| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






samedi 5 novembre 2011

Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste

par Meghan E. Murphy, The F Word



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
Amnesty International et la défense soutenue du système prostitutionnel
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




Publié sur le portail Rabble dans la série « Reinventing democracy – reclaiming the commons » (1)

Pour moi, le féminisme et la gauche ont toujours été inextricablement liés. Les liens entre l’oppression des femmes et le capitalisme mondial, les liens entre le féminisme et l’anticolonialisme, la lutte pour des systèmes sociaux qui accordent la priorité aux gens, dans une perspective qui conçoit notre existence comme un effort de groupe plutôt que comme un mur que l’on escalade isolément – tous ces liens ont fait du féminisme un mouvement évidemment progressiste à mon sens.

Mais comment pourrions-nous réaliser des changements durables pour les femmes sans un engagement profond à contrer les oppressions de race et de classe ? Comment déraciner les profondes fondations du patriarcat qui soutiennent l’ensemble de nos institutions les plus puissantes, sans un engagement également profond à soutenir les personnes les plus marginalisées ?

Bien que mon histoire d’amour avec la gauche ait été pétrie de colère et de frustration [2], je reste convaincue non seulement que les mouvements progressistes doivent inclure le démantèlement du patriarcat comme un élément clé de leur analyse et de leur action, mais également qu’un féminisme néolibéral, à savoir un féminisme déconnecté de la gauche, est un féminisme qui ne mérite pas vraiment nos efforts.

À un moment où sont menacés certains des droits et libertés pour lesquels nous avons lutté le plus fort, où les syndicats subissent des attaques sans relâche, où la privatisation à l’américaine trépigne lourdement à nos portes, où l’accès à un logement sécuritaire est traité comme un privilège et non un droit, où on nous dit que des notions comme des services de garde universels et des programmes décents d’aide sociale sont inconcevables, le féminisme libéral semble se tirer dans les pattes. Tout se passe comme si nous avions tellement peur de tout perdre que nous avons décidé de ne lutter pour rien.

Le désespoir, couplé à l’influence croissante du discours néolibéral, nous a amenées à chercher l’autonomisation ("empowering") là où elle n’est pas, en manipulant des images et des industries profondément sexistes pour nous en tenir à une version de la libération des femmes qui paraît terrifiante d’ironie. À notre époque de Slutwalks, d’un « mouvement » néo-burlesque, d’une banalisation de la pornographie et d’un féminisme « sexe-positif » qui prend l’allure d’une agression contre des décennies de discours féministes [3], comment devons-nous travailler à revitaliser un mouvement féministe qui ne courbe pas l’échine devant le néolibéralisme états-unien ? C’est une idéologie qui tente très fort de nous faire croire à toutes que la liberté réside dans la pensée positive et que nous pouvons nous élever au-dessus de l’oppression institutionnalisée en prétendant qu’elle n’est tout simplement pas là.

Denise Thompson décrit comme suit le problème de l’individualisme :

« Si les relations de domination et de subordination sont interprétées comme rien d’autre que des traits individuels, elles cessent de pouvoir être perçues comme des rapports de pouvoir. Elles deviennent plutôt une simple question de préférences et de choix, où s’engagent des individus isolés qui n’ont aucun compte à rendre au-delà de leurs propres gratifications et satisfactions immédiates. » (Radical Feminism Today, 2001)

Cette critique de l’individualisme exige que le féminisme se comporte en mouvement progressiste et qu’il remette en question les arguments en faveur de l’autonomie individuelle, dans le contexte du système prostitutionnel par exemple.

Et pourtant, nous, nous qui devrions nous considérer comme progressistes, avons acheté cette idéologie, qui efface les systèmes de domination et de subordination et nous dit que notre émancipation ne dépend que de notre façon de définir notre prétendue oppression. Cette idéologie nous dit que la richesse est à notre portée si seulement nous acceptions d’y travailler un peu plus fort (et que la liberté est fondée sur notre capacité à faire de l’argent par tous les moyens possibles). Elle nous incite à concentrer notre énergie sur nous-mêmes et à oublier le sort de nos voisin-es. Elle nous dit de nous contenter de ce que nous possédons parce que, hey, nous avons lutté assez longtemps et pourtant nous souffrons encore, alors pourquoi ne pas simplement tirer le meilleur parti des situations ?

Le féminisme n’a pas échappé à cette attitude, loin de là. Il semblerait, plutôt, qu’une bonne part du féminisme libéral adopte maintenant cette idéologie à bras ouverts.

Aujourd’hui, il est populaire d’adopter la position féministe qui définit l’industrie du sexe comme un espace potentiellement autonomisant pour une femme du moment que celle-ci « choisit » d’y participer.

Mais qu’y a-t-il de radical ou de progressiste pour une femme à vendre son corps à des hommes ? Qu’y a-t-il de progressiste dans le regard que jettent les hommes sur les femmes ? Qu’y a-t-il de révolutionnaire à légaliser et, ce faisant, à normaliser la définition des femmes comme marchandises sexuelles ? Ces concepts nous renvoyant à une époque où le sexisme est non seulement accepté, mais encouragé comme voie potentielle de libération, me semblent loin d’être progressistes.

Deux exemples patents de l’adoption de l’individualisme par des secteurs du mouvement féministe, comme élément central de leurs discours et de leurs actions, sont les tentatives de décriminaliser l’industrie de la prostitution et le phénomène des Slutwalks (Marches des salopes).

Décriminalisation de la prostitution

La décriminalisation ou la légalisation du proxénétisme, de la tenue de bordels et de la sollicitation publique par les prostitueurs et les personnes prostituées est devenue au Canada la coqueluche de plusieurs progressistes et féministes auto-identifiées, qui y voient un objectif méritant d’être défendu. Définie comme une façon d’assurer plus de sécurité aux femmes et de leur permettre de faire des « choix » concernant leur autonomie corporelle, cette défense de l’exploitation sexuelle s’ancre de façon décisive dans le discours néolibéral.

Plutôt que d’analyser la prostitution comme représentative de notre vision et de notre façon de traiter les femmes en tant que société, les partisans de cet argument soutiennent que la décriminalisation fournira aux femmes « la liberté de choisir », et que nous devrions empêcher toute intrusion de l’État dans ce « choix ».

Le lien que ces arguments n’arrivent pas à faire est que les femmes, historiquement, posent ces « choix » lorsqu’elles sont dans la pauvreté. Elles posent ces « choix » pour survivre. Quand il n’y a pas de structures sociales en place pour assurer la survie et la sécurité des femmes, quand les femmes ne disposent pas de véritables choix, elles « choisissent » la prostitution. Et qui en profite ? Les hommes.

Un écart croissant entre les riches et les pauvres garantit que des femmes vont continuer à être contraintes au « choix » de la prostitution comme facteur de survie.

Placer les femmes à l’abri des violences et des sévices signifie leur fournir des options réelles, avec des logements sûrs et abordables et avec des filets de sécurité sociale. Cela ne signifie pas de présenter leur exploitation comme un cheminement de carrière viable. Si la gauche souhaite réellement une société équitable, nous devons travailler à mettre fin à la prostitution. Nous devons œuvrer à une liberté fondée sur un contexte de droits humains plutôt qu’à une simple absence de restrictions.

Bien qu’il existe certainement des femmes assez privilégiées pour considérer comme autonomisant leur choix de se prostituer, la nature de cette industrie est d’exploiter les plus marginalisées. La réponse n’est pas de prétendre que ce travail est autonomisant en soi, mais plutôt de veiller à ce que les femmes disposent de solutions alternatives et que les hommes n’aient pas la capacité d’agir en prédateurs face aux femmes dans le besoin. Je ne suis pas un objet qui existe pour donner du plaisir à un homme ayant plus de puissance et de statut que moi, et aucune de mes sœurs ne l’est non plus.

Les Slutwalks

Plébiscité par de nombreuses jeunes femmes à travers le monde, et considéré par certains [4] comme « l’action féministe la plus réussie des 20 dernières années », ce mouvement, étonnamment, est originaire de Canada. Je dis étonnamment, car nous avons tendance à associer au néolibéralisme étatsunien le genre de rhétorique individualiste qui a tant caractérisé le mouvement Slutwalk dès ses premiers pas. La mantra du « Je porte ce que je veux », scandé aux côtés des femmes défilant dans les rues en sous-vêtements [5] avec le mot « salope » écrit sur la poitrine, ne semble guère efficace contre l’inégalité systématique ou contre les racines de la culture du viol. Quintessence du « féminisme du CHOIX PERSONNEL » [6], les Slutwalks ont été immédiatement acclamées par les apologistes de l’industrie du sexe comme un espace où les femmes peuvent se donner du pouvoir, ainsi que par d’autres qui ne s’étaient pas ralliées au féminisme jusqu’alors, peut-être de peur que le mouvement ne les prive de leurs talons aiguille…

Alors que beaucoup considèrent les Slutwalks comme féministes, ce mouvement déçoit sous l’angle du progressisme. Ratant une occasion de présenter un défi radical aux racines même de l’oppression, ces défilés restent centrés sur l’enjeu des vêtements et la « liberté » de s’identifier comme « salopes », faisant de ce « mouvement » un discours qui place la liberté individuelle au-dessus de tout changement social.

Dans une culture qui a réussi à banaliser la pornographie, sexualiser le viol et la domination, présenter systématiquement le corps des femmes comme autant d’objets sectionnés à des fins de consommation, il est troublant que ces questions aient visiblement été laissées pour compte dans un défilé contre la culture de viol. En plus de cela, ces défilés continuent à faire le jeu d’un regard masculin [7], en montrant des danseuses de poteau et une foule d’occasions de prendre des photos pour les spectateurs masculins qui s’y pressent.

Si notre but véritable, en tant que gauche, est l’égalité pour toutes et pour tous, le féminisme se doit d’être un mouvement fondamentalement progressiste. Une idéologie néolibérale qui place les valeurs individuelles de « liberté » et de « choix » au-dessus d’une véritable émancipation ne pourra pas libérer les personnes pauvres et marginalisées. La vente du sexe n’a jamais fourni aux femmes indépendance, sécurité et autonomie durable ; elle a plutôt renforcé le pouvoir et les privilèges des hommes.

Si nous ne se soucions pas les unes des autres, si nous n’avons pas les yeux tournés vers la construction d’un monde où les options de survie des femmes ne passent pas par la vente de leur corps aux détenteurs du pouvoir, alors notre mouvement ne peut pas être qualifié de progressiste. Il ne peut même pas être appelé un mouvement. Ce critère n’a pas à être intériorisé par le seul mouvement féministe, c’est quelque chose que doit comprendre la gauche dans son ensemble. L’éthique du « chacun pour soi » n’a jamais été notre vision de la liberté, et pourtant, quand il s’agit des femmes, nous avons été manipulé-es au point d’y voir une formule libératrice.

Posez vos verres, les progressistes, nous sommes un mouvement, pas un enterrement de vie de garçon.

L’auteure

Meghan Murphy est l’animatrice et réalisatrice de l’émission radio « The F Word » ainsi que l’éditrice du site Web www.feminisms.org (8). Elle est candidate à la maîtrise au Département de genre, sexualité & études des femmes à l’Université Simon Fraser et termine un diplôme d’études supérieures à l’École de journalisme de l’Université de la Colombie-Britannique.

Notes

1. Voir lien.
2. Voir lien.
3. Voir lien.
4. Voir lien.
5. Voir lien.
6. Voir lien.
7. Voir lien.
8. Voir lien.

Version originale.

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 novembre 2011

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Meghan E. Murphy, The F Word



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin