| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






lundi 4 décembre 2006

Injustice pour une femme violée

par Lucie Poirier



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages




En août 2006, au Québec (Canada), une jeune femme de 21 ans, après avoir absorbé de la drogue, a été mordue au sein, pénétrée avec une arme, violée pendant deux jours par 13 jeunes hommes. Lorsqu’elle a voulu porter plainte, encore sous l’effet de la drogue, les policiers ont refusé de la croire. De plus, ils lui ont dit d’aller se doucher pour reprendre ses esprits ; ils venaient ainsi de ruiner toute possibilité de prélèvements et d’examen médical immédiat. Plus tard, elle a tout de même porté plainte.

Aussitôt, une vindicte générale, accentuée par la Ligue des Noirs - la victime est Blanche et les violeurs sont Noirs - s’est acharnée à la discréditer. Après la défection du système policier, le système judiciaire l’a laissée tomber : dès l’accusation les violeurs ont été remis en liberté. Aujourd’hui, aucune accusation n’est retenue contre eux. Non seulement, y a t-il absence de justice mais il y a exagération d’injustice : l’avocat de la défense veut faire condamner la victime à payer ses violeurs.

Depuis quelques années afin de minimiser la gravité d’un viol, on utilise des mots atténuants tels qu’agresseurs, séquestration, agressions à caractère sexuel...

Ce n’est pas parce que notre système judiciaire a échoué à les reconnaître coupables que je dois faillir autant et ne pas les désigner par le mot violeurs. Dans cet article, j’assume ce vocabulaire et je dégage le site Sisyphe de toutes responsabilités relatives à ma sélection lexicale. Je préfère m’accorder avec le réel qu’avec les errances d’un système judiciaire méprisant les femmes et particulièrement les femmes victimes de viol et/ou d’inceste.

D’autre part, autrefois, le système judiciaire américain déclarait légale l’exécution d’un Noir qui avait appris à lire. Ce n’est pas parce qu’une hargne a force de loi qu’elle est juste. Ce n’est pas parce que notre ministère de la Justice cautionne qu’une victime de viol soit maltraitée par le système que c’est juste.

La cruauté et la misogynie du système judiciaire découragent les femmes violées de porter plainte. Plus de la moitié des victimes ne portent pas plainte car elles savent, et elles viennent d’en avoir la preuve encore une fois, que le système judiciaire impose aux femmes violées un processus pénible, destructeur et vain.

Une femme violée, qui porte plainte et se rend au procès, se sent violée à nouveau. Après l’ignominie d’un viol, une femme qui décide de porter plainte, se place en situation répétée de déni. Pour s’infliger le supplice insistant et infériorisant du processus judiciaire, la souffrance d’une femme violée doit être authentique et infinie. La victime doit croire avec conviction que le système judiciaire lui apportera réparation et justice. La vérité, la confiance, l’attente, le besoin de guérison sont des composantes absolues mais bafouées.

Une femme n’a jamais intérêt à prétendre avoir été violée quand ce n’est pas le cas, car il n’y a jamais de gain à subir l’humiliation et l’adversité qu’une telle accusation entraîne pour la victime. C’est toujours le procès et la condamnation de la femme violée qui sont faits. De tels aboutissements s’accordent avec la misogynie et le patriarcat des systèmes politique, économique et social ; la femme n’y est jamais acceptée, n’y fait jamais sa place, n’y introduit jamais son influence.

Les exceptions sont si rares qu’elles ne font pas le poids, les faits le prouvent aujourd’hui.

Le Québec n’est pas moins barbare que les pays où les femmes violées sont tuées. Nous sommes une société où la femme violée est condamnée par l’ostracisme, le discrédit, l’isolement, l’absence de soins, de recours, de support. Après la perte de reconnaissance et de dignité, on la dépouille aussi de son argent. Les ravages psychologiques et financiers sont tels que parfois la femme elle-même achève son massacre en se suicidant. Il n’est pas facile d’être seule contre tous. (Cf : Lucie Poirier, « Pourquoi tous contre une ? »)

Chaque femme violée l’est au nom de toutes les autres. C’est LA FEMME qu’un homme viole quand il attaque une victime. L’homme veut punir la femme d’être une femme, il veut la terroriser, la dominer, la soumettre ; il veut lui en faire baver, la casser, lui prouver que c’est lui qui contrôle. Et c’est efficace.

L’homme insuffle la peur à la femme. En protégeant, en favorisant, en valorisant les violeurs, les divers systèmes lancent le message aux autres femmes qu’elles risquent d’endurer un sort semblable et qu’elles n’ont pas intérêt à répliquer, à protester. C’est pour mieux rendre constante la menace du viol et effectives les représailles à l’égard des femmes violées qui réclament justice que les divers systèmes se liguent, se rallient à la mentalité misogyne et discriminatoire.

Aux Etats-Unis, un homme Noir qui a tué sa femme Blanche a prouvé qu’il n’y a pas de conséquences défavorables pour celui qui agit ainsi. Il vient de publier un livre où il se vante de son succès et en donne le mode d’emploi.

Au Québec, treize hommes Noirs viennent de s’en tirer à très bon compte et leurs profits ne cesseront de s’accroître.

On pourrait croire que c’est la victoire de l’homme Noir qui se venge sur la femme Blanche. La femme, quelle que soit sa race, n’a jamais de pouvoir ; elle n’a donc pas eu celui d’instaurer le pouvoir raciste. Au contraire, beaucoup de femmes, dont plusieurs du mouvement féministe naissant, ont revendiqué l’abolition de l’esclavage des Noirs au péril de leur vie.

Pour les violeurs Noirs, il est beaucoup plus facile de s’attaquer à un démuni, dénigré, exclu et finalement aussi opprimé qu’eux, donc une femme, que d’essayer de conscientiser un homme puissant qui abuse de ses prérogatives.

Si le tueur et les violeurs Noirs sont aussi supportés par les systèmes policier et judiciaire, ce n’est pas vraiment parce qu’ils montrent le triomphe du Noir sur la Blanche ; en fait, cela n’a rien à voir avec la couleur de la peau. C’est parce qu’ils envoient ce message qu’une majorité souhaite proclamer : le triomphe de l’homme sur la femme.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 décembre 2006

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



Plan-Liens Forum

  • Injustice pour une femme violée
    (1/5) 15 mars 2010 , par Internaute

  • Merci
    (2/5) 2 avril 2008 , par Internaute

    rép: LUCIE DU NAÏBIS
  • DE VICTIME DE VIOL JE PASSERAIS A CELUI DE PREVENUE
    (3/5) 16 novembre 2007 , par PIRO Lucie

  • > Injustice pour une femme violée
    (4/5) 16 novembre 2007 , par PIRO Lucie (NAIBIS)

    rép: Lucie PIRO
  • > Injustice pour une femme violée
    (5/5) 16 février 2007 , par Internaute

    rép: vie brisé
    rép: LUCIE PIRO
    rép: LUCIE DU NAÏBIS
    rép: NAIBIS




  • Injustice pour une femme violée
    15 mars 2010 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Bonjour ,je n’en reviens pas de se que je viens de lire et c’est scandaleux que la justice agisse aissi.J’ai moi méme été violer il y a treise ans par un homme noir il a été juger et a pris dix ans ferme.Aujourd’hui je me suis reconstruis mais ma vie de femme est difficile a retrouver je me bat tout les jours pour récupérées ma dignité mais je ni parviens que difficilement.Se que je viens de lire me fait trés mal car elle doit étre dans une détresse profonde et que rien ne réparera se qu’ils lui ont fait mais il faut absolument qu-ils payent leurs crimes, sinon c’est la porte ouverte et d’autres femmes subiront le méme sort, et la justice y contribu mais quelle honte commen arrive t’ils a trouvés le sommeil aprés ca c’est pas humain.

    [Répondre à ce message]

    Merci
    2 avril 2008 , par Internaute   [retour au début des forums]

    J’aimerai souligner l’importance de cet article, j’ai jamais lu quelque chose d’aussi vrai, d’aussi bien expliqué. Je remercie la personne qui l’a écris, ceci montre l’intelligence de certaines personnes. Je commençais à en douter. Le viole est souvent condamné comme un délit mineur pourtant ceci engendre bien des souffrance que beaucoup de Monde ont connu. On ne doit pas prendre ça à la légère et renforcer les peines, une peine de minimum 40 ans. Une personne violée [ fille comme garçon] verra sa vie gâchée, elle sera morte de l’intérieur, rien de plus grave que ce sentiment...Je n’ai jamais été victime d’un viole, mais j’essaye de faire de mon mieux pour comprendre la victime.

    On reproche aux femmes leur façon de s’habiller, pourtant celui qui est a blâmer est bien l’homme avec son esprit tordu. Un homme nu dehors ne me donnera pas envie de l’abuser. je m’adresse à vous, ne jamais culpabiliser par rapport à vos habits. La libertée de la femme passe par ses choix et non par celui des autres !

    Jill

    [Répondre à ce message]

    • Merci
      10 juillet 2008 , par
      LUCIE DU NAÏBIS   [retour au début des forums]
      VIOLEE A 65 ANS JE PASSERAIS DE VICTIME A PREVENUE

      Bonjour Jill, je suis Lucie, nous sommes le 10 juillet 2008 je découvre à l’instant votre article en réponse à mon sos, Quelle bouffée d’oxygène vous venez de m’offrir, merci. Voilà plus d’un an que je suis enfermée comme pour me punir d’avoir été si naïve, comment imaginer qu’en allant rendre service votre vie allait basculée à ce point. Depuis il y a eu d’autres victimes, toujours le même scénario, "il" répond à une annonce "service à la personne" s’arrange pour leur donner rendez-vous à l’heure du déjeuner (la personne bien sûre n’aura pris tout au plus qu’un encas). La deuxième victime accepte de prendre une petite collation et se retrouve très vite plaquée sur le fauteuil, après s’être débattue celle-ci s’en ira très choquée elle dira "heureusement qu’il avait bû il sentait le pastis j’ai pû me dégager je me demande ce qui se serait passé. Elle parlera de sa mésaventure au commissariat mais ne portera pas plainte de peur des représailles. La 3ème victime arrive pour repasser le linge de ce Monsieur, la table est mise, l’homme tend un verre à la dame et lui propose de partager son déjeuner, celle-ci comprend que quelque chose se passe, elle prend peur et refuse le verre tendu, le Mr se fâche se met très en colère et se place devant la porte d’entrée, la dame âgée de 40 ans venue pour repasser son linge tente de s’enfuir et quitte très vite la maison. Ce Mr est un pervers, il ne se contente pas de passer des petites annonces "homme 43 ans cherche femme entre 50 et 70 ans etc aurait-il un compte à régler avec sa mère ? toujours est-il que cet homme est en liberté, lors de son interrogatoire il avouera en avoir recrutées plus de deux cents, cette réflexion n’intrigue pas la police, mieux encore celle-ci lui conseille de porter plainte contre moi pour diffammation ce qu’il fera, je me retrouverais quelques jours plus tard devant un psychiatre, à des problèmes avec les hommes et je passerais de victime à prévenue. je souffre toujours de cette épouvantable injustice qui m’a fait perdre mon incroyable envie de vivre, de donner, de partager, mon mari est parti lasse d’entendre les histoires de bonnes femmes, la boutique qui m’employait a fermé ses portes.Mes amies se raréfient à toujours répéter la même chose. Il y a quelques mois déjà je devais rencontrer une avocate prête à m’écouter mais au dernier moment mon corps à réagit très violemment comme s’il se souvenait encore de cette maltraitance. Le lendemain matin le même bouton de fièvre avait réapparut. J’ai pensé de suite que si cet homme avait broyé mon âme le corps lui ... se souvenait. Encore MERCI pour vos témoignages qui m’ont aidés à rappeler cette avocate. protégez-vous. A très vite ! LUCIE

      [Répondre à ce message]

    DE VICTIME DE VIOL JE PASSERAIS A CELUI DE PREVENUE
    16 novembre 2007 , par PIRO Lucie   [retour au début des forums]
    INJUSTICE POUR UNE FEMME VIOLEE

    NOUVEAU TITRE CONCERNANT LA REPONSE A L’ARTICLE DE LUCIE POIRIER INJUSTICE D’UNE FEMME VIOLEE Lucie PIRO

    [Répondre à ce message]

    > Injustice pour une femme violée
    16 novembre 2007 , par PIRO Lucie (NAIBIS)   [retour au début des forums]
    INJUSTICE POUR UNE FEMME VIOLEE

    Voilà deux ans que je recherche quelqu’un qui pourra m’écouter et me comprendre. Alors que j’allais garder des chiens à domicile en l’absence du maître, Mr Perrichon alias Petit (nom de son chef de service) ne s’en ira pas comme prévu. Après un verre de "bienvenue", j’étais comme anesthésiée, violée toute la nuit, il jouera avec moi comme un chat avec la souris, déchirée, trace de substance dans le sang, un bouton de fièvre sur la lèvre supérieure gauche je rentrerais chez moi encore inconsciente les warning allumés comme pour crier au secours. Le lendemain sur les conseils des urgences, j’irais porter plainte. Le premier policier se balançait sur sa chaise, la deuxieme frappait son bureau du poing à chaque question, avouez ! que c’est vous qui l’avez cherché, 65 ans ? lui n’en a que 40 ? un bel homme vous ne trouvez pas ! est-ce qu’il a une tête de violeur ? quelle est la femme qui ne voudrait pas avoir de relations avec cet homme ? puis la troisième encore plus jeune que les deux autres me frappe sur la tempe avec son index. MAIS Y A RIEN LA DEDANS ... RIEN ! moi quand je vais chez un mec je sais pourquoi ! J’avais beau dire que ce monsieur avait trouvé la rubrique dans les femmes généreuses comme moi qui voulais seulement rendre service pour garder des enfants ou des chiens à domicile pour permettre à celui-ci d’aller tranquillement voir son match avec ses copains comme c’était prévu. Dans le commissariat, une grande banderole allez l’OM, mon violeur à peint aussi sa voiture au couleur de l’OM (pour c’est lui qui le dit épater les filles. Je me suis retrouvé seule au milieu de ses nouveaux agresseurs qui se moquaient et comme pour épater encore un peu plus la police "mon violeur" a ajouté (j’en ai RECRUTE PLUS DE DEUX CENTS ? c’est bien la première qui porte plainte ? Le policier prend son téléphone et appelle un psychiatre. C’est moi qui serait convoquée non pas pour mon affaire de viol mais A DES PROBLEMES AVEC LES HOMMES. Je suis une femme extrêmement sérieuse, même trop au dire de mes amies, je ne sort jamais, ne boit pas, ne fume pas je suis toujours à l’écoute de celui ou celle qui a besoin d’un service. Eclats de rire général, le policier tenait entre ses mains l’original du certificat médical fait aux urgences, en me regardant, il commence à froissé celui-ci en me disant "affaire classé", j’ai bondi de ma chaise pour lui arracher des mains, toutde suite il a crié, vous êtes témoins, il y a outrage à agent ! et se retournant vers le violeur, la policière lui conseil de porter plainte contre moi pour diffammation ce qu’il a fait. Au tribunal, le Procureur lira un faux : Soucieuse d’aider la police, nous affirmons par la présente que Madame Lucie PIRO s’est bien présentée aux urgences le 7 aout 2005, elle nous dit avoir été violée, mais nous ne trouvons aucune trace de sperme. FAUX, CE CERTIFICAT EST UN FAUX, l’hôpital n’a jamais établit ce document, ce jour là j’étais seule à la librairie et n’en suis sortie que vers 20H. Le procureur grand Mr noir et imposant dira bien haut et bien fort, de toute façon il faut un exemple, une femme de 62 ans à l’époque n’a pas a aller chez les hommes à une heure tardive. C’est la toute première fois que je sortais seule,c’est parceque j’avais trouvé quelques jours plus tôt un chien coucher près de ma boutique que j’ai eu l’idée de mettre une annonce dans le journal ! SURTOUT N’ABANDONNEZ PAS VOS ANIMAUX POUR QUELQUES JOURS DE VACANCES APPELEZ ET MON N°. L’affaire de viol est toujours classé, 800 e ont été demandé pour outrage a agent, 5 ans de mise à l’épreuve, mois de prison avec sursi pour mensonge. Ce qui veut dire que si je grille un feu rouge ou autre déli, le sursi tombe et je me retrouve en prison. Le policier comme le violeur ne se présenteront pas, j’étais seule au milieu de cette assemblée, l’avocate trop jeune n’a presque rien dit, en possession du faux certificat elle refuse encore aujourd’hui de me le donner seul preuve de la mauvaise fois des policiers. J’ai écrit à la télé, aux émissions qui traitent de ce sujet, mais rien, comme l’autre Lucie, je m’enferme de plus en plus, je ne travaille plus, mon mari m’a quitté, cette affaire ne le concerne pas. A 65 ans je suis à la retraite, je me sens abandonnée par tous alors que le violeur n’a pas même payé le franc symbolique. Cette histoire me ronge un peu plus chaque jour. L’association ni pute ni soumise au gouvernement actuellement m’avait répondue qu’il n’y avait pas de structure pour la province. Avec Lucie POIRIER nous serons au moins deux à savoir que nous n’avons pas menties. lucie.piro@wanadoo.fr

    [Répondre à ce message]

    > Injustice pour une femme violée
    16 février 2007 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Un violeur est un violeur quel que soit la couleur de sa peau. Vou s pensez que parcequ l’esclavage est fini on doit remercier tout les blancs en devenant des sitoyens modèles qui ne font que des choses biens ? Votre article est raciste et incite à la stigmatisation des noirs. Des blanc qui violent des femmes et des enfants il y en a plein mais malheureusement encore une fois vous les blancs vous n’avez rien compris ! Le jour où vous verez un Homme en regardant un noir et pas juste la couleur de sa peau les choses commeceront à évoluer.

    [Répondre à ce message]


       Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © Sisyphe 2002-2013
    . | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin