| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 23 août 2005

Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec

par Anne-Valérie Lemieux Breton, de Rose du Nord






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Violences contre les femmes - Refuser la connivence et la léthargie masculines
Une culture d’agression
#NOUSTOUTES - Fait-on confiance aux femmes ?
Colloque "Patriarcat : prostitution, pédocriminalité et intégrismes"
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
"Le sous-financement des maisons d’hébergement pour femmes : facteur aggravant de la marginalisation des femmes immigrantes au Québec", une étude de l’IRIS
La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Lettre de protestation

Québec, le 7 juin 2005

Aux propriétaires du bar Chez son père,

Nous sommes quatre femmes et un homme qui, pour la plupart, fréquentent régulièrement le bar Chez son père, et ce, depuis plusieurs années. Pour certaines d’entres nous, votre établissement est synonyme de bons souvenirs, de fête, de bons temps. Nous apprécions cet endroit pour son atmosphère accueillante et chaleureuse.

Nous vous écrivons cette lettre pour vous faire part de notre indignation. Vendredi soir dernier, le 3 juin 2005, nous nous sommes rendues au bar Chez son père pour fêter l’anniversaire d’une amie. La soirée était bien commencée, nous nous amusions. Vers 1h30, le chansonnier François Leblanc nous a annoncé avoir récrit les paroles du grand classique de Gaston Mandeville, Le vieux du bas du fleuve. Il a souligné que ses paroles en choqueraient sûrement certaines et certains, mais qu’il s’en moquait. Évidemment, il en avait dit assez pour avoir toute l’attention de son auditoire. Voici un extrait des paroles :

C’était une fille du bas du fleuve
Qui s’mettait un peu partout
On l’appelait la charrue neuve
Depuis qu’elle avait quatorze ans
Elle s’est levée un bon matin
Une cicatrice dans l’arrière-train

Anne-Valérie, une femme de notre groupe, indignée devant de tels propos, s’est levée et a dit : « Tu es un esti de cave, ça ne se chante pas des choses comme ça. » Un silence a suivi, la chanson a cessé et le chansonnier François Leblanc a dit à Anne-Valérie : « Tu viens de me confirmer ce que je pense des femmes comme toi. » Il a continué à jouer en ajoutant, presque entre chacune de ses chansons, des commentaires insidieux et dénigrant envers notre groupe : « J’en ai tu frustré d’autres ici, à part celles qu’on sait déjà ? » « Inquiétez-vous pas, j’embrasserai personne de force ce soir. » « J’peux tu finir mon show en paix » « Est-ce qu’on la recommence ? »

Entre-temps, le portier et la gérante Martine sont venuEs nous dire qu’il et elle ne pouvaient tolérer que l’on insulte leur chansonnier. Nous avons tenté de leur expliquer qu’à notre avis il est inadmissible que de tels propos soient véhiculés et tolérés, qu’une cicatrice dans le derrière d’une femme réfère sans équivoque au viol. Nous sommes ensuite restées calmement assises, encore sous le choc de tout ce que nous venions d’entendre et de vivre, jusqu’à ce qu’une d’entre nous se lève pour danser sur une des chansons interprétées par François Leblanc. Ce geste fut interprété comme un manque de respect et de la provocation. Le portier et la gérante nous ont alors ordonné de quitter les lieux dans les cinq minutes, nous demandant de ne plus remettre les pieds au bar Chez son père. Selon les dires de la gérante, nous n’avions pas de sens de l’humour, nous n’avions pas compris que cette chanson était une blague, nous ne devions pas en faire une dépression. Nous avons refusé de partir.

Nous sommes indignées et en colère ! À notre avis, il est inacceptable qu’un bar accepte que soient tenus de tels propos haineux, dégradants et violents envers les femmes. La gérante nous a dit qu’elle avait déjà entendu cette chanson et qu’elle acceptait que François Leblanc la joue. Par conséquent, le bar Chez son père endossait ces paroles. Nous sentons avoir été brimées dans notre dignité par les reproches du portier, de la gérante et du chansonnier que nous jugeons non fondés. Leur attitude était harcelante. Est-ce insulter une personne lorsqu’on se lève pour faire cesser des paroles qui insultent les femmes ? Est-ce manquer d’humour que de refuser de rire lorsqu’on parle de viol, lorsqu’on traite les femmes de charrues ?

À vous, propriétaires du bar Chez son père, nous vous posons deux questions : est-ce que vous cautionnez les propos méprisants et haineux tenus par un chansonnier de votre établissement ? Des moyens seront-ils pris pour que de telles situations ne se reproduisent pas ?

Nous souhaitons connaître vos réactions face aux événements ainsi que les actions qui seront entreprises. Nous attendons votre réponse à l’adresse suivante :
À l’attention de :
Anne-Valérie Lemieux Breton
ROSE du Nord
177, 71e rue Est
Charlesbourg, Québec
G1L 1L4

Anne-Valérie Lemieux Breton, Organisatrice communautaire au Regroupement des femmes sans emploi du Nord de Québec (ROSE du Nord)
Marie-Eve Genest, Intervenante sociale au Centre Femmes d’aujourd’hui
Marie-Ève Duchesne, Coordonnatrice à l’Association pour la défense des droits sociaux de la Rive-Sud (ADDS Rive-Sud)
Jonathan Carmichaël, Coordonnateur à l’Association pour la défense des droits sociaux au Québec métropolitain (ADDS-QM)

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 août 2005


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Anne-Valérie Lemieux Breton, de Rose du Nord



Plan-Liens Forum

  • > Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
    (1/1) 19 septembre 2005 , par





  • > Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
    19 septembre 2005 , par   [retour au début des forums]
    http://sisyphe.org/article.php3?id_...

    Je ne comprend pas comment quelqu’un peut avoir un tel comportement.Quand bien même il pensait ne choquer personne (ce qui est assez incroyable mais passons...)à partir du moment où il s’est rendu compte que ses propos étaient désobligeants il aurait du s’excuser et arrêter la chanson. Qu’il soit soutenu par la gérante est tout aussi incompréhensible, si je m’occupais d’un bar je ne tolererais jamais une telle chose.Il véhicule une mauvaise image d’un lieu pourtant habituellement chaleureux et sympathique avec des chansonniers respectueux. Ce n’est pas la première fois qu’il manque de respect et je pense qu’il est temps qu’il assume les conséquences de ses actes. J’espère que le nouveau gérant du bar aura plus d’intelligence que l’ancienne et qu’il ne permettra plus à quelqu’un d’aussi grossier de chanter dans son bar à moins qu’il ne s’excuse pour l’attitude qu’il a eu et qu’à l’avenir il montre plus de respect envers les gens en général et ceux qui viennent l’écouter en particuliers.

    • Propos mensonger
      20 août 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Si ca ce serais passer comme dit plus haut je serais le premier en m’en excuser, mais comme tout ceci n’es que déformation de version de personne en personne et comme je me souvient très bien de mes faits et gestes, je continuerais à travailler chez son père avec pour l’instant la mission de continuer à donner tout mon énergie à mon public.

      Pour ce qui est de vous ...
      Je ne pense pas que vous vous croyer vous même dans votre version !!!

      Franck LeBlanc

      Désolé à ceux qui on comme seul opinion de moi toute cette histoire.

      [Répondre à ce message]

      • > plus petit que la plus malsaine bestiole
        11 octobre 2006 , par
          [retour au début des forums]

        J,ai connue la petitesse animale
        j’ai connue la petitesse humaine
        mais vous êtes monsieur plus petit encore
        et ce n’est pas d’avoir oser vous servir de ces propos pour faire rire
        mais surtout d’en minimiser la porter
        ceux qui vous supportent sont aussi petits que vous
        à banir le bar chez son père

        [Répondre à ce message]

      • > pauvre amateur !
        22 janvier 2007 , par
          [retour au début des forums]

        En plus de vous trouver pathétique, je ne peux pas croire qu’un prétendu parolier peut laisser un message avec autant de fautes d’orthographes pour ce déculpabiliser. J’apprécie beaucoup les chansonniers humoristiques et ceux qui, avec une connaissance musicale minime, me touchent par leur simplicité et leur vérité. Mais votre vérité à vous n’est que violence à l’égard des femmes. Si votre façon de séduire est de banaliser le viol en méprisant des femmes victimes de cette agression, je n’ai pas de misère à croire que vous devez « embrasser des femmes de forces » après vos spectacles.

        Juste un p’tit conseil ; la provocation n’est pas le meilleur moyen d’attirer le cœur d’un public. Ce n’est pas surprenant que vous jouez encore aujourd’hui Chez son père et vous y resterez probablement jusqu’à la fin de vos jours.

        Qui se ressemble s’assemble !

        Femme de
        23 ans
        auteure-compositeure-interprète
        (en devenir)

        [Répondre à ce message]

      • > Propos mensonger
        12 septembre 2007 , par
          [retour au début des forums]

        J’ai toujours beaucoup de mal à accepter qu’on se serve des tribunes qui sont offertes pour dénigrer ses semblables. Et encore moins lorsque le but visé est "d’en donner à un public". Je comprends aisément que vous deviez vous produire dans un bar (sans dénigrer ces endroits, il ne s’agit pas de la Place des Arts) : votre "écriture", dans la forme comme dans le fond, laisse sous-tendre un manque flagrant de culture, sinon d’éducation. Et ce n’est certes pas avec un matériel de cette qualité que vous pourrez viser un public plus large. Dieu merci, quant à moi. Car entre devenir sourd et devoir supporter des "talents" comme le vôtre, eh bien, le choix se veut simple.

        Je vous souhaite une longue et fructueuse carrière... Mais j’ai bien l’impression que ça va demeurer un souhait !

        À la bonne vôtre... !!!

        P.S. : Avant de donner de "l’énergie" à votre public, vous n’avez pas pensé lui donner de la qualité ?

        [Répondre à ce message]

      • > Venim toxique
        20 septembre 2007 , par
          [retour au début des forums]

        Si les propos rapportés par les personnes présentes « Chez son père » le soir où vous y chantiez ont été déformés, je commenterai seulement les paroles suivantes de votre chanson :
        « C’était une fille du bas du fleuve
        Qui s’mettait un peu partout
        On l’appelait la charrue neuve
        Depuis qu’elle avait qatorze ans ». En chantant ces paroles, aviez-vous l’impression d’être drôle ? Si des gens ont ri ou souri en les entendant, je trouve cela navrant. Si des spectateurs apprécient ce type de paroles, c’est pour moi l’indice que l’empathie et la compassion sont à la baisse dans notre société et c’est désolant. Le jeune âge du personnage dont vous rapportez le comportement, réel ou inventé, rend encore plus cruelle votre chanson et l’insensibilité de son auteur. Que le public n’ait ressenti aucune répulsion et que le personnel du bar se soient portés à la défense de votre « liberté » artistique démontre que la liberté (à la sauce Jeff Fillion) n’est pas réservée à la radio mais a aussi contaminé plusieurs cerveaux, y compris dans la colonie artistique. Je vous souhaite une carrière aussi courte que votre jugement. Je suis triste que vous deviez gagner votre vie en composant et en interprétant de telles chansons.
        Jacques Brodeur, en solidarité avec toutes les filles sexuellement abusées du Bas du fleuve, du Québec et du monde.

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin