| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 14 décembre 2012

Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence

par Finn Mackay, militante féministe et chercheure






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
Le courage des femmes brisées
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Conférence donnée à l’organisation Welsh Women’s Aid, le 10 décembre 2012

Ce matin, je vais parler de l’importance d’une analyse féministe de la violence, je vais parler du pourquoi de la violence anti-femmes et des systèmes qui la maintiennent, en font la promotion et la justifient. Je vais surtout parler des hommes et de la masculinité. Cela peut ou non vous apparaître comme une surprise. Mais si trouver des solutions est notre objectif final, il est important pour nous d’identifier les problèmes.

La plupart d’entre nous sommes familières avec l’idée que la violence masculine contre les femmes est un phénomène sexué, et cette définition elle-même figure, bien sûr, dans la consultation que vous menez actuellement. La théorie féministe nous apprend, en fait, que toute violence est sexuée, que la violence est bien peu « égalitaire », pour ainsi dire. En dépit des apparences ou des expériences individuelles, elle est bien rarement, au plan structurel, le fait du hasard. La prévalence, la forme et l’étendue de la violence dans notre société colle de près aux lignes de faille d’oppression, de marginalisation et de discrimination que nous avons repérées. Il n’est donc pas surprenant que les femmes sont touchées de manière disproportionnée par certains types de violence, et que les hommes sont, très majoritairement, la plupart des personnes condamnées pour des crimes violents, y compris les crimes contre les femmes. Les hommes remplissent nos prisons, tout comme ils forment nos armées et nos gouvernements.

Patriarcat et neuro-sexisme

L’analyse féministe nous dit que la violence masculine contre les femmes n’est pas naturelle, biologique ou inévitable. La théorie y reconnaît un symptôme du patriarcat. Et ici, il est bon de revenir aux concepts de base et de se rappeler exactement de ce que signifie réellement le terme « patriarcat ». En raccourci, c’est simplement le mot utilisé pour désigner la suprématie masculine ; les sociétés où, en général, les hommes en tant que groupe dominent les positions de pouvoir ; les sociétés comme la nôtre. Pour compenser des inégalités aussi criantes, ce statu quo est généralement défendu, dans les rares occasions il est même remis en question, sur la base de la biologie ou d’un simple accident. Il existe encore dans notre culture de forts courants sous-jacents qui nous chuchotent pour nous rassurer que les choses sont comme elles sont parce que ça marche, parce que c’est juste arrivé comme ça, parce qu’il en a toujours été ainsi – comme si la durée d’existence d’une oppression justifiait et excusait son maintien.

Ce genre de recours à la biologie a toujours été populaire, et l’est toujours. Nous pouvons l’observer aujourd’hui dans les ouvrages de pop-psychologie – que des féministes comme la scientifique et écrivaine Cordelia Fine appellent « neuro-sexisme » –, les best-sellers du genre « Pourquoi les hommes sont incapables de faire le repassage », paradoxalement empilés dans la section « Self Help » des librairies ou, plus probablement aujourd’hui, dans les menus déroulants d’« Amazon ». Ce sont les livres qui tentent de nous expliquer pourquoi, même si l’on ne peut apparemment tenir les hommes responsables de se nourrir ou de laver leurs propres sous-vêtements, ils sont parfaitement capables d’être PDG de grandes entreprises, ou chancelier de l’Échiquier. Cela serait cocasse si cette attitude n’était pas aussi endémique, aussi mondialement tolérée et aussi incontestablement condescendante, à l’égard des femmes comme des hommes.

Le féminisme a bien sûr un autre message, un message exigeant : la promesse que la façon dont sont les choses n’a pas à être la façon qu’elles doivent être, l’invitation à changer, à devenir les êtres humains que nous pouvons être, plutôt que les stéréotypes usés et limitatifs des hommes et des femmes. Parce que le féminisme est pour tout le monde, ce n’est pas seulement un mouvement pour les femmes, mais un mouvement politique de libération de l’ensemble de la société. Et, tout comme le féminisme ne concerne pas seulement les femmes, le patriarcat ne concerne pas non plus seulement des femmes, bien que ses effets les plus brutaux et les plus extrêmes sont vécus par les femmes, bien sûr, par le biais des niveaux épidémiques de violence anti-femmes que vous connaissez toutes trop bien.

Le patriarcat peut, en fait, être envisagé comme une énorme hiérarchie d’hommes, une structure où les femmes, les enfants et les hommes marginalisés sont certainement défavorisés, mais aussi une structure dans laquelle les hommes se disputent les meilleures positions, dans laquelle l’accès sexuel aux femmes, la possession des femmes et le contrôle et la domination des femmes peuvent fonctionner pour entretenir, maintenir ou améliorer la position des hommes vis-à-vis d’autres hommes. Étant construites comme classe subordonnée au sein du patriarcat, les femmes ont également une autre fonction parce que, où qu’un homme réside dans la hiérarchie, il a toujours quelqu’un en dessous de lui, et, au bout du compte, ce quelqu’un est une femme.

Cela ne veut pas dire que les hommes ne sont pas aussi opprimés et exploités, bien au contraire, mais c’est un fait que nul homme n’est opprimé à cause de son sexe, comme le sont les femmes. Il peut être opprimé à cause de certaines autres caractéristiques de son identité, par exemple sa race, sa classe ou sa sexualité ; mais être de sexe masculin n’est pas une source d’oppression. C’est une différence fondamentale entre les vécus des femmes et ceux des hommes dans notre société.

La masculinité

Des écrivains comme R.W. Connell ont fait valoir une perception de la masculinité comme plurielle et ont tenté d’étudier les différentes formes que prend la masculinité, par exemple en regardant ce qui distingue la masculinité de la classe ouvrière, la masculinité des hommes de couleur ou la masculinité des gays. Celles-ci sont étudiées en regard de ce qui est qualifié de masculinité « hégémonique », la figure actuelle, dominante de la masculinité qui illustre et incarne les idéaux sociaux actuels de ce que la masculinité devrait être.

La masculinité hégémonique est étroitement liée avec le pouvoir, comme l’a souligné un autre théoricien de la masculinité, Michael Kimmel, quand il définit la virilité hégémonique comme « un homme au pouvoir, un homme ayant du pouvoir et un homme de pouvoir, un homme qui est fort, qui réussit, qui est capable, fiable et en contrôle » (Kimmel, 1994). Il n’est pas sorcier, bien sûr, de regarder nos représentations culturelles et d’en déduire que la masculinité est affaire de force physique, de prouesse sportive, de sexualité dominante et prédatrice, de contrôle et de concurrence. Mais il y a plusieurs façons d’être fort ; il est aussi évident que l’argent, les possessions et le succès peuvent l’emporter sur la musculature et la force physique, les attributs physiques du corps qui ont toujours compté, et qui, surtout dans notre société de plus en plus technologique, importent plus à ceux qui n’exercent pas le pouvoir par ces autres moyens. Par conséquent, ce genre de présence physique hyper-masculine est souvent davantage associée à une masculinité de classe ouvrière, avec ceux qui vendent leur force de travail physique pour survivre. Je me doute bien, par exemple, que notre premier ministre David Cameron ne s’inquiète pas trop de l’état de ses abdos ou de ses pectoraux, puisqu’il est plus que capable de rivaliser avec d’autres hommes sur tant d’autres niveaux et d’établir sa puissante version de la masculinité par d’autres moyens.

Une autre façon dont la masculinité peut se définir et être définie passe tout simplement par le fait de ne pas être féminin. La masculinité dépend donc de son contraire, de sorte qu’elle peut se définir contre la féminité et, dans le même esprit, contre l’homosexualité également. Le ridicule, le désaveu et le rejet de la féminité, chez les femmes ou chez d’autres hommes, est donc une manière de façonner la masculinité, de sorte que, fondamentalement, ne pas être féminin devient synonyme du masculin. Pour sa part, la féminité est souvent associée dans notre culture avec la passivité, la disponibilité sexuelle et l’attirance du regard masculin, avec un manque de force physique, la dépendance et, ces jours-ci, avec une présentation très hétéronormée et sexualisée, requise par les normes rigides occidentales de beauté que nous voyons de plus en plus influencées par la pornographie et l’industrie du sexe.

La violence masculine contre les femmes

Voilà donc le contexte dans lequel a lieu la violence masculine contre les femmes. D’un point de vue féministe, la violence masculine peut être considérée comme une forme de contrôle social, une façon de contrôler toutes les femmes, par la menace et la réalité du viol et des violences sexuelles, entre autres, que chaque femme en soit affectée ou non. La violence contre les femmes ne doit pas être considérée isolément, elle doit être comprise comme faisant partie d’un continuum, un continuum comprenant la mode et l’industrie de la beauté, l’exposition à de la pornographie et de la publicité dégradantes, les agressions sexuelles dans l’enfance, le harcèlement en milieu de travail, la disproportion de représentation dans des positions de pouvoir, les inégalités sexospécifiques de revenus, la féminisation de la pauvreté et la masculinisation de la richesse, et, bien sûr, les niveaux horribles de violence masculine exercés à l’encontre des femmes et des enfants. Et il existe aussi un continuum de complicité et de silence autour de ces violences.

Alors que la plupart des gens ne manqueraient pas de prendre position contre le viol et la molestation sexuelle des enfants par exemple (même si elles ne le font pas toujours d’emblée, comme l’actualité nous l’a rappelé récemment), combien peu sommes-nous à dénoncer les photos publiées dans les journaux populaires de jeunes femmes habillées en écolières, à nous en prendre aux clubs de « danse-contact » qui recrutent des femmes par le biais des syndicats étudiants des universités de tout le pays, à remettre en question les cours de danse au poteau dans notre gymnase local ou les revues de pornographie au magasin du coin ? Parce que même si ces exemples peuvent paraître confinés au début de ce continuum de violence, ils sont clairement l’influence qui sous-tend et nourrit les statistiques à l’autre extrémité, plus violente, de ce continuum, des statistiques dont nous allons sûrement parler longuement aujourd’hui.

La violence des hommes contre les femmes est faite de telles choses. Ce n’est pas un phénomène naturel, comme la météo, c’est à la fois une cause et une conséquence de l’inégalité des femmes, et d’une société qui est en fait fondée sur l’inégalité à tous les niveaux. L’inégalité des sexes se manifeste par des exemples et rappels quotidiens, individuels, courants de cette inégalité, comme la place de plus en plus normalisée de la pornographie et de la prostitution, comme la sous-représentation dramatique des femmes dans des positions de pouvoir et comme la figuration culturelle des femmes en tant qu’objets sexuels. Une société comme la nôtre qui connaît des niveaux élevés de violence contre les femmes, est construite, ce qui signifie qu’elle peut être déconstruite.

Bien que le mouvement féministe soit souvent accusé d’essentialisme, les féministes ont toujours souligné que les hommes ne sont pas naturellement violents ou agressifs, que le rapport de pouvoir entre les femmes et les hommes n’est pas naturel ; et nous réfutons toute excuse biologique pour la violence des hommes. On peut le constater dans les écrits de féministes radicales souvent accusées de dire exactement le contraire par ceux qui n’ont pas lu leurs œuvres, des féministes comme Andrea Dworkin, Kate Millet et Susan Brownmiller. Le mouvement féministe n’aurait aucun sens si nous croyions réellement que les hommes sont naturellement et irrémédiablement des va-t-en-guerre violeurs. Si nous ne croyions pas et n’avions pas confiance que les relations actuelles entre les sexes peuvent changer, nous ne pourrions pas maintenir notre militantisme en vue de cet objectif. Mais le féminisme n’est pas un mouvement fataliste, la théorie féministe nous offre des réponses et prolonge également nos questions, elle va au-delà du traitement des symptômes pour identifier des causes et des possibilités d’avancées.

C’est dire qu’une perspective féministe de genre, qui inclut l’analyse de la construction de la masculinité, a beaucoup à offrir aux débats sur la création d’une société où la violence sous toutes ses formes diminuerait. Et c’est dans la théorie féministe – et surtout celle d’éco-féministes comme Vandana Shiva et de militantes de la paix et d’universitaires comme Cynthia Cockburn – que l’on trouve un engagement véritable et honnête à analyser le problème de la violence à partir d’une perspective de genre. C’est une perspective qui est souvent mise à l’écart, mais ce dont nous avons un besoin urgent est une reconnaissance que la construction sociale du genre existe, une déconstruction de ce que cela signifie d’être un homme dans notre société et un engagement à tenter les premiers pas vers la construction d’un nouveau type de communauté.

Pour la plupart des hommes, la masculinité est clairement un processus au caractère brutalisant, et sous certains aspects fondamentaux elle ne bénéficie pas à une forte proportion d’hommes : il suffit de regarder la population carcérale, les taux de suicide chez les jeunes hommes et le nombre de jeunes hommes tués et agressés par d’autres jeunes hommes. Et cette question est aussi une question féministe, parce que le féminisme n’a pas lutté pendant toutes ces années en vue d’instaurer un monde où les femmes seront égales à des hommes inégaux : nous appelons à une refonte complète, un système entièrement nouveau. Et, de manière significative aujourd’hui, en cette Journée mondiale des droits de l’homme, bien que le patriarcat puisse être déshumanisant pour beaucoup d’hommes, les hommes n’en demeurent pas moins reconnus comme des êtres humains. Ils le sont contrairement aux femmes, qui ont été et sont encore enchâssées dans de nombreuses lois, religions et coutumes en tant qu’« autres », étrangères à la norme, êtres inférieurs, objets en regard d’un sujet, bref, en tant qu’êtres de seconde classe.

Cela ne changera que lorsque les hommes abandonneront ou seront forcés à abandonner les pouvoirs qu’ils détiennent à différents niveaux et les privilège qui découlent de cette situation d’injustice. Comme je l’ai dit, nous savons que les hommes ressentent aussi les coûts de la masculinité, bien sûr, de façons spirituelle et physique, mais nous savons également que, trop souvent, ce sont d’abord les femmes et les enfants qui paient le prix du maintien du pouvoir masculin. Et nous n’avons plus les moyens de payer ce prix. Nous n’avons plus les moyens de demander à de courageuses militantes comme vous de continuer à ramasser les morceaux ; nous ne pouvons plus payer en sang et en ecchymoses pour les insécurités des hommes, leurs instabilités et leur honte ; nous n’avons plus les moyens du patriarcat.

Ainsi, même si cela peut paraître idéaliste ou naïf, nous devons imaginer, ensemble, quelque chose de différent. Un monde où le pouvoir n’est pas une chose que l’on détient sur une « autre », mais quelque chose qui est partagé entre et pour le bénéfice de tous et de toutes, et en particulier les plus vulnérables. Un monde où les relations hétérosexuelles ne sont plus l’un des rares endroits où il est permis aux hommes d’exprimer leur vulnérabilité et leur besoin d’amour et de soin. Un monde où avoir de la force et être digne de confiance n’est pas être « viril », mais être humain. Parce que, tous les êtres humains sont vulnérables, tous les êtres humains ont besoin d’amour et de soins, tous les êtres humains aspirent à l’intégrité, aspirent à la congruence et cherchent à former des liens de bienveillance avec les autres et à partager leurs compétences pour créer des familles et des communautés. Ces valeurs ne doivent pas être sexuées. Il me semble que le fait de rendre ces valeurs sexo-spécifiques, de les « genrer », ne peut qu’exercer des pressions sur les hommes et secrètement humilier les femmes en les présentant comme ayant besoin d’une protection venant du groupe de personnes dont elles craignent le plus la violence – les hommes. Malheureusement, c’est la réalité.

C’est peut-être la réalité, mais ce n’est pas normal. C’est notre situation actuelle qui est ridicule et scandaleuse. Et notre effort partagé pour construire quelque chose de meilleur n’est jamais naïf, ce n’est jamais un échec. Parce que s’accrocher à l’espoir est toujours un gage de succès. Cet espoir a bâti le legs de services qui existent aujourd’hui pour les femmes, les enfants et les hommes victimes de violences et d’intimidation. Notre mouvement a transformé les lois, en a écrit de nouvelles, a inspiré des cœurs et des esprits et a sauvé des vies. Notre travail est maintenant de protéger ces gains, parce que grâce à nos sœurs qui nous ont précédées, nous avons quelque chose à perdre, et il nous reste à gagner une des plus anciennes révolutions de la terre.

- Finn Mackay, article original, le 10 décembre 2012

Traduction : Martin Dufresne et Michèle Briand

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 décembre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Finn Mackay, militante féministe et chercheure

L’auteure a fondé en 2004 le London Feminist Network et a ressuscité le défilé Reclaim the Night à Londres.



Plan-Liens Forum

  • Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
    (1/1) 18 décembre 2012 , par Zéo Zigzags





  • Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
    18 décembre 2012 , par Zéo Zigzags   [retour au début des forums]

    Excellent article englobant la plupart des aspects de la violence engendrée par la société patriarcale et dont l’économie repose sur la non-reconnaissance de l’égalité des sexes.

    Oui le combat féministe est un combat social, qui vise l’ensemble de la société et incite à la dignité des hommes et des femmes, avant d’avoir un sexe, des personnes et oui, ce qui se construit, le genre, peut être déconstruit.

    Cours 101 très clair. Merci.

    Zéo Zigzags


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin