| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






décembre 2002

Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages
Et bibliographie

par Martin Dufresne






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes







Les témoignages d’intervenantes, qui accompagnent l’entrevue « Face aux conjoints agresseurs... La danse de l’ours », illustrent les propos du psychologue Rudolf Rausch dans l’entrevue qu’on peut lire ici. Ces témoignages sont suivis d’une bibliographie complète.

La norme implicite

En matière de violence conjugale, la norme implicite atténue la violence exercée par un homme sur une femme et sert à contourner la norme officielle ainsi que la sanction qui s’y rattache. Elle fait aussi en sorte que l’homme ne perde pas tous ses pouvoirs et puisse même retirer les bénéfices prévus. Comment peut-on arriver à une telle aberration ? Par le droit à la justification. (...) La justification aide à contourner la sanction. Puisque la faute est hors de sa maîtrise, due à une situation ou à une perte de contrôle, l’homme n’a pas à répondre de ses actes. Il ne peut rien changer (...). Les courants qui, en psychologie populaire et en criminologie, prônent la réhabilitation ont influencé le discours des hommes agresseurs en insistant sur l’être humain qui est derrière le geste de violence. Une telle analyse risque, à notre avis, d’amenuiser la responsabilité des agresseurs face à leurs gestes et intentions. (...)

Façons d’entretenir la norme implicite : garder le silence face à un rapport de force d’un homme sur une femme, accepter les justifications de l’homme et le blâme de la victime, proposer, au nom d’une institution, d’un gouvernement ou d’un organisme, des solutions à partir de la norme implicite (p. ex., en personnalisant les cas, en voulant " soigner " l’homme agresseur ou en voulant rétablir à tout prix la communication dans le couple, en isolant les hommes agresseurs des autres hommes pour ne traiter que ceux qui dérangent et donner à la violence conjugale une connotation de maladie ou de handicap social, etc.).

(Diane Prud’homme, 1994 : 32, 64)

" Eux, ils s’en sortent toujours "

" Je trouve qu’il n’y a pas assez d’exemples pour les hommes. Ils n’ont pas peur. Ce n’est pas un souci. La femme, c’est quoi ? C’est pas grand-chose, c’est une chose. On lui tape dessus, qu’est-ce qu’on risque ? Si la justice ne nous donne pas d’exemples qu’on attrape ces types et qu’on les mette en prison, ça continuera. "

(Témoignage tiré de Cathy Souffron (1999). Les violences conjugales. Toulouse : Les essentiels Milan, p. 55)

Gondolf et White (2000) définissent les programmes pour conjoints agresseurs comme des " groupes de counseling et d’éducation à caractère hebdomadaire, destinés à des hommes ayant agressé physiquement leur conjointe. Une vaste majorité de ces hommes y sont envoyés par des tribunaux pour des périodes de 3 mois à un an, après avoir été arrêtés et accusés de violence conjugale. "

Beaucoup de partenaires d’agresseurs se disent sous-informées quant à la participation de leur conjoint aux programmes. En général, les conjointes demandent plus d’information sur le programme, des programmes plus longs, une meilleure surveillance de leur conjoint par les animateurs du programme, de contacts avec le conseiller de leur conjoint, et des services d’appui distincts, axés sur leur sécurité. Les femmes qui réclament le plus de changements ajoutent souvent que les programmes " ne fonctionnent pas ", ce qui suggère que leur conjoint continue à les agresser.

(Gondolf et White, 2000)

Les programmes pour conjoints agresseurs comme instruments d’oppression

On nous amène à croire en la nécessité de " traiter " les conjoints agresseurs. Pourtant, on ne juge pas comme acceptable le recours au " traitement " pour les auteurs d’agressions racistes ou hétérosexistes comme on le fait dans le cas des violences infligées aux femmes. Le ridicule et l’inefficacité de telles démarches seraient chose évidente ; on comprendrait qu’elles occultent le vrai problème. (...)

Les hommes qui agressent les femmes ne souffrent pas plus de maladie mentale que la plupart des personnes racistes et ils n’ont pas besoin de " traitement " pour savoir comment cesser d’agresser les femmes. Le problème n’est pas qu’ils " perdent le contrôle " ; ils font preuve, au contraire, d’un contrôle très poussé dans leurs choix de comportements pour conserver le pouvoir. Ils n’ont pas besoin d’" apprendre à gérer leur colère " ; ils y arrivent même mieux que la plupart d’entre nous. Lorsqu’un agent de police se présente, les agresseurs deviennent instantanément la personne la plus effacée, charmante et raisonnable du quartier. Ils attirent le policier sur le terrain de la solidarité masculine tandis que la femme violentée tremble, sanglote et se terre dans un coin, allant parfois jusqu’à hurler son besoin d’aide. Non, les agresseurs n’ont pas besoin d’être " outillés " pour se comporter de façons non-violentes ; ils y arrivent déjà très bien avec des gens comme leurs patrons, l’agent qui verbalise leur excès de vitesse ou leur curé, entre autres. (...)

Les hommes qui agressent les femmes sont comme les autres hommes. Ils ne sont en général ni meilleurs, ni pires. Les hommes qu’on retrouve dans les groupes pour conjoints agresseurs sont simplement ceux qui d’une façon ou d’une autre, ont été pris, habituellement ceux que la culture dominante tient en faible estime. Il s’agit souvent d’hommes pauvres et/ou de couleur ; ils constituent moins de un pour cent de l’ensemble des hommes qui agressent des femmes. (...)

Les programmes de traitement pour hommes violents, ou l’intervention auprès des conjoints agresseurs, qu’on les appelle comme on voudra, constituent de parfaits exemples des outils du maître qui, comme l’a écrit Audre Lourde, ne démantèleront jamais la maison du maître. Ils permettent aux gens de croire que les conjointes des participants sont à l’abri de la violence parce que ceux-ci sont inscrits à un programme, en train d’être " guéris ". Alors que plusieurs années d’expérience (et un grand nombre d’études) nous ont appris que peu ou pas d’hommes changent du fait de ces programmes. (...)

La réalité, c’est qu’une proportion énorme des femmes vit dans une terreur permanente face aux actes et aux menaces de leurs conjoints et face à un système qui les garde sous contrôle et qui les agresse encore davantage. La seule façon dont nous arriverons un jour au moindre changement appréciable ou quantifiable de la violence des hommes à l’égard des femmes et enfants est un travail d’organisation en vue d’un changement de société.

(Rose Garrity, 2002 - R. Garrity est directrice de la maison d’hébergement A New Hope Center et présidente de la New York State Coalition of Domestic Violence Shelters)


Bibliographie

Association Mères en lutte (2000). Dossier Mères en lutte. Lyon.
Bard, Christine (Ed.) (1999). Un siècle d’antiféminisme. Paris : Fayard.
Browning, James (1984). Stopping the Violence : Canadian Programmes for Assaultive Men. Ottawa : Centre national d’information sur la violence familiale, Santé Canada.
Burns, Nancy, Colin Meredith et Chantal Paquette (1991). Treatment Programs for Men Who Batter : A Review of the Evidence of their Success. WD1991-10a. Ottawa, Département de la recherche, Justice Canada.
Carlin, Kathleen (1982). " Why Women First ". Aegis (Summer), 68-74.
CMCS (Collectif masculin contre le sexisme) (1995). Limites et risques de l’approche psychologisante auprès des batteurs de femmes. Montréal.
Dankwort, Juergen et Juliet Austin (1999). " Standards for Batterer Intervention Programs in Canada : A History and Review ". Canadian Journal of Community Mental Health, 18, 19-38.
Dankwort, Juergen et Rudolf Rausch (2000). " Men at Work to End Wife Abuse in Quebec : A Case Study in Claims Making ". Violence Against Women, 6 (9), 936-59.
Delacoste, Frédérique et Félice Newman (1982). Fight Back : Feminist Resistance to Male Violence. Minneapolis : Cleis Press.
Dufresne, Martin (1998). " Masculinisme et criminalité sexiste ". Nouvelles Questions Féministes, 19 (2-3-4), 125-137.
Dulac, Germain (1997). Les demandes d’aide des hommes. Montréal : Center for Applied Family Studies, Université McGill.
Dulac, Germain (1999). Intervenir auprès des clientèles masculines : théories et pratiques. Montréal : Center for Applied Family Studies, Université McGill.
Dworkin, Andrea (1995). " Trying to Flee ". Los Angeles Times, 8 octobre 1995, M4. Transcrit dans CMCS (1995).
Ehrenreich, Barbara (1983). The Hearts of Men : American Dreams and the Flight from Commitment. Garden City : Anchor.
Faludi, Susan (1991). Backlash : The Undeclared War Against American Women. New York : Crown.
Garrity, Rose (2002). "Movement Activism Versus Professionalism - Domestic Violence Offender Programs as Tools of Oppression". NCADV 2002 Conference Program,(pp. 50-52). National Coalition Against Domestic Violence, États-Unis, Jul.-Aug. 2002.
Gondolf, Edward (2002). Batterer Intervention Systems : Issues, Outcomes and Recommendations. Newbury Park : Sage.
Gondolf, Edward et Robert White (2000). " Consumer Recommendations for Batterers Programs ". Violence Against Women, 6 (2), 198-217.
Hagan, Kay Leigh (Ed.) (1992). Women Respond to the Men’s Movement. New York : Harper-Collins.
Hanisch, Carol (1979 [éd. orig. 1969]). " The Personal is Political ". In Redstockings Collective, Feminist Revolution, (pp. 204-205). New York : Random House.
Harrell, Adele (1991). Evaluation of Court-Ordered Treatment for Domestic Violence Offenders. Washington : The Urban Institute.
Hart, Barbara (1984). Accountability to Battered Women. Transcrit dans CMCS (1995).
Hart, Barbara (1988). Safety for Women : Monitoring Batterer Programs. Harrisburg : Pennsylvania Coalition Against Domestic Violence.
Hart, Barbara (1992a). Accountability : Program Standards for Batterer Intervention Services. Harrisburg : PCADV.
Hart, Barbara (1992b). " State Codes on Domestic Violence : Analysis, Commentary and Recommendations ". Juvenile & Family Court Journal, 43 (4), 3-85.
Hart, Barbara (2002). The Legal Road to Freedom. Site Web du Minnesota Center Against Violence and Abuse : http://www.mincava.umn.edu/hart/legalro.htm
Jones, Ann (1994). Next Time, She’ll Be Dead : Battering & How to Stop It. Boston : Beacon.
Jones, Ann et Susan Schechter (1995). Quand l’amour ne va plus : échapper à l’emprise d’un conjoint contrôlant. Montréal : Le Jour éditeur.
Khanine, Anne-Françoise (1998). " Les alliés des femmes ", Lunes, 5, 24-29.
Krakovich, Odile (1980 et 1981). " Misogynes et féministes il y a cent ans ". Questions féministes, 8, et Nouvelles questions féministes, 2.
Lacombe, Claudette (1990). Au grand jour. Montréal : Éditions du remue-ménage.
Malette, Louise et Marie Chalouh (Ed.) (1990). Montréal, 6 décembre 1989. Montréal : Éditions du remue-ménage.
Maugue, Annelise (1999). " Littérature antiféministe et angoisse masculine ". In Christine Bard (Ed.), Un siècle d’antiféminisme ,(pp. 69-83). Paris : Fayard.
Pence, Ellen et Michael Paymar (1990). Power and Control : Tactics of Men Who Batter. Duluth : Minnesota Program Development Inc.
Presentey, Fabienne et Lise Letarte (1995). Rapport final : Recherche-action avec le programme d’intervention masculine Après-Coup. Ottawa : Ministère du solliciteur général, Gouvernement du Canada (mars 1995).
Prud’homme, Diane (1994). Un grain de sable dans l’engrenage. Montréal : Regroupement provincial des maisons d’hébergement.
Regroupement provincial des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale (1989). " Les groupes pour hommes agresseurs : une panacée ?". L’Avalanche, 4 (12).
Renzetti, Claire (1996). " On Dancing With a Bear ". In Renzetti Claire et Kevin Hamberger (Eds), Domestic Partner Abuse , (pp. 213-222). New York : Springer.
Smyth, Ailbhe (2002). " Résistance féministe à la violence masculine contre les femmes ". Nouvelles questions féministes, 21 (2), 76-92.
Yllo, Kersti et Michele Bograd (1988). Feminist Perspectives on Wife Abuse. Newbury Park : Sage.


- Publié d’abord dans Nouvelles questions féministes, édition de décembre 2002

- Mis en ligne sur Sisyphe en janvier 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Martin Dufresne

Longtemps associé au Collectif masculin contre le sexisme, créé en 1979, Martin Dufresne est connu comme un allié des milieux féministes et a produit dans plusieurs médias des analyses percutantes sur divers aspects de la condition masculine, ainsi que sur la violence faite aux femmes.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2002
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin