| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 3 juin 2005

Narco-prostitution de rue et vie de quartier
Environ 150 prostituées tiennent un quartier en otage

par L’ARRFM






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Mémoire déposé au Sous-comité de l’examen des lois sur le racolage du Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile de la Chambre des communes.

Montréal, le 16 mars 2005

L’Association des résidants et résidantes des Faubourgs de Montréal (ARRFM).

L’ARRFM regroupe deux cents résidants et résidantes des districts de Saint-Jacques (sauf le Vieux-Montréal qui a sa propre association de résidants) et de Sainte-Marie, de l’arrondissement Ville-Marie de la ville de Montréal. Les membres qui sont obligatoirement des résidants et des résidantes sont engagés dans leur quartier au niveau des écoles, des garderies, de l’embellissement des parcs, des rues et des ruelles.

L’ARRFM a été fondée en avril 2000 par des résidants qui se sont élevés à l’hiver 1999-2000 contre le projet pilote de déjudiciarisation de la prostitution de rue tel que proposé par la ville de Montréal pour les districts de Saint-Jacques et de Sainte-Marie.

Ce projet avait été développé par la ville et des groupes communautaires sans consultation des résidants et des commerçants qui ont dû se battre pour obtenir tout au plus des réunions d’informations.

Face à la grogne populaire et à la faiblesse argumentaire de sa justification, la ville a dû le retirer en catastrophe en mars 2000.

Cette expérience constitua une bonne leçon pour les résidants et les résidantes qui se sont donné une voix pour :

- Représenter ses membres aux diverses tribunes publiques : Conseil d’arrondissement, Conseil de ville, Commission de la sécurité publique, Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de Montréal (anciennement Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre), Comité montréalais sur la prostitution de rue adulte, Table d’aménagement du Centre-Sud, Table de concertation du Faubourg Saint-Laurent, etc ;
- Faire reconnaître et valoriser la fonction et le caractère résidentiel du quartier ;
- Identifier les enjeux prioritaires ;
- Proposer des solutions aux problèmes de narco-prostitution de rue, de toxicomanie galopante, de bruit et de circulation qui affligent notre quartier ;
- Proposer et promouvoir les actions favorisant l’amélioration de la qualité de vie résidentielle.

Préambule

- Dans ce mémoire les termes prostituées et narco-prostituées s’appliquent autant aux hommes qu’aux femmes. À notre avis le terme travailleurs du sexe ne fait que banaliser une réalité qui est loin de l’être. Il appartient plus à la langue de bois bureaucratique et est déconnecté du sens commun des termes partagés par la majorité de la population.
- Le contenu de ce mémoire témoigne de l’expérience concrète de résidants et résidantes dans un quartier où sévit intensément le racolage sur le domaine publique pour fin de prostitution. Afin d’illustrer notre propos, nous citons les témoignages de résidants et de résidantes.
- Nous tenons à signaler que ce mémoire se limite au phénomène de la prostitution de rue et de ses impacts dans les quartiers résidentiels.

Quelques observations sur le racolage et la prostitution de rue

- La prostitution de rue dans notre quartier est intimement liée à la vente et à la consommation de drogues dures.
- Le nouveau proxénète est le pusher (ou revendeur de drogue).
- Les résidants et les résidantes victimes de la prostitution de rue (outre les personnes prostituées elles-mêmes) hésitent à porter plainte, craignant les représailles du milieu prostitueur, réputé pour sa violence.
- Il faut tenir compte que, dans une forte proportion, les prostituées de rue sont des toxicomanes et que la vente de stupéfiants est contrôlée par le crime organisé. L’argent gagné par les prostituées ne reste pas longtemps dans leurs mains : 20$ pour une fellation est vite transformé en une dose de cocaïne ou de crack.
- La narco-prostitution de rue a généralement lieu dans les quartiers défavorisés et ce sont donc les personnes les plus démunies qui sont aux prises avec ses impacts.
- La clandestinité ne rend pas la narco-prostitution de rue violente, elle l’est par sa nature même. La rue où elle s’est installée devient violente, le monde de la drogue est violent, le crime organisé est violent et les clients sont violents. Que le racolage sur la rue soit légal ou non, cela ne changera rien à la violence de la narco-prostitution de rue.
- Les narco-prostituées n’hésitent pas à racoler devant les écoles, les garderies, les parcs et les lieux de culte. La prestation de service sexuel se fait trop souvent sur place.

Les impacts du racolage dans un quartier résidentiel

Impacts sur les femmes du quartier et/ou les femmes qui fréquentent le quartier :

- Pour les clients qui entrent dans une zone réputée pour la présence de prostituées de rue, chaque femme est une prostituée potentielle, peu importe sa tenue ou son allure, peu importe l’heure du jour ou de la nuit. Il n’est donc pas possible de sortir dans la rue et de marcher tranquillement, encore moins d’attendre quelqu’un au coin de la rue sans qu’un automobiliste s’arrête et demande « c’est combien ? ». Souvent le client insiste. Si la femme est une jeune fille d’une quinzaine d’années (ou moins), le client s’arrête de la même manière. Un soir, je discutais avec un ami devant chez lui, une voiture s’est arrêtée à notre niveau et le conducteur a demandé : « C’est combien pour la fille ? » (Agnès, mère de famille)
- « Etre une femme dans un quartier où des prostituées racolent signifie marcher vite, baisser la tête, essayer d’être transparente. Quand je circule dans la rue, je fais bien attention de marcher vite et de regarder par terre, je n’ai pas envie de me faire embêter ». (Yolaine).

Impacts sur les enfants et les familles du quartier

- Les enfants qui habitent les quartiers ciblés ou qui les fréquentent voient des jeunes femmes ou des jeunes hommes dans des tenues que l’on pourrait qualifier de pornographiques. Par exemple : sans sous-vêtement et une jupe qui ne couvre pas les fesses, la poitrine exposée, le corps nu « drapé » de lanières de cuir, et même la nudité complète.
- Les enfants se font une idée fausse des rapports homme/femme. « En face des HLM, les petites filles de 12 ans jouent à celle qui va pogner le plus d’autos qui s’arrêtent pour leur demander de monter ». (Linda).
- Les parcs sont jonchés de préservatifs et de seringues, parfois même les enfants y sont interdits de séjour. « Un dimanche matin, j’ai vu le pusherqui était avec 2 filles demander aux enfants qui jouaient dans le parc de déguerpir ». (Réal).
- Même les espaces privés sont touchés. « L’autre jour mon chum sort pour prendre l’auto qui était stationnée sur le côté de la maison, une fille était en train de faire une fellation sur le capot, il a crié et elle a dit « oh ! les nerfs, j’achève !!! » ( Blandine).

Impacts sur la vie économique et la vie de quartier

- Les quartiers aux prises avec la narco-prostitution de rue et le racolage sur le domaine public sont jugés non sécuritaires. Les citoyens ne sont donc pas intéressés à y installer leur famille ou leur commerce. Le développement économique en pâtit donc.
- Plus de 120 commerçants de la rue Ontario (soit la presque totalité des commerces entre la rue Berri et la voie ferrée) ont signé une pétition demandant aux autorités d’intervenir pour faire cesser les activités de vente de stupéfiants et de prostitution sur la rue. « Parfois, je vois des clients qui s’attardent devant la vitrine de mon commerce, une prostituée arrive, l’aborde en lui demandant ce qu’elle peut lui faire. Le client en général se sauve et bien entendu ne rentre pas dans le commerce. » (une commerçante de la rue Ontario).
- Les clients motorisés à la recherche de prostituées de rue tournent sans relâche dans les quartiers cibles jusqu’à ce qu’ils trouvent une prostituée. Ils génèrent ainsi une intense circulation automobile dans des rues résidentielles. Devant le Centre de la petite enfance "La Sourithèque", rue Saint André, tous les matins (sans compter les nuits !), des prostituées racolent alors que les familles, les parents et leurs enfants arrivent. Le panneau arrêt situé devant l’établissement est à peine remarqué. Le carré formé par les rues Saint-André, Robin, Saint-Timothée et Ontario, est idéal pour les véhicules qui tournent en cherchant une prostituée.
- Les actes sexuels ne sont pas consommés entre quatre murs mais dans la rue, les parcs, les véhicules, les ruelles, les entrées charretières, les cours privées… « En plein après midi, mon fils a stationné son auto dans notre stationnement, il n’a pas fait attention qu’il bloquait une automobile stationnée là, lorsque j’ai regardé par la fenêtre, j’ai vu qu’il y avait au volant un homme en train de se faire faire une fellation. Nous avons appelé la police (une commerçante) ».
- Les jeunes familles quittent le quartier. Les 5 écoles primaires et l’école secondaire voient leur survie menacée. « Maintenant que Y. va à l’école, nous partons de ce quartier, ce n’est plus possible de vivre avec les putes et les prédateurs. En plus on se fait toujours menacer si on les regarde ». (Sylvie).

Faut-il modifier la loi sur le racolage de rue ?

D’après l’expérience vécue dans notre quartier, et le large consensus qui se dégage chez les membres de l’ARRFM, la réponse est NON.

Narco-prostitution de rue et vie de quartier sont incompatibles. De par leur gravité, les impacts du racolage sur la rue et la pratique de la prostitution dans les espaces publics sont incompatibles avec une qualité de vie résidentielle. Il est impossible d’ignorer que narco-prostitution de rue rime avec toxicomanie et avec crime organisé.

Il est, à notre avis, extrêmement ardu, voire impossible, d’organiser le travail des narco-prostituées de rue (secteur délimité, nombre, bonnes pratiques…). En effet, celles-ci sont pour une grande majorité des personnes aux prises avec de graves problèmes de toxicomanie et sont d’ailleurs en général exclues des autres formes de racolage (agences d’escortes, petites annonces, salons de massage…). Ou elles s’en excluent elles-mêmes car cela est trop contraignant.

Ce que nous avons appris de notre participation au Comité montréalais sur la prostitution de rue adulte

Nous partageons les trois axes d’orientations du Plan d’action stratégique montréalais sur la prostitution de rue/adulte adopté par la ville de Montréal et l’agence.

Axe 1 : Amélioration des conditions de vie (matérielles, économiques, sociales) des prostitués-es
Axe 2 : Accès à des soins de santé et à des services sociaux adaptés par la mise en place de continuum de services
Axe 3 : Amélioration de la qualité de vie des quartiers concernés par la prostitution de rue

Les prostituées de rues sont plus des victimes que des criminelles.

Le rôle du crime organisé qui se profile derrière la narco-prostitution de rue est toujours occulté.

Nous croyons que certains organismes communautaires sont voués à la défense des droits des prostitué/es. Ils ne cherchent pas à les aider à se sortir du milieu prostitutionnel.

L’aide à la réinsertion sociale et à la désintoxication est inexistante la plupart du temps.

Les responsables des organismes ne résident pas dans le quartier où se déroule le racolage et la prostitution de rue. Ils ne démontrent pas de sensibilité aux problèmes vécus par les résidants et les résidantes à qui ils ne doivent d’ailleurs aucun compte.

La réduction des méfaits et l’empowerment sont les « buzzwords » des groupes communautaires qui se sont auto-proclamés experts incontestables en matière de prostitution, de toxicomanie et prévention du VIH/SIDA.

Les groupes communautaires ne rendent de compte qu’à leur bailleur de fonds et à leurs membres. La communauté au sens large est ignorée. Chaque groupe communautaire voit ses arbres et ignore la forêt.

Les études, la documentation, et d’une façon générale, la connaissance des caractéristiques de la demande (les clients) de services de prostitution, est quasi inexistante alors qu’elle fait partie intégrante du phénomène.

Il n’existe pas d’organismes et ou de programmes visant à venir en aide aux clients.

Environ cent-cinquante prostituées tiennent notre quartier en otage.

Nos connaissances découlant du projet Cyclope

Le projet Cyclope est un programme que le Service de police de la ville de Montréal a créé suite à l’initiative de résidants qui ont affiché sur des poteaux de téléphone les numéros de plaques d’immatriculation et la description des clients de prostituées.

Le programme consiste à fournir à la police le numéro de plaque, la description du client et du véhicule ainsi que les circonstances de la sollicitation (date, heure, lieu, etc.).

Le service de police valide l’information et communique avec le client pour lui signaler que son geste va à l’encontre de l’article 213 du code criminel, que les résidants sont excédés par ce comportement et qu’il risque l’arrestation ou des problèmes de santé.

Après plus de 1 600 rapports validés, on constate que :

- le taux de récidive des clients contactés est de 1,5% ;
- la provenance des clients est à 95% de l’extérieur du grand Centre-ville ;
- le nombre de clients a considérablement baissé.

Nos connaissances découlant d’autres sources

Les ouvrages de Yolande Geadah, Richard Poulin et Rose Dufour, soulèvent parmi nos membres des questionnements sur la prostitution hors du domaine public.

Selon ces auteurs la prostitution ne relève pas d’un choix personnel.

L’âge d’entrée est d’environ 14 ans.

La prostitution est reliée à la traite des femmes et des enfants.

Réglementer la prostitution (autrement dit : la permettre sous certaines conditions) ne contribue pas à réduire le phénomène, au contraire.

Le trafic des corps ne saurait se comparer au trafic de l’alcool ou des drogues : la marchandise dans le cas de la prostitution, ce sont des femmes et des enfants (de jeunes hommes dans une beaucoup moins grande mesure).

Recommandations

Toute modification aux lois sur le racolage devra permettre :

1) D’améliorer la qualité de vie des résidants des quartiers au prise avec la prostitution de rue ;
2) de réduire la violence des clients envers les prostitués ;
3) de réduire la violence des revendeurs de drogue envers les prostitués ;
4) de contribuer à dissocier le crime organisé de la prostitution ;
5) de réduire l’entrée des mineures dans la prostitution ;
6) de pénaliser les clients.

Le Sous-comité se doit d’examiner de près l’expérience suédoise.

La prostitution de rue est sans doute inévitable, comme le sont plusieurs phénomènes sociaux indésirables. Contribuer à sa mise en valeur et à son organisation est inacceptable.

Mémoire préparé par : François Robillard, Agnès Connat, Marie Gaudrau, René Chabot, Luc Belhomme, Lise Béland, Roland Vallée

- Télécharger le document en format PDF.
- Site de l’Association des résidants et résidantes des Faubourgs de Montréal.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 mai 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

L’ARRFM



Plan-Liens Forum

  • > Narco-prostitution de rue et vie de quartier Rue Ontario Montréal
    (1/3) 2 octobre 2006 , par

  • > Coin panet ontario quartier général des travestis
    (2/3) 16 novembre 2005 , par

  • Cynique théâtre ambulatoire
    (3/3) 25 mai 2005 , par





  • > Narco-prostitution de rue et vie de quartier Rue Ontario Montréal
    2 octobre 2006 , par   [retour au début des forums]

    La prostitution, la vente de drogues la délinquance envahissent notre rue et le quartier. Les groupes sociaux étant regroupés sur la rue Ontario favorisent la dégradation de la rue et la vie de quartier.
    À partir du moment ou les organismes sont installées ; on nous indique que la clientèle s’y trouve et une raison de plus pour que d’autres organismes sociaux viennent les rejoindre.
    Plusieurs quitteront le quartier puisque que c est de pis en pis.
    J y habite depuis 4 ans et je vois quelques petites améliorations ( bacs à fleurs)suivi d’une dégradation les fleurs constaments arrachées.
    Il devrait avoir un congé de taxe afin de supporter cette vue et la vie de quartier médiocre que la ville nous offre.
    Sinon je quitterai le quartier. Comme les autres qui l on fait ou vont le faire.
    Ceux qui disent que LES PROSTITUÉeS FONT PARTI DU DÉCOR ; Faites-les monter dans votre voiture et laissez devant chez vous 24 heures. La clientèle viendra et vous allez peut-être comprendre !
    Bien sûr il est facile de quitter le quartier et d’autres qui suivront seront insatisfaits ; Un investisseur à droit la quiétude aussi !

    > Coin panet ontario quartier général des travestis
    16 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Chaque nuit et cela 365 jours par année entre les rues champlain et Plessi sur le rue Ontario, il y a des travestis qui viennent racoller les clients. Souvent elles (ils) sont en plein milieu de la rue decolter jusqu au nombril. Selon les policiers les travestis ne font pas de mal à personne et ne prennent pas de drogue. C est faux plusieurs donne les contact aux clients qui arrêtent et même certaines echangent directement la drogue aux clients.

    Observations pour la clientèle des travestis. Ce sont des clients qui se mastubent en conduisant et tournent dans le quartier pendant des heures avec leur voiture et losqu ils sur le point de jouir font appelle rapidement à une bouche de travestis.

    On appelle plus cela travailleuse du sexe on appelle trou pour une clientele vraiment indésirable.

    Immaginez la pollution de tous ces clients qui viennent dans le quartier la nuit.

    Cynique théâtre ambulatoire
    25 mai 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je suis bien d’accord avec vos arguments ; spécialement en ce qui a trait aux communautaires qui devrairent avoir pour mission première de les sortir de la rue et non de les y garder...

    Il faut interpeller la Régie Régionale, celle-ci pelte tout cela chez les communautaires sans leur demander de rendre des comptes. 

    Et où est la prévention ?

    On banalise à tel point qu’on a droit actuellement sur la rue Ontario, à un théâtre ambulatoire sur la prostitution du centre-sud. Triste et pauvre démonstration de ce qui se passe supposément. La grosse misère. Le quartier est maintenant encore plus étiquette à la pire forme d’abus des femmes de la rue.. .drogue et misère.

    Le tout sous le chapeau du Théatre des Amériques, avec une subvention d’Ottawa et l’assentiment de l’arrondissement Ville-Marie. C’est à n’y rien comprendre.

    Paul Boyer


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin