| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 1er décembre 2008


Laïcité et féminisme
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?

par Brigitte Bré Bayle






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Le 25 novembre passe souvent inaperçu dans les médias. C’est pourtant une journée importante, celle d’une mobilisation internationale contre les violences faites aux femmes. Les violences domestiques restent un fléau majeur en France. Face à l’ampleur du problème, les pouvoirs publics ont mis en place certains dispositifs relayés par des associations dont l’efficacité n’enlève rien à la difficulté persistante qu’il y a à enrayer ce fléau.

Les femmes victimes appartiennent à toutes les catégories sociales, mais il faut bien constater que ce sont dans les milieux imprégnées de traditions et de religion que les femmes sont le plus souvent réduites au silence, enfermées, humiliées ou battues.

Aujourd’hui, en France, les chiffres des violences contre les femmes demeurent toujours aussi inquiétants. Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. On estime à environ 60 000 le nombre de femmes et fillettes mutilées ou menacées de l’être. 70 000 adolescentes de 10 à 18 résidant dans des quartiers à forte population immigrée risquent d’être mariées de force.

Le drame qui a eu lieu dans la nuit du 4 au 5 novembre à Toulon, où une jeune lycéenne fut séquestrée et violentée par sa mère et ses deux sœurs parce qu’elle refusait un mariage imposé, prouve que les violences domestiques ne sont pas perpétuées que par les hommes. La famille, le clan, la communauté, peuvent être les vecteurs de terribles menaces pour toutes celles qui refusent de se soumettre à la dictature du groupe. Les musulmanes sont les premières victimes du poids de la religion qui les maintient à vie dans l’obligation d’obéissance. Il n’est pas rare, comme dans le cas de l’excision, que d’autres femmes relayent cette violence au nom de la tradition et qu’elles en soient les premières instigatrices par l’éducation qu’elles donnent à leurs enfants des deux sexes. Dans la plupart des familles musulmanes, les petits garçons sont formatés dans leur rôle dominant et les petites filles sont élevées comme de futures bonnes épouses. C’est le schéma classique de l’héritage machisme que des siècles de combats féministes ont tenté de faire disparaître en Europe.

Ce combat féministe ne s’est pas arrêté, en France, parce que les femmes ont obtenu le droit à disposer de leur corps. Il ne s’est pas arrêté en 1967 avec la loi Neuwirth, ni en 1975 avec la loi Veil. Aujourd’hui, l’égalité entre les hommes et les femmes est encore un combat à mener, et la lutte contre les violences faites aux femmes occupe une place prioritaire dans les campagnes menées par les associations de défenses des droits des femmes.

On y dénonce les viols et les mariages forcés, mais, combien de ces associations accusent l’islamisme d’être un facteur de violence envers les femmes, combien sont-elles à fustiger les imams prosélytes et à réclamer l’interdiction du voile symbole de soumission ? Il leur est plus facile de s’opposer au port de la burqa que d’admettre que le nombre croissant de musulmanes voilées est un phénomène aussi grave et tout aussi inquiétant pour toutes les femmes de la planète. Le lien entre la prolifération du voile, celle de la burqa et le nombre de mariages dit « arrangés » ne doit pas faire de doute. Le premier signe de soumission, c’est le port du voile. Il donne une visibilité à la claustration des esprits, il fait de la jeune fille qui le porte un être sexuellement vulnérable qui ne s’appartient pas.

Parce que le drame de Toulon ne doit pas rester un fait divers parmi d’autres, les associations Regards de Femmes à Lyon et Forum Femmes Méditerranées à Marseille ont lancé un appel à Rachida Dati et à Valérie Letard (Regards de Femmes) pour que les lois Républicaines garantissant aux jeunes filles le libre choix de leur conjoint et la libre disposition de leurs corps soient appliquées.

Les coupables de l’affaire de Toulon ont été remises en liberté. Il faut croire que la justice française est aveugle. Comment la République peut-elle protéger ses enfants alors qu’elle banalise les violences commises au sein des familles musulmanes ? Il faut croire que les juges trouvent des circonstances atténuantes lorsque les coupables ont commis leur crime au nom de la religion. Il faut croire que la loi de notre pays s’applique selon des critères à géométrie variable. Les violences faites aux femmes sont sans doute moins graves lorsqu’elles sont exercées pour respecter des dogmes et des coutumes. On retrouve ce laxisme, cet accommodement de nos lois républicaines par respect du relativisme culturel, dans les procès contre l’excision. Ils se terminent systématiquement par des condamnations avec sursis.

La situation des jeunes musulmanes isolées dans les quartiers ghettos est dramatique. Rien n’est véritablement mis en place pour leur venir en aide. Ce n’est que lorsque les pressions familiales quotidiennes tournent au crime que les faits de violences quotidiennes sont révélés au grand jour. Et encore, comme pour Sohane, morte brûlée vive en 2002, comme pour Ghofrane, lapidée par trois garçons mineurs à Marseille en 2004, et comme pour les autres crimes d’honneur, la pression communautaire tente de dédramatiser les faits et la justice piétine.

Tant qu’une partie du mouvement féministe préférera privilégier la critique du système social au détriment de la défense de nos valeurs républicaines, tant que la lutte contre l’intégrisme musulman passera au second rang de leurs préoccupations, tant que les organisations d’extrême gauche tiendront le flambeau du Collectif National des Droits des Femmes, il sera difficile de rassembler les forces suffisantes pour faire reculer l’engrenage des violences domestiques perpétuées au nom de l’islam.

Il faut saluer le courage des militants de certaines associations, qui, comme ceux de Ni Putes, Ni Soumises, ceux de Regards de Femmes, de Femmes Contre les Intégrismes ou du Planning Familial, montent au front en allant sur le terrain. Intervenant dans les quartiers pour informer et aider les jeunes filles en situation de rupture familiale, ils investissent les zones de « non droit » avec les risques que cela comporte.

Pour l’heure, la question du voile, qui fut à l’origine de la scission du mouvement féministe en mars 2005, reste intimement liée à la problématique générale des violences contre les femmes. Lutter contre ces violences en considérant que le voile est acceptable parce qu’il n’est qu’un signe religieux, c’est cautionner le machisme que des siècles de combat féministe a tenté d’enrayer, c’est vouloir perpétuer les inégalités entre les hommes et les femmes. On ne peut pas se dire féministe et affirmer qu’une musulmane voilée n’est pas une femme soumise. On ne peut pas se dire antiraciste et prétendre que le voile n’est pas discriminatoire pour les musulmanes qui le portent. On ne peut pas se dire humaniste et accepter que l’islam relègue les femmes au second rang de l’humanité.

« Nous sommes laïcardes, puisque féministes », écrit Anne Zélensky. Nous sommes laïcardes parce que nous avons compris que la lutte contre les violences faites aux femmes passe par la condamnation du voile, symbole de soumission. Nous sommes laïcardes parce que nous nous opposons au despotisme de la bien pensance de gauche qui considère que les femmes musulmanes sont des victimes des inégalités sociales et qu’il faut donner la priorité à la lutte contre le capitalisme. Nous sommes laïcardes parce que nous osons dire que les musulmanes voilées sont les victimes d’un obscurantisme qui étouffe leur liberté, qu’elles sont les victimes d’une religion qui les rend esclaves des hommes de leur communauté. Nous sommes laïcardes parce que nous refusons que les lois du Coran transgressent les lois de la République, parce que nous refuserons que la laïcité soit donnée en pâture aux bonnes consciences dirigeantes, prêtes à trahir notre Histoire, prêtes à courber le dos devant l’offensive sournoise d’un fascisme dogmatique venu des pays islamiques.

Les combattants du djihad ne sont pas tous des poseurs de bombe. Un prosélytisme fanatique fait son travail au cœur même des cités de nos banlieues, au cœur même de certaines de nos grandes villes, comme à Marseille. Elle endoctrine la population musulmane de notre pays à travers les prêches des imams qui incitent les familles à respecter à la lettre les préceptes du Coran. Les jeunes filles musulmanes sont les premières victimes de cette pression communautiste. Elles doivent être protégées de l’incitation au port du voile. Elles ont droit, comme toutes les citoyennes françaises, à la libre disposition de leur corps et au libre choix de leur conjoint. Ces violences familiales, dont elles sont victimes, doivent être réprimées sévèrement par la loi républicaine, et il est inacceptable que des coupables soient relaxés.

Trop peu d’organisations de défense des droits, trop peu d’associations féministes, ont le courage d’affronter la réalité des faits de violence contre les femmes musulmanes. Ce qui s’est passé à Toulon n’a suscité qu’une réaction de la LDH au niveau local. Le mutisme de la Halde est, pour Regards de Femmes, une nouvelle raison d’en exiger la dissolution. Et du côté des associations féministes, elles sont rares à cibler ouvertement la religion musulmane comme facteur de violences. La plupart préfère parler de tradition tout en fustigeant le relativisme culturel. Mais lorsqu’il s’agit de mariage « arrangé », lorsqu’une famille interdit à une jeune fille d’épouser un non musulman, c’est bien de la religion dont il s’agit.

Alors n’ayons pas peur des mots : l’islam n’est pas une religion de tolérance car elle interdit aux femmes d’être libres, l’islam n’est pas une religion de paix car elle engendre des violences contre les femmes. Gageons que nous serons, féministes, « laïcards et laïcardes », de plus en plus nombreux à affirmer cette vérité. Pour que les lois de notre République qui garantissent aux femmes les mêmes libertés que les hommes soient appliquées et que soient abolies toutes les violences qu’elles subissent au nom de la religion.

  • Publication originale, le mardi 18 novembre 2008, dans Riposte laïque.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 30 novembre 2008


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Brigitte Bré Bayle



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin