| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 10 octobre 2010

Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Résolution contre la prostitution adoptée le 24 mai 2008

par l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







L’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF) dénonce comme criminelles les actions de ceux qui font la promotion et tirent profit de la traite et de l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants.

Résolution de l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry contre la prostitution adoptée le 24 mai 2008.

Proposée par : Les comités d’action sociale et exécutifs de l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry.

Enjeux abordés dans cette résolution :

. Réduire la criminalisation des femmes ;
. Agir pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes ;
. Favoriser l’équilibre des sexes dans les réactions du système de justice pénale en vue de promouvoir une véritable égalité des femmes.

Fondement de la résolution :

Attendu que l’ACSEF a pris position sur la prostitution il y a plus de 20 ans et qu’à cette époque, nous avons simplement adhéré à la décriminalisation. Notre position d’alors prônait l’élimination de la criminalisation des femmes. Bien sûr, nous sommes toujours de cet avis, mais cette position nous semble aujourd’hui incomplète si nous omettons de nous prononcer contre la légalisation et en faveur du droit à une aide sociale adéquate et/ou à un revenu minimum garanti comme étant des droits de la personne fondamentaux ; et

Attendu que de précédentes tentatives d’aborder la nature genrée de la criminalisation des femmes qui sont prostituées ont résulté en un langage neutre quant à la discrimination sexiste qui continue de criminaliser et d’envoyer des femmes en prison pendant que des hommes sont détournés vers des écoles pour « clients ». Nous proposons donc d’examiner la prostitution à travers les yeux des femmes ; et

Même si une minorité de femmes qui sont prostituées se sont prononcées en faveur de la légalisation, cette position n’est pas généralement celle de la majorité des femmes dans les régions et les États nations où le commerce du sexe a été légalisé. La majorité des femmes prostituées disent plutôt vouloir échapper à cette « industrie », mais gardent le silence. La prostitution est une institution systématiquement discriminatoire envers les femmes, les jeunes, les pauvres et les groupes subordonnés en raison de leur ethnie. La prostitution ne peut pas être rendue plus sécuritaire ou légèrement « améliorée » par la légalisation ou la décriminalisation (Raymond, 2003). Comme l’indique Farley (2004), le commerce du sexe et la traite des personnes sont une institution particulièrement vicieuse d’inégalité entre les sexes ; et

Attendu que le Comité permanent multipartite de la condition féminine a déclaré en 2007 que, « la généralisation de la traite des femmes et des enfants, dans le commerce du sexe à l’échelle mondiale » est « une catastrophe de droits humains qui atteint des proportions gigantesques … et que … pour la majorité des nations de la planète, depuis les plus hauts échelons du pouvoir politique jusqu’à celui du policier sur le terrain, ce dossier n’est toujours pas considéré comme prioritaire » (2007, p. 5) ; et

Attendu que « en réduisant les femmes à une marchandise susceptible d’être achetée, vendue, louée, appropriée, échangée ou acquise, la prostitution affecte les femmes en tant que groupe. Elle renforce l’équation archaïque et machiste entre femme et sexe, réduit les femmes à une humanité moindre et contribue à les maintenir dans un statut inférieur partout dans le monde… la légalisation des marchés du sexe, renforce les activités de proxénétisme et celles du crime organisé, mais surtout, elle légitime l’inégalité entre les hommes et les femmes » (Poulin, 2006) ; et

Attendu que les centres anti-viol de l’ACCCACS ont convenu que, pour empêcher les femmes d’être prostituées, nous avons de toute urgence besoin d’un revenu minimum garanti … de mesures policières efficaces de lutte contre la violence envers les femmes, de poursuites plus énergiques contre les agresseurs et d’un meilleur accès aux tribunaux, de l’élimination des mesures de diversion pré-audition dans les procès d’hommes ayant violenté des femmes. Nous devons reconnaître et affronter la nature raciste et colonialiste de la plupart des violences faites aux femmes, y compris la prostitution, et nous devons exercer des pressions en faveur de processus de paix internationaux, de résolutions aux revendications territoriales, de changements aux politiques sur l’immigration et à notre exploitation du tiers monde pour intervenir face au fait que la majorité des femmes et des enfants victimes de la traite sont motivés par la pauvreté et la dégradation environnementale de leurs pays d’origine, y compris les réserves (ACCCACS 2007) ; et

Attendu que les femmes autochtones du Territoire occupé salish de la Côte défendent les intérêts de celles dont les voix n’ont pas été entendues dans les discussions au sujet de la prostitution et des bordels légalisés pour les Jeux olympiques de 2010, l’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la légalisation des bordels pour les dits Jeux olympiques. Elles déclarent notamment :

« Nous ne voulons ni devenir des produits marchands pour ce qu’on appelle « l’industrie du sexe », ni offrir aux touristes sexuels nos soeurs et nos filles, comme autant d’objets jetables après usage. L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la légalisation de la prostitution comme à toute réglementation de la prostitution par l’État qui contribue à ancrer les femmes et les enfants autochtones dans ce qu’on appelle le « commerce du sexe ». Nous soutenons que le fait de légaliser la prostitution à Vancouver ne rendra pas celle-ci plus sécuritaire pour les personnes qui sont prostituées ; cela ne fera qu’accroître le nombre de ces personnes. Contrairement à ce qu’en disent présentement les médias, les données existantes indiquent qu’une telle mesure serait en fait nuisible : elle multiplierait la prostitution, encouragerait la traite et ne servirait qu’à rendre la prostitution plus sécuritaire et plus profitable pour les hommes, ceux qui exploitent et causent préjudice aux femmes et aux enfants que l’on prostitue. Même si beaucoup de personnes bien intentionnées pensent que la décriminalisation se résume à protéger de l’arrestation les femmes prostituées, cette réforme comprend également une dangereuse décriminalisation des clients et des proxénètes. C’est ainsi que la prostitution est normalisée, les clients se multiplient, et les proxénètes et trafiquants finissent par être perçus comme des entrepreneurs légitimes. Nous disons « Non ! » à cette insouciance face au sort des femmes et enfants que marginalise cette industrie qui voudrait en faire de simples objets de consommation ! »

Un modèle de « réduction des méfaits », qui prétend aider les femmes prostituées en les repoussant derrière des portes closes dans des bordels légalisés, échouera non seulement à réduire les torts faits à ces femmes, mais il aura pour effet de déguiser les véritables problèmes. Il n’existe aucune preuve que la prostitution pratiquée à l’intérieur soit plus sécuritaire pour les femmes impliquées. En fait, cette prostitution est tout aussi violente et traumatisante. La prostitution est violente en soi, c’est le prolongement de la violence que la plupart des femmes prostituées ont vécu dans l’enfance. Nous ne devons pas nous contenter d’une simple réduction de ce méfait - comme s’il s’agissait d’un mal nécessaire et/ou inévitable - mais viser plus haut et nous efforcer de l’abolir complètement. Les personnes qui font la promotion de la prostitution parlent rarement des facteurs de classe, de race ou d’ethnicité qui rendent les femmes encore plus vulnérables. On pourrait rédiger tout un traité au sujet de la vulnérabilité des femmes autochtones basée sur notre race, notre condition socioéconomique et notre genre : il suffit de rappeler à quel point nous sommes surreprésentées dans la prostitution de rue. On peut même déceler un préjugé de classe dans la conviction que la prostitution de rue est bien pire que les formes de prostitution pratiquées derrière des portes closes. Ce n’est pas la rue en soi - ou l’existence des lois, en fait - qui est la source du problème, mais bien la prostitution elle-même, dont l’exploitation dépend de l’existence d’une sous-classe ou d’une caste dégradée de femmes. Un facteur important du peu d’attention accordée aux femmes qui ont disparu à Vancouver est l’absence d’intervention policière et la conviction sociale insidieuse que ces femmes ne méritaient pas de protection, un message communiqué de façon explicite aux clients, qui leur donne le feu vert pour traiter ces femmes avec impunité.

Si nous voulons protéger les plus vulnérables des femmes, nous pourrions commencer par décriminaliser les femmes prostituées, plutôt que les hommes qui leur font du mal. Même si personne n’y fait allusion dans la couverture médiatique locale, l’approche suédoise en matière de prostitution offre un exemple que nous devrions sérieusement envisager. On y criminalise seulement l’achat du sexe, et non sa vente ; on cible le client, le proxénète, l’entremetteur et le trafiquant, plutôt que la femme prostituée. Et on offre toute une gamme de services sociaux pour aider les femmes à quitter la prostitution. Compte tenu que la très grande majorité des femmes prostituées souhaitent échapper à la prostitution, nous devons surtout travailler à trouver des façons pour les aider à le faire, plutôt que de les ancrer encore plus dans la prostitution en la légalisant et en l’institutionnalisant. Ici, à Vancouver, si nous voulons aider les femmes qui sont le plus dans le besoin, les jeunes femmes autochtones, il serait utile de penser à plus long terme, de mettre davantage l’accent sur la guérison et la prévention. Évitons-nous la gaffe d’une pseudo-solution qui ne serait même pas un bandage superficiel, qui viendrait plutôt aggraver nos blessures. (AWAN, 2007) ; et

Attendu que des détenteurs d’intérêts commerciaux, dans des villes comme Vancouver, Toronto et Montréal, s’allient à d’autres hommes d’affaires partout dans le monde qui réclament la création de quartiers voués à la prostitution, que des pays entiers, comme la Thaïlande, ont été transformés en immenses zones d’exploitation sexuelle, et que le gouvernement du Canada subit d’énormes pressions pour créer ici des conditions semblables ; et

Attendu que l’expérience de Victoria, en Australie, où la prostitution a été décriminalisée et légalisée, révèle que la légalisation n’a réussi à atteindre aucun de ses objectifs, mais que, comme les actions en bourse du plus important bordel de Melbourne ont rapidement fourni un des meilleurs rendements sur le marché, le gouvernement continue de soutenir la réglementation de la prostitution et persiste à la caractériser comme une industrie pouvant être réglementée comme n’importe quelle autre. La légitimation de la prostitution à Victoria a créé une culture de la prostitution dans l’ensemble de l’État, et il est devenu acceptable pour les hommes de Victoria d’acheter des femmes pour leur gratification sexuelle. La légalisation n’a rien fait pour les femmes prisonnières de ce système d’exploitation. La légalisation de la prostitution comme « travail » a simplement contribué à normaliser la violence et l’exploitation sexuelle que vivent les femmes sur une base quotidienne, (Farley, 2004) ; et

Attendu que le gouvernement canadien reconnaît que la vaste majorité des personnes trafiquées sont des femmes et des enfants et que 92 % des victimes le sont à des fins d’exploitation sexuelle. Une bonne part des femmes et des enfants trafiqués à l’intérieur et autour du Canada sont réduites en esclavage, terrorisées et violentées, et on estime que l’impact économique de la traite de personnes migrantes au Canada se situe entre 120 et 400 millions de dollars par année et touche entre 8 000 et 16 000 personnes arrivant illégalement au Canada à chaque année (Étude d’impact du crime organisé, Solliciteur général du Canada) ; et

Attendu que des recherches effectuées dans le quartier Downtown East Side à Vancouver montrent que la plupart des hommes qui achètent des femmes prostituées dans le quartier le plus pauvre du Canada – femmes dont bon nombre sont autochtones et dont la plupart affirment qu’elles arrêteraient immédiatement de vendre leur corps si elles avaient d’autres moyens de gagner leur vie – peuvent en fait se permettre d’acheter des femmes à des fins de services sexuels dans des agences d’escortes et des salons de massage. En somme, les hommes ont assez d’argent pour acheter des services sexuels dans un lieu sécuritaire et propre, mais ils en décident autrement. La recherche montre que les hommes n’achètent pas réellement des services sexuels mais bien plutôt la capacité de dégrader et de violenter des femmes. Robert William Pickton avait de l’argent. Il avait la capacité d’acheter des services sexuels dans des agences d’escortes mais, contrairement aux affirmations d’exploitants d’entreprises et de défenseurs des libertés civiles, il voulait en réalité dégrader, torturer et tuer des femmes poussées dans la prostitution depuis l’enfance et caractérisées comme ayant fait un choix de carrière à l’atteinte de leur majorité, (Culhane, 2003) ; et

Attendu que la Charte canadienne des droits et libertés garantit la liberté et la sécurité de la personne, ces garanties sont des droits fictifs si nous ne faisons rien pour nous assurer de mettre un terme à l’exploitation actuelle, qui confronte toute femme à la nécessité de « devoir être pénétrée pour avoir accès à de la nourriture ou un logement ». (Kler, 2007).

Résolution :
Il est par conséquent résolu que l’ACSEF s’unisse à d’autres organisations féministes et groupes de femmes en quête d’égalité et ayant une expérience concrète pour exiger la décriminalisation des femmes qui sont prostituées, trafiquées ou autrement exploitées ou objectifiées dans et par le commerce du sexe ; et

Il est en outre résolu que toutes les femmes doivent bénéficier du droit humain fondamental de vivre de l’abri du besoin, dans de bonnes conditions de vie (par l’aide sociale ou un revenu minimum garanti), et de services sociaux, de services de santé et de possibilités d’instruction ; et

Il est en outre résolu que l’ACSEF continue à dénoncer comme criminelles les actions de ceux qui font la promotion et tirent profit de la traite et de l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants.

Traductrice : Michelle Briand

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 octobre 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin