| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 19 avril 2007

Crime et pacifisme

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Ce que l’on est ne constitue pas une condamnation, mais un point de départ. À partir des déterminismes, on choisit de se structurer, en subissant des influences, on élabore sa personnalité. L’être se révèle un amalgame.

Des enfants présentent au cerveau des défauts, des carences, des hypertrophies expliquant leurs déviances, leur insensibilité, leur froideur, lorsqu’ils sont appréciés, encouragés, ils canalisent leur potentiel vers des aboutissements positifs, quand ils ont négligés, maltraités, ils actualisent leurs capacités vers des résultats destructeurs.

Chaque pensée laisse une trace dans le cerveau. Des parents aident à la répression des pulsions primitives, agressives, destructrices dès l’enfance ou laissent ces tendances empirer vers des fantasmes de contrôle, de sadisme, de toute-puissance.

Auparavant, on observait la constitution de cerveau sur des cadavres. Grâce à la technologie, la modélisation, l’imagerie multimodale, on voit le cerveau en action, en direct. On sait que des tueurs souffrent d’une hyperactivité du cerveau, c’est un facteur biologique concernant le sygula syrus, que certains criminels ont des problèmes au niveau du cortex préfrontal, celui de la conscience.

Or, des individus stoïques et insensibles peuvent mettre leurs particularités à profit pour la société. Ils peuvent devenir pompiers, pathologistes, pêcheurs de crabes des neiges (bien que peu connu, c’est un des métiers les plus dangereux au monde), embaumeurs, désamorceurs de bombes... leur sang-froid les sert, leur permet d’être rationnels, logiques, calculateurs dans un but bénéfique.

Ce n’est pas ce que l’on est, ce que l’on a, qui importe seulement, mais aussi, peut-être surtout, ce que l’on fait avec.

Pour « agir » des constructions mentales sadiques, des individus peuvent choisir le conformisme, le respect de l’autorité ou avoir envie de se marginaliser en défiant l’autorité, en prouvant leur supériorité non seulement sur leurs victimes mais sur les représentants de la loi. Les lettres de tueurs aux enquêteurs, les cadavres déposés par des assassins près d’un poste de police sont des moyens de narguer les figures d’autorité.

D’autres individus utilisent des êtres humains dans des pratiques homicidaires cautionnées par la société, ils recherchent l’approbation à travers la violence. Une société propose toujours une récupération des pulsions fondamentales de façon à maîtriser les sujets.

À la base, la déficience cérébrale, la faille psychique sont les mêmes, mais la société favorise les comportements qui en découlent selon des critères économiques et politiques. Les pulsions et les déviances peuvent intervenir au détriment de l’humanité mais en accord avec une représentation officielle et institutionnalisée.

Par conformisme, par désir de plaire et parfois parce que c’est en accord avec leurs valeurs, des individuEs suivent une pratique contraire à l’intégrité humaine.

Une culture militaire

Au Québec, le général Roméo Dallaire, dans des diatribes sanguinaires, exprime une mentalité belliqueuse en accord avec Bush, Poutine, Harper et tant d’autres, car on a des acolytes quand on prône la mort des autres. « La responsabilité internationale, ce n’est pas seulement donner de l’argent aux missionnaires, c’est aussi le sang de nos jeunes », a déclaré le général à la Presse Canadienne.

Non seulement il approuve la guerre mais il la valorise. Sans trouble, sans honte, il dénie la vie humaine. Ses velléités de tueur en série deviennent acceptables parce qu’une organisation gouvernementale, l’armée, décide d’utiliser l’obsession meurtrière de certains sujets dans une contribution à l’accumulation de biens volés, à l’établissement de nations par la force, à la conquête de nouveaux marchés, à une monopolisation par la violence, à une hégémonie du pouvoir.

L’armée agit contre d’autres populations, et contre sa propre population.

Dallaire incite à l’acte le plus grave : la tuerie. Sa conviction asociale et vindicative se limite à l’alternative : tuer ou se faire tuer. Pour justifier la guerre, pour répondre à une volonté d’imposer, les militaires, tels que lui, brandissent n’importe quel prétexte de fanatique dans les médias populaires, comme est brandi n’importe quel pénis d’exhibitionniste dans les lieux publics ; ça n’a rien à voir avec un élan du cœur, ça ne tient pas la route d’une argumentation intellectuelle et ça n’aide pas l’épanouissement de l’humanité.

La société permet une tare quand celle-ci contribue à bâtir ou amplifier son économie ou son ingérence. La coercition, la destruction, l’assassinat sont récompensés lorsqu’ils sont perpétrés par des militaires. On autorise des défoulements, des tortures, des déviances parce que sous des prétextes nobles, ils permettent de s’approprier des ressources naturelles, d’asservir une population qui représente une force de travail à peu ou à pas de frais et « d’aller chercher le profit là où il se trouve », comme le disait Francis Dupuis Déri lors de sa conférence « Pas de guerre sauf la guerre de classe », lors de La Nuit de la philosophie du samedi 24 mars au dimanche 25 mars 2007, à l’Université du Québec à Montréal.

Dans sa véhémence, Dallaire attaque les pacifistes. Il prétend que la volonté de paix, d’entente, de solidarité est incorrecte, passéiste, minable. « Nous allons voir si nous sommes encore provinciaux et même paroissiaux », clame-t-il. Il utilise une qualité rare comme s’il s’agissait d’un défaut. Alors que le pacifisme prouve la sagesse, la sensibilité, l’intelligence, la bonté, Dallaire le reproche à celles et à ceux qui veulent que les communautés s’organisent dans des rapports d’égalité.

On ne fait jamais la guerre au nom de la paix. C’est une contradiction fondamentale et une distorsion du langage, de la pensée. On se réfère à de beaux mots pour justifier des instincts du cerveau primaire, le reptilien, celui des fonctions vitales, sans l’intervention du cerveau mammalien, celui de la capacité d’aimer ses petits et d’apprendre de ses erreurs.

L’opinion collective (si facilement manipulable) disculpe les voleurs, violeurs, tortionnaires et tueurs lorsqu’ils agissent en portant un uniforme militaire parce que l’élite, les banquiers, les politiciens, les actionnaires, les dirigeants et propriétaires cautionnent l’entreprise de destruction.

Les Gilles de Rais, Napoléon, Pétain, Hitler, Dallaire ont le meurtre désinvolte et justifié comme des prédateurs sexuels, des gangs de rue, des motards criminalisés, des narco-trafiquants, d’autres officiers de l’armée et ceux qui commettent des « overkills », meurtres avec acharnement.

Les militaires par choix vivent des satisfactions en tuant sans être sanctionnés. Mais les conscrits reviennent de la guerre traumatisés ; les pires séquelles sont psychologiques parce que même ceux qui reviennent sans infirmité, sans amputation, ont des incapacités au niveau psychologique. La guerre est une erreur qui nous apprend la dévastation intérieure et irrémédiable de l’être qui l’a subie en tant qu’assaillant contraint ou en tant qu’assailliE persécutéE.

L’État, le système judiciaire, l’armée préservent l’exclusivité de leur droit à infliger la violence pour augmenter le capital au détriment du bien commun, de la qualité de vie et de l’unicité de l’existence humaine.

Dallaire et ses semblables sont incapables de mettre au monde, alors ils compensent en voulant mettre à mort.

L’acceptation du principe guerrier est induit dans la population : on organise des concerts de musique militaire, on a donné un prix littéraire à Dallaire, le prix du Grand Public du Salon du livre de Montréal en 2004, on l’a même nommé sénateur. Le gouvernement canadien a consacré 2 ans et 22 millions de dollars pour restaurer le monument de Vimy dédié aux 3598 soldats canadiens morts lors de la bataille de la Crête de Vimy. Un autre ex-militaire, le colonel à la retraite des forces armées canadiennes, Michel Drapeau, a déclaré que les 650 millions défrayés récemment pour des chars d’assaut s’ajoutent aux 17 milliards que le gouvernement conservateur a dépensés depuis un an pour l’achat d’équipement, c’est-à-dire que chaque jour le Canada dépense pour la guerre 46 millions de dollars. Par ailleurs, le film « Les fragments d’Antonin », du réalisataeur Gabriel Le Bomim, n’a jamais été distribué au Québec. C’est un chef-d’œuvre de démonstration des ravages de la guerre quand la dépersonnalisation des êtres les transforme jusqu’à l’anéantissement de ce qu’il y a de plus beau, de plus compréhensif, de plus aimant, en eux. Il ne faut pas prouver que la guerre fait mal.

On sait qu’il existe des maniaques à la hache, à la tronçonneuse, nous avons droit au maniaque à la guerre. Ce n’est qu’un début, il va continuer son combat et jouer encore la vedette sur la première page d’un journal. Les Maman Plouffe n’ont pas fini de crier : « Mon Guillaume qui tue des hommes ! »

Quand j’étais enfant, mon père m’a dit : « Si on pouvait voir la beauté de l’esprit, il n’y aurait plus jamais de guerre ».

Si le cerveau humain a pu conceptualiser et réaliser la fin officielle de l’esclavage, du racisme, de l’homophobie, est-ce à un développement, une évolution du cerveau que l’on devrait la pensée et la concrétisation de la fin du capitalisme, du patriarcat, de la consommation, de la misogynie et de la guerre ?

Notes

1. « Il y a un prix à payer. Gare au repli sur soi » Journal de Montréal, mercredi, le 11 avril 2007, pp.1 et 3, s.n., la Presse Canadienne.
2. Sur le site Sisyphe, on peut lire la critique que j’ai faite du film Les fragments d’Antonin dans l’article : « Maintenant, c’est le bonheur ».
3. Gilles Carle, Les Plouffe. Film québécois, 1981.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 avril 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a reçu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin