| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 25 février 2007

Prostituées par choix ?

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme





THEMES ABORDES :

prostitution, prostitueurs, estime de soi
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston


L’être humainE maintient une situation tant qu’elle/il y trouve un avantage.

Les « pro-prostitution, les prostituphiles, celles et ceux qui légitiment, justifient, encouragent la prostitution, veulent la continuation d’un rapport inégalitaire entre la femme et l’homme. Malgré les demandes féministes et les tentatives des femmes pour établir leur influence dans toutes les sphères de la société, persistent des situations où la femme perd toute possibilité de s’exprimer en accord avec ce qu’elle ressent et souhaiterait. La prostitution est une des formes de soumission de la femme, une banalisation de son infériorisation, un déni de son intelligence et de sa sensibilité, une stratégie politique et sociale pour saper sa crédibilité.

Même si tous les hommes ne passent pas à l’acte (entre 15 à 20% des hommes paieraient pour un acte sexuel), ils approuvent que persiste la violence faite aux femmes par l’intermédiaire de la prostitution. Pour certainEs, il importe de maintenir une mentalité qui favorise l’homme au détriment de la femme diminuée.

Pour se replier à l’écart des demandes et des affirmations de la femme, l’homme se rabat vers une structure sans surprise, rétablissant les prérogatives que la révolution sexuelle et les revendications féministes avaient ébranlées. Confronté à son implication dans un acte sexuel relationnel où le plaisir de la femme se développe, l’homme retourne aux concepts archaïques où la femme sert à sa satisfaction - à lui et à lui exclusivement. Il est admis que la prostituée simule le désir et l’orgasme. L’homme veut être persuadé qu’il est phalliquement indispensable à la femme, la prostituée le conforte dans cette croyance. Coincée dans une dichotomie simulation/dissimulation, alors qu’elle ne veut plus rien ressentir, elle feint le plaisir. Jusqu’à s’abuser elle-même parfois.

L’acte prostitutionnel est un contexte prédéterminé, circonscrit, clos (d’ailleurs on dit maison close) qui assure la persistance du déséquilibre, de plus en plus contesté, des rapports entre les sexes, entre les classes, entre les races. Les stéréotypes, les mythes, les préjugés, les fantasmes sont réactivés dans la prostitution.

L’homme paie pour l’effort de la femme à le satisfaire, pour sa reddition à s’affirmer, pour son renoncement à sa dignité. L’homme achète la volonté de la femme ; celle-ci s’abstrait, se dématérialise, se dépersonnalise. L’homme prostitueur s’approprie l’être avec son unicité, son identité, sa sensibilité, il n’y a plus de refus, de négociation, d’apprivoisement. Avec une prostituée, l’homme ne négocie pas, il ordonne.

La femme inaccessible, incontrôlable, féministe est dressée, domptée, brisée, elle va même revenir pour recevoir des coups, il règne, elle obéit. Son renoncement à elle-même la rend endurante, simulatrice, jusqu’à l’effort. Elle a l’air d’aimer ça et d’en vouloir plus.

Dans le rapport prostitutionnel, l’homme exige cette simulation, cet effort, cette rupture de la femme avec elle-même ; à ses yeux, elle consent, elle veut, elle accepte. C’est l’enjeu principal du rapport entre la femme et l’homme : elle cesse de résister, elle admet le contrôle de l’homme et y participe. Elle lui fournit l’illusion de sa supériorité. L’argent autorise l’homme prostitueur à recevoir cette déchéance de la femme aliénée jusqu’à croire parfois qu’elle est en situation de pouvoir.

Être l’objet d’une obsession diffère d’être le sujet de sa volonté.

L’entente tacite dans la prostitution suppose que la femme agit en « faisant semblant ». La femme se résigne à plaire à l’homme dans l’abandon total de son individualité. Il n’y a plus échange, de réciprocité, d’altérité.

La femme se conforme à l’attente de l’homme. Elle se transforme dans son corps et dans son esprit pour correspondre à l’exigence de l’homme qui nie, renie, toute velléité de réalité de la part de la femme. L’acte sexuel dans la prostitution doit être réaliste, pas réel.

La distance de la femme avec elle-même est telle qu’elle change de nom, qu’elle utilise des trucs pour se concentrer sur autre chose que ce qu’elle fait, qu’elle prend des anesthésiants chimiques ou psychologiques.

Des femmes, sans alcool ni drogue, s’infligent la prostitution, au nom de quoi ? Quel avantage parvient à les dissocier d’elles-mêmes et à les rendre soumises et même participantes à leur abjection ? Comment expliquer ce consentement des prostituées qui s’identifient travailleuses de sexe et non esclaves sexuelles ?

J’ai rencontré Rose Dufour lors d’une après-midi de réflexion sur le thème « L’enfermement dans la prostitution » organisée par le CLES (Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle) le samedi 27 janvier 2007 à Montréal (Québec). Pour Madame Dufour, le manque d’estime d’elles-mêmes amène des femmes à être « valorisées par le discours des hommes. En étant escortes, elles deviennent radieuses, elles sont transformées par le regard des hommes ».

Ce même jour, je me suis entretenue avec Claudine Legardinier après sa description de l’expérience de la Suède où une loi globale « La paix des femmes », votée par un parlement de 47% de femmes, interdit l’achat de services sexuels ; la femme n’est plus criminalisée, le client est responsabilisé et à Stockholm la prostitution a diminué de 92%. Elle aussi a observé que l’entrée volontaire d’une femme dans la prostitution peut être en lien avec « une image exécrable d’elle-même ». Elle a constaté que des dettes, l’influence d’un compagnon, la croyance que ce n’est que provisoire, sont aussi des circonstances.

Madame Legardinier ajoute : « Il y a du déni, un mécanisme psychologique, on ne voit pas d’issue, donc on se dit qu’on l’a choisi. Pour garder la tête haute, quelle liberté reste sinon dire que je l’ai choisi ? »

En effet, admettre qu’on a fait son malheur, qu’on l’a cautionné, qu’on l’a réitéré, ne procure pas une grande fierté, mieux vaut, croient-elles, continuer à s’illusionner. Aussi, certains constats nécessitent une habileté langagière qui n’est pas immédiate ou facile. Se dire est exigeant. Au niveau du vocabulaire et de la conscience. S’expliquer, se comprendre et se pardonner sont encore plus difficiles.

Par la légalisation de la prostitution, une société réitère un système ancien, patriarcal, capitaliste, détériore la condition de la femme, augmente la criminalité, aggrave la situation des sans-papiers (immigrantes illégales), favorise la prostitution des mineurEs, amplifie le marché de la drogue et facilite le trafic des humainEs.

Le principal avantage de prostituphiles réside dans l’obstacle ainsi infligé à la progression des droits de la femme. La prostitution est une façon de refuser l’égalité entre la femme et l’homme.

Les lobbyistes de la prostitution bénéficient de beaucoup d’argent, de la complicité de politiciennes et politiciens, et du témoignage de femmes qui prétendent se prostituer par choix. Les médias, les gouvernements, les universités, donnent de l’importance aux prostituées volontaires car elles disent ce que les misogynes veulent entendre.

La place qui leur est accordée est disproportionnée, pourtant, par rapport au nombre de femmes qu’elles représentent : entre 90 et 98% des prostituées voudraient quitter la prostitution. En Allemagne, lors du 1er bilan de la légalisation de la prostitution, on a constaté que 99% des femmes prostituées ne veulent pas s’identifier comme tel. Ce n’est pas leur parole qui est diffusée, répandue, déterminante.

Les prostituées par choix sont récupérées pour opposer des femmes, pour revenir à des convictions passéistes relatives à leur docilité et à leur vocation servile, pour invalider le discours des abolitionnistes féministes et autres, pour empêcher les fillettes et les femmes d’entretenir de grands rêves d’accomplissement personnel.

Toujours lors de cette après-midi, la députée bloquiste Maria Mourani a elle aussi pris la parole et elle a conclu son allocution en disant : « Il est inacceptable qu’on encourage à la prostitution plutôt qu’à devenir Première Ministre ».

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 février 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



Plan-Liens Forum

  • > Prostituées par choix ?
    (1/2) 16 avril 2007 , par

  • > Prostituées par choix ?
    (2/2) 7 avril 2007 , par





  • > Prostituées par choix ?
    16 avril 2007 , par   [retour au début des forums]

    Toujours le méme erreur dans ce texte
    on y lis "légaliser la prostitution"
    Or en état de droit tout ce qui n’est pas interdit par une loi n’est pas illégal donc légal ;pas besoin de "légaliser" souvenez vous pour l’avortement en France il a suffit de lever l’interdit pour autoriser ;aprés il a fallu "réglementer" pour fixer les limites . Autre exemple une loi en France interdit les "maisons closes" si on la supprimait elles pouraient rouvrire comme en Espagne
    Donc si vous voulez interdire la prostitution il faut faire voter une loi qui le fasse clairement CQFD

    • > Prostituées par choix ?
      20 avril 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Nous avons eu ce méme débat lors de la coupe du monde de foot Méme une grande avocate Française se "plantait"
      en demandant à la chanceliere Allemande de "suspendre la loi qui réglementait la prostitution" pendant la durée de la coupe Ce faisant elle ne supprimait pas la prostitution mais au contraire elle l’a laissée libre et débridée (horaires,conditions
      d’activité,protection sociale ect..)
      comme en Espagne où cette activité n’est pas réglementée .
      Non ce qu’il fallait demander c’etait tout simplement la prohibition "temporaire" de la prostitution dans l’esprit de la démarche donc le vote d’une loi "temporaire" ce qui aurait eté
      assez original et inédit pour caractériser un délit !

      [Répondre à ce message]

    > Prostituées par choix ?
    7 avril 2007 , par   [retour au début des forums]
    REFONDRE L’EDUCATION DES FILLES .

    bonjour,
    je suis d’accord avec l’analyse de ROSE DUFOUR ,
    une forte proportion de filles approchent les hommes
    comme des faires valoir , parceque, artiste, richissime ou entre autre, don juan, armoire a glace, personnalité
    mediatisé , se faisant elles n’existent plus, elles sont
    seulement celles qui sont mariées avec !
    il est tellement difficile de lutter contre l’ordre etabli
    par une société patriarcale que beaucoup ne lutte plus,
    ou se conforment a l’education q’elles ont reçu .
    j’ai eu pas mal d’exemple dans mon entourage de filles
    qui sont largement les egales des hommes mais qui se
    derobent devant l’environnement masculin et son cortege de fanfaronnerie diverses et affligeantes , elles
    essaient d’integrer les groupes d’hommes au bureau
    au sport , faisant cela elle se devalorisent a coup sur,
    au lieu d’afficher leur indépendance, leur caractére vrai,
    leur choix, il en va de méme dans les couples ,ou elles
    subissent plutôt quelles ne s’imposent, ayant eu une
    mére elle méme effacée sous de multiple pression , du
    mari, des fréres, des anciens......
    modifier l’education parentale , sans pression d’aucune
    sorte c’est un rêve peu-être accessible , pour que les femmes ne soit plus nos valets .
    Archange.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin