| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 18 mai 2008


Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"

par Brigitte Brami






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Cet article a été suspendu pendant quelque temps en raison d’une mise en demeure de l’auteur et de l’éditeur du livre dont il est question ici. Un avis juridique indique qu’aucune raison ne nous oblige à suspendre cet article plus longtemps. Nous accorderons, comme il se doit, un droit de réplique à l’auteur du livre s’il le réclame (sitesisyphe@yahoo.fr). Sisyphe.

***

Les Editions du Seuil ont publié en février 2007 un livre de Michel Dubec, au titre racoleur : Le Plaisir de tuer.

Le docteur Michel Dubec est psychanalyste, mais c’est surtout un expert psychiatre national auprès des tribunaux.

Or donc, dans ses écrits (retranscrits par la journaliste Chantal de Rudder), il justifie les violences faites aux femmes, et même les viols, au nom de la sacro-sainte nature de la sexualité masculine.

Le Dr Michel Dubec reconnaît une espèce de solidarité de sexe, qui va jusqu’à une véritable complicité masculiniste, avec le violeur et tueur en série, Guy Georges, qu’il a expertisé :

« Sans que je lui en parle, le tueur de l’Est parisien a peut-être deviné le trouble que j’ai ressenti en regardant les photos de ses victimes. Je les trouvais très attirantes.
(...) Une communauté de désir nous rapprochait Guy Georges et moi. (...) parce qu’il existait entre nous un partage des mêmes “objets érotiques“, j’ai pu faire un bout de chemin avec le tueur en série le plus célèbre de l’Hexagone (...) Je ne partageais pas la pulsion homicide de Guy Georges, heureusement. Mais je pouvais ressentir ce qui provoquait sa pulsion érotique. Entre nous, je l’avoue, ce goût commun entrebâilla une porte, jusque-là verrouillée à double tour, sur un possible échange. » (pages 211-212).

Or, cette attirance sexuelle, que Michel Dubec revendique, de façon indécente dans une pareille situation, aurait dû provoquer chez un individu « normal » - a fortiori chez un psychanalyste et expert psychiatre - non pas un rapprochement solidaire avec le tortionnaire en question, mais au contraire, davantage de révolte envers ce dernier et un surcroît d’empathie à l’égard de ses victimes sauvagement violentées.

Pourtant, si l’expert dénonce sans ambiguïté les meurtres de Guy Georges nés de ses pulsions homicides, il s’identifie à ce violeur avec une notoire excitation sexuelle :

    « Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré (...) Jusque-là, on peut le comprendre, et même, il nous fait presque rêver, il nous agrippe crûment par nos fantasmes. » (page 213).

Comme le fait rêver la description de la vie sexuelle du tueur en série que l’expert relate avec une admiration non dissimulée :

    « Sa vie sexuelle est trépidante, son tempérament étonnant, il est capable de baiser cinq fois par jour ! » (page 218),

ce qui est inadmissible déontologiquement, - sans relever ici la délicatesse des termes utilisés par ce grand spécialiste payé par les contribuables - car il a une véritable responsabilité, et ce qu’il dit et qu’il écrit est rendu publiquement avec son statut d’expert psychiatre national auprès des Tribunaux.

Nous ne pouvons laisser passer ces propos aussi clairs : « Guy Georges, c’est différent. On peut être avec lui, jusqu’au viol compris. » (page 213).

Pour les justifier, Michel Dubec nous ressort l’antienne selon laquelle :

    « Pour parler sans détour, dans la sexualité masculine, il existe un intérêt à obtenir la défaveur de sa partenaire, pas seulement ses faveurs ; à faire crier la femme, peu importe la nature de ses cris. L’acte de pénétrer est en lui-même agressif. Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas. » (page 213).

Ce refrain maintes fois entendu n’a pour finalité que de faire perdurer des relations inégalitaires entre les hommes et les femmes, y compris à l’intérieur de leurs relations sexuelles. C’est une approche archaïque, une vision primaire et profondément machiste, avec toujours la même sempiternelle distribution des rôles sexuels figés une fois pour toutes. Mais ce dont il s’agit également ici, c’est un véritable appel au « viol compris ».

En émaillant son compte-rendu de détails sordides, Dubec parle de viols manifestes, mais ces derniers restent aux yeux de l’expert des expériences sexuelles légitimes puisqu’elles ont réussi à satisfaire Guy Georges ! Expériences selon lui abouties puisque seul compte le point de vue masculin, en l’occurrence celui du tueur en série :

    « Il ne s’inhibait pas au dernier moment, il était capable de leur faire l’amour quasi normalement. Il y avait éjaculation à l’intérieur du vagin. Guy Georges donne le sentiment que l’acte sexuel était consommé avec complétude. » (page 213). Qu’importe la victime, et malgré les violences endurées, il est ici question de « faire l’amour quasi normalement » (sic) ! Le viol est donc revendiqué en tant qu’expérience sexuelle comme une autre. Du moment que le mâle a bien éjaculé à l’intérieur du vagin, où est le problème ? Et que demande donc encore la femme, elle a même eu droit à un préservatif !

Qui sont nos experts psychiatres nationaux ?

Ce à quoi nous répondons : mais qui sont nos experts psychiatres nationaux ? Peut-on continuer à en laisser certains véhiculer aussi impunément, et sous le label scientifique, toute cette horreur idéologique violemment et dangereusement misogyne ?

Que deux choses soient bien claires, d’une part, il ne s’agit ici aucunement de contraindre en aucune façon la liberté d’expression. En effet, l’expert dont il est question est un homme de pouvoir, il est reconnu et très souvent nommé dans de grandes affaires de justice, mais il est aussi sollicité dans des commissions pour donner son avis au plus haut niveau gouvernemental. Ce n’est pas un individu comme un autre, non, il porte une très grosse responsabilité, et ses rapports d’expertises ainsi que ses propositions ont des conséquences concrètes. On imagine avec une certaine appréhension ce que de tels propos peuvent tacitement autoriser comme comportements délétères, et l’on craint leur influence, car ils ne vont pas dans le sens du respect des droits fondamentaux des personnes.

D’autre part, bon nombre de psys se situent d’emblée sur plusieurs niveaux de lecture et d’interprétation, c’est une position stratégique, donc consciente, adoptée afin de contrer d’éventuelles critiques. Ces psys en viennent très rapidement à brandir l’arme rhétorique habituelle : la défense du fantasme et de sa liberté absolue. Or, une fois pour toutes : les féministes ne veulent empêcher personne de fantasmer. Le fantasme n’a rien à voir avec les lignes écrites par Dubec. Il s’agit hélas de véritables viols et Dubec a dû véritablement être en proie à une excitation sexuelle qui l’a submergé - ce qu’il reconnaît volontiers - en écoutant leur récit détaillé fait par Guy Georges. Preuve en est : pourquoi Dubec accepte t-il le fantasme de viol et pas celui d’assassinat ? La réponse, l’expert la donne lui-même, c’est bien sûr parce qu’il ne s’agit pas seulement de fantasme mais aussi d’acceptation du viol lui-même car :

    « Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré, mais évite de les soumettre à des conditions trop crapuleuses ou de les terrifier, au point qu’elles ne devinent pas qu’elles vont mourir. Deux d’entre elles ont demandé à Guy Georges d’enfiler un préservatif et il a accédé à leur requête, comme si de rien n’était ! » (page 213).

Et l’expert de rajouter :

    « Après, quand il tue, tout bascule. On le rejette, incapable de saisir, ressentir, appréhender pourquoi il le fait (...) Et l’on en veut à Guy Georges du bout de chemin qu’on a été capable de faire avec lui(...) » (page 213).

Le bout du chemin que Dubec a fait avec Guy Georges, c’est l’identification massive au violeur et l’excitation sexuelle sadique liée au récit du viol. Le tabou pour l’expert psychiatre, ce n’est donc pas le viol ; le tabou, c’est le meurtre. Avec ces quelques lignes, notre savant fixe les limites de l’acceptable et de l’inacceptable. Le viol étant à ses yeux de l’ordre de l’admissible ; il le fait même rêver.

Michel Dubec a ainsi fait preuve d’une absence totale du respect élémentaire dû aux familles des victimes.

Nous sommes en droit de nous interroger sur les débordements identificatoires d’un psychanalyste qui, selon ses propres écrits, a travaillé sur son inconscient des années durant au cours d’une analyse personnelle. En effet, quand un expert, dont la neutralité est indispensable professionnellement, en arrive à une telle explosion de ses propres sens et qu’il découvre qu’il perd ainsi tout recul et toute distance, il me semble que la seule attitude digne qu’il puisse avoir est de se désister.
Ce que n’a pas fait Michel Dubec qui a préféré ouvertement prendre le parti des violences et des viols faits aux femmes. Violences et viols qui l’ont fait bander.

Pour information

Courriel.


Quelques actions possibles

Lettre aux Éditions du Seuil

Date
Prénom + NOM
Adresse complète

Monsieur le Directeur Général des Editions du Seuil
27, rue Jacob
75006 PARIS

Monsieur le Directeur,

Vous avez publié au début du mois de février 2007 un livre signé Michel Dubec, aidé par la journaliste Chantal de Rudder, sous le titre de LE PLAISIR DE TUER.

L’auteur en question l’a écrit en sa qualité d’expert psychiatre national auprès des tribunaux.

Or, plusieurs lignes écrites sont particulièrement irrespectueuses des droits fondamentaux de la personne, dans la mesure où elles justifient les viols.

Il semble que la propre fascination de Michel Dubec pour Guy Georges - dont le récit des agressions sexuelles de ce dernier à l’encontre des femmes a excité sexuellement l’expert qui le reconnaît lui-même - l’ait ensuite conduit à écrire des propos très dangereux, et que vous avez cautionnés en les publiant.

Quel que soit le contexte de ces lignes, il est injustifiable d’affirmer que :

« On peut être avec lui (Guy Georges) jusqu’au viol compris » parce que « Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré ». Car, « Jusque là, on peut le comprendre, et même il nous fait presque rêver, il nous agrippe crûment par nos fantasmes. »

Il est étonnant et navrant que les éditions du Seuil aient cédé à la tentation d’éditer ces pages, écoeurantes et indignes.

C’est pourquoi, nous sommes nombreux, hommes et femmes, à nous mobiliser contre les dérives inadmissibles de l’auteur de ces lignes qui s’est laissé aller à une confusion des genres entre fantasmes personnels et déclarations publiques, sous couvert de la respectabilité de sa fonction d’expert psychiatre national auprès des tribunaux. Dérives dont votre maison d’édition a été complice en en faisant écho, et qui a donc engagé sa responsabilité.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mes salutations distinguées.

Signature :


Lettre à Madame la Garde des sceaux

Date
Prénom + NOM
Adresse complète

Madame la Garde des sceaux
Rachida DATI
Ministère de la Justice
13 place Vendôme
75042 PARIS Cedex 01

Madame la Ministre,

Michel Dubec, expert psychiatre national auprès des tribunaux, - et qui exerce encore aujourd’hui dans son cabinet libéral au 6 rue de Lesdiguières, 75004 PARIS - a commis un livre en février dernier : Le Plaisir de tuer, publié aux Editions du Seuil, dans lequel il tient des propos inadmissibles concernant le viol.

Il le rend légitime très clairement page 213, notamment, alors qu’il décrit l’expertise du violeur et tueur en série : Guy Georges.

Même tirés de leur contexte, et habilement noyées dans d’autres phrases, il est décemment impossible de justifier des phrases telles que celles-ci : « Guy Georges, c’est différent. On peut être avec lui, jusqu’au viol compris. » et : « Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré (...) », enfin : « Jusque-là, on peut le comprendre, et même, il nous fait presque rêver, il nous agrippe crûment par nos fantasmes. »

Ces quelques lignes dévoilent que le Docteur Dubec, submergé par ses propres sens, n’est plus dans la capacité de conduire des expertises, ni d’en rédiger les conclusions, avec les qualités professionnelles nécessaires, c’est-à-dire la mesure, la neutralité et l’objectivité.

Soulignons combien le Docteur Michel Dubec fait preuve de manque de tact, de réserve et de respect à l’égard des familles des victimes, d’autant plus qu’il a écrit ce livre en sa qualité d’expert psychiatre national auprès des tribunaux.

C’est pourquoi, des femmes et des hommes sont en ce moment en train de se mobiliser afin que cet expert ne soit plus en mesure de donner son avis dans des dossiers qui traitent de viols et d’agressions sexuelles à l’encontre des femmes.

J’espère que nous serons entendu-es, et dans l’attente d’une réponse, je vous prie, Madame la Ministre, de croire en l’expression de ma haute considération.

Pièces jointes : 1) Page 213 (copie) du Plaisir de Tuer, de Michel Dubec, publié aux Editions du Seuil (février 2007) 2) Couverture de ce livre.

Signature :


Pour information

Courriel.


Lettre au président de l’Ordre des médecins

Monsieur le Président du
Conseil de l’Ordre Départemental
de l’Ordre des Médecins
14, rue Euler
75008 PARIS

Monsieur le Président,

Je me permets de vous écrire au sujet d’un livre, Le Plaisir de tuer, paru aux éditions du Seuil, en 2007, et par lequel le médecin psychiatre et expert auprès des tribunaux, Michel DUBEC (1), a dérogé à plusieurs articles du Code de déontologie médicale, notamment les articles 2 (article R 4127-2 du Code de la santé publique), 3 (article R 4127-3 du Code de la santé publique), article 31 (article R 4127-31 du Code de la santé publique), et 106 (article R 4127-106 du code de la santé publique).

En effet, voilà ce que le Docteur Dubec écrit page 213 du livre susdit à propos du violeur et tueur en série Guy GEORGES qu’il a expertisé :

« Guy Georges, c’est différent. On peut être avec lui jusqu’au viol compris. Pour parler sans détour, dans la sexualité masculine, il existe un intérêt à obtenir la défaveur de sa partenaire, pas seulement ses faveurs ; à faire crier la femme, peu importe la nature de ses cris. L’acte de pénétrer. Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas (...) Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré mais évite de les soumettre à des conditions trop crapuleuses ou de les terrifier, au point qu‘elles ne devinent pas qu‘elles vont mourir. Deux d‘entre elles ont demandé à Guy Georges d’enfiler un préservatif et il a accédé à leur requête, comme si de rien n’était ! Il ne s’inhibait pas au dernier moment, il était capable de leur faire l’amour quasi normalement. Il y avait éjaculation à l’intérieur du vagin. Guy Georges donne le sentiment que l’acte sexuel était consommé avec complétude. (...) Jusque là, on peut le comprendre, et même, il nous fait presque rêver, il nous agrippe crûment par nos fantasmes. »

Même extraites de leur contexte et noyées habilement parmi d’autres phrases, et tout en reconnaissant à l’auteur d’écrire ce que bon lui semble dans le cadre d‘une libre expression, le Docteur Michel DUBEC, en tant que médecin, n’a pas respecté pas l’article 3 (article R 4127 - 3 du Code de la santé publique) qui stipule que :

« Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine. »

Soulignons en effet que l’auteur a écrit ces lignes en sa qualité de médecin, et d’expert psychiatre national auprès des tribunaux, statuts qu’il revendique clairement tout au long du livre, abusant ainsi de l‘autorité que lui confèrent ses titres et fonctions pour légitimer un acte- le viol - qualifié de crime par le Code pénal (articles 222-23 et 24 du Code pénal) - et ceci sans aucun égard pour les familles et proches des victimes.

Dans ces lignes qui justifient le viol, quid du respect de la moralité et de la probité exigé par le Code de déontologie médicale en toutes circonstances ?

Notons qu’en émaillant son texte de détails sordides, Le Docteur Michel DUBEC parle de viols manifestes, mais ces derniers restent cependant aux yeux du médecin des expériences sexuelles légitimes. Le viol est ainsi revendiqué en tant qu’expérience sexuelle comme une autre, du moment qu’« il y avait éjaculation à l’intérieur du vagin ». Qu’importe donc la victime et les souffrances endurées puisqu’il s’agirait ici malgré tout de « faire l’amour quasi normalement »(sic).

L’article 2 (article R 4127-2 du Code de la santé publique) n’est pas davantage respecté par le Docteur DUBEC. Cet article stipule en effet :

« Le médecin, au service de l’individu et de la santé publique, exerce sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de la dignité. »

Or s’exprimer de la sorte au sujet de jeunes femmes violées, puis sauvagement assassinées, n’est pas respectueux de la vie humaine et de la personne, et fait offense à la dignité et à la mémoire de ces victimes disparues.

Si le Docteur Michel DUBEC condamne sans ambiguïté le meurtre, il en est, comme on l’a vu, autrement du viol. En effet, Michel DUBEC s’identifie au tueur en série qu’il a expertisé, et il reconnaît avoir les mêmes attirances sexuelles que Guy GEORGES, lié à ce dernier par une « communauté de désir » :

« Sans que je lui en parle, le tueur de l’Est parisien a peut être deviné le trouble que j’ai ressenti en regardant les photos de ses victimes . Je les trouvais très attirantes. Ces belles filles qu’il avait tuées, j’aurais pu les croiser dans mon quartier, j’aurais pu avoir envie de les draguer...Une communauté de désir nous rapprochait, Guy Georges et moi (...) parce qu’il existait entre nous un partage des mêmes “objets érotiques“, j’ai pu faire un bout de chemin avec le tueur en série le plus célèbre de l’Hexagone (...) » (p.p. 211-212).

De la même façon, le Docteur DUBEC relate, page 218, avec une admiration non dissimulée, à propos du même violeur et tueur en série :

« Sa vie sexuelle est trépidante, son tempérament étonnant, il est capable de baiser cinq fois par jour ! »

Sans nous attarder ici sur l’indélicatesse des termes utilisés par ce médecin psychiatre missionné pour une expertise, relevons que ce dernier fait preuve publiquement d’une fascination envers les prouesses sexuelles d’un pervers notoire, violeur et assassin en série, ce qui n’anoblit pas la profession de médecin. Encore une fois, le Docteur Michel DUBEC qui a succombé, du moins mentalement, à la séduction exercée sur lui par Guy GEORGES, et à l‘excitation sadique liée au récit du viol, a oublié que de véritables victimes sont décédées après avoir été violées et torturées.

Or le récit des viols de l‘assassin « de l’Est parisien » aurait dû provoquer chez un médecin digne de ce nom, non pas un rapprochement solidaire avec le tortionnaire en question, mais au contraire davantage de révolte envers ce dernier et un surcroît d’empathie à l’égard des jeunes femmes en question.

Le Docteur Michel DUBEC a ainsi fait preuve d’une absence total du respect élémentaire qui leur était dû.

Enfin, c’est en commettant ce livre Le Plaisir de tuer, et notamment le chapitre qu’il consacre à Guy GEORGES et en écrivant les phrases indignes déjà citées que le médecin a violé l’article 31 (l’article R 4127-31 du Code de la santé publique) qui stipule :

« Tout médecin doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci. »

Il me semble que tout mon exposé ci-dessus démontre que le Docteur Michel DUBEC a dépassé les frontières de la décence en écrivant des propos gravement délétères, et souvent orduriers, qui ont engagé sa responsabilité de médecin, amenant ainsi le lecteur à déconsidérer l’ensemble de la profession.

Pourtant, l’article 106 ( article R 4127-106 du Code de santé publique) prévenait les médecins, notamment dans leur mission d’expertise :

« Lorsqu’il est investi d’une mission, le médecin expert doit se récuser s’il estime que les questions qui lui sont posées sont étrangères à la technique proprement médicale, à ses connaissances, à ses possibilités ou qu’elles l’exposeraient à contrevenir aux dispositions du présent code. »

En effet, c’est en tant que médecin, et en tant que psychiatre à qui on a confié une mission d’expertise, que le Docteur Michel DUBEC s’est néanmoins laissé débordé par une identification massive au violeur et tueur en série Guy Georges dans le cadre de son expertise. Michel DUBEC est arrivé à une telle explosion de ses propres sens - ce qu’il reconnaît volontiers - perdant ainsi le recul et la distance nécessaires à sa mission, il aurait dû alors se récuser -. C’était la seule attitude digne qu’il puisse avoir. Ce que n’a pas fait le Docteur Michel DUBEC, préférant prendre le parti des violences et des viols faits aux femmes, et dérogeant ainsi à l’article 106 (article R 4127-106 du Code de santé publique) en contrevenant à plusieurs article du Code de déontologie médicale.

En effet, le Docteur DUBEC dérogé à l’article 106 (article R 4127-106 du Code de la santé publique) en ne se récusant pas de la mission d’expertise concernant Guy GEORGES puis en publiant son livre : Le Plaisir de tuer, dans la mesure où la démarche de ce médecin n’est pas compatible avec le Code de déontologie médicale et est de nature à y contrevenir en dérogeant notamment aux articles 2 (article R 4127-2 du Code de la santé publique), 3 (article R 4127-3 du Code de la santé publique), et article 31 (article R 4127-31 du Code de la santé publique).

Pour toutes ces raisons, je porte plainte contre le Docteur Michel DUBEC, et je demande à votre Chambre Disciplinaire de Première Instance de lui infliger une sanction disciplinaire.

Dans cette attente, je vous prie, Monsieur le Président, de croire en l’expression de ma haute considération.

Signature :

Pièces jointes (copies) :
1) 205 à 224 du livre Le Plaisir de tuer, du Docteur Michel DUBEC, Éditions du Seuil, février 2007
2) Couverture du livre Le Plaisir de tuer, du Docteur Michel DUBEC, Éditions du Seuil, février 2007
3) Quatrième de couverture du livre Le Plaisir de tuer, du Docteur Michel DUBEC, Éditions du Seuil, février 2007


PETITION CONTRE LE PSY QUI JUSTIFIE LE VIOL

Le Docteur Michel Dubec, a écrit un livre : Le Plaisir de tuer, aux éditions du Seuil, en 2007. L’auteur est psychanalyste, mais il est surtout un expert psychiatre national auprès des tribunaux, toujours en exercice. Il consulte également dans son Cabinet libéral, à Paris.

Dans ses écrits (retranscrits par la journaliste Chantal de Rudder), il justifie les violences faites aux femmes, et même les viols, au nom d’une vision essentialiste, et d’une nature masculine.

Le dernier chapitre du livre sur les expertises du Docteur Michel Dubec est consacré au violeur et tueur en série : Guy Georges. Si l’expert dénonce sans ambiguïté les meurtres de ce dernier, il revendique une solidarité de sexe qui lui permet de s’identifier avec une complaisance indécente au violeur, sans aucun respect pour les proches et les familles des victimes. Le Docteur Michel Dubec considère en effet le viol comme un acte sexuel quasi normal s’il est consommé avec complétude (sic). Les propos dangereux de cet expert, dont l’avis est pris en compte dans des décisions de justice, sont intolérables.

Ce qui nous révolte, c’est surtout que le Docteur Michel Dubec a écrit ces pages en sa qualité d’expert psychiatre national auprès des tribunaux. Il se sert donc de son autorité et de son pouvoir pour rendre publiquement légitime un crime : le viol, qualifié comme tel par le Code pénal. La position que tient le Docteur Dubec est d’autant plus délétère que cet expert est très souvent nommé dans de nombreuses commissions portant sur de nouvelles mesures judiciaires.

Les signataires de cette pétition demandent à ce que la Garde des sceaux, Rachida Dati, condamne avec force les propos indignes du Docteur Dubec, et qu’elle se prononce sur le maintien ou le non maintien de cet expert sur la liste des experts psychiatres auprès des tribunaux. Nous pensons, nous, que le Docteur Michel Dubec ne possède plus les qualités requises, et qu’il nécessite une radiation urgente de ces listes.

Nous ne pouvons en effet laisser passer des propos aussi clairs (Page 213-Extraits) :

« Guy Georges, c’est différent. On peut être avec lui, jusqu’au viol compris. Pour parler sans détour, dans la sexualité masculine, il existe un intérêt à obtenir la défaveur de sa partenaire, pas seulement ses faveurs ; à faire crier la femme, peu importe la nature de ses cris. (...) Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas. (...)

Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré (...) Il ne s’inhibait pas au dernier moment, il était capable de leur faire l’amour quasi normalement. Il y avait éjaculation à l’intérieur du vagin. Guy Georges donne le sentiment que l’acte sexuel était consommé avec complétude.
Jusque-là, on peut le comprendre, et même, il nous fait presque rêver (...). »

Pour signer

Signez en envoyant un e-mail à l’adresse ci-dessous. Si le lien ne fonctionne pas, recopiez l’adresse et envoyer votre e-mail (vous pouvez copier et coller ). Indiquez vos nom et prénom, votre ville, département et/ou pays de résidence, et facultativement : vos qualités et/ou profession, et si vous êtes membre d’une association, d’une O.N.G. d’un parti, etc. Merci d’avance : contrelepsyquijustifieleviol@voila.fr

Les premier(es) signataires :

Docteur Emmanuelle PIET, Médecin et Présidente du Collectif Féministe Contre le Viol ; Florence Montreynaud, Ecrivaine ; Bernard Lempert, Philosophe et Psychanalyste ; Monique Dental, Fondatrice du Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes « Ruptures » ; Michelle Cattania, Présidente de l’Assemblée des Femmes de l’Ile et Vilaine ; Docteure Michèle Dayras, Médecin Chef en Radiologie, et Présidente de SOS Sexisme ; Hélène Hernandez, Co-animatrice de Femmes libres sur Radio libertaire ; Bernice Dubois, Représentante du Conseil Européen des Fédérations Wiso, association membre de la C.L.E.F. (Coordination Française pour le Lobby Européens) ; Monique Dental, Fondatrice du Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes Ruptures ; Docteur Monique Lachkar, psychiatre et psychothérapeute ; Monique Lemoine, Professeure ; et des dizaines d’autres personnes...

*****

NOTA BENE - Lire aussi : "Le Dr Dubec impose la censure d’une critique de son livre Le Plaisir de tuer."

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 janvier 2008 et mis à jour le 25 février 2008.

- Le Dr Michel Dubec a exercé son droit de réplique dans cette lettre qui nous est parvenue le 19 mai : « Droit de réplique du Dr Michel Dubec à cet article et à une pétition au sujet de son livre Le Plaisir de tuer
- Procès Fourniret - Condamné pour injures raciales, le psychiatre témoigne

Isabelle Horlans et Sandrine Briclot, le lundi 19 mai 2008 à 04:00, France-Soir

Le Dr Dubec traverse une zone de turbulences. Condamné pour avoir injurié « l’abject juif » Maurice Joffo, il est l’objet d’une pétition pour « légitimation du viol ».

Lire l’article ici.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Brigitte Brami

Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir a été l’électrochoc de sa vie. Depuis, l’auteure dit avoir été un “électron libre“, quoique adhérente de base de plusieurs associations féministes, en participant à des actions selon ses convictions personnelles. Elle a publié aux Editions Saint Germain-des-Prés, vers l’âge de 20 ans, un recueil de poésie intitulé La lune verte. Elle a animé une émission de radio au moment des premières radios libres. Ensuite, ellle s’est surtout intéressée à l’oeuve de Jean Genet : un DEA en arts du spectacle mention théâtre sur Jean Genet ; une thèse de doctorat en littérature et civilisation française sur Jean Genet ; et elle a été assistante de la commissaire, lors d’une exposition sur Jean Genet et le monde arabe, organisée par l’ambassade de France au Maroc, qui s’est déroulée dans tout le Maghreb, au début des années 2000. Elle a un projet de publication en cours sur Jean Genet.



Plan-Liens Forum

  • Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
    (1/11) 16 juin 2012 , par

  • > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    (2/11) 23 mars 2008 , par

  • > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    (3/11) 21 février 2008 , par

  • bravo
    (4/11) 20 février 2008 , par

  • > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    (5/11) 19 février 2008 , par

  • Logique
    (6/11) 10 février 2008 , par

  • la pensée ne justifie pas le désir
    (7/11) 10 février 2008 , par

  • Il faut s’interroger sur les experts
    (8/11) 31 janvier 2008 , par

  • > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    (9/11) 31 janvier 2008 , par

  • Moyen de faire chuter les taux d’avortement
    (10/11) 29 janvier 2008 , par

  • > La castration
    (11/11) 29 janvier 2008 , par





  • Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
    16 juin 2012 , par   [retour au début des forums]

    Nous ne sommes pas des victimes, nous sommes des acteures majeures !

    Au chapitre castrateur, n’oublie-t-on pas un peu vite que la castration féminicide se pratique à la chaîne, dirigée et cadenassée sur des petites filles que l’entourage viole par coutume dans des proportions mondiales assourdissantes http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/05/feminicide-excisionnelarchiveue.html

    Mais pour revenir à son client, ce sens, cette solidarité et excuse de ses viols féminicides -qui plus est, conclus en féminicides assassins- qui se donne pour expert (!) et justifie -voyez de quelle autorité-, sont affreusement choquantes et gravement inhumaines, et encore plus de la part d’un médecin ! Dans la plus grande confusion, ce docteur se réclame de l’exercice du sexe phallocentrique avec son "cousin", comme si aucune autre pratique n’existait hors eux. Eliminant, lorsque ce faisant jour, tout ce qui va au contraire, celui-ci profite de sa position et de la liberté d’expression pour donner en exemple ses élucubrations pernicieuses qui donnent comme leurs lettres de noblesse aux crimes féminicides.

    Il garde bien à la mode cette arme majeure de domination politique. Bon garçon, le système peut dormir tranquille. Mais les autres ?

    (Avant moi, d’autres ont évoqué le grave déficit en expertise, et certains experts dangereux. D’autant plus sensibilisée, qu’actuellement confrontée et démolie par des experts dentistes qui devaient m’assister avec ma protection juridique -mais les intérêts économiques non concordants, dilution, délitement, délayage... c’est en train de devenir ma faute ! et le temps passe sans réparation... -)

    Cette parution de février 2007 à marquer d’une pierre rouge : Révélation de la gabegie et de la force du système machiste phallocentrique (sens strict). Surtout, merci à vous toutes de m’avoir fait découvrir ces sinistres lignes sordides qui riment bien avec le titre en toute franchise (?!). Je n’aurais pas cru que ce soit possible de lire cette imposition machiste, phallocentrique jusqu’au masculinisme. Le forfait est signé. Ils sont à découvert... L’on sait désormais à quoi s’en tenir… C’est le bon côté de la chose, si je puis dire, car depuis si longtemps, on s’en plaint mais personne ne nous croyait !

    Les féminicides sont à interdire strictement et l’on ne veut plus voir de publicité pour la libido minoritaire de machistes phallocrates, qui pourtant domine, prétend l’essentialisme, et entraîne ainsi la majorité dans ce sens tordu qui porte préjudice à l’humanité. http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/feminicide-lexique.html

    Nous ne sommes pas des victimes, nous sommes des acteures majeures !

    > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    23 mars 2008 , par   [retour au début des forums]
    Propagatio in Urbe

    Et que dit Chantal de Rudder ? Connaissez-vous un moyen de la contacter ?

    > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    21 février 2008 , par   [retour au début des forums]
    Imposteurs

    Après le scandale de l’expertise d’Outreau, on serait en droit d’attendre que les experts la mettent un peu en veilleuse. Or voila qu’un de ces experts prend son pied publiquement en s’identifiant à un violeur et tueur en série. Ce n’est pas l’ "inconscient" de Guy Georges qui s’expriment ici à travers l’interprétation du psy, mais la perversité raffinée (et parfaitement consciente) de ce dernier, qui défend ouvertement une conception machiste et primitive de la sexualité associant le plaisir masculin à la violence faite aux femmes.

    "« Pour parler sans détour, dans la sexualité masculine, il existe un intérêt à obtenir la défaveur de sa partenaire, pas seulement ses faveurs ; à faire crier la femme, peu importe la nature de ses cris. L’acte de pénétrer est en lui-même agressif. Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas. »(cité plus haut)

    Non seulement nous ne nous reconnaissons pas dans ce modèle réactionnaire que ce psy décrit comme la normalité ("il nous agrippe crument par nos fantasmes") mais nous pensons que la majorité des représentants du sexe masculin un tant soit peu civilisés le désapprouvent et le considèrent comme pathologique et criminel, et à combattre. Même si cette idéologie est malheureusement encore trop répandue et fait l’objet de trop de complaisance.

    Toute banalisation du viol représente une capitulation honteuse . Naturellement, accuser des individus innocents comme ce fut le cas dans certaines affaires judiciaires récentes est un crime symétrique.

    Publier un tel livre est bien pire qu’une simple faute de goût. Il est une insulte aux victimes et à leurs familles, et perpétue sans complexe une idéologie sexiste , se situant d’ailleurs, sous des formes renouvelées mais pas plus ragoutantes , dans la vieille tradition mysogine des pères de la psychanalyse (et d’une de ses mères, en l’occurence Dolto, qui estimait qu’une fillette abusée par son père était "consentante").

    On s’étonne que l’affaire est fait si peu de bruit alors que le livre est paru depuis plus d’un an. Il faut croire que la vigilance de ceux qui luttent pour les droits des femmes est un peu en panne. D’où le mérite d’autant plus grand de l’auteure de cet article d’avoir soulevé ce lièvre. Merci à elle de nous avoir autorisés à reproduire son texte sur le blog « Imposteurs ».

    A.S

    http://imposteurs.over-blog.com/article-16885533.html

    bravo
    20 février 2008 , par   [retour au début des forums]

    bravo brigitte brami

    j’ai été choqué que cette ordure ose écrire ça mais ça ne me surprend pas d’un psychanalyste qui se réclame d’une doctrine ou la femme est un etre inferieur, incomplet, pervers immature et hysterique, responsable de presque tous les troubles psychiques des hommes.

    je rappelle que Françoise Dolto avait elle meme justifié le viol des fillettes par leur père au motif qu’elles étaient en réalité consentantes voire demanderesses et qu’elle avait osé en tant qu’expert aupres des tribunaux affirmé que les fillettes violées par leur père avaient "pris leur pied" .

    Françoise Dolto qui va faire l’objet d’un docu fiction hagiographique à la Télé avec josiane Balasko.

    > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    19 février 2008 , par   [retour au début des forums]

    Aprés l’affaire d’Outreau je ne suis pas tellement surprise par la position de cet expert psychiatre, bien que j’en sois totalement scandalisée.
    En fait c’est tout le principe de la désignation des experts judiciaires qui est à remettre en cause.
    Je pense que ce médecin dans un premier temps devrait condamné pour apologie de crime ainsi que son éditeur.

    Logique
    10 février 2008 , par   [retour au début des forums]

    Après avoir moi-même déconditionné, je me suis aperçue que les humains de mon entourage, remis en cause dans leurs croyances par mon vécu, utilisaient leur spécialité professionnelle (universitaire) pour m’attaquer. Beaucoup sont restés courtois,pour d’autres, j’ai préféré prendre de sérieuses distances en attendant qu’ils fassent leur chemin.

    Cet homme a le défaut de publier les ressentis de son chemin comme vérités.

    Je me demande comment il fera plus tard, quand il aura changé d’avis.

    Humaniarcalement

    • > Avoir le ressenti, mais pas son sens
      31 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]

      C’est juste, je crois, de dire que Dubec publie les ressentis de son chemin comme vérités.

      Mon hypothèse : LUI-même aurait subi un/des viol/s et rêverait de pouvoir s’en venger sur autrui, d’où la résonnance en lui des récits de Guy Georges. Afin de garder cela à l’écart de sa conscience (l’absolue horreur de ce qui lui a été fait), il ignore le SENS de son identification à ce que dit G.G.(désir de vengeance), et espère résoudre son problème en qualifiant ce qu’il ressent de "sexualité normale".

      [Répondre à ce message]

    la pensée ne justifie pas le désir
    10 février 2008 , par   [retour au début des forums]

    Exemple un enfant de 7 ans demande à sa mère " maman tu as déjà eu envie de faire l’amour avec moi ?" sa mère répond "j’y ai pensé mais heureusement pour nous je n’en ai jamais eu envie. Sois tranquille avec cette idée, il est normal et sain d’y penser. Par contre il est anormal et pathologique de le désirer, destructeur, inadmissible et illégal de réaliser ce désir".

    Il faut s’interroger sur les experts
    31 janvier 2008 , par   [retour au début des forums]

    On avait déjà eu Gardner qui justifiait la pédophilie et a inventé le syndrome de l’aliénation parentale comme arme contre les mères et les enfants violentés. Maintenant, en voilà un qui banalise le viol. Outre les pouvoirs publics, qui paie ces experts ? Qui a intérêt à brouiller ainsi les choses ?

    > Un livre d’un psychanalyste qui justifie le viol
    31 janvier 2008 , par   [retour au début des forums]

    Je n’ai pas lu le livre du docteur Dubec, et je répugne à le faire.
    Je m’interroge juste sur l’objectivité de cet expert, dont l’identification , même fantasmatique, à un assassin, même pour l’écriture, même pour quoi,(?), me semble poser d’énormes questions.
    L’auteur en question a-t-il toujours les qualités d’un expert ?

    Moyen de faire chuter les taux d’avortement
    29 janvier 2008 , par   [retour au début des forums]

    Et ne serait-ce pas un bon moyen de faire chuter les taux d’avortement ? Les gens à droite devraient donc se montrer favorables.

    > La castration
    29 janvier 2008 , par   [retour au début des forums]

    Il faut rendre les hommes responsables de leur propre sexualité. Si un homme n’est pas en couple ou n’est pas capable d’avoir de relations avec des femmes consentantes, et n’arrive pas à contrôler sa libido/ses pulsions, il devrait se castrer chimiquement. Or la castration est un sujet tabou. Moi, entre une société avec plein de femmes violées et une société avec plein d’hommes castrés, vous comprendrez que je préfère la seconde. Et vous ?

    • > La castration
      27 février 2008 , par
        [retour au début des forums]

      ok pour la responsabilité au contraire.
      Mais je ne suis pas d’accord avec cet espèce d’eugénisme que tu propose surtout envers les hommes qui sont seuls, sous entendant qu’ils seront forcement plus facilement des violeurs.
      A mon avis, le travail à faire est sur la culture
      car si on t’écoute toi ou d’autre personnes (des deux sexes d’ailleurs) que j’ai déjà entendu même encore récemment, mais c’était aussi un discours tenu il y a quelque dizaines années de dire que ce serait dans la nature on ne peux rien faire l’homme a des pulsions qu’il ne peux maîtriser.
      Eh bien permet moi de penser que ce n’est pas plus dans la nature de l’homme d’avoir des pulsions sexuelles, suivis de passages à l’actes non maîtrisés que dans la nature de la femme de repasser.
      je suis désolé du parallèle sûrement peu heureux, mais je pense que ce positionnement est culturel. Ce qui bien sur n’exclus pas le problème de personne qui sont la effectivement malade ou qui le font de manière criminel, mais la nous ne sommes plus dans le même domaine, hormis le fait que pour certain un "conditionnement" a malheureusement entraîner cette déviance.

      [Répondre à ce message]

    • > La castration
      28 février 2008 , par
        [retour au début des forums]

      je ne suis pas sûr que ça suffise de castrer (chimiquement ou pas) les violeurs pour les empêcher de recommencer, il y a des malades qui même sans bander violeront avec des objets et étrangleront comme s’ils n’étaient pas castrés. le viol n’est pas seulement un problème d’érection, en tout cas pas pour tous les violeurs.

      [Répondre à ce message]

    • > La castration
      20 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Beaucoup de violeurs sont en couple.

      [Répondre à ce message]

    • > La castration et quoi encore ?
      20 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Si un homme n’est pas en couple, il devrait être castré écrivez vous.
      Présomption de culpabilité bien violente…
      Comme alternative, il n’y a pas autre chose ?

      Je voulais également répondre à l’auteur de l’article que, sans désapprouver sa réprobation, je pense que les rapports homme femme, surtout dans la sexualité, ne sont pas égalitaires. C’est de nos différences que naît l’union, et aussi le désir.

      [Répondre à ce message]

    • > La castration
      18 juin 2010 , par
        [retour au début des forums]
      Une affaire de culture ?

      Je vous félicite pour votre poste sincère sur la castration des délinquants et criminels sexuels récidivistes qui font la preuve de leur incapacité a nouer des relations sexuelles durables et équilibrée avec des femmes .
      Le sexe dans nos sociétés ,est une affaire bien trop lucrative pour un tas de gens , pour accèpter socialement ,comme il y a un demi siècle ,la castration des males déviants,comme une pratique socialement intégrée ,il me semble ?
      Helas la castration provoque parfois une prise de poids et des bouffées de chaleur bien désagréables,je crois ?
      La castration est bien une affaire de culture,puisqu’en Inde par exemple,il y a encore un million d’homme castrés,je crois ?

      [Répondre à ce message]

    • > La castration
      29 mars 2012 , par
        [retour au début des forums]

      C’est violer la liberté des hommes de leur donner la castration.. c’est pas mieux que d’arracher le clito au jeune fille.. violé c’est mal, mais castré aussi. Arrêter de voir les violeurs comme de simple bourreau, ils sont aussi victimes de la société, de son conditionnement continuel à travers la porno, la pub, la musique, etc... Travaillez à transformer la société... arrêtez de TOUT diviser en deux groupe, les gentils/méchants, bourreaux/victimes. Voyez les êtres humains comme des êtres envahis de souffrance !

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin