| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 17 mars 2012

Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Service de nouvelles Radfem, l’information sans le biais masculiniste

par Radfem News Service






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Dans le plus récent numéro de son bulletin trimestriel « The Year in Hate and Extremism » (Une année de haine et d’extrémisme) (Numéro 45, printemps 2012), le Southern Poverty Law Centre (SPLC) désigne les militants masculinistes (aussi appelés « militants des Droits du Père ») comme une organisation haineuse. Le SPLC fait état de la misogynie virulente de ces organisations, de leur habitude de répandre de la propagande mensongère anti-femme et du fait qu’ils applaudissent et vont jusqu’à encourager des actes de violence extrême contre les femmes et les enfants, jusqu’à et y compris l’assassinat.

Dans le même numéro, le SPLC fait état des activités d’autres organisations haineuses opérant aux États-Unis, sous les titres suivants : « Georgia Militia Members to be Tried Later this Year in Movement’s Latest Murder Plot ; Son of Holocaust Memorial Shooter Discusses Family History of Racial Hate ; and Animal Rights Extremist Camille Marino Calls for Violence ».

Pour ceux qui ne le savent pas, le SPLC est une organisation à but non lucratif de défense des droits civiques. Elle se voue à la lutte contre la haine et le fanatisme, et cherche à obtenir justice pour les membres les plus vulnérables de la société.

« [...] Le SPLC a été créé pour veiller à ce que les promesses du mouvement des droits civiques deviennent une réalité pour tous et pour toutes. Depuis notre fondation en 1971, nous avons remporté de nombreuses victoires juridiques marquantes au nom des personnes exploitées, impuissantes et oubliées.

Nos actions en justice ont renversé le racisme institutionnel dans le Sud, mis en faillite certains des organismes prônant la suprématie blanche parmi les plus violents au pays, et obtenu justice pour des travailleuses et travailleurs exploités, des détenus maltraités, des enfants handicapés et d’autres victimes de discrimination. »

La méthode utilisée par le SPLC pour surveiller et renverser les groupes haineux comprend trois volets : il y a d’abord le suivi par le Centre des activités de groupes haineux et de terroristes opérant partout aux États-Unis et le dépôt de poursuites judiciaires innovatrices qui cherchent à détruire les réseaux d’extrémistes radicaux ; puis, l’organisation recourt aux tribunaux et à d’autres formes de plaidoyer pour remporter des réformes systémiques au nom des victimes de l’intolérance et la discrimination ; enfin, le Centre fournit gratuitement aux éducateurs des ressources qui enseignent aux enfants des écoles comment rejeter la haine, embrasser la diversité et respecter les différences.

Dans le bulletin qui vient de paraître, le SPLC consacre trois articles de fond à exposer, explorer et préconiser une surveillance des masculinistes.

Dans « Leader’s Suicide Brings Attention to Men’s Rights Movement » (« Le suicide d’un de leurs leaders attire l’attention sur le mouvement masculiniste »), un journaliste attaché au SPLC, Arthur Goldwag, décrit l’auto-immolation du masculiniste américain Thomas Ball Jefferson aux portes d’un tribunal du droit de la famille au New-Hampshire. Cet attentat devait servir et a effectivement servi d’appel aux armes adressé aux masculinistes et misogynes américains, qui se disent outrés par les décisions des tribunaux américains du droit de la famille. Ces tribunaux enquêtent souvent en profondeur sur les accusations de violence sexuelle, physique et affective au sein des familles. Or, la famille ou « sphère privée » a historiquement été pour les hommes le lieu d’un pouvoir arbitraire, où ils ont été autorisés à terroriser et blesser impunément des femmes et enfants, et à se défiler traditionnellement de leurs obligations financières en quittant la ville, niant leur paternité, ou pire encore.

Le geste extrême du responsable de la section Worcester de la Fatherhood Coalition du Massachussets était, d’une part, un acte de terrorisme domestique, illégal, mettant en danger des vies humaines et visant apparemment à intimider et contraindre les civils et le gouvernement. En effet, Ball a apparemment présenté son acte comme une déclaration de guerre adressée à l’appareil de droit familial, aux femmes et aux enfants :

    Dans une longue « Ultime Déclaration », qui est arrivée au journal Keene Sentinel après son décès, Tom Ball a relaté sa version d’une accusation déposée contre lui. Tout ce qu’il avait fait, a-t-il écrit, était d’avoir giflé sa fille de quatre ans et de lui avoir ensanglanté la bouche après qu’elle lui ait léché la main quand il l’a mise au lit. Une législation antiviolence familiale créée à l’instigation de féministes avait fait le reste, déplorait-il. « Le gouvernement fédéral a déclaré la guerre aux hommes, il y a 25 ans. Il est temps de vérifier à quel point ils tiennent à leur cause. Il est temps, les gars, de leur donner un avant-goût de la guerre. » Appelant à une insurrection tous azimuts, Ball a diffusé des conseils sur la préparation de cocktails Molotov et a exhorté ses lecteurs à s’en servir contre les palais de justice et les postes de police. « Il y aura des victimes dans cette guerre, a-t-il prédit. Il y aura des tués, des blessés, des prisonniers. Certaines de ces victimes seront dans leur camp ; certaines seront dans le nôtre. »

Violence planifiée

Comme on pouvait s’y attendre, l’« hommosphère », comme se désigne la cybercommunauté des masculinistes haineux, s’est très majoritairement ralliée à Ball en sympathisant avec son complexe de persécution et ses sentiments de bon droit masculin et de haine des femmes :

    Le suicide de Ball a ainsi attiré l’attention sur un monde souterrain de misogynes et d’ennemis des femmes, dont la fureur va bien au-delà de la critique du système judiciaire de la famille, des lois contre la violence familiale, et des fausses allégations de viol. Il existe littéralement des centaines de sites Web, blogs et forums consacrés à attaquer pratiquement toutes les femmes (ou, du moins, celles que ces hommes qualifient d’ « occidentalisées »). Cette soi-disant « hommosphère » inclut désormais aussi une page d’hommage à Tom Ball (« Il est Mort Pour Nos Enfants »).

Quelques semaines plus tard, l’hommosphère a répondu à l’assassinat de masse de 77 personnes par le masculiniste norvégien Anders Behring Breivik, qui s’indignait du « divorce sur demande » et a lui aussi galvanisé la misogynie de tous les hommes qui s’estiment lésés dans le monde entier :

    Ce genre de haine des femmes se voit de plus en plus dans la plupart des sociétés occidentales, et elle tend à aller de pair avec d’autres émotions antimodernistes : l’opposition au mariage de même sexe, à l’immigration non chrétienne, à la présence de femmes en milieu de travail, et même, dans certains cas, aux progrès social des personnes d’origine afro-américaine. Quelques semaines seulement après la mort de Ball, alors qu’on pouvait encore voir des traces de brûlure sur le trottoir de Keene, au New-Hampshire, cette dynamique a été une fois de plus clairement démontrée par le Norvégien Anders Behring Breivik.
    Le 22 juillet dernier, Breivik a abattu 77 de ses compatriotes, des adolescent-es pour la plupart, à Oslo et à un camp d’été sur l’île de Utøya, parce qu’il pensait qu’ils ou leurs parents étaient des sortes de libéraux « politiquement corrects » favorables à l’immigration musulmane. Mais Breivik était presque aussi volubile sur les sujets du féminisme, de la famille et des droits des pères, qu’il l’était pour s’en prendre à l’islam. « La menace la plus directe à la famille est le "divorce sur demande" », écrivit-il dans le manifeste qu’il a affiché en ligne avant d’amorcer son massacre. « Le système doit être réformé de telle sorte que le père se voit attribuer des droits de garde par défaut. »
    L’hommosphère l’applaudit avec enthousiasme. Un participant au magazine masculiniste en ligne The Spearhead (La pointe de javelot), voué à « défendre nos droits, nos familles et nos congénères masculins » afficha le commentaire d’appui suivant : « Existe-t-il une loi du talion plus adéquate que le fait de tuer les enfants de celles qui étaient si disposées à détruire les familles des hommes, à détruire la patrie des hommes ? »

Fausses allégations au sujet des femmes

Dans un deuxième article du bulletin du SPLC, « Men’s Rights Movement Spreads False Claims about Women » (« Le Mouvement des droits des hommes répand de fausses allégations au sujet des femmes »), les journalistes Mark Potok et Evelyn Schlatter décrivent la propagande la plus communément utilisée par les masculinistes américains pour inciter les hommes à la rage misogyne, encourager de nouvelles violences et obtenir de la sympathie pour leurs allégations de mauvais traitements par les femmes et le système judiciaire en cas de litiges de divorce et de garde – y compris des cas impliquant des accusations au pénal de harcèlement criminel, de viol et d’assassinat.

Par exemple, les masculinistes citent souvent de fausses statistiques sur l’incidence et la prévalence des crimes sexuels commis par des femmes et de leurs sévices contre des victimes masculines, affirmant que la situation est au moins aussi mauvaise pour les hommes (si ce n’est pire), alors que la recherche démontre systématiquement que les hommes constituent une écrasante majorité des auteurs de violences, comme l’agression sexuelle en général, le viol et le harcèlement des partenaires intimes, et que les femmes sont très majoritairement les victimes de ces crimes. Sans surprise, la recherche montre tout aussi systématiquement que lorsque des hommes sont violés, ils le sont presque toujours par d’autres hommes, et non par des femmes.

Les groupes masculinistes haineux se montrent également hyper-agressifs – et peu soucieux de la vérité – lorsqu’ils diffusent des statistiques fausses et démenties de longue date concernant « les fausses allégations de viol ». Voici un extrait de l’article :

    LEUR PRÉTENTION : Près de la moitié, sinon plus des agressions sexuelles signalées par les femmes n’ont jamais eu lieu. Diverses versions de cette prétention reviennent constamment sur des sites Web comme Register-Her.com, qui se spécialise dans la diffamation de femmes accusées d’avoir menti au sujet de leur viol. De plus, ces prétentions sont parfois le fait d’hommes impliqués dans des litiges judiciaires de garde d’enfants.
    LA RÉALITÉ : Cette prétention, qui a acquis une certaine crédibilité au cours des dernières années, est largement basée sur un article publié en 1994 dans les Archives of Sexual Behavior par Eugene Kanin, qui a conclu que 41% des allégations de viol sur lesquelles son étude s’est penchée étaient « fausses ». Mais la méthodologie utilisée par Kanin a été très critiquée, et ses résultats ne concordent pas avec la plupart des autres résultats obtenus par des recherches semblables. Ses recherches n’ont porté que sur une ville du Midwest (non identifiée), et il n’a pas même pas explicité les critères utilisés par la police pour décider qu’une allégation était fausse. La ville a également polygraphié ou menacé de polygraphier toutes les victimes présumées, une pratique désormais discréditée depuis que l’on sait qu’elle amène beaucoup de femmes à abandonner leur recours, même quand il est parfaitement fondé.
    En fait, la plupart des études qui suggèrent l’existence de taux élevés de fausses accusations commettent une erreur clé : le fait d’assimiler à des signalements mensongers les signalements décrits par la police comme « sans fondement ». La vérité est que ces rapports discrédités comme sans fondement comprennent très souvent ceux pour lesquels aucun élément de corroboration n’a pu être trouvé ou ceux dont la victime a été considérée comme un témoin peu fiable (souvent en raison de l’usage de drogues ou d’alcool ou de contacts sexuels précédents avec l’attaquant). Ces signalements dits non fondés comprennent également ceux où des femmes retirent leurs accusations, souvent en raison d’une crainte de représailles, de leur méfiance envers le système juridique ou d’embarras parce que des substances toxiques ou de l’alcool étaient impliqués. Les meilleures études dans ce domaine, celles basées sur un examen minutieux des allégations de viol, indiquent plutôt des taux de faux signalements oscillant entre 2% et 10%. L’étude la plus complète disponible a été menée par le British Home Office en 2005 et a révélé un taux de 2,5% pour les faux signalements d’agression sexuelle. La meilleure enquête réalisée aux USA, « Making a Difference » (2008), a conclu à un taux de 6,8%.

Enfin, dans l’article « Misogyny : The Sites » (Misogynie : Les sites), le SPLC cite une douzaine de sites Web et de blogs populaires chez les masculinistes, qui documentent abondamment la « stupéfiante » misogynie à laquelle se rallient les groupes haineux de défense des « droits des hommes ».

Bien sûr, les femmes et les filles qui ont été ciblées par ces groupes de haine misogyne – tant récemment que depuis des années – ne choisiraient peut-être pas le mot « stupéfiant » pour décrire une réalité qu’elles connaissent bien, et qui fait rage en ligne et sous forme d’une guerre réelle dans la vie des femmes depuis très longtemps. Pas plus que n’importe quel autre groupe ciblé ne serait « stupéfait » de l’existence de groupes haineux organisés qui diffusent régulièrement de la propagande politique contre eux en incitant à la haine de classe et même à la violence à leur égard. Par contre, ce qu’on pourrait trouver « stupéfiant », c’est que les organisations masculinistes n’aient pas été dénoncées et activement surveillées plus tôt par un organisme de défense des droits civiques reconnu à l’échelle nationale, alors qu’elles répondent clairement aux critères de « groupes de propagande haineuse » et méritent d’être surveillés et même poursuivis lorsque les faits le justifient, comme n’importe quel autre groupe haineux.

Du moins jusqu’à maintenant. Et la surveillance et le dépôt de poursuites contre des groupes haineux états-uniens est ce que le SPLC fait de mieux :

    La lutte contre la haine en Cour
    Au début des années 1980, le co-fondateur et avocat principal du SPLC Morris Dees a créé la stratégie consistant à utiliser les tribunaux pour combattre les groupes haineux organisés violents. Depuis lors, nous avons plusieurs fois obtenu des dommages-intérêts importants pour des victimes de violences dues à ces groups haineux. Ces causes sont entièrement financées par nos supporters : nous n’acceptons aucun paiement des clients que nous représentons.

    Les organisations qui ont fermé leurs portes après des verdicts écrasants rendus par des jurys dans les causes intentées par le SPLC comptent notamment White Aryan Resistance, United Klans of America, la milice White Patriot Party et Aryan Nations.

    Ces cas ont fait du SPLC et de Dees des ennemis vilipendés par le mouvement extrémiste. Notre siège social installé à Montgomery (Alabama) a été la cible de nombreux complots ourdis par des groupes extrémistes, y compris un incendie criminel qui a détruit nos bureaux en 1983. Plusieurs dizaines de personnes ont été emprisonnées pour avoir comploté contre Dees ou le SPLC.

Toute personne désireuse de donner de l’argent ou d’autres ressources au SPLC peut le faire par le biais du site web de l’organisme, par la poste ou par téléphone.

Veuillez noter que vous pouvez faire des dons de charité au SPLC et affecter spécifiquement votre don à un projet particulier, y compris celui de surveillance des organisations masculinistes. Il vous suffit d’indiquer le projet auquel vous souhaitez affecter votre contribution au moment de votre don.

Version originale : « Southern Poverty Law Center Names Men’s Rights Activists (MRAs) as Hate Group », 9 mars 2012.

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 mars 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Radfem News Service



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin