| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 15 février 2011

Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde

par la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Le 28 septembre dernier, la Cour supérieure de l’Ontario a répondu à une requête de trois femmes souhaitant décriminaliser totalement la prostitution au Canada. La réponse donnée par la juge Susan Himel pose d’énormes questions et nécessite un débat et une réflexion en profondeur dans la société canadienne et québécoise.

Les changements au Code criminel canadien dans les articles touchant la prostitution découlant du jugement Himel sont les suivants :

Article 210 concernant la tenue de maison de débauche :
Élimination totale de cet article

Article 212 touchant le proxénétisme :
Élimination de l’alinéa concernant le fait de vivre de la prostitution d’autrui mais maintient des articles sur le proxénétisme forcé (le fardeau de la preuve est sur la victime du proxénète de démontrer qu’il a utilisé la force pour l’amener à accepter de l’argent contre des actes sexuels)

Article 213 touchant la sollicitation :
Élimination de l’alinéa sur la sollicitation à des fins de prostitution mais maintient des alinéas criminalisant le fait de nuire à la circulation des piétons ou des voitures lorsque l’on sollicite, ce qui a pour effet de permettre la criminalisation des femmes les plus marginalisées qui ne prennent pas toujours la peine d’être discrètes…

Le Canada, comme bien des pays à travers le monde, n’a jamais traité la prostitution comme étant un problème d’égalité entre les femmes et les hommes. Au contraire, ce que les gouvernements successifs ont cherché à « protéger » au fil des ans, c’est la moralité des jeunes hommes contre les femmes de mauvaise vie, c’est la santé publique plus souvent celle des clients que des femmes dans la prostitution. Ou encore, on veut protéger les communautés souffrant le plus directement des « nuisances » de la prostitution de rue (bruit, condoms et seringues souillés, harcèlement, circulation accrue, etc.). Le Code criminel canadien actuel est loin d’être satisfaisant et il est urgent de le changer. Il sert essentiellement à criminaliser les femmes (en premier lieu les plus vulnérables qui sont dans la rue) et à maintenir l’ « ordre public » sans jamais questionner l’existence de la prostitution dont la source première est la demande sexuelle des hommes.

Cependant, les changements proposés par le jugement Himel ne constituent pas une réponse adéquate. Ces changements auront une incidence sur la société et sur les femmes tout particulièrement. Voici cinq bonnes raisons de rejeter ce jugement et d’exiger que le gouvernement canadien adopte le modèle scandinave qui place l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur de son action pour contrer la prostitution et non seulement réduire ses « méfaits ».

1- Parce que je prône l’égalité entre les femmes et les hommes
2- Parce que je suis contre une visée capitaliste de la société où tout se marchande
3- Parce que je crois à l’égalité des chances pour toutes les femmes
4- Parce que je suis contre une simple approche de réduction de la prostitution
5- Parce que je crois en la prévention comme remède à l’impuissance

_________________________

1. Parce que je soutiens l’égalité entre les femmes et les hommes

Au-delà de quatre-vingt-dix pour cent (90%) des personnes dans la prostitution sont des femmes et quatre-vingt-dix pour cent (90%) des personnes qui achètent des actes sexuels sont des hommes (peu importe si ce sont des femmes ou des hommes qui sont consommés). Peut-on s’attarder à cette équation ? Cette division sexuelle n’est pas un hasard de la vie ! Il y a deux raisons majeures à cela :

    I. Les inégalités économiques et sociales auxquelles plusieurs femmes sont confrontées : salaires moindres, dépendance économique et affective envers un homme, choix professionnels plus restreints, plafond de verre limitant leur ascension professionnelle, sexualisation de l’espace public, messages sexistes tels « Ton pouvoir c’est ton pouvoir de séduction et tu es bandante….sers-toi en ! » etc. Ajoutez-y les idées reçues ou messages entendus dans votre entourage ou dans les médias ;
    II. La fausse croyance « biologique » que les hommes ont besoin d’exutoire pour une libido incontrôlable et que les femmes doivent répondre à ce supposé besoin alors que la sexualité masculine, tout comme celle des femmes, est conditionnée sociologiquement et culturellement.

Le jugement Himel reconnaît qu’il y a un problème avec la prostitution, mais nous dit que ce n’est pas à la justice de régler cela. C’est vrai. C’est à la société d’exiger de l’État que toutes politiques menant ou maintenant les femmes dans la pauvreté et la dépendance économique soient rejetées. C’est à nous d’agir : en refusant de consommer des corps de femmes, en demandant le retrait des publicités sexistes et le retour des cours d’éducation sexuelle dans les écoles pour que la sexualité fasse partie des sujets enseignés et non cachés, en optant pour l’égalité entre les femmes et les hommes.
Mais pourquoi la juge Himel n’a-t-elle pas renvoyé la balle à l’État ? À quel rôle de la justice pensait-elle lorsqu’elle a proposé de rayer des parties des articles du code criminel concernant la prostitution et de refuser de prendre en considération la question de l’égalité sociale ?

Peut-on parler de liberté et de sécurité sans parler d’égalité ?

La liberté de qui ce jugement protège-t-il au juste ? Celle des femmes qui sont achetées ou des hommes qui veulent acheter des corps ?

2. Parce que je suis contre une visée capitaliste de notre société où tout se marchande

La prostitution prend plusieurs formes, allant de celles qui doivent payer leurs factures ou leur loyer avec des faveurs sexuelles à celles qui ont été amenées à se prostituer par divers chemins incluant celui de la violence sexuelle. Mais, c’est surtout une industrie mondiale multimilliardaire qui comprend : la pornographie, les salons de massage érotique, les agences d’escortes, les bars de danseuses nues (que l’on peut toucher depuis 1998), les donjons, les clubs échangistes, la prostitution de rue, la traite à des fins sexuelles, etc.

Comme toute industrie dans un monde capitaliste et mondialisé, elle souhaite toujours accroître ses profits de toutes les manières possibles. Une bonne partie de l’industrie du sexe est contrôlée par les milieux illicites et, de plus en plus, ces milieux criminalisés cherchent à sortir de l’illégalité. Ce n’est pas bon pour le business à long terme.

L’industrie du sexe aborde donc la prostitution comme une question de demande et d’offre. Elle capitalise sur le refus de plusieurs personnes, groupes, gouvernements et municipalités de regarder la prostitution comme un exemple extrême d’inégalité sociale, et de prendre position. L’industrie du sexe propose un modèle de sexualité axé sur les besoins, voire le « droit à la jouissance » pour les hommes, et de « libération sexuelle » pour les femmes. Elle vend le consentement et s’assure que la sexualité soit considérée comme un bien de consommation comme un autre, que les personnes dans la prostitution soit reconnues comme des « travailleuses », que ces femmes disent qu’elles aiment ce qu’elles font. En guise de prime, elles peuvent même devenir des entrepreneures.

Éliminer la prostitution de la rue est un objectif de l’industrie du sexe car elle donne mauvaise presse et fait, trop souvent, baisser les prix. L’industrie apprécie donc que la juge Himel ait maintenu la criminalisation d’une certaine forme de sollicitation dans le code criminel. Elle souhaite s’auto-réglementer et contrôler ses marchés.

Si une industrie est basée sur de fausses prémisses de choix et de besoins, si elle exploite et érotise la domination d’un certain groupe de personnes par un autre, pourquoi devrait-elle exister ?

Pourquoi cette exploitation devrait-elle porter le nom de « travail » ?

Ça fait beaucoup l’affaire de cette industrie du sexe de bénéficier de la protection de la loi tel que proposé par la juge Himel.

3. Parce que je crois à l’égalité des chances pour toutes les femmes

Toutes les femmes sont concernées par la prostitution. Qui n’a pas reçu ou ne connaît pas une femme qui a reçu une offre d’échanges de faveurs sexuelles contre de l’argent, des biens ou des services ? Qui n’a jamais été sollicitée de sa vie ? Qui n’a jamais été regardée comme un morceau de viande à consommer ? C’est malheureusement très répandu dans le vécu des femmes.

Par contre, certaines d’entre nous sont tout particulièrement visées par l’industrie du sexe et les prostitueurs (1) de tout genre. Ainsi, on ne peut faire abstraction du fait qu’un nombre disproportionné de femmes autochtones se retrouvent en situation de prostitution de survie. Les Autochtones, hommes ou femmes, vivent déjà une situation de violation de leurs droits humains les plus fondamentaux à cause de l’impact du colonialisme sur leurs communautés et du racisme dont ils et elles sont victimes. Pour les prostitueurs, les femmes autochtones sont au bas de l’échelle sociale et leur exploitation importe peu. Cette réalité recouvre une autre facette de l’impunité, du mépris et de la violence dans laquelle ces peuples, et tout particulièrement les femmes, vivent.

Le racisme est, de fait, très présent dans l’industrie du sexe. On vend de l’exotisme, de la soumission et des stéréotypes racistes. Les femmes noires se retrouvent, en plus grand nombre, dans un type de prostitution ou de pornographie parmi les plus avilissantes et déshumanisantes telles que la bestialité, le sado-masochisme, etc. Ainsi, certains bars refusent aux femmes noires d’être danseuses. Est-ce un hasard ? Peut-on vraiment affirmer que les femmes de ces diverses communautés choisissent ces activités dégradantes ?
La pauvreté et le manque de choix véritables dans la vie des femmes sont des facteurs importants d’entrée dans la prostitution et, très souvent, des obstacles à leur sortie. On s’imagine que les femmes retirent beaucoup d’argent de la prostitution alors que c’est loin d’être le cas pour la très grande majorité d’entre elles. Le jugement Himel, en décriminalisant la tenue de maisons de débauche (2), en décriminalisant le fait de vivre de la prostitution d’autrui, en maintenant la criminalisation des personnes prostituées nuisant à la circulation des voitures et des piétons vient renforcer la vulnérabilité des femmes dépossédées économiquement et socialement.

Est-ce le genre de société que l’on veut ?

Peut-on fermer encore plus longtemps les yeux sur le racisme de l’industrie du sexe ?

4. Parce que je suis contre une simple approche de réduction de la prostitution

L’approche souvent privilégiée pour intervenir en ce qui concerne la prostitution est une approche de réduction des méfaits qui est aussi utilisée en toxicomanie. Les gouvernements s’en servent pour passer des lois qui ne changent rien à l’existence de la prostitution mais gèrent tout au plus les irritants en découlant. Cette approche part d’un constat que la prostitution n’est pas un problème social qui se résout facilement et rapidement. Elle considère que les personnes qui sont dans la prostitution sont trop souvent criminalisées et pénalisées à cause de l’existence de ce problème social. Et, pour être pragmatique et agir rapidement, on vise à réduire ses effets les plus nuisibles dans leurs vies. Cette approche ne nie pas que les personnes prostituées vivent un degré de violence qui frôle l’insupportable mais elle met plutôt le cap sur des interventions permettant d’amener la personne à « s’adapter » à sa situation.

Ce n’est pas, en soi, une mauvaise approche mais appliquée à la prostitution, elle cause d’importants ravages. Elle manque de visée à long terme et nuit, souvent, à la possibilité d’aider les personnes à sortir de la prostitution et à en empêcher d’autres d’y entrer. C’est une approche socio-sanitaire qui vise à contrôler les individuEs et les dangers associés à ce qu’on nomme leurs « pratiques sexuelles ». Cette approche réductionniste utilise d’ailleurs, au nom du respect, le terme « travailleuse ou travailleur du sexe ». Il importe apparemment de montrer que la prostitution résulte d’un choix. Cela donnerait plus de dignité aux personnes qui deviennent ainsi des « agentEs » de leur vie. Cette logique amène même à parler de « travailleurs ou travailleuses du sexe juvéniles » alors qu’il est reconnu que la prostitution des mineurEs est illégale ! Les mots viennent ici donner un air « digne » à une réalité cachant exploitation, oppression et domination.

La juge Himel a adopté une approche « réductionniste ». Elle fait le constat que la prostitution est dangereuse pour les femmes qui sont dedans, que les prostitueurs sont les éléments les plus dangereux pour ces femmes et que la prostitution de rue est la forme de prostitution la plus dangereuse. Devant l’ampleur du phénomène de la violence, qu’elle conçoit comme étant essentiellement de la violence physique (3), elle ne voit pas de problème à viser la réduction d’un certain type de violence dans des lieux spécifiques. Elle accepte l’idée que la prostitution de rue, et donc la violence qu’elle induit pour les femmes, diminuerait s’il y avait des lieux où les hommes peuvent acheter des actes sexuels en paix. Comme si la violence venait de l’illégalité de la prostitution et non des hommes qui choisissent de violenter la « marchandise ». Malgré le fait qu’il n’a pas été démontré que la prostitution à l’intérieur soit plus sécuritaire pour les femmes, c’est au nom de la protection des femmes que la juge Himel propose de décriminaliser les proxénètes et la tenue de bordels. Elle ouvre ainsi la possibilité pour l’industrie du sexe de prendre de l’expansion, nécessitant par le même fait plus de femmes pour remplir ces lieux où l’on commerce les actes sexuels. Peut-on prétendre que la réduction de la violence est un objectif suffisant pour une société de droits ? Peut-on croire que la violence qu’on ne voit pas fait moins mal ?

5. Parce que je crois en la prévention comme remède à l’impuissance

Expansion de l’industrie du sexe veut dire accroissement du recrutement. Déjà, plusieurs jeunes femmes sont amenées à aller « danser » pour leur chum, à coucher avec un ami de leur chum pour avoir de la dope ou pour faire partie de la gang, à devenir escorte pour rapporter plus d’argent, à « offrir » des actes sexuels pour être plus désirables, être cool, « affirmer » leur sexualité, etc. (4)

Avec la décriminalisation totale de la prostitution, il est clair qu’il sera très difficile, voire impossible, de faire de la prévention et de s’adresser aux jeunes pour dire quels sont les pièges de cette industrie, les stratagèmes employés par les proxénètes et les prostitueurs pour arriver à prostituer les femmes.

Pourquoi nos gouvernements investiraient-ils dans la prévention pour contrer le recrutement des jeunes dans une industrie qui est légitime ?
Pourquoi l’industrie du sexe attendrait-elle que les jeunes aient 18 ans avant de les inviter à entrer dans l’industrie ? (5)

Je fais un simple calcul !

+ Si un pourcentage de femmes dans la prostitution est là pour assurer leur survie et celle de leur famille ;
+ Si un pourcentage de femmes fait de la prostitution pour soutenir leur consommation de drogue (et souvent celle de leur chum !!) ;
+ Si un autre pourcentage de femmes le fait parce qu’elles ont été agressées sexuellement pour une bonne partie de leur vie et que la prostitution est une façon de dire « Y vont me payer maintenant » ;
+ Si un pourcentage de femmes le fait parce qu’elles pensent qu’elles ne valent que ça ;
+ Si un certain pourcentage de femmes le fait parce qu’elles veulent s’acheter de nouveaux seins ou le dernier gadget à la mode et vivre comme des riches et « au boutte » ;
+ Si un pourcentage le fait parce que c’est ce qu’elles ont toujours connu autour d’elles ;
+ Et puis, si un pourcentage y reste parce qu’elles ne trouvent pas de l’aide pour en sortir ;
+ Et un autre pourcentage se fait menacer, duper, violenter pour y entrer ou pour les y maintenir ;

Y’EN RESTE COMBIEN QUI SONT LÀ PAR CHOIX ?

Ce que nous voulons :

√ La décriminalisation des femmes dans la prostitution ;
√ la réforme du Code criminel canadien selon le modèle scandinave ;
√ la criminalisation des profiteurs sous tous leurs visages (proxénètes, prostitueurs, agences, propriétaires d’établissements, etc.) ;
√ la création de services et programmes financés par le gouvernement pour aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe ;
√ la mise sur pied d’une campagne de publicité sociétale et de programmes de prévention de l’achat d’actes sexuels et du recrutement ;

Osons l’élimination de la violence ! Osons refuser la prostitution !
Faisons une différence dans la vie des femmes !!

Parlez-en autour de vous et passez à l’action en soutenant des groupes comme la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle http://www.lacles.org et en signant la pétition mise en ligne par Sisyphe.

- Pour plus d’information, visitez notre site web www.lacles.org. Vous pouvez y télécharger ce document en format PDF.

Notes

1. Le terme prostitueur permet de reconnaître le choix fait par la personne consommant des actes sexuels ou profitant de la prostitution. Ce sont les féministes françaises qui ont inventé ce mot.
2. Ceci est le libellé du code criminel qui réfère, encore une fois, au caractère « immoral » de la prostitution mais non à l’exploitation qui est pourtant inhérente aux endroits où se monnaient les actes sexuels.
3. La juge a refusé de considérer la violence psychologique car pas assez tangible et elle ne fait pas la distinction entre violence physique ou sexuelle ce qui dresse un portrait édulcoré de la violence envers les femmes dans la prostitution.
4. Voir l’étude réalisée récemment par la Direction de la protection de la jeunesse, Santé, drogue et sexe.
5. Il est d’ailleurs important de savoir que deux des trois requérantes dans la cause à la Cour supérieure de l’Ontario ont été amenées dans la prostitution avant l’âge de 18 et que les trois requérantes ont vécu de la violence avant et pendant qu’elles étaient dans l’industrie du sexe.

NOTA BENE - La CLES organise un Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale, du 18 au 20 mars 2011.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 février 2011

Suggestion de Sisyphe

Un simple geste citoyen pour aider VRAIMENT les personnes prostituées : signez la pétition en ligne. Le silence et la neutralité ne sont pas des solutions à la violence à l’égard des femmes.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)
La CLES

Courriel : info@lacles.org



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin