| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 4 octobre 2011

"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements

par Samantha Berg, coordonnatrice du mouvement Stop Porn Culture






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
Le courage des femmes brisées
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







J’ai essayé d’éviter d’écrire un essai sur les « slutwalks  » (marches des salopes). J’ai laissé quelques bouts de textes ici et là dans ce party sans fin que constitue l’Internet, mais je préfère m’en prendre aux prostitueurs que critiquer des femmes qui sont, pour l’essentiel, bien intentionnées.

Mais les choses se sont déclenchées lorsque Sunsara Taylor a écrit pour Revolution un essai intitulé « The Thing About slutwalks ... and a World Without Rape » (1) et m’a demandé mon opinion. Comme mon respect pour sa diligence n’a fait que croître depuis que nous avons fait connaissance à l’événement « Stop Porn Culture » de juillet dernier, j’ai pensé qu’elle méritait une réponse détaillée.

Les anecdotes qu’elle présente de femmes rassemblées et discutant des enjeux entourant le viol ont du poids, et je la crois lorsque elle affirme que ce fut somme toute une occasion inspirante pour les femmes impliquées dans ces défilés. Ce que je me demande, c’est si cela suffit à contrebalancer tout le reste. On a souvent vu des traditions misogynes être justifiées avec des arguments du genre « Eh bien ! au moins des femmes s’y sont liées d’amitié. » Par exemple, les adeptes des rapports polyamoureux mettent l’accent sur les bonnes amies que deviennent les épouses multiples l’une pour l’autre. Des femmes font valoir les rapports d’amitié des filles de « Sex and the City » lorsqu’on leur signale la misogynie de cette émission. Les relations personnelles sont une bonne chose, mais suffisent-elles à arracher des changements politiques nécessaires ?

Bien que j’accepte l’argument de Sunsara sur l’importance cruciale de la camaraderie et d’une introduction graduée au féminisme, je dois m’inscrire en faux à sa prétention que la slutwalk représente une nouvelle poussée d’énergie féministe. En 2004, j’ai rendu compte de la Marche pour la Vie des Femmes pour le journal The Portland Alliance et, depuis, j’ai non seulement participé mais collaboré à l’organisation d’autres manifestations publiques. Grâce à Facebook, je suis au courant d’une demi-douzaine de défilés féministes de protestation cet été. Certains d’entre eux, comme « Take Back the Night » et « Reclaim the Night », sont des événements annuels sur des campus à travers le monde. D’autres événements imminents dans mon agenda sont les « Freedom Walk », « Walk a Mile In Her Shoes » (où des hommes défilent en portant des chaussures pour femmes) et « Tolérance zéro pour la violence domestique », en hommage à Maria Aguilar.

Aucun de ces événements – comme beaucoup plus dont je n’entendrai jamais parler – ne sera couvert par les médias dominants avec une gouttelette de la ferveur présentement accordée aux slutwalks – et nous savons toutes pourquoi.

Les annonces de moments déterminants de transition dans le processus de libération des femmes sont chose courante : ces moments tournent habituellement autour de femmes ayant des comportements sexuels davantage publics. Combien de fois nous sommes-nous fait dire que la présence publique de libertines comme Mae West, Marilyn Monroe, Raquel Welch, Madonna, Lil Kim, Britney Spears, Jenna Jameson, « Samantha Jones » et la totalité des vingt ans de règne du « fuckme feminism » annonçait une réduction de l’oppression sexuelle pour les femmes ? Cette théorie n’est pas devenue réalité, car les hommes maintiennent les femmes exactement là où ils les veulent, et ni Mae, ni Marilyn, ni Madonna n’ont réussi à y changer quoi que ce soit, en dépit des illusions de grandeur du « pussy power ».

J’ai lu le mot « slut » (« salope ») tellement de fois au cours des derniers mois que, même si je le rejette ouvertement, il s’est infiltré dans mon cerveau. Quand je pense et que j’écris, ce mot vient s’interposer. Je reconnais cet effet à cause de mes recherches sur la pornographie, bien que les images pornographiques s’interposent de façon bien plus agressive que les images de slutwalk banalisées pour les téléjournaux.

Un jour, le mot a sauté hors de ma tête, déployé sous la forme d’un adjectif « ironique » pour créer un effet de sarcasme, ce qui est probablement la forme la plus pure de lapsus. Étant linguiste, je sais un peu comment fonctionne le langage, et je sais que les gens ne peuvent regarder un mot sans le lire et avoir instantanément à l’esprit toute la densité de son référent social. Je ne peux donc voir le mot « slut » placé fréquemment sous mes yeux sans me référer inconsciemment à tout ce que j’ai appris à son sujet, et c’est aussi votre cas.

Lorsque des féministes brandissent des affiches disant « Les salopes disent oui » et « Traitez-moi de putain, moi aussi », elles font des déclarations publiques au nom de l’ensemble des femmes. Malheureusement, les hommes ne se limitent pas à tenir compte de ces offres face aux seules manifestantes. Les slutwalkers disent aux hommes qu’il est approprié de m’appeler une salope et d’appeler mes sœurs des salopes à partir de maintenant et jusqu’à ce qu’ils s’en lassent. Et, facilement désensibilisés, les hommes en viennent rapidement à chercher des mots encore plus durs. L’explosion d’insultes inspirées de la pornographie et conçues pour blesser les femmes nous apprend à ne jamais sous-estimer la créativité des hommes en matière de destruction, et les femmes font mieux d’apprendre cette leçon parce que je n’écrirai pas de nouvel essai sur ce pourquoi je ne peux pas appuyer de « CumguzzlerWalks » ou de « CocksocketWalks ».

En 2008, les nouveaux initiés aux « fraternités » de l’université Yale ont brandi devant le Centre des femmes du campus des affiches où l’on pouvait lire : « Nous adorons les salopes de Yale » ; en 2010, une autre fraternité avait scandé le slogan « Non veut dire Oui. Oui veut dire Anale ! » Des jeunes hommes gavés de pornographie prouvent aux femmes, depuis bien avant les slutwalks, que les tactiques féministes positivistes/sexy ne fonctionnent pas. Le slogan « Yes Means Yes » est une stratégie inefficace pour arrêter des hommes excités à l’idée de violer une femme qui dit « Non ». Ces hommes considèrent les femmes enthousiastes à l’idée du sexe comme un défi pour trouver quelque chose de plus avilissant que leur idée d’une simple pénétration vaginale (dans ce cas, le sexe anal est le prochain niveau), et ils ne se contenteront jamais de hordes de belles femmes qui les en supplient. Comme l’attrait mondial des relations sexuelles avec des vierges, tout se résume pour eux à briser quelque chose d’irremplaçable.

Le dernier incident m’ayant stimulé à prendre la plume est ma rencontre avec une jeune survivante de la prostitution à qui elle n’a pas été imposée de force par les coups d’un proxénète ou par sa famille démunie. Elle y a plutôt été amenée par le plus commun des motifs, le besoin d’argent, après avoir rencontré une femme qui lui a parlé des grosses sommes à faire en pornstitution et qui s’est décrite comme féministe.

Ce n’était pas la première fois que j’entendais un tel récit et, si vous parlez à suffisamment de survivantes de la prostitution, vous l’entendrez aussi. Si vous êtes capable de lire une relation des traumatismes engendrés par la pornographie, je vous recommande le témoignage de la blogueuse féministe radicale « Lost Clown » :

« (…) Désespérément besoin d’argent (pour manger) et trahie par des femmes en qui j’avais confiance. Je ne dis pas que je suis une nouille qui fait tout ce que n’importe qui me dit de faire, ce que je dis, c’est que des femmes que je respectais, qui étaient mes aînées, plus expérimentées que moi et à tous les égards des féministes exceptionnelles, m’ont vendue à l’idée qu’il s’agissait d’une chose appropriée à faire pour de l’argent.(…) » (2)

Que ce soit ou non par malveillance, le recrutement par d’autres femmes dans la condition de « salope professionnelle » est la façon dont la plupart des femmes que je connais en prostitution ont été convaincues d’en franchir le seuil.

Un autre problème des slutwalks est la confusion des féministes qui priorisent le sexe lorsqu’elles disent aux hommes qu’ils peuvent traiter les femmes comme des prostituées. Ces assertions rebondissent sur eux et viennent coller à moi et à mes sœurs en dépit de nos proclamations de n’être pas à vendre. Ces féministes pourraient plutôt informer les hommes d’une révolution qui déferle sur le monde depuis 1999 en Scandinavie, un mouvement qui priorise plutôt les femmes et auquel les grands médias ont accordé une attention énorme sous la rubrique générale de la traite. Mais cette révolution féministe des pays nordiques a été décrétée non seulement « pas sexy », par ces plus sexy des féministes, mais digne d’une résistance active et qualifiée de menace à la liberté sexuelle.

La vérité au sujet des slutwalks – reconnue par ses organisatrices – est la même injonction tragique à « rendre le féminisme sexy » qui nous entrave depuis qu’elle est lancée. Bien sûr, je ne vais pas attribuer tout le blâme des nymphoplasties, de la pornographie « de l’anus à la bouche » et de la popularité croissante de l’expression « enfant travailleuse du sexe » à des féministes malavisées – pas dans notre monde de suprématie masculine. Pour le moment, je regarde le phénomène contemporain des slutwalks et je tiens compte des quelques aspects positifs d’un travail d’organisation des femmes sous la bannière de « salope », tout en gardant à l’œil ses aspects négatifs pertinents.

Les féministes qui font pression sur les femmes pour qu’elles s’acceptent comme « salopes » et acceptent la prostitution comme forme bénéfique de travail ont la bonne intention de réduire les dommages infligés par ces deux manifestations vicieuses du sexisme. Pour moi, cette route particulière vers l’enfer n’est pas un chemin pavé de bonnes intentions, mais le toit d’un édifice. Aux bords de ce toit se pressent des jeunes femmes qui se posent des questions, avec derrière elle des féministes de la tendance « Full Frontal Feminism » (3). Les jeunes se demandent si elles devraient plonger, quand derrière elles s’élève une voix en qui elles ont confiance et qui leur susurre : « Oui, tu peux voler, salope sexy ! » Comme Lost Clown, elles essaient et elles tombent, mais elles tombent tellement bas que, du centre du toit, les Rosie WeCanDoIts n’entendent pas leur choc sourd et sanglant sur la chaussée.

Le ressac pornographique des dernières années constitue la réponse prévisible des hommes misogynes aux femmes qui atteignent leur vitesse de croisière. Ce à quoi l’on s’attendait moins, c’était de voir les féministes libérales accueillir les insultes violentes des hommes sous prétexte de se les réapproprier. Nous, les féministes radicales, continueront à organiser nos défilés peu sexy contre la violence sexuelle, et ces défilés continueront à être généralement passés sous silence. Les jeunes femmes situées en bordure du mouvement demeureront vulnérables, mais si elles crient « Je suis une salope ! » et qu’elles sautent de notre toit, nous aurons une corde faite de draps attachés ensemble et une équipe de femrads (féministes radicales) prête à leur faire la courte échelle pour remonter.

Version anglaise : "On the feminists-in-underwear walks".

Traduction : Martin Dufresne

Notes

1. Article, S. Taylor.
2. http://angryforareason.blogspot.com/
3. Référence à un manifeste du féminisme libéral, publié en 2007 par l’Américaine Jessica Valenti.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 octobre 2011

Lire aussi : "Pendant que vous défilez, nous, on se noie", par Rebecca Mott


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Samantha Berg, coordonnatrice du mouvement Stop Porn Culture

Samantha Berg est née et a grandi à New York avant de se fixer à Portland, Oregon. Cycliste, militante et rédactrice passionnée, elle consacre la majorité de ses énergies à la lutte pour l’autonomie sexuelle, l’intégrité physique et des droits humains égaux pour toutes les femmes, ce qui l’amène à un travail d’éducation populaire sur les méfaits inhérents au capitalisme sexuel. Elle est coordonnatrice nationale du mouvement féministe "Stop Porn Culture" et fondatrice du site Web Genderberg.com, une communauté militante anti-prostitution et un centre de ressources depuis 2005.



Plan-Liens Forum

  • Le blog Racialicious explore la controverse au sujet du racisme dont est accusé la "Slutwalk"
    (1/1) 13 octobre 2011 , par Internaute

    rép: Virginia Pele




  • Le blog Racialicious explore la controverse au sujet du racisme dont est accusé la "Slutwalk"
    13 octobre 2011 , par Internaute   [retour au début des forums]
    It’s Not Just About the Word - (Latoya Peterson)

    Un article intéressant sur les exigences de l’intersectionnalité dans l’organisation d’un mouvement réellement représentatif des expériences des femmes. Latoya Peterson remonte au processus de Yoko Ono et John Lennon lorsqu’il et elle ont endisqué "Woman Is the Nigger of the World", il y a 42 ans.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin