| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 11 décembre 2006


Discours de la députée Maria Mourani, lors d’une motion sur la traite des femmes et des enfants
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »

par Maria Mourani, sociologue, criminologue et députée






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Vendredi le 8 décembre 2006, une motion sur la traite des êtres humains a été déposée à la Chambre des Communes du Canada. Madame Maria Mourani, députée de la circonscription d’Ahuntsic, a fait ce discours sur les liens entre la prostitution et la traite.

Débats de la Chambre des communes
39e LÉGISLATURE, 1re SESSION,
Vendredi, le 8 décembre 2006.

Mme Maria Mourani (Ahuntsic, BQ) :

Monsieur le Président, c’est une grande joie pour moi de faire un discours aujourd’hui pour appuyer la motion de ma collègue de Kildonan-St. Paul. Je tiens d’ailleurs à la remercier d’avoir accepté que je cosigne cette motion avec elle. À mon avis, lorsqu’il est question de traite de personnes, il n’y a plus de partis politiques qui tiennent. Il n’y a que l’unité qui compte afin de régler ce problème.

La motion de la députée demande que le Canada condamne la traite des femmes et des enfants entre pays aux fins de leur exploitation sexuelle et demande également une stratégie globale de lutte, ce qui est fondamental. En cette ère de mondialisation et bien sûr de libéralisation économique, la traite est devenue un commerce lucratif pour les trafiquants, les proxénètes, mais aussi les États. Il faut avoir le courage de le dire.

Selon l’UNODC, 92 p. 100 des personnes victimes de la traite mondiale le sont à des fins de prostitution et 48 p. 100 d’entre elles sont des enfants. La Commission des droits de la femme et de l’égalité des chances de l’Union européenne rapporte un chiffre de 90 p. 100 des personnes traitées à des fins de prostitution.

Selon l’UNICEF, chaque année, 1,2 million d’enfants sont victimes de la traite dans le monde.

Selon le rapport de 2005 du Département d’État américain sur la traite des êtres humains, 600 000 à 800 000 personnes font l’objet de traite chaque année dans le monde. Une proportion de 80 p. 100 sont des femmes et des jeunes filles et 50 p. 100 sont des mineures.

Selon le rapport de 2005 de l’Organisation mondiale du travail, 98 p. 100 des personnes victimes d’exploitation sexuelle sont des femmes et des fillettes.

Finalement, le Fonds des Nations Unies pour la population estimait en 2006 qu’environ 50 p. 100 des personnes victimes de la traite en vue d’exploitation sexuelle sont des mineures.

Pouvons-nous alors dire que cela n’arrive qu’aux autres et que cela ne se produit pas au Canada ? Je vous dirai que non.

Lien entre la traite et la prostitution

Il est clair qu’on ne peut pas parler de traite internationale sans parler de traite à l’intérieur du Canada. De ce fait, depuis septembre, le Comité permanent de la condition féminine s’est penché sur la question de la traite des personnes en vue de l’exploitation sexuelle au Canada. Nous déposerons notre rapport sous peu. D’ailleurs, au nom du Bloc québécois, j’ai personnellement présenté au comité une motion, qui a d’ailleurs été adoptée à l’unanimité, qui reconnaît le problème de la traite des personnes en vue de l’exploitation sexuelle à l’intérieur du Canada.

On sait que le Canada est un pays source et un pays de transit vers d’autres pays, comme les États-Unis, mais c’est également un pays consommateur. D’ailleurs, certains témoins de notre comité ont soutenu que les Canadiens et les Étatsuniens étaient de gros consommateurs de tourisme sexuel. Malheureusement, on a beaucoup de travail à faire pour protéger les femmes et les enfants.

De plus, il faut faire bien attention de faire la distinction entre traite en vue d’exploitation sexuelle et traite en vue de travail forcé ou d’enlèvement d’organes. On ne peut donc pas parler de cette forme de traite dont on parle actuellement sans parler de prostitution. Il existe un lien très clair entre prostitution et traite de la personne en vue d’exploitation sexuelle. Selon différentes données, 90 à 92 p. 100 des victimes de la traite le sont à des fins de prostitution.

Légalisation de la prostitution et augmentation de la traite et de la prostitution des femmes et des enfants

D’ailleurs, la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres du Parlement européen, dans son avis du 18 septembre 2006 - ce qui est très récent -, reprend à son compte le rapport élaboré en 2004 par la London Metropolitan University sur la prostitution. Ce rapport a démontré que la légalisation de la prostitution entraîne des abus sexuels d’enfants, de la violence contre les femmes ainsi qu’une hausse considérable de la traite dans le monde et bien sûr dans le pays qui accepte allègrement ce genre de « travail » entre guillemets. On constate également une hausse considérable du nombre de femmes et de filles étrangères - donc qui viennent d’ailleurs - dans le pays où la légalisation est monnaie courante.

Cette commission conclut aussi que la légalisation de la prostitution facilite la demande et l’achat du sexe, y compris de victimes de traite, et recommande que les États doivent reconnaître que la réduction de la demande de la traite revêt une importance vitale.

Je crois que la grande question, en fait, qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. C’est la base de tout. La question qu’on doit alors se poser est la suivante : la prostitution est-elle un travail ou une exploitation ?

Quant à moi, il n’existe pas de prostitution volontaire par opposition à une prostitution forcée, puisque de toute manière, la prostitution est une forme de violence en elle-même, une violence directe et systémique mise en place par des exploiteurs. D’ailleurs, la minorité des femmes qui disent arrondir leurs fins de mois et qui n’ont pas de proxénètes, ne souhaitent qu’une chose : s’en sortir et faire autre chose dans la vie.

La banalisation de la prostitution est une atteinte fondamentale aux droits humains. Cette banalisation est le lot de la société. Nous sommes en train de banaliser la prostitution. J’entends dire que c’est le plus vieux métier du monde. Non, ce n’est pas le plus vieux métier du monde. C’est la plus vieille forme d’exploitation du monde. C’est cela la prostitution.

Le rapport de 2001 du Service canadien de renseignements criminels a établi que l’âge moyen d’entrée dans la prostitution au Canada était de 14 ans. Choisit-on à 14 ans, à 12 ans ou à 8 ans de se prostituer ? J’en doute.

C’est tout simplement un lavage de cerveau qu’on fait à des enfants qu’on dresse pour devenir des prostitué-es, pour alimenter ce marché de la viande humaine. On brise leur humanité pour qu’ils se considèrent comme des riens. On les brise pour qu’ils deviennent des esclaves sexuels et ce, même à l’âge adulte. Ils n’ont jamais rien connu dans leur vie que le fait de se faire exploiter, et d’être un objet et une marchandise. Alors, à quoi nous attendons-nous d’eux ? Que croyons-nous qu’ils feront à 18 ans ou à 19 ans, qu’ils se trouveront un travail ? Nous en reparlerons.

On ne choisit pas de devenir une personne prostituée quand on est toxicomane, qu’on subit la violence familiale, l’inceste, la violence psychologique, quand on n’a pas d’estime de soi parce qu’on s’est fait battre toute sa vie. On ne choisit pas d’être un objet sexuel. On ne choisit pas de se faire traiter de toutes sortes de noms. En effet, on le sait bien, on ne dit pas « personne prostituée », on dit plusieurs noms que je ne prononcerai pas en cette Chambre afin de respecter le décorum. On ne choisit pas d’être obligé de passer plusieurs clients - certains parlent de 10, 20 ou 30 clients - dans une même journée. Cela m’étonnerait.

Parfois, on entend dire qu’elles aiment cela, que c’est un travail et que c’est très payant. Qu’on arrête la banalisation de cette violence faite aux êtres humains. La majorité de ces personnes sont des femmes. Posons-nous des questions.

Non à la légalisation des proxénètes, des bordels et à l’achat de "services sexuels"

Le système de la prostitution ne favorise que des rapports d’inégalité entre les personnes. Je crois qu’il est fondamental que le Canada n’emprunte jamais la voie de la légalisation des proxénètes et des bordels. Je crois également que nous avons un très bel exemple d’échec aux Pays-Bas.

Compte tenu du temps qui m’est alloué, je suggère à mes collègues de faire des recherches sur ce sujet. Ils verront, par exemple, qu’en 1981, aux Pays-Bas, il y avait 2 500 personnes prostituées. En 2004, il y en avait 30 000. Quatre-vingts pour cent de ces personnes sont d’origine étrangères, et 70 p. 100 d’entre elles n’ont même pas de papiers d’identité.

En ce qui concerne les mineurs, en 1996, il y avait 4 000 mineurs prostitués aux Pays-Bas. En 2001, il y en avait 15 000, dont 5 000 étaient d’origine étrangère.

Nous devons nous questionner non seulement sur cette légalité mais nous devons nous poser une grande question. Au Canada, nous devons commencer à suivre le chemin emprunté par la Suède et penser à mettre en place un système qui pénalise l’achat de services sexuels, parce que cela fait partie de l’offre et de la demande. Plus il y a d’offre, plus il y a de demande, et plus il y a de demande, plus il y a d’offre. Plus il y a des femmes sur le marché, plus on a le goût d’y voir des enfants.

Il est plus que temps, en tant que société, en tant qu’État, que nous ayons un débat fondamental sur l’achat de services sexuels, ici, au Canada. Sommes-nous d’accord pour pénaliser des prostitués ? Non, il faut les aider, leur donner des centres de refuge, leur apporter du soutien psychologique, les aider sur le plan de la santé et ainsi de suite, mais cela suffit de pénaliser les femmes.

Commençons à regarder le vrai problème : l’achat de services sexuels.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 décembre 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Maria Mourani, sociologue, criminologue et députée



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin