| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






samedi 5 mars 2011

Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?

par Martin Dufresne



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages




Les temps sont durs pour les violeurs. Leur recours au « consentement » implicite de leurs victimes ne convainc pas toujours, et le blâme adressé à celles-ci commence à faire scandale. Julian Assange, qui avait cité en défense le chandail de cachemire rose d’une des femmes qui l’accusent de viol, se ridiculise en se plaignant de la diffusion de leurs plaintes et en traitant la Suède d’« Arabie saoudite du féminisme ».

Surtout, dans le dossier de la prostitution, de plus en plus de pays remettent en question ce que la philosophe politique Carole Pateman appelle « le droit sexuel masculin » d’accès au corps de femmes.

Étrange paradoxe

L’auteure du Contrat sexuel (La Découverte, 2010) a cherché à comprendre pourquoi et comment le sacro-saint « contrat social », mythe fondateur du libéralisme, préservait obstinément la subordination des femmes. Sa réponse ? Parce qu’il la présuppose. L’individu républicain du XVIIe siècle était foncièrement blanc et masculin, fort de deux autres contrats secrets : le contrat d’esclavage – évident dans les récits coloniaux qu’exhume Pateman – et le contrat sexuel, enfermement des femmes dans la vie domestique, stipulé par les pères du libéralisme : Hobbes, Locke et même à gauche, Proudhon. Pateman cite la Britannique Mary Astell qui objectait déjà en 1730 : « Si tous les hommes sont nés libres, comment se fait-il que toutes les femmes soient nées esclaves ? »

Cette faille initiale de la société du contrat social, censé avoir aboli il y a trois siècles la loi du monarque et du père, trahit les femmes. Ce contrat les subordonne malgré une fausse garantie d’égalité, les invitant à « faire comme si » elles étaient des individus libres alors qu’elles restent clouées au féminin par la norme du contrat sexuel.

Pour en finir avec le maître et l’esclave

C’est particulièrement clair dans les transactions qui portent sur leur corps. Pateman a analysé les contrats de mariage, de prostitution et de maternité de substitution. (Le Contrat sexuel a été écrit au moment de l’affaire Baby M, aux USA, où une mère dite « porteuse » avait refusé de remettre son enfant au couple acheteur.) L’auteure liquide l’illusion du « contrat comme ennemi du patriarcat, porteur du coup fatal à la domination sexuelle ». Axée sur une image de soi comme « individu propriétaire de son corps et faisant des choix rationnels » – un modèle aujourd’hui imposé même à gauche par la privatisation à outrance –, cette fausse libération enferme les femmes dans la soumission à celui dont le contrat fait leur maître : client, époux et père, acheteur d’enfant…, tous en droit d’exiger satisfaction, ce qui explique mieux la violence infligée par les prostitueurs.

La version française de ce livre arrive au moment où la mondialisation force le déracinement des femmes par le trafic humain, l’achat d’épouses par correspondance dans les pays dévastés par la crise, et même la vente d’enfants au profit des touristes sexuels. Au Canada, on voit – avec le jugement Himel (Bedford c. Canada) – l’industrie du sexe réclamer à l’État une requalification des proxénètes et tenancier-e-s de bordel en « gardes du corps » et de l’ordre public… en échange de recettes fiscales.

Hommes nouveaux demandés

Pour la gauche et l’anarchisme, c’est le moment ou jamais, nous dit l’auteure, de cesser de mettre le sexe patriarcal à l’abri de toute critique, de reconnaître des limites à la liberté de l’individu, et surtout de rompre avec leur trop long silence sur la domination masculine : « Les hommes nouveaux ressemblent toujours étonnamment aux anciens : leurs libertés civiques ne perturbent pas l’ordre patriarcal. »

Une fascinante préface de la philosophe Geneviève Fraisse rappelle d’autres espaces que le libéralisme classique où se multiplient aujourd’hui les ruptures du contrat de dupes trop longtemps imposé aux femmes : lois du divorce, luttes pour l’égalité, et échappée au « contrat hétérosexuel », avec Monique Wittig dont les essais viennent d’être publiés en français dans Le chantier littéraire.

La banquise se disloque un peu. En Suède, les glapissements d’Assange ont déclenché une passionnante série de témoignages de femmes sur d’autres « consentements » arrachés et sur le poids du silence à leur sujet (« Plaintes et chuchotements », Olivier Truc, Le Monde, 08.02.11). Au Québec, les femmes ex-prostituées qui s’expriment dans le film L’Imposture font mentir les propos lénifiants de l’industrie. Au-delà du « choix » qu’on leur impute encore, les interlocutrices d’Ève Lamont y exigent beaucoup plus que la réduction des méfaits, promise de longue date au prix de la normalisation de leur condition. Toujours au Canada – où se prépare un dérangeant Tribunal populaire à Montréal sur l’exploitation sexuelle commerciale à la mi-mars (www.lacles.org) – les féministes ressourcent la gauche en mettant sur la table les enjeux du revenu garanti, du logement abordable, de la décriminalisation des femmes exploitées, ainsi que de véritables emplois et ressources pour elles et pour tou-te-s les autres, en matière de santé et de recyclage professionnel.
Comme quoi, un contrat, ça se déchire !

Le contrat sexuel, Carole Pateman, Éd. La Découverte / Institut Émilie du Châtelet, Paris, 2011, 332 p.

Le chantier littéraire, Monique Wittig, Presses universitaires de Lyon / Éditons IXE, 2011, 224 p.
L’Imposture, long métrage d’Ève Lamont, Productions du Rapide-Blanc, 2010.

Carole Pateman

Carole Pateman est professeure dans le département de science politique de l’Université de Californie à Los Angeles. Elle a été la première femme à présider l’Association internationale de sciences politiques. Ses travaux en philosophie politique portent aussi bien sur la participation démocratique que sur le revenu minimal. Pour penser l’articulation entre « contrat sexuel » et « contrat racial », elle a coécrit avec Charles W. Mills, Contract & Domination (2007).

Texte d’accompagnement.

Le corps et le contrat chez Pateman

Carole Pateman s’attarde sur la question des rapports entre hommes et femmes dans le cadre de la prostitution, à tort considérés comme étant le fruit d’un contrat équitable entre deux parties. Au contraire, la prostitution a plutôt comme conséquence de reproduire une asymétrie dans les rapports hommes-femmes et dans leur conception de la sexualité : « Lorsque le corps des femmes est une marchandise mise en vente sur le marché capitaliste, les termes du contrat originel ne peuvent être oubliés : la loi du droit sexuel masculin est publiquement affirmée, et les hommes sont publiquement reconnus comme les maîtres sexuels des femmes ; voilà ce qui ne va pas dans la prostitution. » (p. 287-88)

L’analyse du « contrat sexuel » nous amène à aborder la question de la « propriété du corps », qui est souvent évoquée par les défenseurs du contrat social. Cette conception du corps comme un bien nous appartenant est utilisée de toutes sortes de manière. Ainsi, certains peuvent concevoir que l’avortement et la prostitution représentent deux manifestations de la façon dont on peut disposer de son corps, en étant son « propriétaire ». Or, on peut opposer à ce principe de propriété du corps (qui sous-entend, par ailleurs, que le corps est un bien au même titre qu’une marchandise) l’idée que le corps est inaliénable, ce qui est également une valeur importante des sociétés modernes. En tant qu’elle repose sur des demandes sexuelles et des desseins qui sont étrangers aux volontés personnelles de la personne qui se prostitue, la prostitution porte atteinte à sa personne. De plus, le lien intrinsèque entre la sexualité et l’identité fait en sorte que ce n’est pas seulement le corps qui est aliéné dans la prostitution, mais l’individu lui-même. Pateman insiste sur le fait que le soi et la sexualité ne peuvent pas être dissociés et qu’il apparaît trompeur et simpliste de considérer que la sexualité peut faire l’objet d’un commerce comme n’importe quel bien.

Rhéa Jean, philosophe
Université de Sherbrooke

(Texte à paraître dans Le COUAC, mensuel anarchiste québécois, en mars 2011 – www.lecouac.org- abonnement : 30$CAN pour 6 mois)

Texte proposé à ce site par son auteur.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 février 2011

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Martin Dufresne



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin