Le bon dieu dans la rue) Qui ma fait voir une autre réalité, ainsi que ma famille qui n’a jamais baissé les bras. (Surtout ma mère et mes grands-parents.) Donc ma vision de base de la situation est complètement différente que de celle de beaucoup d’intervenants que j’ai rencontrés.
      A votre demande, je nommerais donc ; Les CALAC qui sont très important, ainsi que les différentes maisons d’ébergement pour femme. Je remercie les quelques responsable qui mon fait confiance et mon apporter conseil et appuis dans ma démarche. Les CAVAC, qui supporte les victimes, les dirigent et les aides sur plusieurs niveaux. La Maison pour femme de LAVAL, qui n’a jamais voulu me répondre. ;-) Mais d’on j’ai beaucoup entendu parler en bien. Les AUBERGES DU CŒUR qui font un travail extraordinaire, qui est peu connu et qui ont aidée beaucoup, mais beaucoup de personnes. Les services policier de la rive nord de Montréal, dont certain en font des dépressions de voir ce qui se passe sans de pouvoir rien faire. TANDEM, qui fait ce qu’il peut avec presque pas de moyen, LA MAISON HAÏTI, qui se débat non seulement au sein de sa propre communauté, mais aussi font ce qu’ils peuvent pour aidée tout le monde. Tout c’est travailleurs invisibles que sont les travailleurs de rue, qui vivent presque tous sous le seuil de la pauvreté, (Ce n’est pas payent, d’un point de vue politique la prévention !) Et qui ont aidée un nombre important, mais inconnu de personnes. Je parlerais bien sur de vous, les travailleurs sociaux, qui n’êtes pas assez nombreux pour couvrir l’ensemble des besoins. Et aussi tous ces engagés dans cette cause social, ces bénévoles, qui triment dur à accumuler des informations, monter des dossiers, pour convaincre des décideurs politiques à enfin prendre leurs responsabilités…. Il y en a beaucoup madame à remercier. Sans compté bien sur Sisyphe, les diverses ONG…
      Ma position viens d’un long cheminement, j’ai réfléchie discuté, peser mes actions et mes positions. À chaque fois que j’ai voulut reculer, retournée à ma petite vie tranquille, quelque chose survenait, me jetant la réalité en plein visage. J’y reviens toujours.

      [Répondre à ce message]

    > "Gang" de rue et prostitution
    7 mai 2008 , par   [retour au début des forums]

    Monsieur,
    Votre message est des plus humain, il répond d’une profonde détresse que notre société de consommation profite encore plus maleureusement.
    Votre témoignage ma beaucoup ému, et je vous suis reconnaissant d’avoir fait cette démarche, par votre vécu sur ce probléme qu’est la prostitution.
    Votre message est le témoignage type à mettre dans les livres d’enseignements familiaux ou d’écoles primaires, à savoir les conséquences d’une union brisée avec enfants.

    Je suis séparé ayant un fils 17 ans vivant chez sa mére, l’autre jour,il me disait je me donne 8 jours pour me faire cette fille, je lui est répondu les êtres humains ne sont comme les préservatifs que l’on jette aprés usage, c’est pour cela qu’inconsciament je ne suis pas pour les préservatifs cela dévalorisent les rapports humains, mais je n’ai pas de solution.

    Je vous remercie de votre vécu.

    • > "Gang" de rue et prostitution
      10 mai 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour monsieur,
      Je ne souhaite mon vécu à personne. Il n’y a rien de réjouissant à être élever dans la violence, l’abus et le délaissement parental. Ça laisse des traces. J’ai aujourd’hui 40 ans, et je peux facilement dire que mon enfance ma volé 15 ans de ma vie d’adulte. (Je n’ais aucun passé criminel, n’y dossier en passant. Évitons les rumeurs destructrices.) Mais après avoir discuté avec plusieurs ex-membres de groupes criminalisés, de victimes (consentantes ou non) de l’exploitation sexuelle, je peux dire que si j’avais 15 ans aujourd’hui, je serais probablement un membre en règle, d’un gang. Et si j’aurais été de sexe féminin, je serais probablement une prostituée. Toute la question, revient dans la perception des choses.

      Le sexe du parent qui a la garde n’est que peut important dans l’éducation d’un jeune. Le problème majeur que je remarque, c’est la compétition immature entre les deux parents pour avoir l’amour du jeune. Qu’importe la raison qui a amené la séparation, le jeune doit rester la priorité des deux parents. Et non pas un médiateur entre les deux. Il est très destructeur de faire de la victimisation contre l’autre parent devant son jeune. L’amour, la confiance et le respect ; cela ne s’achète pas, ne s’impose pas ! Cela se gagne et se mérite.

      Un afro-américain ma déjà dit ; ‘L’homme qui ne porte que peut d’importance à sa propre existence, est riche de toutes les atrocités.’ C’était un ancien jeune de gang américaine. Et je pense qu’il résume assez bien tout ce qu’il y a à dire sur le phénomène. Ne lâcher pas votre jeune, faite le réfléchir sur la portée de ses actes, paroles ou pensées. J’ai aucun mérite pour être ce que je suis aujourd’hui, j’ai juste été chanceux d’être tombé sur des gents qui m’ont fait réfléchir sans me juger. Le secret est là ! Bonne chance.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin