| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






août 2003

Viol d’enfant : des tribunaux sous influence

par Martin Dufresne, Collectif masculin contre le sexisme






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Colloque "Patriarcat : prostitution, pédocriminalité et intégrismes"
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
"Le sous-financement des maisons d’hébergement pour femmes : facteur aggravant de la marginalisation des femmes immigrantes au Québec", une étude de l’IRIS
La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Depuis Freud et le cas Dora, les " psys " ont souvent été aux avant-postes de la résistance à prendre en compte les viols sur enfant. En Amérique du Nord, à la suite de la levée des délais de prescription qui limitaient les recours judiciaires contre les agresseurs, un lobby s’est constitué pour offrir aux intimés des témoins experts et des théories-alibis, qui visent à soulever un doute raisonnable sur la culpabilité de n’importe quel accusé et sur la crédibilité de n’importe quelle victime. Dans une Amérique du Nord de plus en plus familialiste, les concepts de ce ressac anti-victimes ont eu droit à une diffusion médiatique sans précédent. Mais c’est dans les prétoires qu’ils ont trouvé une efficacité redoutable.

Le temps des mercenaires

Même si leurs hypothèses, publiées à compte d’auteur, demeurent exclus de l’ouvrage de référence en psychologie judiciaire, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV) publié par l’American Psychiatric Association, quelques psychologues marginaux se font payer plusieurs milliers de dollars par jour pour courir faire valoir tel ou tel " syndrome " ou " grille d’analyse " de leur création à des procès où ils ne rencontrent ni interviewent les victimes contre lesquelles ils témoignent ou les prévenus qu’ils viennent défendre.

Aux USA et au Canada, des parents accusés d’inceste ont tenté d’imposer le " syndrome des faux souvenirs ", théorie selon laquelle la mémoire de leurs accusatrices aurait été " contaminée " par des thérapeutes irresponsables et par une idéologie (lire le mouvement des femmes contre la violence sexiste). Une fondation, créée à grands frais, a financé des expériences visant à démontrer qu’on pouvait implanter des souvenirs illusoires chez des sujets et donc, que la mémoire des agressions subies n’était pas fiable. Comme si la justice n’était pas consciente de cette limite. La Fondation du syndrome des faux souvenirs - dont un des cadres avait été accueilli par une levée de boucliers du mouvement communautaire à Montréal, il y a dix ans - est aujourd’hui discréditée. Un de ses principaux " conseillers scientifiques ", le Dr Ralph Underwager, avait invité les pédophiles à affirmer fièrement leurs choix sexuels et les avait comparés à Jésus-Christ, lors d’une entrevue accordée à une revue néerlandaise consacrée à " l’amour " des enfants. Mais cette thèse des " faux souvenirs " a tout de même servi dans une foule de causes judiciaires, notamment pour faire tomber certaines des poursuites intentées à des congrégations chrétiennes pour violences sexuelles infligées à des jeunes.

Le syndrome du Dr Gardner

Le lobby de l’inceste parle également de " contamination " dans ce que le Dr Richard Gardner appelle le " syndrome de l’aliénation parentale " pour désigner toute désaffection d’un mineur pour l’un de ses parents, habituellement le père. Le raisonnement est simple, pour ne pas dire simpliste : Tout enfant est censé aimer ses deux parents. Si un enfant se rebelle face à ses devoirs filiaux (le droit de visite du père, par exemple), c’est nécessairement l’indice d’une " aliénation " due à l’autre parent (lire : la mère). Les témoignages de violence sont facilement discrédités au nom de ce " syndrome ", et l’on en vient à retourner l’appareil judiciaire contre le parent qui y a recours pour tenter de protéger l’enfant d’agressions pourtant souvent avérées indépendamment. Gardner, qui s’est récemment suicidé, allait jusqu’à recommander aux mères de " battre " l’enfant qui insistait sur la véracité des agressions subies… On comprend pourquoi les groupes négationnistes des violences patriarcales font une promotion systématique de cette théorie.

Dans le même genre, un certain Ira Turkat, de l’État de la Floride, tente d’imposer aux USA ce qu’il appelle le " syndrome de la mère malicieuse ", une invention qui rappelle le célèbre manuel de torture des inquisiteurs, le Malleus Maleficorum, où l’Église catholique avait prétendu faire une science de la diabolisation des femmes qualifiées de " sorcières ".

La notion de " fausses allégations "

Les médias jouent un rôle important dans ce travail de sape idéologique. Ainsi, la notion de " fausses allégations ", particulièrement à l’occasion du divorce, a donné au soupçon qui pèse historiquement sur la parole des femmes le poids de statistiques manipulées ou créées de toutes pièces. Mode d’emploi : dans un travail incessant de lobbying auprès des médias, des groupes qui recrutent ouvertement des agresseurs sexistes jusque dans les prisons identifient à de " fausses allégations " toute accusation de viol ou violence sur enfant qui n’aboutirait pas à une condamnation. Lorsqu’on sait à quel point la justice est inefficace et rétive à entendre de telles plaintes et surtout à condamner un père sur de tels chefs, préférant habituellement retirer la victime de la situation ou lui fournir un semblant de protection (visites temporairement supervisées), on ne peut tolérer un tel détournement de sens. L’inefficacité ou la complaisance du système deviendrait la " preuve " de la mauvaise foi des personnes qui y ont recours ! C’est pourtant ce qu’ont fait une foule de reportages, en taxant à l’avance de calomnie tout recours des victimes ou de leurs proches, notamment lors de procédures de divorce, au moment où il est le plus important de limiter les prérogatives de leur agresseur, susceptible d’être laissé seul avec ses victimes, sans parent protecteur pour veiller au grain.

Les fameuses " grilles "

Enfin, un des visages contemporains de la défense prête à porter offerte à grand prix aux agresseurs est la prétention de certains témoins experts nord-américains à disqualifier a priori tout témoignage qui n’aurait pas été recueilli conformément à des " grilles d’analyse " présentées comme scientifiques. La trentaine de " critères " improvisés par des psys comme Ralph Underwager, John Yuille ou Hubert Van Gijseghem comprennent des questions comme : La mère était-elle émotive au moment du témoignage ? Présentait-elle, au contraire, une impassibilité suspecte ? On comprendra que dans des tribunaux déjà surchargés, peu de témoignages survivent à pareils feux croisés. L’expert mercenaire appelé en défense parlera, une fois de plus, de " contamination " de la preuve, en réclamant du juge ou du jury qu’il discrédite le témoin ou son compte rendu.

Ce glissement vers une situation où le soi-disant spécialiste se substitue au juge et au jury a été maintes fois rejeté par des tribunaux américains et canadiens, avec les syndromes et grilles qui prétendent le fonder. Malheureusement, les spécialistes de cette "junk science" de plus en plusdiscréditée en Amérique du Nord s’envolent déjà vers l’Europe pour y donner des " formations ", ce qui laisse présager de nouveaux dénis de justice.

Quelques lectures suggérées :


Le Syndrome d’Aliénation Parentale a-t-il une base empirique ?
, Stephanie Dallam.

Examen critique des théories et opinions du Dr Richard Gardner,
Stephanie Dallam.
Kiss Daddy Goodnight et Notes from the family war zone, par Louise Armstrong.
Mothers on Trial : The Battle for Children and Custody, par Phyllis Chesler, New York : McGraw-Hill, 1986/Boston : Beacon, 1988.
Patriarchy : Notes from an Expert Witness, par Phyllis Chesler, Monroe, Me. : Common Courage Press, 1994.
Le secret le mieux gardé, par Florence Rush, Paris : Denoël-Gonthier, 1983.
Le Livre de la Honte, par Laurence Beneux et Serge Garde, Paris : Le Cherche Midi, 2001.
Dossier Mères en lutte, (B.P. 1145, 69203, Lyon Cedex 01).

Mis en ligne le 25 août 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Martin Dufresne, Collectif masculin contre le sexisme



Plan-Liens Forum

  • > re : Aliénation parentale
    (1/2) 17 novembre 2003 , par

  • Vous tourner en rond dans votre logique.
    (2/2) 30 août 2003 , par





  • > re : Aliénation parentale
    17 novembre 2003 , par   [retour au début des forums]

    15 novembre 2003
    Monsieur Martin Dufresne

    Depuis quelque temps je lis sur Internet votre littérature très critique du concept de l’aliénation parentale. Pour mieux pouvoir jauger la crédibilité de vos propos, je voudrais vous poser quelques questions :

    1) Avez-vous fait de la recherche empirique dans le domaine des relations parents-enfants suite à un divorce ou à une séparation parentales ? Si vous avez effectivement conduit de telles recherches et dont les résultats fondent votre opinion, je serais très intéressé de les connaître. S’il y a lieu, vous pouvez tout simplement m’indiquer les références des revues scientifiques dans lesquelles ces résultats ont été publiés.

    2) Avez-vous une pratique d’expertise psycho-légale dans le domaine familial ? Si c’est le cas, je vous serais reconnaissant de m’indiquer le nombre de vos investigations, les Jugements qui en sont les résultats et, s’il ya lieu, les statistiques que vous avez vous-même constituées quant à vos conclusions.

    Je vous pose ces questions parce que je refuse de croire que vous, comme universitaire , vous ne présenteriez que des opinions d’ordre purement idéologique.

    Quant à moi, j’ai un échantillon de quelques centaines de cas. Dans bon nombre, j’ai donné raison au parent aliénant ( souvent la mère) puisque j’estimais que l’aliénation était justifié. Dans d’autres cas, j’ai été en effet obligé de conclure à une aliénation parentale non-justifiée.

    Je déplore, avec vous , le manque de recherche longitudinale. Celle publiée par Gardner comporte en effet des problèmes méthodologiques. Compte tenu du nombre et de la qualité des chercheurs effectuant de telles recherches, la publication de résultats plus fiables ne devrait pas tarder. Espérons que ces résultats nous sortiront de la brume qui entoure toujours jusqu’à un certain point , le concept du SAP. En effet, faut-il parler d’un "syndrome" ? (ce n’est pas sûr) ou plutôt d’un phénomène observé et qui attend une dénomination plus appropriée

    Bien à vous

    Hubert Van Gijseghem, Ph.D.
    Psychologue, Expert psycho-juridique
    Professeur Titulaire, Université de Montréal
    hubert.van.gijseghem@umontreal.ca

    • L’humanisme selon M. Van Gijseghem ?
      18 novembre 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Monsieur Van Gijseghem,

      lors de votre tournée française, il y a quelques années, vous avez qualifié l’approche de M. Underwager et M. Gardner vis-à-vis de la pédophilie, de "humaniste".

      Voici qqs citations de ces messieurs :
      Pour Gardner :

      “ L’enfant attiré dans des interactions sexuelles dès l’enfance est susceptible de devenir hautement sexualisé et de rechercher activement des expériences sexuelles durant les années précédant la puberté. Un tel enfant “ chargé à bloc ” est susceptible de devenir plus actif au plan sexuel après la puberté et donc susceptible de transmettre rapidement ses gènes à sa progéniture. [...] L’idéal est donc, du point de vue de l’ADN, que l’enfant soit sexuellement actif très tôt, qu’il ait une enfance hautement sexualisée avant d’entamer sa puberté ”

      Pour Underwager :

      "Les pédophiles dépensent beaucoup de temps et d’énergie à défendre leur choix. Je ne pense pas qu’un pédophile ait à faire cela. Les pédophiles peuvent affirmer fièrement et courageusement leur choix. Ils peuvent dire que leur volonté est de trouver la meilleure façon d’aimer. Je suis également théologien, et en tant que théologien, je crois que c’est la volonté de Dieu qu’il existe de la proximité et de l’intimité, de l’unité de la chair entre les gens. Un pédophile peut dire :« Cette proximité est une possibilité pour moi au sein des choix que j’ai faits. » Les pédophiles sont trop sur la défensive."

      Vous connaissez sans doute ces citations, déjà relevés par de nombreuses anglophones.

      Est-ce bien votre perception de l’humanisme envers les enfants ?

      Bien à vous,

      Léo Thiers-Vidal
      Lyon, France.

      [Répondre à ce message]

    Vous tourner en rond dans votre logique.
    30 août 2003 , par   [retour au début des forums]

    Il y a de plus en plus de fausses accusations d’inceste dans des cas de divorces. c’est indéniable mais dans votre misandrie l’homme est coupable d’avance et toutes accusations forcément fondées. Dans votre délire haineux vous inventez même un "lobby de l’inceste" plutot que d’envisager que de fausses accusations puisses étre portés contre un pére de nature porteur de toutes les perversions par la mére que vous ne pouvez envisager que comme pure c’est la un manichéisme outrancier. Vous incarnez un essentialismes tellement caricaturale que vous n’avez pas la moindre crédibilité. Si encore vous disiez qu’à cause de quelques fausses allégations on met en doute des cas réels on pourrait s’entendre mais vous refusez meme l’idée d’un cas ou le pére est réellement innnocent.je souris à l’idée que peut étre vous vous dites que j’en fais partie. Les paranos et les fanatiques on leurs logique (si tout le monde dis que j’ai tort c’est pour me faire taire parce que j’ai raison).

    Sur les cas de mémoires retrouvées (je ne sais pas le terme exact) il faut savoir que l’on n’en trouve beaucoup chez les prétendus cas d’enlévements par des ovnis ce qui donne tout de suite la crédibilité de cette théorie. Ces cas de mémoires retrouvés donne aussi des témoignages délirants d’orgies satanique avec meutres rituels de nouveaux nés. (c’est peut étre le "lobby de l’inceste" qui les organise :))
    Bon j’ai peu d’espoir que vous laissez ce post sur ce forum ou même que vous le lisiez. Vous tournez en rond dans votre logique, vous montez de toutes piéces des constructions délirantes comme le lobby de l’inceste plutot que d’envisagez que vous n’avez pas entiérement raison.On ne sait pas discuter avec vous.
    Tout le monde a tort il ne vaut pas croire que je désaprouve tout ce que vous dites et même si je ne suis pas d’accord j’aime en discuter pour tester mes convictions, voir si elles tiennent le coup mais vous vous agissez comme le gauchiste qui face à un contradicteur se dit que c’est un réac.

    • Prendre ou non au sérieux la menace
      31 août 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Monsieur,

      Je ne suis ni essentialiste, ni gauchiste et je suis tout à fait disposé à croire que vous n’êtes pas un réac. Mas aidez-moi en me proposant autre chose que des propos réactionnaires… ;-)

      Partons de ce que j’imagine que nous avons en commun, une volonté de mettre, le plus efficacement possible, les personnes agressées à l’abri des « droits » de leurs agresseurs.

      Mon article ne cherche pas à faire autre chose, avec sa dénonciation des syndromes à la noix utilisés pour discréditer les témoins et pour « blanchir » les violeurs par les spécialistes recommandés par le réseau masculiniste.

      Vous écrivez sans l’ombre du début d’une preuve : « Il y a de plus en plus de fausses accusations d’inceste dans des cas de divorces. c’est indéniable ».

      Ah ! bon, « indéniable »… Permettez-moi de trouver l’argument un poeu mince. J’ai passé des années à faire des recherches dans ce dossier et j’apprends tout le contraire, notamment dans des études publiées par le gouvernement canadien, qui n’a rien de féministe radical.

      On y écrit qu’il est devenu si difficile de limiter les « droits d’accès » d’un père pourvu d’un bon avocat et du genre de « témoins experts » dont parle mon texte que des avocats-es vont jusqu’à recommander aux mères d’enfants incestuées de ne pas témoigner de ce qu’elles savent - même preuves à l’appui - pour ne pas compromettre leurs chances de permettre aux enfants d’échapper à ces agressions.

      En effet, une mère qui dénonce et qui insiste pour protéger ses enfants est une femme menacée d’en perdre la garde, sans que les « droits » de l’agresseur soient eux limités. Ce problème devient particulièrement répandu avec la mode de la « garde conjointe » accordée systématiquement aux deux parents dans certaines juridictions, sans égard à leurs mérites ou à leur violence avérée.

      Vous qualifiez de « délire haineux » et de quelques autres insultes ma référence à un « lobby de l’inceste ». Si vous prenez le temps de le lire (au lieu de tenter de me prêter des opinions caricaturales que je n’ai pas), mon article « Masculinisme et criminalité sexiste »* vous renseignera sur le réseau de soutien - abondamment annoncé sur le Web - qui offre à n’importe quel homme le soutien d’organisations masculinistes, de témoins mercenaires, d’une campagne de presse négationniste, de soi-disant thérapies qui ne servent qu’à épargner la prison et la déchéance paternelle aux agresseurs. Les ténors idéologiques de ce mouvement vont jusqu’à justifier la pédophilie et l’inceste comme des actes « courageux », justifiés parce que très répandus et dont leurs auteurs devraient se montrer fiers. On les compare à Jésus-Christ et on vante les qualités évolutionnistes du sexe pratiqué au plus jeune âge possible… Alors, qui délire ? Et quant à ma crédibilité, on en reparlera quand vous oserez signer vos textes, hein ?…

      Vous écrivez qu’un innocent peut être accusé, qu’un souvenir peut être erroné. Je ne le nie aucunement. C’est pour cela que le travail des juges et des jurys est essentiel et ne doit pas être remplacé par des diagnostics de « science de pacotille » du genre « Monsieur ne peut pas être un pédophile : il n’a pas le profil type selon la ‘grille d’analyse’ dont j’ai le copyright ! » ou « Si l’enfant en veut à son père, c’est nécessairement que la mère lui a empoisonné l’esprit, un cas de ‘syndrome d’aliénation parentale’ ».

      C’est ce genre d’abus de l’expertise scientifique, dont le réseau masculiniste fait une promotion systématique, que mon texte dénonce. Pourquoi ne pas « tester vos convictions » en vous documentant sérieusement sur les embûches réelles des démarches de protection de l’enfance face à leurs agresseurs au lieu de prendre au mot leurs défeneurs. Après tout, la tendance au mensonge des agresseurs est beaucoup mieux établie que celle des enfants, des mères et des véritables spécialistes, non ? Je doute que vous ferez ce travail et je suis bien content que de plus en plus de journalistes et de tribunaux le fassent, eux.

      Martin Dufresne

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin