| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 8 janvier 2013

Le viol a une fonction

par Soraya Chemaly






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







La même petite partie de moi qui veut encore croire à l’existence des fées voulait croire que je pouvais éviter de penser au viol ou d’écrire à ce sujet pendant au moins quelques semaines. Mais c’est impossible. Pas quand les lois californiennes affirment que les femmes célibataires ne peuvent en aucune façon être violées (1), et quand le viol collectif, durant toute une nuit, d’une adolescente inconsciente de 16 ans par de jeunes sportifs a pour effet de « diviser » (2) une communauté dévouée à son équipe de football. Certainement pas lorsque les détails qui se multiplient au sujet du meurtre d’une jeune femme de 23 ans à Delhi, violée, empalée jusqu’à l’éviscération et à de multiples blessures internes, suscitent des réactions d’indignation partout dans le monde (3).

Où que vous viviez dans le monde, le résultat d’un viol – qu’il s’agisse d’un « viol lors d’une fréquentation », d’un « viol collectif », ou d’un viol qualifié de « viol facile », de « viol d’urgence », ou de « viol de guerre » – est le même : l’oppression. Les femmes ne sont pas libres de vivre hors de portée de la menace constante d’agressions ou de violences, sans être traitées comme des objets et des biens. Aux dernières nouvelles, il y avait au moins quatre villes qualifiées de « capitales du viol » dans le monde. Vous savez ce que cela fait du reste de nos habitats ? Des « banlieues du viol ». Les filles et les femmes ne sont pas des idiotes, nous comprenons parfaitement bien le message : nous sommes censées « faire attention » (4), ne pas faire quoi que ce soit que nous « pourrions avoir à regretter » (5). « Restez à la maison », nous dit-on (6). « Aucune importance que le viol s’y produise là aussi. » (7) Bref, nous ne pouvons avoir aucune assurance que notre intégrité physique sera respectée. Ou que notre consentement a quelque importance. Nous ne pouvons bénéficier comme les hommes d’un accès confiant à l’espace public qu’ils s’approprient. Nos tentatives d’accéder à l’égalité des chances sont inhibées, non seulement par le viol réel, mais par la tolérance malveillante des gens à son égard. Le viol est utile, y compris même celui des garçons et des hommes : il entretient un système qui récompense la domination physique et maintient l’hégémonie masculine.

Quand exactement arrive-t-il qu’une fille ou une femme ne pense pas « c’aurait pu être moi » (8) ? Quelle adolescente aux États-Unis ne trouve pas un peu plus difficile de se rendre à des fêtes ? Ou même de s’endormir (9) ? Quand on a trop peur d’envisager les faits ou quand il est plus facile de se ranger du côté des dominants et des puissants, on blâme la victime, dans l’espoir d’obtenir une « protection ». Aujourd’hui, plus de filles songeront, même brièvement, au risque d’être droguée et violée par une « Équipe de viol » (10) autoproclamée comme celle de Steubenville, en Ohio. Si vous avez manqué les révélations des dernières semaines, ce viol continue de susciter des ondes de choc et de répugnance (11). Si ce n’était de l’acharnement d’une blogueuse, Alexandria Goddard (12), et de l’indignation du groupe Anonymous (13) – oui, cet Anonymous-là –, cette agression durant toute une nuit d’une jeune fille inconsciente, littéralement traînée de fête en fête et périodiquement violée, dont on a uriné dessus et qu’on a photographiée dans cet état aurait sombré dans le néant. Tout cela est arrivé en présence de jusqu’à 50 autres filles et garçons – chaque personne recevant des messages particuliers mais différents de ce qui se passait. Car voilà bien l’essentiel, n’est-ce pas ? Un avertissement aux filles ou aux garçons qui leur viendraient en aide. Le message n’est pas seulement que cela est arrivé, et que des variantes de ce viol se produisent chaque jour, mais bien que cela pourrait arriver. Partout sur la planète.

Si nous prenons des risques – comme celui de vivre notre vie – et que nous sommes violées, les gens se sentent à l’aise de nous dire que nous avons « attiré » (14) les hommes, même si vous êtes une fille de 11 ans, comme celle qui au Texas a été violée par plus de 18 d’entre eux (15) ou comme les garçonnets molestés par des prêtres (16). Et, oui, je sais que des garçons et des hommes sont violés. Ils souffrent énormément. Souvent, ils n’ont aucun appui, ne peuvent obtenir l’aide dont ils ont besoin et vivent des vies entières avec une grande douleur. Mais il y a un lien parce que quand les garçons et les hommes subissent une agression sexuelle, non seulement leur intimité est-elle violée, mais ils sont humiliés en étant « féminisés » comme façon de les avilir et de les convaincre de leur manque de valeur. Il y a aussi là un message, soit dit en passant. Et, oui, j’écris en termes de binarité de sexe – parce qu’elle est essentielle à ce système d’oppression. Les personnes au sexe ou au genre fluide illustrent le risque plus élevé d’agression (17) que vivent les gens qui ne sont pas « adaptés ». Les gens non conformistes transgressent trop, menacent trop l’ordre établi.

Existe-t-il une démonstration plus convaincante que le viol est une question de pouvoir et de domination, et non de sexe, que les viols collectifs dont nous discutons maintenant ouvertement ? À la base, il importe peu que le viol implique des tuyaux rouillés en Inde (18), des rats poussés dans le vagin de femmes en Syrie (19), les poings utilisés pour assommer les filles en France (20) ou de la drogue qui sert à faire perdre leurs moyens aux filles aux États-Unis (21) ? Je ne comprends pas pourquoi on se refuse à de telles analogies quand elles hurlent littéralement d’évidence.

Au sens strict, comparer un viol collectif commis en Inde avec un tel viol aux États-Unis ou, disons, en France (22) laisse de côté d’importants éléments de contexte – des données sociétales, culturelles, juridiques et judiciaires. Mais il existe des liens fondamentaux dans la manière dont les auteurs de ces crimes se font enseigner – à la maison, à l’école, par la religion, dans le monde du sport – à dénigrer le féminin et les femmes comme façon de glorifier leur masculinité, de démontrer leur domination et leur supériorité en prouvant l’absence de valeur des filles et des femmes. Ce processus construit simultanément des idéaux inatteignables et des applications pervers de la « pureté » féminine (23). En Inde, où le viol est l’un des aspects d’une culture misogyne profondément ancrée, avec d’inlassables permutations de violences contre les filles et les femmes, il a fallu la mort très médiatisée et galvanisante de cette jeune femme pour enfin susciter chez les gens un élan d’indignation populaire. Cependant, malgré le fait que c’est l’un des pires endroits pour une fille ou une femme (24), l’Inde n’a pas le monopole des impératifs enjoints aux femmes de « se soumettre », du viol et du blâme de ses victimes. Ou de la violence infligée aux femmes (25). Ces réalités y sont seulement plus évidentes. La masse immense des personnes qui se sont révoltées et les preuves d’une haine aussi évidente ont finalement rendu impossible que les autorités indiennes continuent à fermer les yeux de manière aussi flagrante sur une misogynie structurelle.

Comme nous tenons à le faire dans nos pays. Même si j’aimerais vraiment penser que, globalement, nous sommes à un point tournant stratégique en ce qui concerne la violence anti-femmes, j’ai de sérieux doutes à ce sujet. Comme le souligne l’essayiste Jessica Valenti, nous avons un problème de viol, mais nous nous « refusons obstinément de l’admettre » (26). Au cours des dernières semaines de couverture médiatique et d’échanges, j’ai trouvé inquiétante la suggestion sous-jacente que « nous sommes mieux que ça ici » (27), et que la « misogynie » et le « patriarcat » sont en quelque sorte spécifiques à l’Inde alors que chez nous « tout va très bien » et « les femmes d’ici n’ont aucune raison de se plaindre » (28). Nous préférons focaliser sur des éléments superficiels, comme l’effet des « médias sociaux », même s’ils ne sont qu’un outil et pas une cause. Ou sur la façon dont une ville de l’Ohio a désespérément besoin de son équipe de football pour conserver son estime d’elle-même. Ne perdons pas de vue que nous n’arrivons même pas à élire des politiciens prêts à réinstaurer une ressource aussi essentielle que le Violence Against Women Act. Et que les médias n’en parlent même pas (29).

Le viol fait partie d’un système plus vaste et complexe de violence qui est au cœur de notre identité (30). Prétendre que la collectivité de Steubenville est une sorte d’exception aberrante, ou que les enfants concernés sont en quelque sorte exceptionnels, constitue de la collusion pure et simple avec les violeurs. Et hocher tristement la tête en pointant du doigt l’Inde est une malversation malhonnête, raciste, colonialiste et hypocrite.

Lauren Wolfe, directrice du Women Under Siege Project (31), a appelé à mettre fin à la culture du viol en 2013 (32). Comme Wolfe et d’autres le soulignent, une première étape de la contestation du viol consiste à cesser d’en blâmer les victimes pour nous concentrer sur ses auteurs et sur les cultures qui les produisent. Elle ne parle pas seulement du Congo, de la Syrie ou de l’Égypte (33). Les garçons qui auraient drogué une jeune fille, puis l’auraient violée, kidnappée, violée de nouveau, photographiée, photographiée alors qu’ils la violaient, qui auraient uriné sur elle, puis créé des vidéos où ils s’en vantaient le font parce qu’ils sont sans peur et en droit de faire ces choses. (J’ai délibérément écrit cette phrase au long parce que je suis écœurée de la phrase « elle s’est fait violer » - comme si elle était un agent dans son agression ou qu’il n’y avait même pas de véritable agresseur.) Des adultes entièrement coupables n’ont pas enseigné à ces garçons que ces actes sont des crimes contre l’humanité moralement répugnants. Parce que nous rions du viol et que nous nous moquons des gens qui s’objectent à ces blagues. Les filles qui ont été témoins de ces événements ne protestent pas parce qu’elles n’ont aucune confiance de ne pas être la prochaine cible, aucune confiance qu’elles seront crues ; elles ont appris à intérioriser le mépris que notre culture a pour elles. Après tout, nous enseignons à nos enfants qu’il est acceptable pour les garçons d’être protégés de toute humiliation et punition après avoir commis une agression sexuelle, acceptable de fréquenter des écoles où existe ce qu’on appelle des « usines de viol » (34) et où les garçons des « fraternities » jouent à des jeux comme « qui aimerais-tu violer ? » (35)

Les hommes sont presque exclusivement les auteurs des viols – des viols de filles, de garçons, de femmes ou d’autres hommes. Le caractère sexué de ce crime n’est pas en litige. Mais, ils ne sont pas nés pour violer. Et, même si je comprends que la plupart des hommes ne se promènent pas imbus d’un sentiment de toute-puissance, ou de l’impression qu’ils ont un droit de violer, il y en a trop qui éprouvent clairement ces sentiments. Ils partagent cette prérogative. Leur enlever cette prérogative culturelle n’équivaut pas à opprimer les hommes ou à les déshumaniser. Cela libère simplement les femmes et les personnes qui ne sont pas « conformes ».

Notes

1. http://blogs.laweekly.com/informer/2013/01/_julio_morales_rape_district_court_ruling_cerritos_los_angeles_california_sleeping_mistaken_for_boyfriend_case.php
2. http://www.nytimes.com/2012/12/17/sports/high-school-football-rape-case-unfolds-online-and-divides-steubenville-ohio.html?pagewanted=all&_r=1&
3. http://online.wsj.com/article/SB10001424127887324669104578210661326864832.html
4. http://www.newstatesman.com/laurie-penny/2013/01/we-must-fight-voice-says-stay-home-keep-your-legs-closed-and-your-eyes-lowered
5. http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2013/01/04/amid-rape-fiasco-indias-leaders-keep-up-insensitive-remarks/?wprss=rss_world
6. http://thinkprogress.org/justice/2012/09/07/809861/judge-to-woman-sexually-assaulted-by-cop-when-you-blame-others-you-give-up-your-power-to-change/?mobile=nc
7. http://www.guardian.co.uk/world/2012/oct/11/gang-rape-trial-france
8. http://www.cnn.com/2013/01/04/world/asia/irpt-new-delhi-gang-rape-ireport-reaction/index.html
9. http://usnews.nbcnews.com/_news/2013/01/04/16347234-court-voids-rape-conviction-because-woman-not-married?lite
10. http://www.theatlanticwire.com/national/2013/01/inside-anonymous-hacking-file-steubenville-rape-crew/60502/
11. http://www.nytimes.com/2012/12/17/sports/high-school-football-rape-case-unfolds-online-and-divides-steubenville-ohio.html?pagewanted=all
12. http://www.xojane.com/issues/steubenville-ohio-rape-case-alexandria-goddard
13. http://localleaks.blogs.ru/2013/01/01/steubenvillefiles/
14. http://www.chron.com/news/houston-texas/houston/article/Lawyer-likens-gang-rape-victim-to-a-spider-luring-4071735.php
15. http://abcnews.go.com/US/gang-rape-charges-18-men-sparks-racial-tensions/story?id=13095476
16. http://thenewcivilrightsmovement.com/roman-catholic-priest-blames-children-for-their-rapes/news/2012/08/31/47826
17. http://www.bu.edu/today/2011/lesbians-gays-bisexuals-at-increased-risk-for-sexual-assault/
18. http://wap.yahoo.com/w/legobpengine/news/indian-rape-victims-condition-deteriorates-154238880.html?.b=world%2F&.ts=1356719379&.ysid=dZKeMxoAsJWjxqErOe40AWrC&.intl=US&.lang=en
19. http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-19718075
20. http://www.guardian.co.uk/world/2012/oct/09/french-gang-rape-trial-suburbs
21. http://www.theatlanticwire.com/national/2013/01/local-leaks-tipsters-allege-steubenville-victim-was-drugged/60597/
22. http://www.nytimes.com/2012/10/12/world/europe/in-france-light-gang-rape-penalties-prompt-outcry.html
23. http://prospect.org/article/purity-culture-rape-culture
24. http://www.guardian.co.uk/world/2012/jul/23/why-india-bad-for-women
25. http://womanstats.org/newmapspage.html
26. http://www.thenation.com/blog/172024/americas-rape-problem-we-refuse-admit-there-one
27. http://www.huffingtonpost.com/soraya-chemaly/50-facts-rape_b_2019338.html
28. Ibidem.
29. http://www.ibtimes.com/republicans-killed-violence-against-women-act-why-did-media-go-silent-994238
30. http://msmagazine.com/blog/blog/2012/12/17/why-wont-we-talk-about-violence-and-masculinity-in-america/
31. http://www.womenundersiegeproject.org/
32. http://edition.cnn.com/2013/01/01/opinion/wolfe-end-rape-in-2013/index.html?hpt=hp_c3
33. http://www.womenundersiegeproject.org/conflicts
34. http://www.courthousenews.com/2012/10/09/51110.htm
35. http://www.courthousenews.com/2012/10/09/51110.htm

Titre original : « Rape Has a Purpose », The Huffington Post, 5 janvier 2013

Traduction : Martin Dufresne

© Tous droits réservés à Soraya Chemaly, janvier 2013

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 janvier 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Soraya Chemaly



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin