| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 11 novembre 2018

La Fédération des femmes du Québec légitime-t-elle la culture de l’agression ?

par Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Lettre au Premier Ministre Justin Trudeau sur l’intention du Parti libéral du Canada de décriminaliser la prostitution
Décriminalisation de la prostitution : les survivantes se mobilisent
La Coalition contre la traite des femmes dénonce un projet des Jeunes libéraux du Canada visant à décriminaliser l’achat de sexe et le proxénétisme
Prostitution - Manifeste des Fanny : au-delà de nos histoires, nos revendications
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







« Le consentement n’est pas le désir, n’est pas la volonté, n’est pas la liberté » - Ana-Luana Stoicea-Deram, militante féministe et présidente du Collectif pour le Respect de la Personne en France.

Lors d’une assemblée générale extraordinaire, le 28 octobre dernier, la Fédération des femmes du Québec (FFQ)a voté cette résolution : « Que la FFQ reconnaisse l’agentivité des femmes dans la prostitution/industrie du sexe incluant le consentement à leurs activités » (1).

Celle qui se dit solidaire des « marginalisées » (dont les femmes racisées et les autochtones surreprésentées dans la prostitution) les laisse, en fait, en pâture aux proxénètes, aux bandes de rues et au crime organisé. La FFQ vient ainsi de donner l’absolution à « l’industrie du sexe ».

L’« agentivité » est une contorsion fumeuse que la FFQ utilise pour différencier les femmes qui consentent à « travailler dans l’industrie du sexe » de celles qui sont exploitées. Elle veut ainsi insister sur le fait que les premières ne sont pas des victimes de la prostitution. C’est très mal comprendre l’ensemble des facteurs qui mènent à la prostitution.

Ana-Luana Stoicea-Deram, militante féministe et présidente du Collectif pour le Respect de la Personne en France, parle ainsi du consentement : « Dire que les femmes sont consentantes, c’est faire oublier les conditions dans lesquelles elles sont amenées à consentir, c’est taire ce à quoi elles consentent, et c’est mépriser les raisons pour lesquelles elles peuvent consentir – c’est-à-dire, accepter de s’asservir. La critique du consentement est faite depuis longtemps par les féministes, qui montrent que le consentement n’est pas le désir, n’est pas la volonté, n’est pas la liberté ». (2)

« Comme on n’impose pas un acte sexuel par la violence, on ne l’impose pas non plus par l’argent, forme de violence économique et sociale », soulignait Claudine Legardinier, journaliste française lors d’une entrevue à Alternative Libertaire. (3)

Dans un avis paru en 2012 - « La prostitution, il est temps d’agir » - le Conseil du statut de la femme (CSF) révélait que de 80 à 95% des femmes qui sont prostituées ont été victimes d’agressions sexuelles, soit de viol, d’inceste ou de pédophilie étant jeunes. (4)

La prostitution est le continuum de violences masculines dénoncées dans plusieurs pays et particulièrement depuis les dénonciations de #Moiaussi. Le biais « intersectionnel », que la FFQ emploie de façon très particulière, fait l’impasse sur les liens de toutes les violences envers les femmes. Il semble que la FFQ vient de sanctionner la culture de l’agression !

Près de 80% des personnes prostituées sont des femmes, elles seraient âgées de 13 à 25 ans et elles auraient été entraînées dès l’âge de 13 ou 14 ans dans la prostitution.

Plusieurs études soulignent qu’elles sont 40 fois plus à risque de mourir à cause de leurs activités prostitutionnelles que d’autres personnes qui effectuent un travail, que leur espérance de vie est d’environ 40 ans, que plusieurs sont sous la dépendance de drogues, de l’alcool, de médicaments, qu’elles combattent nombre de maladies et sont souvent victimes du syndrome post-traumatique. Plus de 80% désireraient sortir de ce milieu.

La pauvreté, les guerres, les conflits armés et les catastrophes, le racisme, l’idéologie consumérisme, la pornographie et la sexualisation précoces des jeunes filles sont les facteurs structurels contribuant à la prostitution. (5)

On se serait attendu que la FFQ dénonce ces faits avérés, qu’elle reconnaisse l’ensemble des circonstances qui mènent à la prostitution et qu’elle veuille contribuer à les éliminer, plutôt que de vouloir maintenir des femmes dans cette exploitation.

La FFQ dit aussi vouloir défendre les droits des femmes qu’on prostitue (leurs droits à la sécurité, la santé, l’autonomie, à la liberté d’expression et d’association et à des conditions décentes) tant dans l’exercice de leur pratique que dans les autres sphères de leur vie. Comment fera-t-elle pour protéger ces femmes alors que 90% d’entre elles sont sous l’emprise d’un proxénète ?

Ou alors tout ça n’est qu’une manoeuvre pour protéger les 10% des femmes prostituées qui disent choisir ce « travail » ? Considérant que dans ces 10% des réceptionnistes, des « bookeuses », des chauffeurs qui jouent parfois le rôle de proxénètes se disent « travailleuses.eurs du sexe », peut-on envisager que la prochaine étape de la FFQ sera de contester la loi qui criminalise prostitueurs et proxénètes ? De contester le « modèle nordique » établi au Canada depuis décembre 2014 ?

Dans une de ses résolutions, la FFQ mentionne qu’elle « travaille à la différenciation entre l« ’industrie du sexe », les échanges consensuels, les situations d’exploitation et la traite humaine ». Une supercherie pour faire accepter le « travail » dans cette « industrie du sexe ». Et c’est sans compter que la traite des femmes et des enfants augmente suivant la demande de la prostitution. Et que les femmes autochtones sont parmi les plus vulnérables à la traite, comme le mentionnait l’inspectrice Tina Chalk lors du passage à Terre-Neuve de l’’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées : « L’inspectrice a expliqué en quoi la pauvreté, l’isolement, les agressions subies par le passé et le racisme rendent les victimes particulièrement vulnérables à la traite de personnes. » (6) La FFQ démontre ici une totale indifférence à la traite des personnes et un manque de volonté insupportable à offrir de véritables choix à ces femmes et à toutes les femmes vulnérables à l’exploitation sexuelle.

Manipulation pour obtenir des appuis

L’assemblée générale extraordinaire du 28 octobre fait suite à une assemblée tenue par la FFQ au printemps dernier et qui n’avait pas permis d’adopter les propositions sur la prostitution et sur le voile islamique. Le Centre de lutte contre l’oppression des genres, comme s’il parlait au nom de la FFQ, a d’ailleurs accusé les "TERFs" (trans-exclusionary radical feminists), les "SWERFs" (Sex worker exclusionary radical feminism) et les féministes blanches de s’attarder sur d’autres propositions, ce qui a empêché le vote. (7)

C’est ainsi qu’on pouvait lire cet été sur la page Facebook du Centre de lutte contre l’oppression des genres - dont Gabrielle Bouchard a été coordonnatrice - une note visant à recruter les « bonnes féministes » et à les inciter à s’inscrire comme membre pour pouvoir faire adopter leurs propositions cet automne. Cela s’appelle « paqueter » une salle, comme le soulignait Lise Ravary dans une chronique en septembre. (8)

Il était également spécifié qu’un vote « contre ces propositions serait considéré par le public non seulement comme un vote contre Gabrielle [Bouchard] mais comme un rejet de toutes les femmes trans du mouvement féministe » (9), même si les propositions n’étaient pas directement reliées aux femmes trans. Des membres semblent très soucieuses d’imposer leurs priorités et surtout de s’imposer tout court.

L’opinion de la FFQ sur la prostitution : minoritaire

N’osant pas prendre position explicitement en faveur de la prostitution et forcée de faire des compromis face à ses membres abolitionnistes, la FFQ se retrouve avec des résolutions confuses. En mettant l’accent sur le consentement, sur une apparente capacité d’agir, sur la protection des femmes qui affirment choisir librement de se prostituer la FFQ s’accroche à des concepts qui viennent justifier ses propositions.
Finalement, on comprend que tout ce cinéma visait à satisfaire le très petit nombre de femmes qui encourage l’« industrie du sexe ».

Il faut rappeler que la FFQ est loin de représenter la majorité des femmes même si elle prétend parfois parler en leur nom.

La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (La CLES), une organisation abolitionniste dont sont membres une cinquantaine de groupes et plus de 250 individues - et dont le rôle est d’aider des femmes à quitter la prostitution - s’est dite "consternée" par les propositions faites par la FFQ en mai dernier et déclare que les amendements à ces propositions ne les rendent pas plus acceptables. Les membres de la CLES réfléchissent à la pertinence de demeurer au sein de la FFQ. (10)

Le Regroupement québécois des CALACS, qui apporte son aide lui aussi à nombreuses femmes victimes de la prostitution, dit ne pas "se reconnaître" dans les propositions de la FFQ : "Nous appelons la Fédération à s’investir dans les luttes féministes qui visent à créer un monde où chacune peut réellement faire des choix, sans violences sexuelles imposées dès un jeune âge, sans pression sociale sexiste, sans menace de pauvreté, d’emprisonnement ou de déportation", déclare le Regroupement. (11) 

Le groupe Pour les droits des femmes du Québec, qui rassemble 500 membres, a aussi une position abolitionniste. Diane Guilbault, présidente de PDF Q, conteste aussi fortement les résolutions entérinées par la FFQ : « L’appui de la FFQ pour reconnaître la prostitution comme un travail librement choisi par certaines femmes n’est pas un appui aux femmes dans la prostitution, mais bien un appui aux clients et aux proxénètes pour agir sans contraintes. Dire que l’exploitation sexuelle d’une fille de 14 ans devient un travail lorsqu’elle a 18 ans est de la fumisterie, indigne d’un groupe qui prétend parler au nom des femmes. »

Mentionnons aussi La Maison de Marthe, à Québec, crée et animée par l’anthropologue Rose Dufour. La Maison de Marthe définit la prostitution non comme « le plus vieux métier », mais « le plus vieux mensonge du monde ». Résolument abolitionniste, "la Maison de Marthe se range du côté des femmes qui en sont victimes et les survivantes", et les aide à acquérir le pouvoir d’en sortir. Elle réclame des mesures sociales pour lutter contre la prostitution au même titre qu’il en existe pour les autres violences envers les femmes.

Rose Sullivan, survivante de la prostitution et co-fondatrice du CAFES ou Collectif d’aide aux femmes exploitées sexuellement, qui compte une centaine de femmes et intervient dans plusieurs régions, estime que la FFQ banalise la prostitution et les agressions qui y sont inhérentes. Pour Rose Sullivan : « La résolution sur l’agentivité nous pénalise à nouveau, nous les survivantes de cette industrie, en niant notre parole. On est nombreuses à avoir travaillé vraiment fort pour ne pas nous culpabiliser ou pour ne pas nous sentir les seules responsables de ce qu’on a vécu. Parler d’agentivité à des femmes qui ont du mal à se remettre de ce qu’elles ont vécu et ont peu de soutien pour y arriver, c’est comme leur dire qu’elles sont faibles de ne pas se remettre. Et plusieurs n’y arriveront jamais. Les résolutions de la FFQ banalisent la prostitution et minimisent les gestes de leurs agresseurs, les premiers dans l’enfance, les seconds dans cette industrie. Cette industrie a failli nous tuer et a tué plusieurs des femmes qui nous étaient proches. »

Pour Manon Marie-Josée Michaud, survivante et membre du groupe Abolition de l’industrie du sexe, la prostitution n’est pas un métier comme les autres : « Quand elle prétend défendre "l’égalité pour toutes et entre toutes", et d’un autre côté, demande à ses membres d’appuyer la décriminalisation de la prostitution, la Fédération des femmes du Québec (FFQ) n’est pas très honnête parce que, franchement, a-t-elle déjà vu des femmes de tous milieux sociaux prétendre vouloir exercer dans le domaine de la prostitution parce que ce serait un métier comme un autre, épanouissant, passionnant et bien payé ? L’égalité pour toutes, ce serait plutôt d’aider ces personnes à vivre dignement, à avoir un toit, un travail correctement rémunéré, à être libres et à ne subir aucune violence ! En d’autres termes, en demandant à ses membres de voter pour la décriminalisation de la prostitution, ce que défend la direction de la FFQ, c’est la perpétuation de la culture patriarcale qui donne aux hommes le droit d’exploiter les femmes et plus particulièrement les femmes précaires. » (12)

Enfin, on sait que l’AFEAS - Association féminine d’éducation et d’action sociale - a elle aussi une position abolitionniste sur la prostitution. L’AFEAS, qui rassemble quelque 8 000 membres individuelles au sein de 204 associations locales, regroupées en 11 régions, ne s’est pas exprimée publiquement sur les récentes positions de la FFQ.

En conclusion, la prétention selon laquelle la Fédération des femmes du Québec serait "LA voix féministe" au Québec est mensongère. Il semble plutôt que la vision de la prostitution que la FFQ veut imposer ne rallie qu’une faible minorité de féministes québécoises.

Notes

1. Page Facebook de la Fédération des femmes du Québec, 29 octobre 2018, https://www.facebook.com/FFQMMF/
2. Ana-Luana Stoicea-Deram, « La GPA est une violence faite aux femmes et une marchandisation des êtres humains », Huff Post, France, 23 octobre 2018. https://www.huffingtonpost.fr/analuana-stoiceaderam/la-gpa-est-une-violence-faite-aux-femmes-et-une-marchandisation-des-etres-humains_a_23569001/
3. Propos recueillis par Flo (Lorient), « Claudine Legardinier (Mouvement du Nid) : « La prostitution est un archaïsme indigne », Alternative Libertaire, France, 25 octobre 2018. http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=7955
4. Le Conseil du statut de la Femme, « Avis La prostitution : il est temps d’agir », mai 2012 https://www.csf.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/avis-la-prostitution-il-est-temps-dagir.pdf
5. Ibid.
6. La Presse canadienne, « Les autochtones souvent victimes de la traite de personnes », Le Droit, 15 octobre 2018. https://www.ledroit.com/actualites/societe/les-autochtones-souvent-victimes-de-la-traite-de-personnes-63022b7e9b4ecf63817d1c4074f1ccf8
7. Le Cercle de lutte contre l’oppression des genres, 3 septembre 2018 https://www.facebook.com/CentreforGenderAdvocacy/posts/929705093889602?__tn__=K-R
8. Lise Ravary, « Trop blanche, Lise Payette », Le journal de Québec, 11 septembre 2018. https://www.journaldequebec.com/2018/09/11/trop-blanche-lise-payette
9. Le Centre de lutte contre l’oppression des genres, 3 septembre 2018 https://www.facebook.com/CentreforGenderAdvocacy/posts/929705093889602?__tn__=K-R
10. La CLES, Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution, https://sisyphe.org/spip.php?breve2631. Aussi dans Le Devoir : https://www.ledevoir.com/societe/540258/un-premier-organisme-pourrait-quitter-la-ffq
11. Le Regroupement québécois des CALACS réitère son engagement envers toutes les filles et les femmes qui se retrouvent dans des situations d’exploitation sexuelle, http://www.rqcalacs.qc.ca/actualites/103-le-regroupement-quebecois-des-calacs-reitere-son-engagement-envers-toutes-les-filles-et-les-femmes-qui-se-retrouvent-dans-des-situations-dexploitation-sexuelle
12. Manon Marie-Josée Michaud, "Légalisation de la prostitution : Les fausses promesses", dans l’aut’journal, 3 octobre 2018.

- Une version abrégée de ce texte et sans les références a paru dans La Presse et Le Devoir.

LIRE AUSSI SUR LE MÊME SUJET : bibliographie mise à jour périodiquement

. La Fédération des femmes du Québec - Communiqué : retour sur notre dernière assemblée générale, 2 novembre 2018, site Web de la FFQ.

. La Presse - La prostitution peut être un choix, admet la FFQ, 29 octobre 2018.

. TVA Nouvelles, "La FFQ renonce à être le champion de la lutte contre la prostitution", le 31 octobre 2018.

. Emmanuelle Latraverse, "Prostitution : la rectitude politique de la Fédération des femmes du Québec", TVA Nouvelles, le 1 novembre 2018.

. Mathieu Bock-Côté, "La FFQ et les femmes du Québec", Le Journal de Québec, 1 novembre 2018.

. Marie-Andrée Chouinard, "Prostitution : la FFQ divague", Le Devoir, 2 novembre 2018.

. Patricia Rivest, vice-présidente à la condition féminine du Conseil central de Lanaudière-CSN, "La prostitution n’est pas un choix !", l’aut’journal, le 2 novembre 2018.

. Manon Marie-Josée Michaud, Légalisation de la prostitution : Les fausses promesses, l’aut’journal, 3 octobre 2018.

. Éric Lanthier, "La légalisation de la prostitution améliore-t-elle la qualité de vie des travailleuses du sexe ?", Huffington Post, le 31 octobre 2018.

. Denise Bombardier, "Le lobby transgenre", Le Journal de Montréal, 3 novembre 2018. Et voici ce qui prouve que D. Bombardier a raison.

. LA CLES - "Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution", Sisyphe.org, 30 octobre 2018.

. Marie Drouin, survivante de la prostitution, "Toutes ensemble pour la défense des droits des femmes qui sont dans l’industrie du sexe ?" dans La Tribune, 31 octobre 2018.

. Françoise Pelletier, Commentaire sur les résolutions prises par la FFQ à son assemblée générale extraorinaire, le 28 octobre 2018.

. Rose Dufour, Prostitution : la trahison de la Fédération des Femmes du Québec, Le Soleil, 4 novembre 2018.

. Jennie-Laure Sully, organisatrice communautaire à la CLES et descendante d’esclaves, FFQ et Kanye West : même combat, Le Soleil, 5 novembre 2018.

. Pascale Navarro, La Fédération des femmes du Québec et le débat sur la prostitution : sortons de l’impasse, La Presse, 6 novembre 2018.

. Joseph Facal - Prostitution et FFQ. Suis-je devenu un "ti-mononcle" ?, Le Journal de Montréal, 6 novembre 2018.

. Voir dans le forum à la fin de cette page l’intervention étonnante du Centre de lutte contre l’oppression des genres, qui semble voir les intérêts des transgenres dans le fait de faire adopter les résolutions de la FFQ sur la prostitution.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 novembre 2018

***


"FFQ et Kanye West : Même combat", par Jennie-Laure Sully, organisatrice communautaire à la CLES et descendante d’esclaves

Point de vue, dans Le Soleil

« L’été dernier, le rappeur américain Kanye West avait provoqué l’incrédulité générale en affirmant que l’esclavage était un choix pour les esclaves. Face aux réactions indignées soulevées par ses propos, le rappeur s’était drapé dans le rôle de la victime incomprise en expliquant sur Twitter qu’il était attaqué parce qu’il présentait des nouvelles idées. Le 28 octobre 2018, plusieurs d’entre celles qui étaient présentes à l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédération des femmes du Québec ont pu constater que la FFQ était en train de faire une Kanye West d’elle-même.

En effet, après que plusieurs membres aient tenté d’amender l’énoncé 12 de la proposition du Conseil d’administration de la FFQ sur les femmes et l’industrie du sexe, nous avons pu entendre avec consternation des membres du CA évoquer l’esclavage pour justifier le fait que, selon elles, il ne fallait absolument pas remettre en question l’énoncé 12.

L’énoncé en question se lit présentement comme suit : « Que la FFQ reconnaisse l’agentivité des femmes dans la prostitution/industrie du sexe incluant le consentement à leurs activités ». Que veut donc dire le CA de la FFQ par « agentivité » ?

Celles qui refusaient d’amender l’énoncé 12 ont répété avec intransigeance qu’il s’agissait de reconnaître que chacun et chacune a la capacité d’agir et de choisir. L’agentivité existe même si une personne est enchaînée, ont-elles clamé au micro. Même les esclaves avaient de l’agentivité, ont-elles plaidé avec émotion. Celles d’entre nous qui essayaient d’amender la proposition 12 du CA avons tenté en vain d’expliquer que si l’agentivité signifie la capacité d’agir et de choisir, il faut tenir compte du fait que cette capacité ne peut être exercée pleinement par toutes les femmes de la même façon en raison des contraintes et rapports de pouvoir qui s’appliquent différemment sur les plus pauvres et moins privilégiées d’entre nous. »

— ->Lire la suite... https://www.lesoleil.com/opinions/point-de-vue/ffq-et-kanye-west--meme-combat-ea9f51cb47518c698f89d0a22c5237c5



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe



Plan-Liens Forum

  • Centre de lutte contre l’oppression des genres et FFQ : qui dirige l’autre ?
    (1/2) 1er novembre 2018 , par

  • Le Centre de lutte contre l’oppression des genres a-t-il infiltré la Fédération des femems du Québec ?
    (2/2) 1er novembre 2018 , par





  • Centre de lutte contre l’oppression des genres et FFQ : qui dirige l’autre ?
    1er novembre 2018 , par   [retour au début des forums]

    Version anglaise du Centre de lutte contre l’oppression des genres pour soutenir positions de la FFQ sur la prostitution

    You may recall that a few months ago, we encouraged those of you who are women to become members of the Fédération des femmes du Québec (FFQ) in order to vote on some important proposals that were to have been voted on at the FFQ’s Annual General Meeting (AGM) in May. The AGM agenda included proposals in support of Indigenous women, Muslim women and sex workers.
    Well what happened is that at that AGM the TERFs (Trans Exclusionary Radical Feminists), SWERFs (Sex Worker Exclusionary Radical Feminists) and white feminists dragged out every.single.agenda.point so that in the end we didn’t even have time to discuss the proposals. It was incredibly frustrating but it does mean that we now have more time to organize in order to get these important proposals passed. There’s going to be a Special General Meeting sometime in the fall (the date has not yet been set) for the sole purpose of voting on the proposals.
    A few points on why winning the vote on these proposals is so important :
    • The FFQ is viewed as being THE voice of feminists in Quebec. If we lose on these proposals it will create an additional hurdle for everyone who fights for justice in this province.
    • While none of the proposals on the table deal specifically with the inclusion of trans women in the feminist movement, it’s clear that there’s a significant portion of the membership that is incensed that a trans woman, Gabrielle Bouchard, was elected president of the organization last November. A vote against these proposals would be seen by the public not only as a vote against Gabrielle, but a rejection of all trans women from the feminist movement. We can’t have that.
    • There’s a solid chance that we’re going to find ourselves with a right-wing CAQ government in the fall. We need to get ready to fight now, and having a strong, politically solid FFQ that is empowered to fight for the rights of all women will help us get through the next few years.
    Some last thoughts...
    • THIS IS WINNABLE. Yes, there are a significant number of TERFs, SWERFs and white feminists in the FFQ, but there are also a lot of badass intersectional feminists in the organization including several brilliant young women of colour who ran for and won seats on the board of directors. We can do this !
    • Despite the wide range of views held by FFQ members, the FFQ’s actual principles are pretty fantastic. The structure is there for us and it would be much easier to work to ensure that the FFQ stays true to its principles rather than have to build something new from scratch.
    • In all likelihood, the actual vote on the proposals will take place online following the special general meeting. That means that even if you can’t find the time to attend the meeting you can still vote.
    • As mentioned in the event description, if you want to vote, it’s important that you sign up TODAY as you need to have been a member for 45 days in order to have voting rights.
    • Please sign up today !!!

    Le Centre de lutte contre l’oppression des genres a-t-il infiltré la Fédération des femems du Québec ?
    1er novembre 2018 , par   [retour au début des forums]

    En tout cas, il parle en son nom. Et avec un certain mépris des féministes anti-prostitution, blanches et anti-islamistes.

    De la page Facebook du Centre de lutte contre l’oppression des genres https://www.facebook.com/CentreforGenderAdvocacy/posts/929705093889602?__tn__=K-R

    Vous vous rappelez peut-être qu’il y a quelques mois, nous avons encouragé les femmes à devenir membres de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) afin de voter sur des propositions importantes qui devaient être votées lors de l’AGA de la FFQ en mai. L’agenda de l’AGA comprenait des propositions en faveur des femmes autochtones, des femmes musulmanes et des travailleuses du sexe.

    Eh bien, ce qui s’est passé, c’est que lors de cette assemblée générale, les féministes transphobes, anti-travailleuses du sexe et celles pour qui le féminisme n’est que pour les femmes blanches ont fait traîner chaque point de l’agenda de façon à ce que nous n’avions pas eu la chance de voter sur quoique ce soit. C’était incroyablement frustrant, mais ça veut dire que nous avons maintenant plus de temps pour nous organiser afin de faire passer ces importantes propositions. Il y aura une assemblée générale spéciale à l’automne (la date n’a pas encore été fixée) dans le seul but de voter sur les propositions.

    Quelques points sur pourquoi gagner le vote sur ces propositions est si important :

    • La FFQ est perçue comme LA voix des féministes au Québec. Si nous perdons sur ces propositions, cela créera un obstacle supplémentaire pour tous celles qui luttent pour la justice dans cette province.
    • Bien qu’aucune des propositions présentées ne porte spécifiquement sur l’inclusion des femmes trans dans le mouvement féministe, il est clair qu’une partie importante de ses membres s’est indignée qu’une femme trans, Gabrielle Bouchard, ait été élue présidente de l’organisme en novembre dernier. Un vote contre ces propositions serait considéré par le public non seulement comme un vote contre Gabrielle, mais comme un rejet de toutes les femmes trans du mouvement féministe. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour empêcher que cela se produise.
    • Il y a de fortes chances que nous nous retrouvions avec un gouvernement de droite de la CAQ à l’automne. Nous devons nous préparer à nous battre maintenant. Une FFQ forte, politiquement solide et prête à lutter pour les droits de toutes les femmes nous aidera à traverser les prochaines années.

    Quelques dernières pensées ...
    • ON PEUT GAGNER. Oui, il y a un nombre important de féministes transphobes, anti-travailleuses du sexe et anti-intersectionnelle dans la FFQ, mais il y a aussi beaucoup de merveilleuses féministes intersectionnelle dans l’organisme dont plusieurs jeunes femmes de couleur brillantes qui se sont présentés comme candidates pour des sièges au conseil d’administration et qui ont été élues. On peut le faire !
    • Malgré le large éventail de points de vue qui existe parmi les membres de la FFQ, les principes de la FFQ sont plutôt excellents. La structure est là pour nous et il serait beaucoup plus facile de travailler pour que la FFQ reste fidèle à ses principes plutôt que de devoir créer quelque chose de nouveau à partir de rien.
    • En toute probabilité, le vote sur les propositions aura lieu en ligne après l’assemblée spéciale. Cela signifie que même si vous ne trouvez pas le temps d’assister à la réunion, vous pouvez toujours voter.
    • Comme mentionné dans la description de l’événement, si vous voulez voter, il est important de vous inscrire dès aujourd’hui car vous devez avoir été membre depuis 45 jours afin d’avoir le droit de vote.
    • Veuillez vous inscrire aujourd’hui !!!
    https://www.facebook.com/groups/155692997937262/


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2018
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin