| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 17 mai 2011

"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure

par Meghan Murphy






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







En mars 2011, un policier de Toronto a recommandé aux femmes d’éviter de « s’habiller en salopes » si elles ne veulent pas être violées. Il blâmait de la sorte les victimes d’agression, laissant entendre qu’une femme pouvait « provoquer » ou encourager une agression par un homme en « s’habillant comme une salope ». Des femmes, qui ne se qualifient pas de féministes, ont organisé une marche pour dénoncer ce sexisme et ces préjugés d’un autre âge. Elles ont donné à cette manifestation, diversement perçue, le nom de « Slutwalk » ou « Marche des salopes ». Une manifestation semblable a eu lieu dans quelques villes américaines et une autre aura lieu à la fin de mai à Montréal.

***

Il semblerait que, par manque de clarté, quelque chose est finalement devenu très clair : la « Slutwalk » (Marche des salopes) m’a perdue.

J’ai suivi de près la couverture des médias, les textes affichés sur les blogues, et particulièrement les échanges sur la page Facebook des organisatrices de « « Slutwalk Toronto » » ou « Slutwalk TO » (1), des échanges assez vigoureux depuis un mois, puisque la marche initiale a eu lieu dans cette ville le 3 avril. Je crois que l’on peut dire que ma relation avec « Slutwalk » a connu pour ainsi dire des montagnes russes féministes. À certains moments, je me disais : « YEAH ! DES FEMMES EN COLÈRE ! » Parce qu’après tout, les femmes ont d’excellentes raisons d’être en colère. Être blâmée alors qu’on est victime est une des expériences les plus insidieuses, abusives et traumatiques que peut vivre une femme. Non seulement avons-nous été agressées et avons-nous dû admettre et décrire l’agression (ce qui est déjà terrifiant en soi), mais ensuite on nous traite comme si nous avions suscité, mérité ou imaginé cet assaut. C’est débile. J’ai maintes fois assisté à ce processus et je l’ai vécu. Aucune femme ne devrait jamais se faire dire qu’elle doit rester à l’intérieur pour « éviter d’être violée », ni que ses vêtements, son comportement ou son niveau d’intoxication lui ont d’une façon ou d’une autre mérité une agression sexuelle. Dans cette perspective, je peux certainement appuyer le message de « Slutwalk ». Je suis moi aussi heureuse que nous en ayons assez et heureuse que nous soyons en colère !

Mais je crois qu’il y a une autre dimension à la « Slutwalk ». J’ai hésité d’abord à venir appuyer l’événement, même si je ne savais pas avec certitude ce qui me rendait si inconfortable, si hésitante à me joindre au troupeau enthousiaste. Alors que ces enjeux me semblaient très féministes, je n’arrivais à trouver personne qui employait ce mot pour en parler. J’étais très mal à l’aise de voir le mot « slut » (salope) utilisé comme forme d’empowerment (autonomisation ou acquisition de pouvoir personnel) des femmes, et encore plus mal à l’aise d’entendre les organisatrices dire qu’elles avaient pris la responsabilité de se réapproprier ce mot. En effet, ce mot-là a été utilisé pour me blesser, me faire honte et me faire violence. Il a été utilisé pour blesser, faire honte et faire violence à des femmes partout dans le monde. Pour leur imposer le silence, les contrôler, les punir et, bien sûr, les blâmer. Quand j’étais adolescente (et que j’étais moins exigeante dans mon choix d’ami-es), j’ai vu de mes proches blâmer des victimes d’agression. J’ai entendu des amies et amis ainsi que des proches refuser de croire une amie commune lorsqu’elle a divulgué avoir été violée : « Tu sais comment elle est », ont dit mes connaissances. Cette expérience était traumatisante à l’époque et elle continue à me faire bouillir les sangs, aujourd’hui, plus de 10 ans plus tard. J’en ai tiré, comme jeune femme, une leçon mainte fois réitérée depuis ; si vous êtes violée, violentée, agressée, préparez-vous à ce que personne ne vous croie. Préparez-vous aux excuses qu’inventeront les gens pour les hommes qui vous auront fait cela, préparez-vous à voir votre moralité contestée. Déjà à titre d’adolescente, je savais que lorsqu’une femme disait qu’elle avait été violée, il fallait la croire. Il ne fallait pas la blâmer. Je ne peux en dire autant de mes pairs et, à l’évidence, très peu de choses ont changé depuis.

Antiféminisme de la « Slutwalk »

J’ai donc suivi les progrès de « Slutwalk Toronto » et, en particulier, les conversations et les messages affichés sur sa page Facebook, puisque cela semblait être l’endroit où avaient lieu la majorité des conversations. J’ai cherché et cherché pour trouver une référence au féminisme, voire une validation de cette position et la reconnaissance qu’il s’agissait bel et bien d’un enjeu féministe et d’une bataille que les femmes livraient depuis des décennies, comme le signale la blogueuse Easilyriled (2). Au lieu de cela, ce que j’ai trouvé, de façon répétitive, c’était non seulement un refus d’alignement sur la perspective féministe, mais souvent une aversion ouverte à son égard. J’ai découvert de nombreuses attaques contre le féminisme radical et les féministes radicales, et j’ai constaté le renforcement de stéréotypes négatifs et mensongers au sujet du féminisme (vous les connaissez tous : des misandres, qui haïssent les hommes, ne savent pas s’amuser, anti-sexe, etc.). Même si je pense que les organisatrices avaient de bonnes intentions en souhaitant que la « Slutwalk » rallie tout le monde, leur marche commençait à ressembler beaucoup aux activités de type « fun-feminist », le genre de féminisme qui dit : « NON NON, NOUS SOMMES LES FÉMINISTES QUI SONT JOLIES COMME AVANT, CELLES QUI SONT MARRANTES, NOUS SOMMES OK. NOUS AIMONS LES PÉNIS, LA PORNO ET LE LOOK SEXY » – bref, le genre de féminisme qui, en fin de compte, ne conteste pas grand-chose et se contente de resservir l’imagerie sexiste emballée sous étiquette d’empowerment.

J’ai aussi constaté une tentative quasi désespérée et tout à fait systématique d’effacer la dimension de genre comme enjeu central en matière d’agression sexuelle.

Ayant fait cette erreur par le passé et ayant été l’objet de longues harangues charitables et de vitupérations en ligne, je ne souhaite aucunement occulter le fait que des hommes sont bel et bien souvent victimes d’agression, de violence et de viol. Ils sont habituellement violés et violentés par d’autres hommes. Il arrive aussi qu’ils soient violés et violentés par des femmes. Mais la violence conjugale, le viol et l’agression sexuelle demeurent très majoritairement commis par des hommes contre des femmes. Le policier torontois qui a recommandé que les femmes évitent de « s’habiller en salopes » si elles ne veulent pas être violées s’adressait à des femmes (3). Il se livrait à un blâme des victimes de façon ouvertement sexiste (« genrée »). Il laissait entendre qu’une femme pouvait « provoquer » ou encourager une agression par un homme en « s’habillant comme une salope ». Nous sommes toutes d’accord sur ce point, n’est-ce pas ?

À cela il faut ajouter que le mot « salope » ou « slut » est « genré ». Pouvons-nous aussi convenir de cela ?

À ce titre, j’aimerais parler de ce mot, « slut » ou « salope », et de son utilisation dans une manifestation intitulée « Slutwalk » pour s’opposer au fait de blâmer des victimes.

La portée des mots – pourquoi ‘slut‘ ?

Il existe certainement des raisons pour lesquelles les organisatrices ont décidé d’employer ce mot. Une de ces raisons est que lorsqu’on emploie ce mot, « cela attire l’attention des gens », comme l’a dit l’une organisatrice de « Slutwalk Toronto » sur la page FB du groupe : « By using the slut word, it makes people take notice. The whole point of it all !!! »

Mais est-ce « l’essentiel du message », comme elle dit ? Je crains de devoir me dissocier de cette prétention. Avec véhémence. Attirer l’attention est facile. Être féministe est difficile. Cela ne veut pas dire qu’il faut toujours qu’une démarche soit difficile pour être valide. C’est dire qu’être féministe signifie souvent être impopulaire.

Contester l’idéologie dominante n’est pas populaire. Si nous accordons trop d’importance à amener les gens à nous aimer, à tenter de rendre notre image acceptable, « attrayante », de digestion facile, je crois que nous mettons en péril notre mouvement.

Un autre blogue du F Word, au Royaume-Uni, a consacré un article à l’analyse de l’expression « slut » (4). L’auteure a écrit que, tout en appuyant l’impulsion initiale de « se réapproprier les rues » quelle que soit l’heure du jour – une référence aux manifs « Take Back the Night » – elle ne se sentait pas à l’aise avec l’idée de devoir « se réapproprier » le mot « slut ». Elle y voyait, comme moi, une référence à une attitude qui a infiltré une bonne part du discours postféministe, à la façon du « j’ai-le-droit-de-porter-des-talons-hauts-si-j’en-ai-envie », un stratagème souvent utilisé pour invalider toute critique de quoi que ce soit qui est décrit comme un « choix personnel ». Les organisatrices de la « Slutwalk » ont répondu à cet article d’une façon que j’ai trouvée condescendante, en disant : « It seems some people still don’t want to participate because they grapple with the word ‘slut’. » (« Il semble que certaines personnes refusent encore d’y participer parce qu’elles ont de la misère avec le mot ‘salope’. »)

Eh bien, « Slutwalk », j’ai moi aussi « de la misère avec le mot ‘slut’ ou ‘salope’. Ce mot a, comme je l’ai mentionné, été utilisé d’une myriade de façons pour me faire du tort. J’ai été qualifiée de salope pour avoir baisé, pour ne pas avoir voulu baiser, et pour avoir été forcée à baiser. J’ai été appelée salope par des partenaires, des proches et des connaissances. J’aimerais bien que ce mot n’ait pas sur moi le pouvoir qu’il a. J’aimerais bien qu’il n’ait pas été utilisé pour me faire mal et me violenter. Mais il l’a été. Il est impossible d’effacer cela. Quelle que soit ma décision de redéfinir ce mot ou non. Et il continue à être utilisé de cette façon. Voilà pourquoi j’ai « encore de la misère » avec le mot « slut ».

Même si certaines ont peut-être décidé de se le réapproprier ou de le redéfinir pour leur empowerment personnel, j’ai bien peur que cela ne change en rien mon vécu. Cela n’équivaut pas à dire que tenter de changer le langage n’est pas une initiative utile. Ni qu’il est impossible d’enlever à un mot son pouvoir de faire mal aux gens et de les violenter. Ce que je dis, c’est que c’est quelque chose dont nous devons convenir, en tant que groupe opprimé qui a décidé de se réapproprier le mot qui a une charge d’oppression, et que ce processus prend du temps.

Un « choix » imposé

Bien que l’on ait affirmé que personne n’a l’intention d’imposer cette prétendue « réappropriation » à d’autres personnes, mais plutôt que chacun-e peut choisir d’être « une salope ou un-e allié-e », je constate que personne ne parle du fait, bien réel, que la « Slutwalk » fait pression sur des femmes (et des hommes !) pour intégrer ce mot, un mot violent, à leur discours d’empowerment. En fait, ce phénomène semble passer inaperçu. Il se peut bien que je sois, en théorie et dans la vie, l’« allié-e » d’une femme qui se décrit comme une « salope ». Mais ne comptez pas sur moi pour traiter cette femme de la sorte.
« Slutwalk Toronto » écrit aussi sur sa page FB : « We have always been strong in saying that ‘slut’ is a choice. Some use it to empower themselves and some might hate the word and not want to use it – all positions are just fine in the fight to support individual consensual choices of identity, appearance, sexuality, and to fight against victim-blaming and slut-shaming. Sluts and ALLIES (for those who don’t want to be under the label of ‘slut’) unite ! » (« Nous avons toujours affirmé fermement que le mot ‘salope’ est un choix. Certaines l’utilisent comme forme d’« empowerment » tandis que d’autres peuvent haïr ce mot et ne pas vouloir l’utiliser – toutes les positions sont correctes dans la lutte en appui aux choix individuels et consensuels d’identité, d’apparence, de sexualité, et pour combattre le blâme des victimes et l’humiliation des salopes. Salopes et ALLIÉ-ES (pour les gens qui ne veulent pas se regrouper sous le label de ‘salope’, unissons-nous ! »)

Le mot « slut » est-il vraiment un choix personnel quand nous défilons sous la bannière d’une « Slutwalk » ? Ce langage de self-empowerment et de choix peut bien se dire accommodant, mais lorsqu’on reproche aux critiques de cette manifestation et de ce langage d’« avoir de la misère » avec cette expression, je me demande si la « Slutwalk » est aussi accommodante qu’elle prétend l’être. Informer le public en général que le mot « slut » est « réapproprié » est certainement une forme d’empowerment et certaines femmes y prennent beaucoup de plaisir, mais cela n’encourage pas nécessairement la solidarité, pas plus que les insinuations selon lesquelles les féministes qui ne souhaitent pas adopter cette étiquette n’ont tout simplement pas acquis suffisamment d’empowerment pour cesser d’avoir « de la misère » avec le langage.

L’objectification comme mode d’empowerment ou d’autonomisation

Et tant qu’à parler de langage, il semble que « Slutwalk »TO a rejeté certains termes qui auraient été particulièrement pertinents. Leurs organisatrices ne s’identifient pas, dans l’ensemble, comme féministes et ne semblent pas non plus d’avis que les rapports sociaux de sexe constituent un facteur central dans l’agression sexuelle et dans le blâme des victimes. Je me demande si dans un effort d’inclusivité, on n’a pas soulagé des hommes de leur responsabilité. Beaucoup d’hommes semblent raffoler de cet événement. La page FB de « Slutwalk TO » est bourrée d’amis qui se délectent du discours « non, nous ne sommes pas féministes, nous sommes humanistes » et se servent de cette page pour promouvoir leur image de gars progressistes. Des hommes qui aiment bien l’activisme quasi-féministe, du moment qu’on ne les rend pas inconfortables, le genre qui préfère cette version du féminisme que propage l’organisation Feminist Majority (5).

C’est une version gentillette, qui ne dit pas grand-chose. Une version qui rassure le public en lui disant que les féministes sont simplement des femmes jolies, hétérosexuelles, qui aiment les pénis et le fait de se raser les jambes. Des femmes qui ne menacent pas le statu quo.

L’utilisation d’une imagerie vaguement porno rend cet événement d’autant plus attrayant pour les hommes nerveux à l’idée du féminisme, mais rassurés par des images comme la classique silhouette « sexy » de garde-boue de camions, logo utilisé pour la « Slutwalk DC » (Washington) sur son nouveau site Web et qualifié de « sexy » par les femmes de « Slutwalk Toronto ».

Je ne crois pas que cette déesse des poids-lourds présente quelque défi à l’imagerie et aux discours sexistes sur les femmes et la sexualité féminine. Et pourquoi donc exactement le féminisme a-t-il besoin d’être « sexy » pour être endossé ? La réponse est bien sûr qu’il faut le rendre acceptable aux hommes et aux personnes qui ne souhaitent pas vraiment contester l’idéologie dominante ou se pencher sur les racines du patriarcat. Afin que vraiment personne ne se sente inconfortable. Et maintenant, voici qu’un espace a été créé où il est non seulement acceptable mais progressiste (!) pour des hommes de traiter les femmes de salopes, comme l’exprime ce fan de « Slutwalk Toronto » sur la page FB du groupe : « …Stay strong, stand true, be the sluts I know and love ! » (« Demeurez fortes et fermes, soyez les salopes que je connais et que j’aime ! ») et beaucoup d’autres renchérissent : « I LOVE SLUTS !!!!! » (« J’aime les salopes !!!!! »)

Où il est parfaitement acceptable pour les hommes de consommer de la porno parce qu’après tout, hey !, les femmes en regardent aussi, comme le signale un message repiqué sur le site FB de « Slutwalk Toronto » : « Girls Watch Porn, Too ». Et où il est acceptable d’objectifier les femmes parce que nous avons décidé que l’objectification est en fait une forme d’empowerment.

Ce souci d’acceptabilité inclut ce qui me semble un effacement systématique des dimensions d’exploitation et de genre dans une foule de phénomènes, allant de l’agression sexuelle à la prostitution. Ainsi quelqu’un d’autre écrit sur le site FB de « Slutwalk Toronto » : « Why do I love ‘Slutwalk’ and become very uncomfortable when the terms ‘slut’ and ‘slutty’ are tossed around as casual insults ? For the same reason I object to the notion that there is anything necessarily wrong with promiscuity and prostitution... » (« Pourquoi est-ce que j’adore la « Slutwalk » et me sens-je très mal à l’aise dès que les mots ‘salope’ et ‘cochonne’ sont lancés comme des insultes sommaires ? Pour la même raison que je m’objecte à la notion qu’il y a quelque chose de fondamentalement mauvais dans la licence sexuelle et la prostitution… »)

Essayez de dire quoi que ce soit sur la nature sexuée de la violence conjugale et de l’agression sexuelle : il est certain qu’on vous rappellera que « les femmes violent aussi les hommes » et que la perspective correcte est de voir tout le monde comme « humain » plutôt que sexué, ce qui a l’avantage d’escamoter le patriarcat comme force dirigeante en matière de viol et de violence.
Comme les Suicide Girls et le mouvement Néo-Burlesque, « Slutwalk » semble encourager le point de vue selon lequel l’objectification est « correcte » du moment que l’on « objectifie » des femmes qui dévient de la norme perpétuée par les médias traditionnels (c.-à-d. les femmes blondes, minces, blanches, jolies de façon conventionnelle). Rendre les luttes féministes acceptables aux hommes ou aux femmes antiféministes signifie notamment que c’est une bonne chose et même une valeur féministe que d’« objectifier » des femmes bien en chair plutôt que des femmes minces, comme le dit un autre « ami » Facebook de « Slutwalk Toronto » : « …now it seems that if I check out a curvy girl in a tight dress (…), I’m a participatory force in the perpetuation of female objectification/rape culture ? Arrghhh ! Help !! » (« …aujourd’hui il paraît que si je zyeute une fille bien en chair portant une robe serrée (…), je participe à la perpétuation de l’objectification des femmes et d’une culture de viol ? Arrghhh ! Au secours !! »)

De tels commentaires sont habituellement accueillis avec des propos encourageants (sous prétexte qu’être attiré par des femmes bien en chair est progressif ! Bravo d’être aussi avant-gardistes, les gars !) et appuyés par des arguments du genre « si l’on s’objectifie soi-même, alors c’est correct ».

Salopes VS radicales

Dans la logique naturelle de tels commentaires, on verra les messages tracer une distinction entre les « bonnes féministes » (c.-à-d. les salopes) et les « mauvaises féministes » (c.-à-d. les radicales). Dans un autre commentaire de la même page, on dit de l’auteure féministe Ariel Levy – Female Chauvinist Pigs : Women and the Rise of Raunch Culture : « …her arguments tend to descend into shrill, wildly incoherent polemics ». Si elle est décrite comme « stridente » et « incohérente », c’est sans doute parce qu’elle critique ce concept absurde et « postféministe » selon lequel l’auto-objectification constituerait d’une façon ou d’une autre une forme d’empowerment, une façon d’acquérir du pouvoir.

La constante différenciation entre le stéréotype imaginaire de la « féministe qui haït les hommes » (radicale) et des féministes « sexy/fun » qui aiment être objectivées donne tout simplement à vomir. Veut-on que nous fassions d’un homme un héros parce qu’il « aime les gros culs » ? Quelle est l’utilité, dans une conversation où l’on parle des femmes, de l’agression sexuelle contre les femmes et du blâme des victimes (féminines), de constamment rappeler à tout le monde que les femmes sont également des agresseures ? Je crois que nous savons toutes que les hommes sont eux aussi agressés et qu’il est effectivement important de continuer à en parler pour subvertir la dichotomie suggérant que « les hommes ne peuvent être des victimes », ce qui fait tellement partie de notre vision si réductrice de ce que sont la « masculinité » et la « féminité ». Les conversations au sujet des victimes masculines sont importantes et doivent avoir lieu. Mais comme le note Elsie Hambrook dans son billet « The Facts and Politics of Intimate Partner Violence » (6), ces commentaires du type « Oui mais les hommes ?… » sont rarement faits de bonne foi. « Ils veulent rarement ajouter à un échange important… Ils ont plus souvent pour intention de freiner et stopper la conversation. » Dans les circonstances sur lesquelles je me penche, il semblerait qu’ils aient pour intention d’effacer de la conversation les rapports sociaux de sexe. Hambrook ajoute : « Ce commentaire vient saper une des rares occasions où les préoccupations des femmes sont prises au sérieux. »

***

Vendredi dernier, le débat concernant « Slutwalk » a été mis en ondes à l’émission de TV Ontario, The Agenda (7).

Je n’ai pu m’empêcher de bouillir, une fois de plus, lorsque Heather Jarvis (la fondatrice de « Slutwalk ») a invoqué l’argument de l’« empowerment personnel » pour défendre l’utilisation et la tentative de réappropriation du mot « slut », en disant : « Si je me donne l’appellation que je veux, quelle qu’elle soit, et que c’est pour moi une expérience d’empowerment, je trouve problématique que quelqu’un d’autre dise que ce n’est pas un bon choix, quand c’est mon choix. » Je crois qu’avec cette courte réplique, Jarvis résume en bonne partie ce qui me rend mal à l’aise face à « Slutwalk », et ce depuis la première heure. « Si je ressens de l’« empowerment » en raison d’un choix personnel, alors personne d’autre ne devrait avoir quoi que ce soit à dire à ce sujet ; cela n’affecte que moi » n’est pas un argument convaincant en faveur du féminisme, comme je l’ai écrit dans un autre billet de The F Word, « The Trouble with Choosing Your Choice » (8).

À bien des égards, « Slutwalk » ressemble au même genre de féminisme privilégié, individualiste - « tous les choix sont bons du moment que ce sont les miens » - qui soutient que la prostitution est simplement un choix comme un autre (ou un « travail » comme un autre), que l’objectification peut être une source d’empowermentsi nous choisissons de nous auto-objectifier et que, hey, si des implants mammaires me font me sentir bien, alors tout le monde doit accepter cela comme un genre d’action féministe, puisque je dis que c’en est une.

Renier le féminisme pour plaire aux hommes

La réappropriation du mot « slut » par les femmes est non seulement inutile, puisque je ne crois pas que nous ayons besoin d’une expression particulière pour désigner les « personnes qui aiment la sexualité consensuelle » (leur définition des « sluts ») ; mais c’est même une impossibilité puisqu’elles ont retiré l’aspect de genre de leur définition en ne faisant pas le choix de parler des femmes qui aiment la sexualité consensuelle – encore que je doute que de le faire eût été une bonne idée puisque je préfèrerais croire, bien sûr, que toutes les femmes aiment la sexualité consensuelle… Ce sont les hommes, ou à tout le moins une culture patriarcale, sexiste, dominée par les hommes qui a utilisé le mot « slut » pour faire taire et faire honte à des femmes. C’est dire que si nous convenions toutes que nous voulons « nous réapproprier » ce terme (et qu’il soit bien clair qu’il n’y a pas consensus à ce sujet, comme le rappelle Rebecca Mott dans « Reasons I Will Not Go on the ‘Slutwalk‘ » (9), cette réappropriation devrait être sexospécifique. Les hommes n’ont pas été violentés et humiliés et attaqués à l’aide de ce mot. Les femmes, si.

J’ai la conviction absolue que nous devons travailler à mettre fin à une culture de viol et au blâme des victimes. Comme « Slutwalk » le dit explicitement, personne ne demande à être violée. Personne ne mérite d’être violée. Ce message est important ; il est en fait nécessaire. Ce qui n’a aucun sens pour moi, c’est de retirer de l’équation la dimension de genre, de mettre l’accent sur un empowerment individuel (l’argument « rien de ce qui me fait ‘tripper’ ne doit être contesté », et le fait d’affirmer - pas suggérer, affirmer - que « l’expression « slut » est réappropriée pour signifier une personne qui aime la sexualité consensuelle. » C’est écarter des données extrêmement importantes. Par exemple, le mot « femmes » et le mot « féminisme ».

La cofondatrice de « Slutwalk », Sonya JF Barnett, a écrit sur son blogue, dans un article intitulé : « Being a Slut and Getting Pissed Off » (Être une salope et de plus en plus en maudit) (10) qu’elle « s’étiquetterait ‘salope’ avant de se dire ‘féministe’. Elle adopte le mot ‘salope’ parce qu’elle aime le sexe mais rejette le mot ‘féministe’ à cause de la réputation de ‘haine des hommes, de jambes poilues et de sandales Birkenstock’ qui ont été associées à ce terme ». OK… mais dans ce cas-là, pourquoi ne pas tenir une marche féministe ? Pourquoi défiler pour une expression comme « salopes » ou « slut » alors qu’il est clair que, si certaines veulent se la réapproprier, beaucoup d’autres la trouvent humiliante et blessante. « Slut » n’est pas un mot que nous avons inventé et qui nous aurait été enlevé. Le féminisme, par contre, signifie quelque chose. C’est un mot et un mouvement que des femmes ont créé et c’est un mot que le patriarcat essaie très fort de nous enlever. Pourquoi ne pas travailler à le conserver ? Pourquoi, au lieu de perpétuer des stéréotypes, ne pas s’intituler fièrement féministes ? Nous possédons déjà un mot pour décrire les femmes qui appuient la sexualité consensuelle, l’égalité et la fin de l’oppression patriarcale.

Pourquoi sommes-nous à l’aise à l’idée de nous appeler entre nous, et de permettre aux hommes de nous appeler des « salopes », mais rejetons-nous le mot « féminisme » ? Cela pourrait-il tenir au fait que les hommes et la culture traditionnelle sont beaucoup plus susceptibles de nous accepter et de nous appuyer si nous nous qualifions de salopes et défilons en soutien-gorge ? Alors que si, au contraire, comme le soulignait Gail Dines à l’émission « The Agenda », nous « tournions le projecteur vers les hommes », si nous nommions les hommes comme les principaux agents des agressions sexuelles commises contre les femmes, si nous nommions le patriarcat comme la base d’une culture de viol et du blâme des victimes, et ensuite nous nommions le féminisme comme le mouvement qui travaille à combattre ces forces, eh bien, il est probable que certains hommes cesseraient de nous aimer. Si nous faisions cela, il est possible que certains hommes, des hommes qui ne souhaitent pas voir ce genre de choses soulignées (et je ne parle pas des féministes et alliés masculins, qui sont solidaires avec nous et soulignent eux-mêmes ces réalités), ne voudront pas nous accompagner à notre défilé. Il se peut qu’ils ne veuillent pas nous photographier, visiter nos pages Facebook et crier « J’aime les féministes ! » aussi fort qu’ils aiment crier « J’aime les salopes ! »

Mais pour ce qui est de dire ce que nous voulons dire, d’aller à la racine et aux bases de l’agression sexuelle et du blâme de ses victimes, et de tenir tête au système, je crois que ce dont nous parlons est probablement, en fait, le féminisme. Je crois que nous sommes probablement, concrètement, des féministes. Pas des salopes. Des féministes.

Rejeter le mot féministe, mais embrasser le mot salope me donne le sentiment que nous avons toutes bu quelque philtre empoisonné. J’ai un peu l’impression que tous ces détenteurs du pouvoir patriarcal doivent bien rire dans leur barbe à constater le succès de leur dur labeur, ayant dissuadé les femmes de s’identifier comme féministes et les ayant convaincues d’adopter le langage oppressif employé pour nous tenir en respect, nous insulter, nous objectifier et nous violer. En espérant qu’ils vont arrêter de le faire. Que peut-être ils nous aimeront, nous respecteront et se joindront à nous, du moment que nous ne nuisons pas trop à leur confort. Du moment que nous avons l’air « sexy » quand nous manifestons.

Ellie m’a signalé cet incroyable monologue poétique de Julian Curry sur la dynamique entourant le mot « nigger » (11). Je crois que nous pouvons en tirer des parallèles utiles.

Notes

1. Lien.
2. Lien.
3. Compte rendu du journal étudiant Excalibur.
4. Lien.
5.
Lien.
6.
Lien.
7.
Lien.
8.
Lien.
9.
Lien.
10.
Lien et sur Youtube.
11. Lien.

Version originale : "We’re Sluts, Not Feminists. Wherein my relationship with Slutwalk gets rocky", publié sur le blog “The F Word” par Meghan Murphy, Vancouver, le 7 mai 2011.

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 mai 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Meghan Murphy



Plan-Liens Forum

  • Holà
    (1/1) 16 mai 2011 , par Internaute

    rép: Micheline Carrier
    rép: Justine




  • Holà
    16 mai 2011 , par Internaute   [retour au début des forums]

    "J’ai découvert de nombreuses attaques contre le féminisme radical et les féministes radicales, et j’ai constaté le renforcement de stéréotypes négatifs et mensongers au sujet du féminisme (vous les connaissez tous : des misandres, qui haïssent les hommes, ne savent pas s’amuser, anti-sexe, etc.)"

    Désolé, mais c’est exactement le discours qui revient le plus souvent,avant même le discours égalitaire,je suis pas allé sur cette page et je sais pas si ces attaques sont bien placées...mais ce serait être aveugle que de ne pas voir qu’il y a une bonne partie de pseudo-féminites (car ce n’en sont plus alors,hein ?) qui résume le féminime à "casser du mâle" avec des théories faciles et des chiffres faux.

    Il y a des radicales.Si elles disent des bêtises et qu’elles sont encore écoutées au même titre que celles qui veulent l’égalité,normal que l’on soit frileux face au féminisme...

    Ejectez les et ça ira mieux.

    "Mais la violence conjugale, le viol et l’agression sexuelle demeurent très majoritairement commis par des hommes contre des femmes"

    C’est vrai,c’est le "très" qui pose problème.
    Rien que ça...Même si il y en avait qu’un seul...Je sais pas pour le Canada mais en France il y à 76 000 mecs battus et c’est pas rien,sans compter ceux qui ne disent rien et la violence psychologique qui n’est pas prise en compte (!)
    Un conseil,évitez de parler de "majoritairement" je vois pas ce que le nombre vient faire là dedans,vous dites que vous ne niez pas qu’il y ait des types battus mais cette simple phrase indique que vous ne trouvez pas ça si important...

    "En espérant qu’ils vont arrêter de le faire. Que peut-être ils nous aimeront, nous respecteront et se joindront à nous"

    Ejectez les radicales,ne les considerez plus comme des féministes,arrêtez de parler de la "peur de a remise en question du patriarcat" et ce genre de truc qui ne concerne que quelques machos,arrêtez les théories ésotériques du genre "la femme est l’avenir de l’homme/monde/Terre etc ...Prenez des chiffres objectifs pour les violences conjugales (c’est bien Linda Macleod qui a avoué avoir menti à propos des chiffres...? ) .Je sais pas au Canada,mais en France on regroupe les fausses accusations et la drague grasse dans les statistiques de femmes BATTUES, on parle de plan contre "les violences faites aux femmes" ( les mecs,ils/elles s’en foutent) et dire que c’est surtout les hommes qui battent les enfants,c’est tout simplement faux ;Il est politiquement incorrect de dire du mal d’une femme tandis que si ça touche un homme ça devient de l’humour et on fait semblant de sourire,et je parle pas des problèmes juridico-financier,du manque de structures adaptées,de la paternité volée ou imposée,de l’homme objet pourvoyeur de fric etc...

    Quand vous arrêterez de générer ce genre de chose,on se joindra volontiers à vous (et aussi quand on parlera d’humanisme et plus de féminisme mais c’est un détail)

    Ces stéréotypes négatifs dont vous parlez ne sortent pas du néant .
    Encore une fois, faites taire les radicales qui en sont à l’origine.

    • Radical
      16 mai 2011 , par Micheline Carrier
        [retour au début des forums]

      J’ai l’impression que vous ne savez pas ce que veut dire le terme "radical" et que vous lui donnez le sens d’extrémisme.

      Le féminisme radical est celui qui fait l’analyse des causes de la situation des femmes ; il identifie les rapports sociaux de sexe et la culture patriarcale comme sources d’oppression. Par exemple, les féministes radicales voudront identifier les causes de la violence masculine contre les femmes (viol, harcèlement, prostitution, violence conjugale, pornographie, etc.) afin d’éradiquer ces formes de violences "à la racine". On a plus de chances de corriger un problème durablement si on en identifie les causes avant de chercher des solultions.

      Elles militent fondamentalement pour l’égalité, contrairement à ce que vous semblez croire.

      Peut-être faut-il penser que le féminisme n’est pas monolithique. Il comporte diverses tendances, comme d’autres mouvements sociaux et politiques, et c’est bien ainsi.

      Vous avez écrit ce message sur un site féministe radical. Vous en portez-vous plus mal ?

      [Répondre à ce message]

    • Opinions et impressions
      17 mai 2011 , par
      Justine   [retour au début des forums]
      Opinions et impressions

      "Ejectez-les et ça ira mieux"

      Cela fait bien l’affaire de la domination patriarcale que les "radicales-pseudo-féministes" existent, ça permet d’éviter de prendre tout le mouvement au sérieux... Je me demande quel autre mouvement est complètement discrédité à cause de sa frange plus radicale ?

      Par contre, il est faux et pernicieux de croire que seul le féminisme égalitaire est valide et valable. Le mouvement féministe est fait de diversité, diversité qui à mon sens participe de la richesse de sa critique.

      "je vois pas ce que le nombre vient faire là dedans, vous dites que vous ne niez pas qu’il y ait des types battus mais cette simple phrase indique que vous ne trouvez pas ça si important..."

      Pour ce qui est des chiffres, je trouve le commentaire hypocrite : les chiffres sont effectivement significatifs. Ils ne servent pas à légitimer la violence faite aux hommes, mais à faire prendre conscience de l’importance de la violence à l’égard des femmes. Au Québec en 2000, selon le Ministère de la Sécurité publique, 85% des victimes de crime contre la personne en contexte conjugal étaient des femmes... Je trouve aussi injuste et impertinent que lorsque des services soient dispensés aux femmes, on remette sans cesse le : "Et les hommes, eux", comme le souligne justement l’auteure de cet article. Je me demande en quoi cette réponse automatique est porteuse, et porteuse de quoi ? Est-ce que cela veut dire que si les femmes veulent organiser des services pour les femmes, il faille d’abord demander la permission aux hommes ? S’assurer que les hommes aient aussi des services ?

      De toutes façons, est-ce que les féministes doivent obligatoirement faire de la violence contre les hommes un enjeu de lutte prioritaire ? Parce que tant qu’à faire, on pourrait s’occuper aussi des phoques et des glaciers qui fondent !

      Finalement, s’il est humoristique de dire du mal d’un homme ou de valoriser le rôle de l’homme pourvoyeur, ou encore de favoriser la maternité plutôt que la paternité, eh bien soyons conscients que ce n’est pas la faute des féministes, mais précisément du patriarcat contre lequel nous nous battons et qui enchaîne les hommes à des stéréotypes de virilité et les femmes à des stéréotypes de faiblesse et de soumission.

      Je termine à propos du commentaire « Hola » en disant que je trouve particulier et prétentieux et paternaliste cette façon de donner des ordres et/ou des conseils… : « Éjectez-les », « Un conseil, évitez de… », « Arrêtez de… », « Prenez des chiffres objectifs… » (Ah, tiens, je croyais que les chiffres étaient superflus…), etc. Et la cerise sur le sundae : « Nous nous joindrons à vous quand vous parlerez d’humanisme plutôt que de féminisme, mais c’est un détail ». Cela ne me semble pas être un détail, pour bien des gens. Et il me semble qu’il y a là précisément une manifestation de la peur de la remise en question du patriarcat. Il est possible de parler du mouvement de libération des Noirs mais difficilement de féminisme. Pourquoi est-ce que le mouvement féministe devrait évacuer toute analyse des rapports sociaux de genre et du patriarcat sous prétexte d’inclure tout le monde dans un humanisme universel ? Ce n’est pas le rôle du féminisme, à mon sens. L’avantage du féminisme est justement de proposer une analyse plus fine des rapports d’oppression/domination que ne peut le faire l’humanisme.

      Bien…

      Concernant l’article de Meghan Murphy, je trouve pertinent son questionnement opposant l’empowerment individuel à ce qu’on pourrait nommer un empowerment collectif.

      Il semble que les mouvements sociaux et les collectifs soient durement confrontés à l’effritement du lien social et aux conséquences de l’individualisme ambiant. Ainsi, on constate, au sein même des groupes et mouvements sociaux, une volonté de reconnaître la liberté des personnes à construire elles-mêmes leur identité, et par suite à se réapproprier les mots qui ont servis à leur domination. Je ne me suis pas encore fait une tête là-dessus, mais cela pose certainement la question de l’arrimage entre les préoccupations individuelles diverses (je me sens salope ou pas, je veux être une salope ou pas) et ce qui a été identifié (ou pas) comme une source d’oppression commune.

      « Si je ressens de l’« empowerment » en raison d’un choix personnel, alors personne d’autre ne devrait avoir quoi que ce soit à dire à ce sujet ; cela n’affecte que moi » est une phrase qui selon moi exprime bien l’enjeu. Je reconnais d’emblée et volontiers le droit de chaque personne à user comme elle l’entend des mots pour se définir. Toutefois, j’hésite quand il s’agit de dire que cela n’affecte personne d’autre. Je ne crois pas qu’on puisse faire l’économie de la prise en compte de l’impact que les mots que nous utilisons pour nous-mêmes ont sur les autres personnes qui revendiquent à nos côtés contre une source d’oppression commune… : en se définissant par rapport à une dynamique ou institution oppressive, on pose un regard neuf sur cette dynamique ou institution, qu’on contribue donc en retour à (re)définir. On propose donc un regard qui implique forcément les autres dans leur rapport à l’oppression.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin