| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 3 octobre 2011

L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris

par Ninon Thomas






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







« Au mois de septembre 2007, Nelly Arcan répond à l’invitation de Guy A. Lepage et se rend sur le plateau de l’émission Tout le monde en parle (1), une des émissions de variétés les plus populaires du Québec. L’entrevue menée par l’animateur vedette et son acolyte, Dany Turcotte, se détourne très vite de l’œuvre d’Arcan pour se concentrer sur les aspects sulfureux du personnage, ses déclarations chocs, son apparence physique et ses incohérences.

Les questions, écrit-elle, « se suivaient, pareilles dans leur intention d’écrasement ». Enfin, les animateurs n’ont pas manqué de railler la robe de Nelly et son décolleté, jugé par l’assemblée (essentiellement composée d’hommes) très alléchant… L’entrevue marquera profondément l’auteure, qui la vivra comme une véritable humiliation.

Dans le texte « La Honte », qui relate son expérience traumatisante avec le monde médiatique, Nelly Arcan témoigne du manque de respect dont elle a souffert et de la transformation du discours en marchandise et en spectacle dans ce genre de talk-show (…) » (2). Dans la nouvelle écrite en 2007 et publié en septembre 2011 sur le site Internet de ses oeuvres, Nelly Arcan a qualifié d’ « homme debout » l’animateur qui lui a manqué de respect. Il est aussi le symbole du mépris du regard masculin sur les femmes.

***
    À Nelly Arcand que j’aurais tant voulu réconforter à cause de la honte.

« Chaque fois qu’elle repensait à l’émission (“Tout le monde en parle”), chaque fois qu’elle revoyait le visage haineux, autiste, inentamable, de l’homme debout – et elle y repensait et elle le revoyait tout le temps –, le monde s’effondrait dans son esprit. » La honte, Nelly Arcan. (3)

JPEG - 49.4 ko
Nelly Arcan, écrivaine

En lisant la nouvelle intitulée La honte de Nelly Arcan, j’ai compris à quel point nous étions semblables, Nelly et moi, mais aussi à quel point nous étions semblables à toutes ces femmes qui tentent de refaire leur vie ou plutôt de se faire leur propre vie puisque l’autre vie avait été tracée en fonction de la volonté et des besoins/désirs de celui que je nommerai « l’homme debout », pour reprendre les mots de Nelly. Et parce que cet homme debout déteste se sentir délesté du pouvoir octroyé par un système patriarcal parasitaire, il tentera de ramener la femme au rôle qui lui semble approprié, c’est-à-dire à son service. En voyant jusqu’où peut aller le mal infligé par « l’homme debout », j’ai ressenti le besoin de dénoncer haut et fort cette revictimisation dont Nelly a été la cible, et ce, devant deux millions de personnes.

Je connais bien le mal que peut faire « l’homme debout » car ce mal est entré en moi alors que je n’étais qu’une enfant, une petite fille âgée d’à peine six ans. Cela fut si douloureux que l’amnésie traumatique m’en a voilé le souvenir qui resta enfoui très longtemps. Ce que « l’homme debout » venait de me faire subir m’avait si cruellement meurtrie que j’ai dû l’oublier pour survivre. Mais, contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas l’intensité de la douleur physique qui m’a contrainte à oublier mais plutôt celle de la honte que son crime avait engendrée en moi.

La honte ! Que savons-nous de la honte à part le fait qu’elle nous fait rougir et entraîne une certaine gêne ? Qui a vraiment pris le temps d’étudier ce mal forçant Nelly à le fuir au point d’en mourir ? Pour tenter de comprendre son geste, il importerait de mieux connaître cette blessure profonde que peut être la honte chronique ainsi que ses capacités destructives si faciles à induire chez l’enfant. De façon générale la honte chronique, celle qui a tôt fait de détruire l’estime de soi, s’installe dès l’enfance et devient la base du moi. En effet, dans toutes les études que j’ai lues concernant la prostitution, il est clairement fait mention d’inceste ou d’agressions sexuelles survenus dans l’enfance chez 99% de celles qui la pratiquent. Je devrais dire de celles qui la subissent car la prostitution n’est pas un choix, elle est l’effet résultant d’une cause bien précise que sont l’inceste ou l’agression sexuelle subie dans l’enfance.

Mais, revenons à la honte pour tenter de mieux l’expliquer grâce aux mots de la scientifique, Judith Herman, qui l’étudie depuis de nombreuses années :
« L’expérience intime de la honte est d’abord celle d’un choc initial suivi d’un envahissement de l’être par une émotion douloureuse. La honte est un état qui laisse la personne pratiquement muette et dans lequel la parole et la pensée lui sont soudain interdites. Cette dernière se sent aussi très mal dans sa peau, gênée, ridicule et mise à nu. Le désir de se cacher survient et on voit souvent la personne s’abriter le visage derrière ses mains. Elle voudrait disparaître sous le plancher ou ramper jusque dans un trou et mourir. De par sa nature même, la honte est toujours expérimentée dans un contexte relationnel. » Selon l’auteure, qui est l’une des pionnières dans la recherche sur le sujet, « la honte est l’expérience du mépris de l’autre dans son propre corps. Toute la conscience se concentre sur la perception du moi dans l’oeil de l’autre… L’expérience de la honte prend souvent sa forme dans l’imagerie de la personne, dans le fait de regarder ou d’être regardée. La honte peut également s’installer comme un colloque/procès à l’intérieur de soi qui condamne l’être entier. C’est pourquoi elle peut constituer une forme complexe de représentation mentale, grâce à laquelle on serait capable d’imaginer l’esprit de l’autre. » (4)

Mon expérience personnelle de la honte m’a souvent amenée à ressentir une très vive souffrance, quasi insupportable. Je me retrouvais soudain plongée dans le rejet vécu, enfant, alors que je ne disposais d’aucun autre moyen de survie que celui de croire que je méritais ce que mon père et certains de mes frères m’ont fait subir. Je dois dire que ma mère, qui m’a abandonnée dans le mépris et l’indifférence plutôt que de me protéger, a aidé à la stigmatisation de cette perception erronée de moi-même mais qui allait malgré tout bien s’ancrer. Je crois que je ne serais plus de ce monde (que j’ai tenté de quitter par le suicide mais dont je fus sauvée in extremis) si je n’avais pas compris à quel point le crime dont j’avais été victime était plus qu’une simple tare familiale. Je cite ici encore Judith Herman : « En commettant l’inceste, le père force l’enfant à payer avec son corps pour l’affection et les soins qu’elle devrait recevoir gratuitement. En faisant cela, il détruit le lien protecteur devant exister entre parents et enfants et l’initie à la prostitution infantile. »

Je ne me suis peut-être pas officiellement prostituée comme Nelly et tant d’autres victimes d’inceste ont pu le faire, mais j’ai payé très cher les liens affectifs que j’ai établis avec la plupart des hommes que j’ai connus dans ma vie. Ce prix est allé jusqu’à devenir la victime d’une tentative de meurtre. C’est là que tout a cassé, que le passé est remonté et que le souvenir du meurtre psychique et quasi physique que mon père m’avait fait subir est revenu à ma mémoire. Heureusement, autour de moi, des femmes compréhensives et dotées d’une empathie indispensable à la guérison de ces traumatismes ont pu m’aider à éviter l’écroulement total de mon être. Ce ne sera que des années plus tard, après avoir enfin remonté cette longue pente pleine d’embûches du style « homme debout » que je réussirai à me rencontrer et à comprendre et défaire les méandres de la souffrance qui m’habitait et qui me faisait croire que j’étais une bien mauvaise personne pour que sa famille et ses amoureux la traitent comme ils l’ont traitée. C’était toute l’estime de moi que je reconstruisais et que je continue de construire à chaque jour de ma vie.

À chaque jour, car guette sans cesse l’ « homme debout ». À tout moment, par son mépris, il peut nous faire revivre la honte initiale. Dans une société où le manque d’empathie passe pour normal, son attitude, elle, passera inaperçue aux yeux de la majorité. Il y a des gens avec qui on peut se permettre le sarcasme car ils ont la couenne dure, comme on dit, mais il y en a d’autres avec qui l’on devrait sentir l’inconvenance et même la dangereuse cruauté d’une telle conduite. Ainsi, le dur travail que Nelly avait pu faire pour se reconstruire n’était pas vraiment reconnu. Ce que l’ « homme debout » continuait à voir en elle, c’était ce qu’il voulait bien voir. On laisse difficilement les femmes et les êtres fragiles devenir quelqu’un, encore moins une « pute ». Peut-être lui en veut-on de ne plus rendre service à certains « membres » de cette chère société patriarcale qui tenteront par tous les moyens de se justifier en jouant les offensés. Bien sûr l’ « homme debout » lisait avec « plaisir », dit-il, les oeuvres de Nelly. Mais que lisait-il avec tant de plaisir ? Les passages qui l’émoustillaient ou le besoin vital de l’écriture comme tremplin de vie pour Nelly. Si elle s’était contentée d’écrire de la pornographie, on aurait jamais connu la vraie Nelly. Or, j’ai le triste sentiment que l’ « homme debout » n’a pas su faire la différence. C’est à son tour de ressentir de la honte, peut-être… Pourquoi ne pas admettre qu’il a commis une erreur ? Pourquoi ne pas admettre que comme la majorité des gens, l’ « homme debout » ne sait pas démontrer l’empathie pour l’autre (surtout quand l’autre révèle des blessures qui peuvent le mettre en contact avec les siennes). Là, le mépris fait remarquablement et immanquablement rage ! Peut-être est-ce pour notre homme le temps de se questionner...

Je suis évidemment déçue de sa réaction. Déçue mais pas surprise. Des femmes comme moi ont fini de croire au père Noël, car elles ont fini de croire à la « bullshit » du père qui « au fond les aimait ». Ailleurs qu’au fond c’était quoi ? Comment peut-on prétendre aimer quelqu’un que l’on « tue » et qu’on laisse là sans jamais rompre sa danse parfaite, comme le disait si bien Anne Hébert ? J’aimerais que l’ « homme debout » s’assoit et se demande pourquoi il a tant mal traité la femme une fois qu’elle était devenue autre que « pute ». Ne méritait-elle pas un respect inouï pour l’exemple qu’elle donnait aux autres femmes et aux petites filles à qui on ne laisse souvent pas la chance de devenir des femmes libres ?

J’aimerais que tous et toutes nous nous posions cette question : comment se fait-il qu’une femme ayant été victimisée n’a pas droit à sa place dans notre monde quand elle sort enfin de l’enfer qui lui a été imposé ? Ma réponse à moi se nomme la revictimisation et c’est ce qui a tué Nelly Arcand. Comme je la comprends… et comme j’aurais voulu la regarder droit dans les yeux pour qu’elle puisse y lire tout le respect que j’avais pour elle et aussi toute l’empathie pour la Nelly blessée qui ne méritait pas d’être traitée comme elle l’a été.

N.B. Je voudrais préciser que bien qu’il soit parfois fait mention d’individus de sexe masculin dans cette lettre, je conçois très bien que la misogynie puisse être adoptée parfois par la femme.

Crédit photo : Wikipedia et CTV.

Montréal, 14 septembre 2011

Notes

1. « Nelly Arcan à “Tout le monde en parle” en septembre 2007 ».
2. Nelly Arcan, « La honte », 2007 (inédit).
3. http://www.nellyarcan.com/
4. Judith Lewis Herman, M.D., Shattered Shame States and their Repair, March 10, 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 octobre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Ninon Thomas



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin