| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 28 décembre 2002

Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes

par Martin Dufresne, Collectif masculin contre le sexisme






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Violences contre les femmes - Refuser la connivence et la léthargie masculines
Une culture d’agression
#NOUSTOUTES - Fait-on confiance aux femmes ?
Colloque "Patriarcat : prostitution, pédocriminalité et intégrismes"
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
"Le sous-financement des maisons d’hébergement pour femmes : facteur aggravant de la marginalisation des femmes immigrantes au Québec", une étude de l’IRIS
La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







AVANT-PROPOS

La notion d’un traitement des auteurs de violences conjugales est présentement imposée par un lobbying incessant, lequel fait naître d’énormes espoirs, tant chez les femmes violentées que chez les décideurs. En période de crise économique, des hommes politiques peuvent se voir tenter par les économies apparentes que suggère une déjudiciarisation des crimes qui semblent le mieux se prêter à une approche et à des mesures psychologisantes. Toutefois, comme l’écrivent R. Karl Hanson et Liz Hart, les auteurs du document L’Évaluation des programmes de traitement pour conjoints violents (1991) :

« Lorsque d’importantes décisions dépendent de la participation de l’agresseur à un traitement (la décision de la femme de quitter ou non son conjoint, l’imposition d’une peine d’emprisonnement ou d’une période de probation, p. ex.), il est primordial de savoir si le traitement suivi s’est révélé efficace. »

C’est à cette fin que Hanson et Hart ont organisé, il y a quelques années, un colloque réunissant plusieurs des principaux intervenants dans ce domaine. Le document précité constitue les Actes de ce colloque. Le Collectif masculin contre le sexisme en a réuni des extraits pour rédiger le présent mémoire, qui veut mettre en lumière les limites et les risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes. [Les passages en caractères gras sont soulignés par nous.]

Comme on le verra, il ressort des propos mêmes des intervenants dans ce domaine qu’une intervention de type pénale et un soutien centré sur la victime s’avèrent des facteurs plus efficaces pour réaliser l’objectif premier de l’intervention auprès du conjoint violent, c.-à-d. amener celui-ci à cesser d’agresser et de contrôler cette femme.

C’est donc dans l’intérêt des hommes comme des femmes qu’il importe de faire preuve de réalisme et d’exigence face aux prétentions et aux modèles d’intervention psychologisante que propose le lobby de la déjudiciarisation. Comme nous le rappellent tous les jours les manchettes des journaux, des vies humaines sont en jeu.

Robert J. Brown, psychologue, Hôpital de Calgary : ...les ressources privées et publiques en ce qui touche la violence familiale sont extrêmement restreintes. En conséquence, il est de plus en plus important de nous assurer que nous utilisons ces ressources aux endroits les mieux choisis et de façons optimales. (82)

Enfin, si nous parlons d’intervention "psychologisante", c’est qu’une véritable analyse psychologique de la misogynie et de la volonté de contrôle masculine demeure généralement absente du débat sur "la thérapie", parce que censurée à titre d’analyse féministe. Ce qui se présente comme une théorie et une pratique psychologique élude les véritables données du problème et tient beaucoup plus d’une politique masculiniste que d’une analyse psychologique réaliste et progressiste de la dynamique de la violence sexiste.

SOMMAIRE

- Évaluation de l’efficacité des "thérapies"

a. La plupart des fournisseurs de ces soi-disant thérapies n’ont ni le temps, ni les ressources d’évaluer réellement l’efficacité de leur programme

b. Une évaluation valable serait extrêmement onéreuse et coûteuse

c. On ne sait pas encore comment faire d’évaluation comparative de ce genre de programmes

d. On n’a pas encore identifié d’approche efficiente ou suffisamment intégrée

e. Les analystes se posent de graves questions au sujet de la compétence et de la formation des animateurs de ces "thérapies"

- Problèmes méthodologiques : Le règne de l’improvisation

f. Il n’existe pas d’approche universelle du problème

g. Des modèles dangereux, qui blâment les victimes

h. À faire du psychologisme, on ferme les yeux sur une véritable épidémie sociale

i. On surreprésente les facteurs intra-psychiques

j. "Thérapies" ? On n’a pourtant identifié aucune pathologie

k. On s’est trompé dans l’identification de "caractéristiques" du batteur de femmes qui justifieraient un traitement clinique

l. Même en présence de certains facteurs communs chez des batteurs de femmes, on ignore s’il s’agit de causes ou d’effets de la violence

m. Par exemple, on sait maintenant que la dépression n’est pas un facteur explicatif

n. Il ne s’agit pas non plus d’un problème de colère

o. Ce n’est pas non plus le stress qui fait problème

p. Ni la violence subie par le sujet au cours de son enfance

q. Les batteurs de femmes ne souffrent d’aucun manque d’aptitudes

r. La prédiction de la récidive par l’approche psychologisante est encore impossible

s. On ignore même la façon dont les changements d’attitudes visés pourraient affecter la récidive

t. Les modèles de traitement n’arrivent pas à tenir compte de l’effet des nouvelles relations qu’entreprennent les sujets

u. Bref, on ne sait pas du tout où on s’en va

v. Mais en se servant du mot "thérapie", on tire le voile sur ces problèmes de fond

w. Même au prix d’une démarche réellement scientifique

x. Et de risques évidents de dérapage

y. Faute de savoir qui peut changer, on essaie d’identifier qui ne peut pas changer

z. Et on se lave les mains d’une proportion croissante des agresseurs

aa. Sans pour cela nuire à la pratique croissante de la déjudiciarisation, qui profite à tous les batteurs de femmes, quelles que soient leurs chances de "guérison"

- Problèmes méthodologiques : Des chiffres de succès suspects.

a. Une importance disproportionnée à des programmes qui rejoignent bien peu d’hommes

b. Des échantillons non représentatifs

c. Très peu d’études de suivi

d. Des autoévaluations discutables

e. Le risque de rapports faussement positifs

f. Des périodes de suivi trop courtes

g. Une période d’"euphorie" trompeuse

h. L’absence d’occasions d’agresser a été identifiée à des succès !

i. Alors que la présence d’une conjointe semble à certains essentielle au traitement

j. Impossible de savoir si c’est la thérapie qui fonctionne

k. Absence de groupes témoins

l. On ne tient pas compte de l’influence de l’intervention judiciaire malgré des preuves de son efficacité

m. On n’a très peu tenu compte du facteur de désirabilité sociale des réponses dans les autoévaluations et les réponses des sujets

n. Des autoévaluations peu descriptives des comportements réels

o. Des programmes qui ne reflètent que des valeurs de classe moyenne et supérieure

p. Loin de se raffiner, les programmes sont de plus en plus élagués de leurs contenus significatifs

q. Les intervenants doutent même des véritables chances de succès des programmes allégés et trop courts auxquels ils sont ainsi de plus en plus limités

r. Les données sur la récidive ignorent habituellement la violence psychologique

s. On va jusqu’à compter aussi les victimes pour bonifier les statistiques de succès...

t. Les agresseurs qui abandonnent un programme ne subissent habituellement aucune sanction

- Quand la "thérapie" devient contre-productive

a. Résultats de l’étude menée à Baltimore (Harrell, 1991)

b. Hausse de la manipulation et de la violence psychologique

c. Une lecture réductrice de la violence conjugale peut créer l’impression de faux succès

d. Les hommes peuvent même se servir des thérapies pour raffiner leurs méthodes de contrôle

e. Les hommes utilisent ces "thérapies" pour échapper à des sanctions qui auraient un réel effet dissuasif

f. Les budgets de soutien aux victimes et de judiciarisation sont ouvertement menacés

g. L’approche clinique dissimule l’utilité pour les agresseurs du recours à la force

h. La multiplication d’"explications" théoriques non vérifiées a un effet déresponsabilisant

i. Au plan structurel, les batteurs de femmes sont beaucoup plus confortés que confrontés par les programmes de "thérapie" actuels

j. Un parti pris à l’encontre de toute sanction

k. Une dynamique où l’on plaint les hommes

l. Une surprenante et dangereuse absence d’empathie pour les victimes

m. Les thérapies maintiennent la conjointe dans une situation à haut risque, en comparaison de mesures plus efficaces

n. Dans son idéalisation des hommes, le discours thérapeutique en vient à mimer et renforcer celui de l’agresseur lui-même

o. Les prétendus profils-type banalisent la violence conjugale

p. Particulièrement dangereuses, les approches de "thérapie de couple" sont présentement en expansion

- Pour une véritable priorité aux femmes

- Recentrer l’intervention : deux principes de base

- Choisir l’efficacité

- La meilleure façon d’aider l’homme ? Soutenir la femme.

Conclusion

POUR LIRE LE DOCUMENT INTÉGRAL EN FORMAT PDF (ACROBATE READER), CLIQUEZ SUR L’IMAGE CI-DESSOUS.




Conversion du document en PDF : Michel Pelletier


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Martin Dufresne, Collectif masculin contre le sexisme



Plan-Liens Forum

  • Beaucoup de critiques, peu de suggestions/Voir au bas de mon texte.
    (1/1) 8 septembre 2003 , par





  • Beaucoup de critiques, peu de suggestions/Voir au bas de mon texte.
    8 septembre 2003 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour, je viens de parcourir votre article qui est très étoffé et rempli de statistiques et de raisonnements bien masculin car doté de
    logique pur. Vous avez raison sur la plupart des points que vous présentez sur les effets bienfaisants des services d’aide pour ces
    hommes aux prises avec des problèmes de comportements violents auprès des femmes et des enfants. Quoi dire de plus que ce sont des
    lâches, des salauds, des pourris, en plus, ils ne sont ni malades ou atteints de quelques virus inconnus... Cependant, quelles sont les
    solutions réalistes proposées par vous les détentrices de la vérité.

    Combien de fois, demandez-vous quels sont les résultats des thérapies, et la valeur des démarches, etc. Jamais, vous questionnez
    vos propres interventions auprès de votre clientèle, mais non, une femme retourne 2,3,5 fois avec le même conjoint violent, mais c’est
    pas de sa faute, elle l’aime. C’est lui qui la manipule, qui la menace. Je me suis souvent posé la question : "comment se fait-il,
    que beaucoup de femmes ne subissent jamais de violence ou en subissent qu’une fois et qu’elles règlent le problème en flushant
    carrément le poireau ?" Je veux vous partager que je suis intervenant auprès des hommes violents depuis sept ans. J’ai travaillé en
    organisme communautaire pendant cinq ans et je travaille à mon compte depuis deux ans. Jamais, il n’y a eu de femmes de milieu des maisons d’hébergement qui soient venus échanger avec nous sur nos approches
    d’intervention, comment nous vivions nos relations d’intervention avec notre clientèle, malgré nos invitations répétitives.

    Alors, quand je lis, les opinions, statistiques, doutes de la compétence du travail que nous faisons auprès de cette clientèle, je me demande d’où viennent vraiment les réponses.

    Quand nous travaillons en groupe avec des hommes, vous ne croiriez pas vos yeux et vos oreilles des confrontations, des interventions
    que nous faisons pour "brasser ces hommes" nous priorisons les relations égalitaires et respectueuses et nous ne laissons passer
    aucun commentaires sexistes, dégradants ou minimisants de quelque violence avouée dans un groupe ou en intervention individuelle.

    Si les approches utilisées sont bonnes, sachez que quelles que soientle pattern, croyances, stéréotypes appris, il est vrai que ce n’est
    pas une tache facile pour défaire ces apprentissages. Vous pouvez mettre les gens en prison, les humilier, les rabaisser, les violenter
    à votre tour, ce n’est pas non plus une façon d’amener une personne àse responsabiliser.

    Il y a un temps pour confronter, il y a un temps pour affirmer et il y a un temps pour écouter et démontrer avec intelligence à un individu qu’il n’emprunte pas la voie du respect de lui et des autres.

    J’ai croisé dans mes interventions des vrais morons, des dangereux, des déséquilibrés que je sais que je n’ai pu vraiment sensibiliser.
    Mais, je sais aussi que j’ai réussi à toucher le coeur d’hommes et que cela leur a permis de faire le lien avec l’égarement de leur
    comportements violents. Trop peu me direz vous pour alimenter vos statistiques, mais existe-t-ils des solutions meilleurs ?

    Moi, je n’ai aucune objection à voir des hommes aller en prison pour payer une dette de responsabilité, mais quelle est le bienfait de
    placer ces hommes avec des voleurs, des tueurs, des drogués pour qu’ils réfléchissent à quoi ? Le milieu carcéral se doit d’être un milieu qui favorise une prise de conscience afin de comprendre et saisir le résultat des conséquences de gestes posés. Je ne crois pas
    que le milieu carcéral réponde actuellement à ces critères et surtout pas pour des crimes d’ordre de la violence conjugale. Le milieu lui
    même étant contaminé par des relations sexistes et violents entre les travailleuses et travailleurs.

    Enfin, le problème de violence conjugale est encore très jeune quand à élaborer qui possède la meilleure solution. Ce que je sais, c’est
    que les intervenantes et intervenants du milieu se parlent peu, ont des visions très différentes de la problématique et c’est normal, les
    deux étant positionnés aux extrêmes. Alors, comment espérer que notre clientèle autant que la votre puissent développer de bons outils,
    quand les intervenants du milieu ne communiquent même pas ou si peu ensemble.

    Merci de me lire et je demeure très fervents à votre travail pour l’égalité et le respect des femmes dans notre société. Je crois que
    j’y participe à ma façon, chaque fois que je remet fermement un homme à sa place quand il parle avec violence des femmes et je crois que
    j’arrive même, à aider certains hommes à devenir conscient de l’intérêt qu’ils ont à établir des relations respectueuses avec eux-mêmes et avec les femmes.

    Richard Paquette, fondateur du Service d’aide pour les personnes ayant des comportements agressants, 445 rue Francine. Ste-Sophie, Qc J5J 2H7
    450-431-1883

    • > Beaucoup de critiques, peu de suggestions/Voir au bas de mon texte.
      8 septembre 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Adresse courriel de Richard Paquette

      Courriel

      [Répondre à ce message]

    • > tristesse du manque d’aide des 2 cotés.
      28 mars 2006 , par
        [retour au début des forums]

      bonjour le 28/03/2006
      je ne parle pas en tant que professionnel mais en tant que victime et il est vrai que la prison n’est pas la solution car dans mon cas mon mari a été en prison et après 3 mois de vie commune sans coup mais pas sans injure et menace il a recommencé comme avant comme s’il avait été en prison pour rien du tout il se trouve qu’il devait se soigner pour la mise à l’épreuve de 18 mois et que bien sur il ne l’a pas fait car c’était juste écrit sur un bout de papier et il s’en foutait complétement. Je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait que les 2 parties les associations qui aident la victime et celle qui aide l’agresseur à se soigner devrait communiquer plus car moi on m’a juste dit de me séparer de mon mari point barre et pour consulter mon mari n’a pas eu d’adresse ou de direction quand au chemin à prendre pour se soigner et c’est un vrai malade lorsqu’il me frappe il est comme posséder et j’ai cru plusieurs fois que j’allais y passer.Et il se trouve qu’aprés ma plainte j’ai un rendez vous avec une psychologue que dans 2 semaines et j’ai parfois envie de me foutre en l’air et ai besoin de soutient.Après la comparution immédiate plus rien en plus il a dit qu’il allait se suicider en prison et il contact une autre fille pour l’aider Je me demande le bienfait de ma pleinte car c’est moi qui souffre encore une 2ème fois.
      maryline une victime qui souffre énormément de ce problème de violence conjugale.

      [Répondre à ce message]

      • Alors quel espoir pour ces hommes ?
        29 mars 2006 , par
          [retour au début des forums]

        Ce que je retiens de cet article et des réactions, c’est...

        a) votre avis vaut bien le mien, lorsqu’il est question de comprendre et d’aider les hommes violents à changer leurs comportements, puisque la recherche s’intéresse bien peu (et visiblement, bien mal) à la question...

        b) il est bien délicat "d’aider" un "batteur de femmes", comme le font certainEs intervenantEs... Tabou ? Snobisme des savants versus les intervenants ?

        Que les thérapies ne fonctionnent pas ou peu ne m’étonne pas, puisqu’elles n’en sont qu’à leurs débuts, qu’elles ne sont qu’expérimentales, non reconnues, encore moins soutenues par les réseaux de la santé et des services sociaux. Il faut mesurer leur impact sur des années, sur la famille, etc. Et puis, les attentes sont également démesurées, il me semble, en comparaison avec le peu de moyens dont dispose les intervenants. On ne change pas un comportement aussi ancré que la violence relationnelle en 12 séances de thérapie de groupe !!!

        J’espère que les chercheurs s’intéresseront de plus en plus à l’étude du phénomène... afin qu’on puisse tous et toutes profiter un jour de nouvelles connaissances, si utiles au changement.

        [Répondre à ce message]

    • > Beaucoup de critiques, peu de suggestions/Voir au bas de mon texte.
      27 avril 2007 , par
        [retour au début des forums]

      arrêté la drogue sa sert a rien dans la vie !!!!

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin