| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 10 février 2013


"Je n’irai pas danser le 14 février"
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?

par Carolyn Gage






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Je reçois quotidiennement des invitations à participer à l’événement One Billion Rising dans ma localité, et j’entends aussi des gens en parler partout dans le monde. On annonce des activités de danse éclair (flashmobs) (1) partout dans le monde en faveur de l’élimination de la violence contre les femmes. Où pourrait-il y avoir un problème ?

J’essaie d’imaginer des foules d’Amérindien-nes exécutant un dynamique numéro de danse pour protester contre les horreurs du génocide, les pensionnats pour autochtones, les violations de traités qui se poursuivent. J’essaie d’imaginer des Afro-Américain-es se livrant à des chorégraphies enlevantes afin de sensibiliser les gens au fait qu’un Noir sur neuf sera incarcéré au cours de sa vie. Je songe au potentiel de mobilisations éclair de Pakistanais-es dansant sur Youtube pour protester contre les meurtres par drones.

Et vous savez quoi ? Je n’arrive pas à l’imaginer. Cela ne se ferait pas. Parce qu’une danse enjouée, non rituelle, pour attirer l’attention sur une oppression ne peut qu’envoyer un message contradictoire. Si la guerre menée par drones est si horrible, comment des gens pourraient-ils s’amuser à ce point en sautillant devant des caméras avec des mouvements sexy ? Si l’héritage des pensionnats indiens a été si dévastateur, pourquoi tous ces danseurs et toutes ces danseuses s’amuseraient-ils à ce point ? Vous voyez où je veux en venir ?

Le médium devient réellement le message. Une danse éclair pour sensibiliser les gens au cancer du sein pourrait fonctionner. Une danse éclair pour rallier des bénévoles à l’occasion d’une catastrophe nationale aussi. Mais ces situations n’impliquent pas des actes de guerre, de terrorisme. Ce ne sont pas des situations qui – osé-je le dire ? – impliquent un ennemi.

Il y a deux semaines, Julia Penelope, une de mes guides les plus avisées, est décédée. Julia était une linguiste et une lesbienne féministe. Elle examinait de très près le langage et la façon dont il façonne les perceptions et contrôle les humains. Elle s’intéressait particulièrement à ce qui se passe quand les femmes prennent de plus en plus la parole à propos de la violence exercée contre nous. Nous commencions alors à nous réapproprier le langage, avec des mots comme « viol », « viol conjugal », « harcèlement sexuel ». C’étaient des termes nouveaux pour les comportements qui avaient toujours été « la norme ». Soudainement, les femmes nommaient ces comportements et faisaient adopter des lois pour les criminaliser. On nommait l’inceste, et tout à coup nous découvrions que ce n’était pas quelque crime obscur limité aux consanguins dans des régions rurales pauvres et isolées, mais qu’il était monnaie courante dans toutes les classes sociales.

Julia a remarqué qu’à mesure que les femmes commençaient à se réapproprier le langage, un mouvement de ressac réintroduisait dans ce discours la « voix passive sans agent ». Plutôt que « Jean a battu Marie », on a commencé à dire « Marie est une femme battue », à parler de victimes de viol et des femmes battues... de victimes de violence conjugale. L’agent a été retiré du portrait. L’expression « violence conjugale » est neutre quant au genre, même si l’écrasante majorité des agents sont des hommes et l’écrasante majorité des victimes sont des femmes et des enfants. L’expression « violence contre les femmes » cache les agents. C’est une chose qui arrive aux femmes. Nous devons faire face à cette « chose ». Les gens se sentent aujourd’hui à l’aise de parler des atrocités perpétrées contre les femmes, parce que celui qui agit a été supprimé du langage. Quand on parle de violence conjugale ou de violence faite aux femmes (maintenant appelée « VFF »), on n’a pas à se défendre contre des accusations de haïr ou de dénigrer les hommes.

Je suis allée lire le site de One Billion Rising. Si j’étais un Martien essayant de comprendre ce propos, je conclurais que la violence faite aux femmes est une sorte d’infection virale qui touche seulement les femmes, et que One Billion Rising est une campagne visant à y sensibiliser les gens pour favoriser de nouvelles recherches médicales sur le virus et, peut-être, aider les femmes à comprendre le danger qu’elles courent. Je quitterais ce site en ne comprenant à peu près rien sur la nature de cette épidémie. Absolument rien sur ce site ne m’a aidée à comprendre que ce que je lisais parlait de la moitié masculine de la population mondiale qui colonise et massacre la moitié féminine. Comment suis-je censée prendre au sérieux une campagne ou un mouvement qui contribue à ce point à occulter l’enjeu qu’elle prétend aborder ?

Je vois cette « voix passive sans agent » incarnée dans cette joyeuse mobilisation éclair, comme si les femmes avaient seulement besoin de se conscientiser, de se lever et de danser. Le court-métrage affiché sur le site (2) fait un bon travail pour dépeindre des hommes qui violent, harcèlent, battent, torturent et terrorisent les femmes. Et puis, le sol commence à trembler ... et arrive une intervention extérieure, un deus ex machina. Les femmes reviennent alors à la raison et se relèvent de terre, elles repoussent les hommes (se contentant de les repousser, attention de ne pas riposter... après tout, nous ne voulons pas être aussi méchantes qu’eux), et... Elles dansent !

En fait, ce n’est pas aussi simple.S’il n’avait pas tourné au fantasme disneyen, le film montrerait la répression des femmes qui se relèvent et qui résistent. Nous les verrions jetées à terre à nouveau avec encore plus de violence pour avoir résisté. Nous verrions que la terre entière ne se précipite pas à notre secours, qu’il n’y aura pas d’intervention surnaturelle, et que les femmes ont besoin d’armes et de formation en arts martiaux, d’organisations, de réseaux souterrains d’évasion, d’organisations, d’éducation politique au sujet de notre oppression, et encore d’organisations.

Imaginez si One Billion Rising avait eu le courage d’affronter directement la réalité que la violence faite aux femmes est en fait une situation de guerre, une oppression, et qu’elle implique un ennemi en chair et en os pour qui l’essentiel est l’appropriation et le contrôle des femmes et qui n’hésitera pas à utiliser tous les moyens pour faire respecter cette propriété et le contrôle ? Imaginez si One Billion Rising avait mis en scène des foules de femmes pratiquant l’autodéfense et s’en enseignant les techniques ? Imaginez si One Billion Rising distribuait des porte-clés à mini-bombe aérosol de gaz poivré, en exhortant toutes les femmes à porter une arme partout où elles vont ? Imaginez si One Billion Rising mettait l’accent sur les agents de notre oppression plutôt que sur les victimes, avec des ateliers sur le féminicide, sur l’échec du Congrès américain à inclure les femmes comme catégorie dans les projets de loi sur les crimes motivés par la haine, la représentation intentionnelle de viols et de féminicides par Hollywood, et ainsi de suite ?

Alors là, pour commencer, on comprendrait immédiatement qu’il n’y a pas là de quoi danser. On comprendrait également qu’il est question d’une longue guerre qui va exiger stratégie et ressources, et qu’il faut cesser de tergiverser à propos du fait que nous avons un ennemi qui est organisé et qui possède 99% des ressources de la planète... en grande partie sur le dos de notre colonisation.

Je vois se multiplier sur Internet des images de femmes au torse nu sur lequel on peut lire « Je ne cours toujours pas après » et de femmes en robes minuscules portant des pancartes qui disent : « La façon dont je m’habille n’équivaut pas à un Oui ». Encore une fois, je reconnais l’effet de la voix passive sans agent. Je peux entrer dans la cage du lion au zoo et lui hurler : « Cela ne veut pas dire que je veux être attaquée ». Cela ne me protégera pas. Cela veut-il dire que les lions comprennent mal l’importance de mon consentement ou de mes droits juridiques ? Voilà une bien étrange façon de cadrer une situation impliquant un prédateur. Se rendre vulnérable à un prédateur équivaut à de la stupidité, pas à de l’autonomisation (empowerment).

Ai-je dit « prédateur » ? Oui, je l’ai dit. Et je vais le redire. Prédateur. Ce ne sont pas tous les hommes qui sont des prédateurs. Ce ne sont pas tous les prédateurs qui sont des prédateurs tout le temps. Mais ces milliards de femmes qui sont victimisées le sont par des prédateurs, par des hommes. Ce n’est pas le fait de danser qui va changer cette réalité. Ce que va faire la danse, c’est aggraver la marginalisation de celles d’entre nous qui tentons d’utiliser le langage pour nommer les agents de notre oppression. Le choix de danser va continuer à définir le problème comme un problème d’inconscience ou de prétendu masochisme des femmes. Le choix de danser va présenter un scénario où les hommes ont seulement besoin de prendre conscience du mal qu’ils font.

Je ne vais pas danser le 14 février. Cela m’apparaît comme un manque de respect envers moi-même et envers les centaines de femmes dans ma vie qui ont été violées, harcelées, mutilées, terrorisées et assassinées par des hommes. Par des hommes. Si toutes les femmes qui vont danser le 14 février agissaient et employaient les vrais mots, malgré la crainte d’être accusées de haïr et de dénigrer les hommes, cela pourrait constituer la base d’un mouvement authentique.

Notes

1. Une foule éclair (de l’expression anglaise identique) flashmob, ou encore mobilisation éclair, est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement. Le rassemblement étant généralement organisé au moyen d’Internet, les participants ne se connaissent pas pour la plupart. On distingue la flash mob d’un rassemblement organisé par des sociétés de relations publiques ou pour une « cascade publicitaire ». Wikipédia

2. Youtube

- Version originale : « Movement vs. Dance Moves »

Traduction : Michèle Briand et Martin Dufresne

Note de la traductrice : « Je n’haïs pas les hommes, je les aime autant qu’ils m’aiment... »

© Carolyn Gage, février 2013.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 février 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Carolyn Gage



Plan-Liens Forum

  • "One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
    (1/1) 1er mars 2013 , par IvanL





  • "One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
    1er mars 2013 , par IvanL   [retour au début des forums]

    Oui, la lutte pour nommer les choses est un préalable à la lutte contre ces choses
    Non, l’euphemisation ne participe pas de la prise de conscience

    Mais qui est la cible du message des seins nus ? Les prédateurs ? Ou les bien pensants (hommes ou femmes) pour qui les "allumeuses" sont responsables de leurs viols, et que ne choquent pas l’idée de mettre un hijab aux fillettes pour éviter les "tentations" aux hommes de la famille ?

    Cette lutte des seins nus participe selon moi de la réaffirmation du sens par le démontage du discours opposé


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin