| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 25 mars 2013

Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit

par Meghan Murphy, journaliste et écrivaine, Feminist Current






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
Le courage des femmes brisées
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Deux joueurs de football de l’école secondaire de Steubenville, dans l’Ohio, ont été reconnus coupables du viol d’une fille de 16 ans dimanche dernier, le 17 mars (1). Le tribunal a reconnu qu’ils avaient pénétré digitalement la victime, et l’un a été reconnu coupable d’utilisation illégale d’une personne mineure dans du matériel à base de nudité.

Les allégations portées contre les jeunes hommes, Trent Mays, 17 ans, et Ma’lik Richmond, 16 ans, l’ont été après la divulgation d’une série de photos, vidéos, textes et messages affichés sur des médias sociaux en août dernier. Une photo montrait la victime étendue sur le sol lors d’une fête, avec du sperme de l’un des accusés sur sa poitrine » (2). Une autre, qui a été largement diffusée, montrait la jeune fille que l’on portait par les bras et les jambes (3). Mays et Richmond ont été condamnés à au moins un an de centre de détention juvénile, mais pourraient rester en détention jusqu’à l’âge de 21 ans.

Ces jeunes hommes ont été à la fois pris en pitié et vilipendés (mais surtout pris en pitié, notamment par le réseau CNN) (4). Par ailleurs, quiconque a suivi de près les réactions affichées en ligne après l’annonce du verdict, dimanche, aura sans doute constaté en partie l’horrible blâme qui s’est alors produit (et qui se poursuit) à l’endroit de la victime (5). Matt Binder a recueilli et assemblé certains des nombreux « tweets » où l’on est allé jusqu’à soutenir que la victime devait être accusée de consommation d’alcool en tant que mineure, que si « vous ne voulez pas faire violer, ne buvez pas jusqu’à perdre conscience », ou que « il est évident que la fille va crier au viol une fois que ses parents apprennent la situation, parce que les vidéos circulent massivement » (6). Les choses ont même été beaucoup plus loin. Deux jeunes filles ont été arrêtées aujourd’hui après voir adressé des menaces de mort à la victime (7).

Pour ma part, je ne plains pas ces garçons. Pour une fois, des hommes sont tenus responsables de leur comportement. Il est anormal, c’est sûr. Pas étonnant que les gens soient choqués. Après tout, nous sommes habitués à voir des « têtes de nœud » régner en toute impunité. Nous sommes habitués à entendre des récits – que ce soit dans les médias ou dans nos propres vies – de viols qui demeurent impunis. Ce qui est stupéfiant n’est pas que ce crime soit arrivé, mais que ces jeunes hommes aient été reconnus délinquants (l’équivalent au tribunal de la jeunesse d’une reconnaissance de culpabilité).

Mais je ne suis pas non plus intéressée à vilipender ces individus. Ce que nous devons comprendre, je pense, c’est que, oui, ce comportement était absolument répugnant et horrible et il doit absolument être considéré comme un crime, mais que ces jeunes hommes ne sont pas des monstres. Ils sont tout simplement des gars ordinaires. Des gars qui jouent au football, vont à l’école secondaire et vont à des fêtes avec leurs amis. et qui ont appris, en grandissant en tant qu’hommes dans une culture masculine de viol et de pornographie, que les femmes ne sont pas de véritables êtres humains à part entière. Ils ont appris, comme beaucoup de garçons l’apprennent en tant qu’hommes, que les femmes existent pour le divertissement des hommes ; que ce soit sur scène dans un club de danseuses, sur l’écran dans de la pornographie, ou ivre-morte à une fête.

La transcription des messages texte qui a permis les condamnations dans le procès pour viol de Steubenville a été mise en ligne (8) (avertissement - cette transcription est très explicite). La conversation entre ces jeunes hommes est très difficile à lire. Ils s’amusent du viol de la jeune fille avant de réaliser que le partage des photos de l’agression pourrait s’avérer incriminant. Leur principale préoccupation n’est pas le bien-être de la victime, loin de là. Elle ne compte presque pas pour eux. C’est pour eux un jouet dont s’amuser et à ridiculiser. Leur véritable préoccupation est de se faire prendre. Ils savaient très bien que ce qu’ils faisaient était mal :

. Sean McGee à Trent Mays : T’aurais pas dû le faire si elle était aussi saoule.

. Trent Mays : C’était qu’une branlette.

. Sean McGee : J’ai vu les photos, mon frère. Ne mens pas.

. Trent Mays : Elle était nue tout le temps, mais elle était comme morte.

. Sean McGee : Si elle parle à quelqu’un, cela pourrait revenir à ses parents, puis revenir contre toi.

. Trent Mays : Elle sait ce qui s’est passé.

. Sean McGee : Non, elle ne le sait pas.

La conversation se poursuit : MMS multimédia de Trent Mays envoyé à Anthony Craig et Mark Cole : (l’image est celle de la victime, nue, avec comme légende) « Les chiennes sont des chiennes. Baisez-les. »

. Les garçons tentent de couvrir leurs traces.

. Trent Mays à Evan Westlake : Enlève ça de You-tube. L’entraîneur Sac est au courant. Vraiment, enlève-le.

. Evan Westlake : Nier jusqu’à la mort.

. Trent Mays : Son père le sait, et si nos noms sont cités, dites qu’elle était seulement très saoule si on vous le demande.

. Trent Mays : Ils savaient qu’elle est restée chez Mark. Tu dois juste dire qu’elle était endormie au moment où tu es arrivé.

. Trent Mays à Cody Saltsman : Nodi ne cesse se faire aller la gueule à dire à quel point elle était morte. Si quelqu’un nous le demande, on l’a simplement amenée chez Mark, et elle s’est endormie.

. Trent Mays à Mark Cole : Contente-toi de dire qu’elle s’est évanouie chez toi si quelqu’un te le demande.

. Mark Cole : Je ne sais pas – elle a merdé. C’est de sa faute si elle a merdé.

. Cody Saltsman à Trent Mays : Je t’entends, mon vieux. Je vais dire que vous preniez simplement soin d’elle.

Ils ont bien appris l’art de blâmer la victime.

Si je vous cite cette conversation, ce n’est, je le précise encore, pas pour les dénigrer. Ces garçons ne sont pas des monstres. Ce sont des hommes que j’ai connus. Des hommes avec qui je suis allée à l’école secondaire. Des hommes avec qui je suis allée à des parties. Des hommes qui ont violé mes amies. Ces jeunes hommes ne sont pas une anomalie. Voilà ce qu’est la masculinité. Ce qu’est la culture masculine. La culture masculine ordinaire, « normale », quotidienne.

Je n’ai aucunement l’intention de dire que chaque homme et garçon se comportent de cette façon. Ce n’est pas le cas. Tous les hommes ne sont pas des violeurs. Tous les hommes individuellement ne voient pas et ne traitent pas littéralement les femmes comme des jouets sexuels. Je connais beaucoup d’hommes, dans ma vie, que j’aime profondément et qui traitent les femmes comme des êtres humains. Mais ces jeunes hommes de Steubenville sont aussi des hommes qui ne sont pas anormaux. Ils n’ont rien de « croche ». Ce ne sont pas des malades mentaux. Il s’agit de la culture dans laquelle nous vivons où la vie est un film porno. Où le viol est une punition pour les femmes qui ont trop bu. Où des actes sexuels sont filmés et mis en ligne afin que le monde puisse voir ce à quoi servent vraiment les femmes. Afin que les femmes puissent être ridiculisées et blâmées et agressées simplement du fait de leur existence dans une culture de viol.

J’ai connu des hommes comme ceux-là. Ces conversations citées dans la transcription sont des conversations qui ont eu lieu à plusieurs reprises. Ce qui arrivé à cette jeune fille est arrivé à plusieurs reprises. À des femmes que nous connaissons. Si vous avez réussi à ne pas assister à des manifestations de la masculinité et de la culture masculine sous cette forme, vous avez de la chance. Je ne peux qu’en déduire que vous n’avez jamais été à un party de collégiens, un club de danseuses ou regardé de la porno. Que vous n’avez jamais été à l’école secondaire. Ou, si vous l’avez fait, que vous avez été d’une façon ou d’une autre protégé-e contre ces comportements et ces conversations. Vous avez de la chance si la conversation vous choque. Parce qu’elle n’est pas choquante. Il ne s’agit pas d’une sous-culture sordide. Il s’agit de notre vie, notre monde, nos hommes et nos garçons.

Notes

1. Lien.
2. Lien.
3. Lien.
4. Lien.
5. Lien.
6. Lien.
7. Lien.
8. Lien.

- Original : « The Steubenville rape case : This is masculinity », 19 mars 2013, Feminist Currents.

- Traduction : Martin Dufresne

©Meghan Murphy, 2013.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 mars 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Meghan Murphy, journaliste et écrivaine, Feminist Current

Meghan Murphy est écrivaine et journaliste indépendante, secrétaire de rédaction du soir pour le site rabble.ca, et fondatrice et directrice du site Feminist Current. Elle a obtenu une maîtrise au département d’Études sur les femmes, le genre et la sexualité de l’Université Simon Fraser en 2012.

Meghan a commencé sa carrière radiophonique en 2007, dans une caravane installée au milieu d’un champ de moutons. Son émission s’appelait « The F Word » et était diffusée à partir d’une toute petite île au large des côtes de la Colombie-Britannique. Elle a pleinement profité de la liberté que lui laissait cette radio pirate : buvant de la bière à l’antenne, lisant des passages d’Andrea Dworkin, et passant du Biggie Smalls. Elle est revenue à Vancouver, où elle a rejoint l’émission de radio nommée, coïncidence, elle aussi « The F Word », qu’elle a produite et animée jusqu’en 2012. Le podcast de Feminist Current est le projet « radio » actuel de Meghan, une façon de communiquer une analyse critique féministe progressiste à quiconque s’y intéresse. Feminist Current est une émission syndiquée à Pacifica Radio et hébergée par le réseau de podcasts Rabble.

Meghan blogue sur le féminisme depuis 2010. Elle n’hésite pas à penser à contre-courant et a été la première à publier une critique des défilés Slutwalk, en 2011. C’est l’une des rares blogueuses populaires à développer en public une critique à la fois féministe radicale et socialiste de l’industrie du sexe. Les critiques adressées par Meghan au #twitterfeminism, à la mode du burlesque, à l’auto-objectivation des selfies, et au féminisme du libre choix lui ont valu une foule d’éloges et d’attaques, mais surtout une reconnaissance comme écrivaine qui n’a pas peur de dire quelque chose de différent, en dépit de ce que le féminisme populaire et les grands médias décrètent comme ligne du parti.

Vous pouvez trouver ses écrits en version originale dans les médias Truthdig, The Globe and Mail, Georgia Straight, Al Jazeera,Ms. Magazine, AlterNet, Herizons, The Tyee, Megaphone Magazine, Good, National Post, Verily Magazine, Ravishly, rabble.ca,xoJane, Vice, The Vancouver Observer et New Statesman. Meghan a également participé à l’anthologie Freedom Fallacy : The Limits of Liberal Feminism.

Meghan a été interviewée par Radio-Canada, Sun News, The Big Picture avec Thom Hartmann, BBC Radio 5, et Al Jazeera, ainsi que dans de nombreux autres médias.

Isabelle Alonso a publié une interview d’elle sur son blog.



Plan-Liens Forum

  • Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
    (1/1) 22 mars 2013 , par staotw





  • Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
    22 mars 2013 , par staotw   [retour au début des forums]

    I was raped by four men in one evening. I got drunk and tried to say no. What did my predators do ? They told me to drink more. They shoved a bottle in my face and told me to keep drinking. Drink till I was drunk enough to fuck them. I blacked out. They urinated on me. They assaulted me. They shoved foreign objects in my body, anally and vaginally. They took videos. I was just 16 years old. The video was sent around my entire school, and I was bullied every single day of my senior year of high school. I lost all of my friends. I was physically and verbally abused by peers and people I once called friends. Someone tried to set me on fire in the hallway during passing period. Nobody sympathized with me. Nobody cared about the fact that because of these events, I was trying to kill myself every single day. I was cutting myself, making myself puke, showering upwards of fifteen times a day because I felt filthy. I was scratching and peeling the skin off of my body because I was dirty. I looked at myself like I deserved what I got. The world saw me as dirty, so I began to see myself that way, too. My rapists were praised by my peers for their deed. I never had a voice. When I first learned about the Steubenville incident going to trial, I was overjoyed. Because Jane Doe’s story was my story, and if anyone deserved justice, it was her. She would get the justice I never got. She would change the tide of the rape culture movement. Despite the horrific events that occurred, I knew that the justice served would help ease her pain. But she didn’t get justice, and now she has to witness this news coverage, favoring and sympathizing with her attackers. Pain is not an accurate word to describe what she is feeling right now. Pain is the simplest term you could use. As a rape victim and an aspiring journalist, I am disgusted with the way this case was reported on. Jane Doe’s rapists deserve their suffering in prison. They deserve more. They do not deserve to be sympathized with. They made their stupid decision, and they deserve whatever consequences come their way. If you don’t want to be labeled as a rapist, don’t fucking rape.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin