| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






vendredi 7 septembre 2007

Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?

par Jacques Brodeur, consultant en prévention de la violence



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages




Lorsqu’on procède à l’analyse critique des jeux vidéo, deux groupes sont interpellés : les personnes qui aiment s’y adonner et ceux qui tirent profit de la production et de la vente de ces jeux. Voici quelques éléments qui peuvent éclairer le débat.

Tabac et jeu vidéo : arguments semblables

Les arguments invoqués par les défenseurs de l’industrie du jeu vidéo en 2007 ressemblent à s’y méprendre à ceux des fumeurs des années 1990.

Il y a 15 ans, lorsqu’on critiquait le tabagisme, certains fumeurs s’impatientaient. Ils considéraient que les reproches s’adressaient à eux personnellement et ils se disaient méprisés dans leur choix de fumer. Ils reprochaient aux critiques de s’attaquer à eux, pauvres fumeurs, honnêtes travailleurs, plutôt que de cibler la puissante industrie de l’automobile dont la pollution créait des dommages plus importants encore. Deux arguments revenaient souvent. La cigarette ne tue pas tous les fumeurs. Et puis, il faut bien mourir de quelque chose. Pendant ce temps, l’industrie qui les empoisonnait, parfaitement informée de sa responsabilité criminelle, finançait des groupes qui présentaient le fumeur comme une victime de l’ostracisme des méchants non-fumeurs « intolérants » et tentaient de convaincre les fumeurs de leur droit d’empoisonner leur entourage. Après des décennies d’efforts, d’études scientifiques, de mensonges criminels, de publicité hypocrite de la part de l’industrie, nous pouvons enfin aller au restaurant et au bar sans respirer de fumée secondaire.

Le tabac contient de la nicotine naturellement et c’est elle qui entraîne la dépendance. C’est grâce à elle que l’industrie du tabac garde ses clients prisonniers jusque dans leur tombe. Prétendre qu’en combattant le tabagisme, on empêche d’honnêtes gens de gagner leur vie est une mascarade. Lorsque la fumée du tabac envahit les poumons des personnes qui n’en veulent pas, l’État doit protéger ces derniers. Lorsque les épinards ou l’eau contient une bactérie mortelle, les pouvoirs publics interviennent. Où est la protection des jeunes cerveaux humains contre les dommages des jeux vidéo violents ?

Les jeux vidéo ne contiennent pas de la violence naturellement. On l’y a ajoutée artificiellement, intentionnellement, pour attirer des clients, peu importe leur âge. Il y a des effets secondaires à l’utilisation de cet ingrédient, et c’est chez les enfants et les ados que les dommages sont à la fois plus facilement perceptibles et dramatiques. Si on acceptait de reconnaître les dommages de cette stratégie de marketing, on serait déjà en posture de réglementer cette industrie du jeu vidéo qui en abuse sans scrupules ad nauseam.

La violence comme jeu de société

Les jeux vidéo les plus populaires chez les enfants du primaire et du secondaire sont, que cela nous plaise ou non, des jeux de la catégorie FPS (First Person Shooter). Même si certains jeux vidéo n’appartiennent pas à cette catégorie, ce sont les jeux violents qui obtiennent, hélas, la faveur des enfants et des ados. Ce sont ces jeux qu’ils reçoivent en cadeau d’adultes qui en ignorent les effets. Ce tout petit constat devrait tous et toutes nous inquiéter comme citoyen-nes. Je rencontre des centaines d’élèves du primaire et du secondaire chaque semaine durant toute l’année scolaire. Des jeunes Québécois blancs francophones et de nouveaux arrivants, de milieux riches et dans de milieux pauvres. La plupart des enfants n’ont aucune gêne à nommer ces jeux, à raconter les gestes criminels qu’on leur demande de poser pour performer, à exprimer le plaisir et la valorisation qu’ils en retirent et l’absence quasi-totale de supervision parentale. L’industrie ajoute parfois la lettre « M » sur les emballages pour aviser les parents et les vendeurs qu’ils sont réservés aux 18 ans et plus. Cela n’empêche pas les moins de 18 ans de compter pour 40% de l’ensemble des utilisateurs. (1) Plusieurs parents accordent peu d’importance à cette cote et plusieurs jeunes apprennent vite à échapper à la surveillance parentale.

L’industrie considère les parents comme des obstacles à son commerce et au droit des enfants de s’amuser « librement », et elle a mis au point des stratagèmes pour aider les jeunes à déjouer la surveillance des parents. Des jeunes m’ont décrit le truc imaginé pour les soustraire à la surveillance parentale : dès qu’ils entendent quelqu’un approcher de leur chambre, ils cliquent sur un icône intégré au jeu pour faire apparaître à l’écran le jeu du solitaire, et maman repart rassurée. Stratégie honnête ? Éthique ? Il s’agit plutôt d’une stratégie ignoble qui sape l’autorité des parents aux yeux des enfants.

Les jeux de type FPS ne sont pas seuls en faute. Récemment, certains jeux vidéo (de même que certains messages publicitaires télévisés nord-américains) ont été pointés du doigt comme facteurs responsables de la conduite automobile criminelle des jeunes adultes de sexe masculin. Ces jeux n’appartiennent pas à la catégorie FPS, mais on peut facilement imaginer qu’ils ont un lien avec la conduite dangereuse et la rage au volant, deux phénomènes en hausse. (2)

Une violence toxique

La violence utilisée dans les jeux vidéo pour attirer, exciter, captiver des jeunes est un ingrédient de marketing puissant et hautement toxique utilisé par une industrie assoiffée (et aveuglée) de profits. L’utilisation de l’ingrédient est clairement immorale et répugnante lorsqu’on sait que les jeux seront utilisés par des moins de 13 ans. Pourquoi ? Parce que la distinction entre fiction et réalité est un long et difficile processus cérébral qui débute à 7 ans et n’est pas complété avant 13 ans. Pourquoi 13 ans, pourquoi pas 12 ou 14 ? Pour comprendre, il faut prendre le temps de lire le jugement rendu par la Cour Suprême du Canada, en 1989, contre le fabricant de jouets Irwin Toys, une compagnie qui réclamait le droit de publiciser ses jouets en ciblant des enfants de moins de 13 ans. Le tribunal a passé à la loupe les arguments des deux parties et fait siens ceux du Gouvernement du Québec qui voulait protéger les enfants contre la manipulation publicitaire. (3) À cause des jeux vidéo et de la surexposition à divers autres divertissements violents, force est de constater que le nombre de jeunes qui ne réussissent pas à compléter le processus (i.e. distinguer fiction et réalité) à 13 ans a certainement augmenté au cours des dernières années.

Les opposants à la réglementation de la vente des jeux vidéo prétendent que leur industrie n’est pas seule à désensibiliser des enfants et des ados. L’industrie de la musique le fait également. Les chanteurs Snoop Dog, Fifty Cent et Eminem ont exploité le filon de la misogynie dans des chansons qui ont rapporté des fortunes aux producteurs de musique, grâce à la complicité de la chaîne de télé spécialisée MTV. Le cinéma aussi a employé l’ingrédient « violence ». Selon un sondage de l’Unesco, le robot justicier Terminator était le héros des petits garçons dans 82 pays du monde en 1998. La télé aussi a abusé des enfants avec les Ninja Turtles, et avec les mignons petits personnages qui assassinent Kenny dans chaque nouvel épisode de South Park.

Que dire de l’animateur provocateur Jerry Springer, des cascadeurs de Jackass qui invitent à l’automutilation ? Que dire de l’industrie radiophonique des animateurs comme Howard Stern et son pâle imitateur Jeff Fillion, tous deux pollueurs culturels déguisés en amuseurs publics ? Le fait que les jeux vidéo ne soient pas les seuls n’a rien pour rassurer ni pour disculper ceux qui les produisent et les commercialisent ? Au contraire. Plusieurs médias utilisent (et banalisent) la violence physique et verbale pour agrandir leur auditoire en incitant des milliers de jeunes à l’applaudir et à l’imiter.

Le Dr Rich a fouillé 35 études sur l’influence des jeux vidéo et ses conclusions ont été publiées par l’Association étatsunienne des pédiatres. (4) Une partie croissante de ces véhicules culturels influencent le langage, le comportement, les valeurs, l’habillement, l’alimentation, l’estime de soi et, pire, les relations des jeunes entre eux. Plus que la télé et les films, les jeux vidéo fournissent un contexte idéal pour conditionner les jeunes à la violence à cause de la répétition des mêmes gestes, du renforcement positif fourni au joueur et de la dépendance qu’ils génèrent.

Tous les jeux vidéo ne sont pas nocifs, mais le fait que certains le soient rend la réglementation nécessaire. Or, jusqu’ici, les résistances de l’industrie et de consommateurs de jeux ont empêché toute mesure de protection des jeunes.

* Site EDUPAX pour plus d’information.

- Pour la suite de cet article, lire : « Le refus de réglementer les jeux vidéo et ses conséquences ».

Notes

1. www.lionlamb.org/
2. www.fradical.com/
3. http://scc.lexum.umontreal.ca/fr/
4. http://www.cmch.tv/

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 septembre 2007

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Jacques Brodeur, consultant en prévention de la violence

EDUPAX

Jacques Brodeur a enseigné durant 30 ans et œuvre comme consultant, conférencier et formateur dans les domaines de l’éducation à la paix, l’éducation aux médias et la prévention de la violence.



Plan-Liens Forum

  • > Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
    (1/1) 13 septembre 2007 , par Alex Chaman





  • > Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
    13 septembre 2007 , par Alex Chaman   [retour au début des forums]

    N’importe quoi ! C’est vraiment amusant les gens qui parlent à tord et à travers sans avoir une once de réflexion... Le jeu vidéo n’incite nullement à la violence. Le jeu vidéo rend accroc les gens pour plusieurs raison que personne ne semblent deviner...

    Tout d’abord, le jeu vidéo génère des émotions de forte intensité et permet au joueur de tester ses réflexes dans des environnements quasiment réalistes. On a même le droit de perdre !

    Le jeu vidéo met le joueur dans des conditions optimales d’entrainement, il peut tester ses réflexes, apprendre à contrôler sa violence, ses émotions, sa peur, son sang froid... par la pratique. Pourquoi crois tu que l’armée utilise le jeu vidéo pour entrainer les soldats !!!

    Le joueur qui joue avec lui même et avec les autres, peut mesurer sa stratégie par rapport aux autres, il peut mesurer la qualité de ses réflexes, mesurer sa rapidité, mesurer ses qualité de gestionnaire, de bâtisseur, de commercial... et apprendre, progresser ! Et pourquoi ? et bien parce que le joueur a suffisamment d’imagination pour s’immerger dans le jeu ! Résultat, les MMO récents sont même des lieux de compétitions, de social, de commerce etc.

    Ecoutez bien ! Le risque, c’est que le joueur délaisse le réel pour le virtuel... Le jeu vidéo simule un environnement proche du réel et parfois + intense et on y enlève la défaite et le stress de la peur (de la confrontation physique et direct) !

    Tout joueur qui pense passer trop de temps sur le jeu et qui souhaite réduire ce temps, doit prendre conscience que le jeu vidéo est un plaisir à consommer avec intelligence et modération !

    [Répondre à ce message]


       Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © Sisyphe 2002-2013
    Sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin