| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 24 novembre 2008

Témoignage - Moi, la femme de personne

par Ghislaine Sathoud, écrivaine et militante






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Ce 25 novembre, nous célébrons la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Il s’agit une problématique complexe et d’un problème universel, et les victimes (rescapées et défuntes) sont disséminées aux quatre coins du globe. D’où la nécessité pour les SURVIVANTES de s’engager dans ce combat.

Cette journée est une invite à la découverte des tenants et des aboutissants de la violence. Aussi, il nous appartient de poursuivre la sensibilisation sur la violence et ses effets collatéraux, de lutter contre ce fléau qui endeuille des familles à travers le monde, d’inculquer une culture de paix afin que plus jamais de telles horreurs ne se reproduisent. Oui, plus jamais.

Il va sans dire que la célébration de cette journée nous entraîne droit dans les sinuosités de la condition de la femme. La violence est une intimidation qui vise à marquer un coup fort, ceux qui affectionnent cette méprisable pratique veulent dénoncer les changements dans les us et coutumes, c’est-à-dire, signifier aux femmes qu’elles prennent trop de place, qu’elles révolutionnent les mœurs, qu’elles devraient demeurer des « citoyennes de seconde zone ».

Que pense la militante des droits des femmes que je suis de cette journée ? Que veut donc dire cette célébration pour moi, migrante Africaine installée au Canada depuis plus d’une décennie ? Cela me rappelle mon mariage, plus précisément les péripéties de ce passé, un passé relativement récent qui influence encore d’une certaine manière mon quotidien. D’une certaine manière seulement, d’autant plus que je me donne tous les moyens pour marquer la rupture définitive entre ces douloureux souvenirs et mes attentes face à l’avenir. Voilà pourquoi je refuse de me faire dompter, d’aucune façon je ne me laisserai faire, je me battrai, comme je l’ai toujours fait d’ailleurs, pour réclamer mon autonomie, mon droit à la vie, ma quiétude mentale : il n’y a aucun doute là-dessus, je ne me laisserai pas faire.

Par exemple, concernant mon expérience d’épouse, j’avoue que, mon cœur balance, je cherche des repères : le mariage a duré douze années, deux seulement se sont passées en Afrique, et les dix autres au Canada. Il en est d’ailleurs de même pour la maternité, j’ai eu un enfant en Afrique et les deux autres au Canada.

Tout compte fait, ces deux années dans mon pays constituent le socle de mon cheminement dans le mariage : non seulement elles marquèrent mes premiers pas dans la maternité et dans le couple, mais surtout, tous les balbutiements dans l’une ou l’autre tâche furent épauler par la famille, et ce, au sens le plus large du terme, d’autant plus que je fus mariée coutumièrement et civilement.

À vrai dire, cela ne me dérange pas de porter plusieurs casquettes, cette diversité me convient parfaitement. De plus, c’est au nom de cette pluralité que je m’insurge contre ceux qui, consciemment ou inconsciemment, ont voulu (et d’autres le veulent encore) m’enfermer dans une seule identité : celle d’épouse. Et la mère, qu’en faites-vous ? Et la fille, je suis d’abord la fille de mes parents avant de convoler en justes noces, vous en souvenez-vous ? Sans compter que je suis une personne à part entière, un être humain avec des besoins et des projets : et ça, j’y tiens !

En tout cas, le constat est patent : à l’instar des femmes dans nos pays d’origine et de celles du pays d’accueil, nous, les migrantes, ne sommes pas épargnées par les discriminations sexistes. Nous subissons de plein fouet l’influence de la culture d’origine, voire la métamorphose de celle-ci - ceux qui prétendent défendre les coutumes n’hésitent pas à les changer pour en tirer le meilleur profit – et, par-dessus le marché, nous héritons du sort des femmes de la société d’accueil. Sauf que, finalement, par la force des choses, nous sommes comme dans un « monde à part », ni avec nos congénères d’où nous venons, ni avec celles que nous côtoyons. Nous sommes « nulle part » ; nous sommes les femmes de nulle part.

Voilà pourquoi les mésaventures des unes et des autres nous concernent aussi dans la mesure où notre monde se situe à l’intersection de notre passé et de notre présent. Voilà pourquoi l’avenir des femmes de nulle part m’intéresse, voilà pourquoi j’aborde régulièrement des réflexions sur cette situation qui me préoccupe au plus haut point. Cette année, j’ai fait un choix décisif : je continue mon combat contre la violence à l’égard des femmes, quitte à lever le voile sur mon « intimité ». Quoi qu’il en soit, il y a fort à faire pour éradiquer ce fléau, il faut apporter des preuves tangibles, des exemples concrets qui justifient que les femmes tapent du poing, non pas pour attiser une haine contre les hommes, mais pour réclamer des droits inaliénables et sacrés, pour l’équité, pour la justice. C’est ce sens que je donne à mon engagement.

Somme toute, l’objet de ce témoignage est surtout d’amener une sensibilisation sur une problématique bien souvent méconnue : pas sûr que cela suffise à blanchir les migrantes qui sont souvent accusées, injustement disons-le, de bafouer la culture d’origine au profit de la culture du pays d’accueil. La violence est toujours dramatique : elle se caractérise par un désir d’exercer un contrôle sur la victime ; elle peut être physique, verbale, économique... et que sais-je encore. À coup sûr, pour la victime, les conséquences sont dévastatrices.

Je me considère comme une victime de la violence. Ça ne se voit pas ? En effet, les dégâts de ce mal sournois ne sont pas toujours perceptibles. De vous à moi, ce qui importe, c’est d’en sortir. Si mon visage ne porte pas les marques de ce douloureux passé, mon âme, elle, est bariolée à jamais par les scarifications. Comment oublier cela ? Pour tout dire, comme plusieurs femmes de nulle part, comme les migrantes africaines installées en Occident, je suis prisonnière de la perte de réseau social. Quoi qu’il en soit, je tenais à faire ce témoignage, ne fût-ce que pour mesurer le chemin parcouru, pour apprécier la grandeur de ma RÉSILIENCE. J’aurais pu perdre la boule !

En 2005, mon conjoint me demandait une irrationnelle preuve d’amour : il m’intimait l’ordre de choisir entre mon boulot et le mariage, un beau cadeau pour notre douzième anniversaire de mariage qui pointait à l’horizon ! De surcroît, il ne me laissait aucune alternative, c’était à prendre ou à laisser. Selon ses convictions, – et ça, mon petit doigt me le disait - ses desseins, même ceux les plus égoïstes (surtout eux, ai-je envie de dire), y compris ceux au détriment des autres membres la famille, tous ses vœux étaient des ordres à exécuter aveuglement. Il disait donc tout haut ce qu’il n’avait jamais osé m’avouer auparavant : la place de la femme, d’une épouse digne de ce nom est à la maison, dans les fourneaux. Cela ne me dérange pas quand l’initiative est volontaire. Par conséquent, j’épaule celles qui font librement ce choix. Pour ma part, cela a toujours été plaisant de prendre soin de ma famille, de mijoter des plats, c’est même à mon sens une façon de prouver mon affection aux miens, de resserrer nos liens. Par contre, je n’ai jamais pensé que mes responsabilités familiales soient incompatibles avec l’exercice d’une profession.

Du coup, mon conjoint m’accusait « d’usurper » son rôle ; il me reprochait de travailler « à l’extérieur » alors que lui restait à la maison, il était furieux, je ne le reconnaissais plus.

Sauf que je n’ai jamais intentionnellement ou par inadvertance mener une quelconque démarche pour le garder dans ce désoeuvrement. Je ne comprenais pas pourquoi je devenais son souffre-douleur. Pourtant, je le soutenais psychologiquement en l’encourageant à poursuivre ses recherches : nous arrivâmes dans notre terre d’accueil le même jour, nul ne savait avec exactitude les défis qui nous attendaient ; nous étions dans le même bateau. Comble de déveine : tout cela se passait loin de nos familles, loin de ceux qui célébrèrent le mariage ; loin de ceux qui auraient pu jouer les bons offices. Surtout, dans ces histoires qui font intervenir les coutumes, on ne sait jamais la conduite à tenir !

En définitive, je me suis débrouillée comme une grande fille. J’ai fait mon choix : le boulot, l’autonomie, le revenu pour subvenir aux besoins de mes enfants, c’était tout à fait clair dans mon esprit ; c’est ce que je voulais. Et si c’était à refaire, je referais exactement la même chose.

Un autre fait non moins important guida mon choix : quel héritage devrais-je laisser à ma fille qui est née dans ma société d’accueil ? Comment lui dire que je démissionnais pour respecter la volonté de son père ? Non, je ne pouvais pas faire cela : même pas pour garder l’alliance au doigt et respecter les coutumes qui encouragent la soumission. Je refusais, même si ce geste m’était préjudiciable d’autant plus que des préjugés tenaces incriminent les Africaines installées en Occident : on dit qu’elles divorcent sans raisons apparentes. Je ne pouvais pas le faire ne serait-ce que parce que mon emploi me permettait de faire bouillir la marmite à la maison. En outre, j’estime qu’une telle sommation n’est pas un acte d’amour : c’est de l’égoïsme !

Comme pour me donner raison, à la suite de mon refus, mon conjoint avec qui j’étais pourtant déjà en instance de divorce monta un complot pour essayer d’obliger mon employeur à me congédier : il affirma que je violais le devoir de confidentialité exigé par mon emploi. Outre cela, plusieurs années après, même si je ne suis plus son épouse, même si j’ai choisi de vivre dans une clandestinité volontaire et d’éviter tout contact avec lui, les rumeurs les plus humiliantes circulent à mon sujet, comme je m’y attendais.

Je vis paisiblement avec mes enfants dont j’ai obtenu la garde. Mais bon, à vrai dire, je n’ai pas encore la paix tant souhaitée, mais je la revendique âprement. Je suis fréquemment perturbée par le père de mes enfants qui revient à la charge de diverses manières.

Les migrantes endurent bien des maux, je ne le dirai jamais assez, surtout, la « condamnation » dans le pays d’origine blesse : je perds les pédales quand j’apprends les énormités et les faussetés qui se colportent sur moi. Si certains autoproclamés affidés des traditions me jugent sans m’entendre – alors que les coutumes recommandent de la sagesse, elles conseillent d’écouter les deux parties avant de trancher – je continue de croire que personne ne peut m’empêcher de m’exprimer, la liberté d’expression, j’en fais mon affaire : qui mieux que moi-même peut parler de mes expériences ?

Bien sûr, je suis une victime de la violence conjugale : la violence a dépassé le cadre familial, elle s’est étendue au cadre professionnel. On a carrément voulu saper ma vie ! Pire encore, ça continue, plus de trois ans après, ça continue. Y’en a marre !!! TROP C’EST TROP, et comme on dit au Québec, je suis tannée. Oui, j’en ai par-dessus la tête. Qu’est-ce que c’est que cette histoire de SOUMISSION ?

Quant à vous qui vivez des histoires similaires, gardez espoir, si mon témoignage peut vous rassurer : je pense qu’il faut à un moment donné agir selon notre bon vouloir, selon ce qui se présente à nous comme alternative. Après tout, loin de la parenté, on ne peut que se fier au système « D » et se confier à Dieu, comme le dit souvent ma mère.

Pour l’instant, malgré les obstacles qui se sont dressés sur mon parcours, je n’ai pas bougé d’un iota, mon intérêt pour la lutte contre la violence n’a pas changé, ma passion pour cette noble cause est restée entière. Toutefois, les souvenirs de « la tragédie de 2005 » sont horribles. Il y a fort à parier que j’y revienne.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 novembre 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Ghislaine Sathoud, écrivaine et militante

Née au Congo-Brazzaville, Ghislaine Sathoud réside dans sa patrie d’adoption, le Canada, depuis plusieurs années. Militante et travailleuse dans le mouvement québécois des femmes, elle a publié quelques ouvrages : Les femmes d’Afrique centrale au Québec, Le combat des femmes au Congo-Brazzaville, L’Art de la maternité chez les Lumbu du Congo, pour ne citer que ceux-là. On peut en savoir davantage sur l’auteure en visitant son site.



Plan-Liens Forum

  • Témoignage - Moi, la femme de personne
    (1/1) 19 mars 2012 , par





  • Témoignage - Moi, la femme de personne
    19 mars 2012 , par   [retour au début des forums]

    bonjour , je m’appelle Laura Pirsoul et je fais un travail sur la condition de la femme dans le monde . Je voulais vous demander pour voir si vous voudriez bien m’accorder une interview ou me faire part d’un temoiniage pour mon travail scolaire, merci d’avance .


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin